Tu ne peux pas comprendre (15/?)

Encore un petit chapitre, désolée... >.<
On approche de la fin. ;)

Bon anniversaire (un peu en avance) à Winry! :)

***

- Je peux savoir ce que vous faisiez là-dedans depuis tout ce temps ?

Bill se tourna et se figea, tendu. Ses pupilles dilatées scrutèrent quelques secondes le couloir obscur avant de discerner le jeune homme assis par terre, dos au mur.

Tenant son verre du bout des doigts, avant-bras posé sur l'un de ses genoux, Andréas le fixait d'un regard rendu noir par l'alcool et un je-ne-sais-quoi qui le fit frissonner à nouveau. Mal à l'aise, tel pris en flagrant délit, Bill bégaya :

- Andi ? Qu'est-ce que tu fais là ?

Ce dernier abandonna son gobelet vide sur la moquette, se relevant en tanguant dangereusement, puis appuyant son épaule contre le mur pour se stabiliser, il croisa les bras. Sa voix était étrangement soûle et calme à la fois.

- À ton avis ?

Il s'avança vers lui, titubant légèrement. Bill recula automatiquement, et quand il fut acculé contre le mur, Andréas posa son avant-bras sur celui-ci, se penchant vers lui. Son haleine alcoolisée effleura les lèvres de Bill.

- Je vous espionne, souffla encore le blond platine d'un ton mystérieux.

Gêné par leur proximité et perturbé par ses paroles au goût acide, Bill détourna son visage, sa tête écrasée contre le mur. Il était piégé, Andréas l'oppressant sans même le toucher, et il étouffa un rire embarrassé tout en évitant le regard d'Andréas, craignant de se trahir.

- Andi, tu as trop bu.

Andréas l'ignora. Appuyant son front sur le mur, il s'approcha encore, se collant carrément au brun, et il articula avec difficulté à son oreille, son ton pressant et inquisiteur.

- Où est Tom, hein ? Qu'est-ce que vous fabriquiez là-dedans ?
- Andi, recule. Tu m'étouffes là !

Posant ses mains sur son torse, Bill essaya de le repousser mais Andi tangua à peine avant se recoller de plus belle à lui.

- Ne pense pas t'en sortir comme ça. Tu crois vraiment que je suis stupide à ce point ? s'énerva-t-il.
- De quoi tu parles ?
- Tu le sais très bien. J'ai compris ce que vous faites.

Arrêtant de se débattre, Bill se figea, son sang se glaçant dans ses veines. Mais quand Andréas lécha son cou, il tenta à nouveau de le repousser vigoureusement avec un certain succès.

- Qu'est-ce que tu fiches ? siffla-t-il.

Le blond platine ne dit rien pendant quelques secondes, puis Bill eut le souffle littéralement coupé quand Andréas l'écrasa pratiquement contre le mur, recouvrant son corps du sien. Le brun déglutit lourdement à la chaleur désagréablement moite qui l'envahit. Il se rendait compte qu'il n'avait jamais réellement aimé l'odeur du jeune homme.

Caressant sa hanche, Andréas chuchota un long 'chut' comme il l'aurait fait pour un petit animal effrayé, et Bill se rendit compte que la comparaison n'était pas si éloignée que ça de la réalité.

S'il n'avait pas craint de rameuter tous les invités, il aurait hurlé pour qu'Andréas le lâche. C'était absurde pourtant, car son ami ne lui ferait jamais de mal, et Tom n'allait pas tarder à sortir de la salle de bains, non ? Il se tortilla pour tenter de se défaire de son emprise.

- Andi...
- Si tu resors avec moi je ne révèlerai pas votre sale petit secret aux autres, le coupa-t-il d'une voix basse.
- ... quoi ?

Bill se tendit, et Andréas en profita pour mordre le lobe de son oreille. Son ton fut amer.

- Eh oui, je sais ce que vous cachez, ton frère et toi.

Le sang de Bill se glaça, et quand Andréas le plaqua à nouveau avec force contre le mur, l'oppressant de plus en plus, il crut avoir la nausée. Le ton de la voix d'Andréas à son oreille se durcit, hargneuse.

- Tu roules une pelle à ton frère devant tout le lycée et tu croyais que je n'allais pas finir par comprendre que tu laisses ton frère te tripoter peut-être ? articula-t-il mâchoires serrées.
- Tu délires complètement, murmura Bill en tremblant.

Ses jambes étaient flageolantes. Il jeta un coup d'½il angoissé vers l'escalier. N'importe qui pouvait arriver et les entendre.

- Ah oui ? Vraiment ? Tu agis comme une meuf jalouse dès qu'une fille s'approche trop près de Tom et c'est moi qui délire ?

Livide, Bill se ratatina nerveusement sur place.

- Je ne..., essaya-t-il de contester en bégayant.
- Tu sais que j'ai raison. Tu crevais de jalousie, cracha Andréas.
- Tu ne peux pas comprendre, Tom est mon frère et je...

Andréas délaissa soudainement son oreille pour le regarder dans les yeux, son haleine alcoolisé se mêlant à la sienne. Sa voix remplie de dégoût transperça le brun, le tétanisant sur place.

- Ne me prends pas pour un imbécile. Je comprends très bien au contraire. Je comprends enfin pourquoi tu as cassé avec moi, ragea-t-il. Je sais ce que vous avez fait là-dedans. Et au cas où tu ne le saurais pas, on appelle ça de l'inceste, Bill.

Le brun se figea, tremblant de plus belle. Andréas devait bluffer, n'est-ce pas ? Il ne pouvait pas avoir réellement compris, si ? Il tenta de se ressaisir. Malgré le fait que son c½ur affolé battait à tout rompre, il parla calmement mais avec force :

- Andi, tu es complètement soûl, tu ne sais pas ce que tu racontes. Et pour ton information, je ne sortirai plus jamais avec toi.

Il essaya de se soustraire une nouvelle fois, sans succès alors qu'Andréas agrippait sa taille, ses doigts s'enfonçant sans ménagement dans sa chair. Son regard cherchait à le transpercer, mais cela faisait déjà plusieurs minutes que Bill le fuyait, cherchant une échappatoire.

Frustré, Andréas le décolla du mur pour mieux l'y repousser, s'attirant un petit cri aigu de douleur de la part du brun alors que sa tête venait de cogner contre le dur matériau.

- C'est faux. Tu m'aimes, décréta Andi.
- Non, je te l'ai dit, il y a quelqu'un d'autre. Andi, lâche-moi, s'il te plaît.
- Qui ? Ton frère ? Tu l'avoues donc !
- Tu délires, bégaya Bill d'une voix tremblotante.
- À d'autres Bill. Qu'est-ce que vous faisiez là-dedans alors, hein ?

Ses yeux picotaient du coup qu'il avait reçu, Bill tenta de poser sa main sur la zone endolorie, mais Andréas arrêta son geste. Le brun le supplia, commençant vraiment à avoir peur.

- Andi, lâche-moi.
- Pas avant que tu me l'aies dit.
- Arrête.
- Ou tu peux me le montrer peut-être, hein ? Ça t'évitera de me mentir. Où est-ce qu'il t'a touché ? peut-être ?

Sans préambule, sa main quitta sa taille pour venir agripper les bourses du brun à travers son pantalon, les malaxant avec force, et Bill cria de douleur, cherchant en vain à lui donner un coup de genou.

- Andi, arrête.
- C'est pour ça que tu m'as quitté ?

Andréas le frotta plutôt brutalement quelques fois encore avant d'essayer d'infiltrer sa main dans son pantalon, ignorant les supplications de Bill qui lui disaient d'arrêter quand quelqu'un agrippa subitement l'épaule d'Andréas, le tirant en arrière et l'envoyant valdinguer à deux mètres de là.

- Qu'est-ce que tu fous, Andréas ? siffla Georg, s'interposant entre eux. T'es malade !

Georg semblait sorti de nulle part et hagard, Andréas mit quelques secondes avant de comprendre ce qui venait de se passer, chancelant sur place. Néanmoins, à la grande surprise du bassiste, après quelques secondes de silence Andréas éclata d'un rire lugubre comme si de rien n'était.

- Son frère le baise, et c'est moi qui suis malade ? finit-il par dire, incrédule.

Georg se contenta de le fixer, son visage impassible, mais Bill se figea, mortifié. Il ne réagit qu'au moment où Andréas essaya à nouveau de s'avancer vers lui, le brun reculant avec peur.

Le bassiste arrêta le blond platine d'une main, mais ce dernier ne sembla même pas le remarquer, ses yeux rivés sur les prunelles effrayées de Bill avec une expression soûle étrangement triste et désespérée. Il vacillait sur place. Un sanglot ajouta des trémolos à sa voix.

- Donne-moi une dernière chance, Bill. Tu ne peux pas sérieusement préférer faire... ça avec Tom. Ce n'est pas de l'amour, c'est anormal. Alors que je t'aime, moi. Dis-moi que tu m'aimes aussi.

L'air toujours tétanisé, Bill secoua silencieusement la tête et il essuya inconsciemment ses yeux légèrement mouillés.

- Bill, insista Andréas en l'interpellant d'une voix déchirante.
- Hé, je crois que tu lui as fait assez de mal pour ce soir, fiche-lui la paix, l'interrompit Georg en le repoussant une nouvelle fois.

Andréas secoua la tête, continuant pendant une minute ses suppliques, ressassant son amour vertueux comparé au comportement incestueux des jumeaux sous le regard effaré de Bill qui n'osait pas tourner la tête pour voir la réaction de Georg.

Le blond platine ne pouvait plus retenir ses hoquets étranglés de pleurs, et ceux-ci ne tardèrent pas à se transformer en haut-le-c½ur de plus en plus forts, coupant court à son monologue, et il se pencha en avant, portant la main à sa bouche. Georg qui jusque-là avait essayé de le calmer en lui parlant écarquilla les yeux.

- Il va être malade, vite, où est la salle de bains ? demanda-t-il en jetant un coup d'½il au brun.
- Par là, répondit Bill en lui ouvrant la porte de la chambre des parents de Jan et lui en désignant une autre d'un bras timidement tendu. Au fond à droite.

Sans ajouter un mot, Georg prit Andréas par les épaules, dirigeant le jeune homme plié en deux, et ce fut au moment où ils passèrent la porte qu'ils faillirent heurter Tom, le blond reculant subitement de surprise en les voyant se précipiter à l'intérieur de la chambre.

Quand ils eurent disparu de sa vue, il se retourna vers Bill, appuyé contre l'armature de la porte, ses bras croisés d'une telle manière qu'on aurait dit qu'il voulait se recroqueviller sur lui-même.

- Eh ben, Andi est vraiment dans un sale état... Bill ? s'interrompit-il en fronçant les sourcils. Quelque chose ne va pas ?

Se frottant les bras, Bill secoua légèrement la tête, ses lèvres tremblantes et ses yeux brillants à deux doigts de le trahir.

- Ça va, je suis juste fatigué, dit-il d'une petite voix. On peut partir ? J'ai envie qu'on rentre à la maison.

Bien qu'un peu remué par les soupçons d'Andréas, il était soulagé de voir son jumeau et surtout impatient de se retrouver blotti contre lui et d'avoir ses mains sur son corps pour effacer les gestes déplacés d'Andréas.

Par la porte ouverte de la salle de bains, on pouvait entendre le blond platine vomir. Tom jeta un vague coup d'½il en direction du bruit et acquiesça.

- Je vais chercher Gustav et nos affaires en bas. On devrait ramener Andi en premier. Tu es sûr que ça va ? Tu as l'air pâle.

Il s'avança jusqu'à agripper le bras de Bill, le frottant avec douceur pour calmer ses frissons.

- Sûr, sourit faiblement Bill. Vas-y, je t'attends là.

Ses yeux semblaient cependant vouloir le retenir, et Tom hésita. Il finit néanmoins par acquiescer, mais avant de sortir de la pièce, il se pencha doucement, venant déposer une grosse bise sonore sur la joue du brun, son nez venant s'écraser contre sa peau.

Reculant enfin, Tom lui sourit, ses yeux l'enveloppant d'une tendresse réchauffante et se sentant immédiatement mieux, Bill sourit à son tour, le suivant amoureusement du regard jusqu'à ce qu'il disparaisse de sa vue... et qu'une petite toux ne le fasse sursauter et revenir sur terre. Il pivota sur lui-même.

- Je peux te parler ? demanda Georg.

Rougissant pour de bon, le brun croisa les bras tandis que Georg s'avançait vers lui, et ils allèrent dans le couloir, laissant la porte ouverte.

- Comment va Andi ? s'enquit Bill au bout de quelques secondes de silence gêné alors que Georg semblait hésiter à se lancer.
- Mieux, je pense qu'il a régurgité la plus grosse partie, répondit le bassiste en jetant un coup d'½il vers la salle de bains où l'on pouvait vaguement entendre l'eau du lavabo couler.

Bill hocha la tête, bougeant nerveusement sur place. Il n'avait pas trop envie de se retrouver confronté au jeune homme une seconde fois. Le brun se mordit la lèvre inférieure avant de lever timidement les yeux vers Georg, étudiant attentivement son visage.

- Tu sais, à propos de ce qu'il a dit, tu te doutes bien que c'est complètement faux, hein? dit-il en se tortillant, mal à l'aise. Andréas a un peu de mal à accepter qu'on ne soit plus ensemble, et je crois qu'il n'a pas vraiment aimé que Tom... enfin que je...

Une couleur pourpre s'étendant sur ses joues, Bill se gratta la tête, et Georg haussa un sourcil, semblant amusé :

- ... que tu embrasses ton frère devant lui ?

Bill rougit un peu plus, tordant ses mains. Il se mit à parler de plus en plus vite, s'embrouillant :

- Oui, enfin... ce n'était qu'un jeu, hein ? Ce n'est pas comme si je l'embrassais quand je ne suis pas devant lui, je veux dire, sauf des bises, mais à part ça, on n'a rien à cacher... non pas qu'on cache pour se faire des bises... des bises fraternelles j'entends, hein ?... et je... Enfin, ce que je veux dire...
- Rassure-toi, je vois ce que tu veux dire, l'interrompit Georg en étouffant un rire à son babillage incohérent avant de froncer les sourcils d'un air incertain. Enfin, je crois...

Bill se mordit encore les lèvres, nerveux en voyant Georg soudainement perdu dans ses pensées. Celui-ci marmotta rêveusement :

- Je n'avais jamais vu un truc aussi hot, à part en rêve.
- En rêve ? cilla Bill avec surprise.

Se rendant compte qu'il avait parlé tout haut, Georg toussota et changea de sujet, l'air préoccupé :

- Tu es sûr que ça ira avec Andréas, je veux dire... après ce qui vient de se passer ?
- Oh, oui, enfin je pense, dit-il en baissant les yeux avec embarras. Il avait seulement un peu trop bu.

Regardant le mur d'un air absent, Bill frissonna. Malgré ses dires, il n'était néanmoins pas près d'oublier l'attitude d'Andréas. Georg soupira et secouant la tête, il marqua avec insistance :

- Tu lui trouves trop d'excuses. Il t'a agressé, Bill.
- Je m'en rends compte. Mais ce n'était pas lui. Je le connais. Mon meilleur ami n'est pas comme ça, murmura-t-il doucement.
- Apparemment pour lui tu es encore plus qu'un 'meilleur ami'. Il faut vraiment que tu mettes les choses au clair avec lui, sinon il ne se calmera pas.
- Je le ferai, lui assura-t-il en le regardant à nouveau. Merci d'être intervenu en tout cas. Tu es arrivé au bon moment.
- Y a pas de quoi... J'arrive toujours pas à croire qu'il t'ait sauté dessus comme ça...

À ce moment-là, Bill remarqua une ombre derrière Georg qu'il n'avait pas vue jusque-là, et il se figea en rencontrant ses yeux noirs de furie, comprenant qu'elle avait tout entendu. Le brun se redressa alors et regarda Georg avec panique, lui faisant de gros yeux en espérant le faire taire. Inconscient de ce que tentait de lui communiquer le brun, Georg croisa les bras, ses épaules se haussant tandis qu'il secouait la tête d'un air sérieux.

- ... Franchement, c'était violent. Quand je l'ai vu te plaquer contre le mur et te toucher, j'ai vraiment cru qu'il allait te violer. Il était en plein délire.

Croisant à son tour les bras, Bill se mordit les lèvres en trépignant nerveusement sur place, ses yeux reflétant l'angoisse, et suivant son regard, Georg se retourna enfin, réalisant son erreur.

Derrière eux, suivi de Gustav, poings et mâchoires serrés, Tom avait visiblement tout entendu de leur conversation et bouillonnait de rage. Il cracha ses mots, les détachant avec des traits tendus :

- Je vais le tuer.

À suivre...

***

Hm, comment est-ce que ça va se terminer... mystère. x)
Je n'ai pas perdu de vue l'explication sur leurs rêves, ne vous inquiétez pas... Un OS en dédicace à qui la trouve! x)
Ah, et ai-je mentionné le fait que le prochain chapitre devrait être plus long >.< hot ? (et le dernier aussi avant l'épilogue ^^; )

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.105.205) if someone makes a complaint.

Comments :

  • lollipopthetop

    24/12/2010

    Je vais tout de suite voir la suite ! Elle promet d'être génial ! OUI

  • beaten-heart

    31/12/2009

    *____*
    la suiiiiiiiiiiiiiiiiiiite

    Je pense qu'Andréas va en prendre pour son grade, de toute façon Tom l'aurait appris un jour ou l'autre....
    J'essaye de me mettre à la place d'Andréas et ça doit pas être facile, il est tiraillé entre ses sentiments pour Bill et cette relation incesiteuse, mais bon....
    Prochain chapitre plus hot ??? haaaan je veux lire ça !!!! =)

    Vivement la suite ^^

    Bonne Année pendant que j'y suis !

  • loveusedetokio

    28/12/2009

    A h quand la site? :)

  • sanggreen

    28/12/2009

    Merci beaucoup Anna!!! :D

    Pour le chapitre 16, je suis en plein dans l'écriture, aux 2/3 environ. Il arrivera avant la fin de la semaine, ça c'est sûr, mais je ne sais pas exactement quand. ^^;;;
    Pardon pour l'attente! ç_ç

    Bisous tout le monde! J'espère que vous passez de bonnes fêtes! ^^

  • xMy-Favourite-Game

    26/12/2009

    Oh putain.
    Désolée de la vulgarité, mais je ne peux rien dire d'autre pour commencer.
    Déja, j'espère que tu te rends compte que tu as un véritable talent, et je dis pas ça pour t'faire plaisir, pour que tu postes plus vite la suite, pour te faire sourire. Je ne sais pas si tu t'en rends véritablement compte, et si ce n'est pas le cas, ouvres bien grand les yeux. J'ai passé la journée sur ton blog, à lire cette histoire. Dès que ma mère préparait le déjeuner, je courrais sur l'ordinateur, cliquait sur le lien dans les favoris, et dévorait avec hardeur ton histoire. J'espère sincèrement que tu considères précieusement le don que tu as pour t'exprimer, pour placer des mots sur des sentations, pour illustrer avec autant de précisions toutes ces émotions. Pourtant, ce n'est pas la première fois que tes histoires m'émeuvent, ni que je suis bouche bée à la fin de la lecture. Mais là, alors là, il fallait que je t'écrive de manière brute, directement après avoir lue ce chapitre.
    J'ai lu qu'il y a avait le chapitre 16 à venir et un épilogue, c'est donc la fin... Honnêtement, je ne peux qu'espérer qu'elle soit positive. J'dirais pas heureuse, parce que le bonheur s'écrit pas comme ça, en deux trois mots, mais c'est avec passion que je lirais tes dernières lettres pour ce p'tit bout de vie que t'as réussi à transmettre.
    J'suis désolée, mais je n'compte pas décrire ce que j'aime ou aime moins dans tes chapitres, je ne m'en sens pas l'envie tout simplement car c'est bien évident.
    Merde, j'suis vraiment boulversée. Je te quitterais donc sur un MERCI, un vrai, un réel, un plein d'étoiles sur le I j'suppose.
    Anna.

  • sanggreen

    21/12/2009

    Bientôt, désolée pour l'attente. T_T
    Je sais que je me fais désirer pour la fin là, pardonpardonpardon! ^^;;;;

  • croate-powaaa

    19/12/2009

    coucou
    oui je sais que je viens encore réclamer T__T
    mais je me demandais quand tu posterais la suite...
    je passe assez souvent mais jamais elle n'y est bouhouh

    Alors je viens aux nouvelles xD

    Biz

    Ju.

  • sanggreen

    15/12/2009

    Je ne suis pas loin. ;)
    Je suis malheureusement un peu prise ces derniers temps, donc il faudra attendre les vacances pour la suite et fin. éè
    Désolée. *rougit*

  • x-d0li-prane-x

    14/12/2009

    Ma chère et tendre Sanggreen... OU DONC ES-TU PASSEE?! é___è

  • ecrire-pr-parler2

    26/11/2009

    ouais j'ai vu la dernière phrase de la dernière page malgré moi et je pense que je vais m'endormir avec encore des questions plein la tête
    (comme cette nuit, le dernier chap où je mettais arrêté c'était quand Bill venait de plaquer Andi dans les toilettes, crois-moi je me posais trop des question pour la suite xD et de plus j'avais constament l'image de ce qu'ils avaient fait dans la nuit malgré que tu ne nous l'ais pas assez décrit è_é)
    mais à mon avis rassure toi, tu n'as Absolument pas besoin de stresser ! j'adore tout ce que tu fais pour l'instant, je ne vois vraiment pas comment tu pourrais me décevoir <3

Report abuse