Tu ne peux pas comprendre (11/?), partie 2/2

Deux heures plus tard

Assis dans un des box des toilettes du dernier étage du lycée, Bill se moucha une nouvelle fois le nez puis renifla, étouffant ses sanglots.

Il s'était retenu pendant les deux dernières heures de classe au cours desquelles Andréas l'avait royalement ignoré – la tension plus que palpable alors que les deux garçons étaient placés côte à côte.

De plus, il n'avait cessé de se sentir observé tandis que leurs 'camarades' échangeaient des messes basses et ricaneuses à leur sujet. Sans comprendre de quoi il retournait exactement, le professeur s'était même plaint avec mauvaise humeur de l'agitation inhabituelle qui animait ses élèves.

Une boule dans la gorge, Bill avait donc lutté à grand-peine contre les picotements dans ses yeux, puis quand la cloche avait sonné, il avait rassemblé en vitesse ses affaires et était sorti de la classe sans un seul regard pour son petit ami, allant directement se réfugier dans les toilettes, choisissant les plus isolées du lycée où il était sûr de ne pas être dérangé jusqu'à la sonnerie.

La porte s'ouvrit néanmoins doucement alors que quelqu'un entrait, et quand Bill renifla, vidant un peu plus le rouleau de papier, la personne s'immobilisa, essayant de localiser le bruit avec précision. Elle marcha ensuite vers le box où se trouvait le brun et posa ses mains écartées sur la paroi.

Se rendant compte soudainement de sa présence, Bill se tut et se tendit.

- Bill, ouvre-moi, soupira l'intrus d'une voix douce.

Le brun essuya ses yeux rougis en le reconnaissant, et il trembla.

- Laisse-moi.
- Si tu ne me laisses pas entrer, je retourne amocher Andi, humpffa Tom.

Bill releva la tête à ces mots, affolé. Tom s'était battu avec leur meilleur ami ?

- Quoi ? s'étrangla-t-il.

Se levant, le brun ouvrit précipitamment la porte, son regard angoissé rencontrant celui préoccupé de son frère. Ils se fixèrent un instant en silence, jusqu'à ce que Bill détourne le regard, croisant ses bras de manière protective. Ses yeux brillaient toujours et il se mordait l'intérieur des joues pour ne pas pleurnicher comme un bébé à nouveau. Tout était de sa faute.

- Je veux dire, tu ne l'as pas vraiment... si ? demanda-t-il, mal à l'aise.
- J'exagère, soupira encore Tom en le dévisageant. En fait, j'ai juste eu le temps de lui rendre sa baffe, mais je peux aller lui en mettre d'autres si tu veux, il le mérite.

En réalité, son poing avait eu le temps de lui mettre un pain en bonne et due forme, mais on n'en était pas à un détail près, hein ? Même Andréas n'avait ni protesté ni encore moins répliqué quand il l'avait frappé, le garçon se contentant de lui jeter un regard noir avant d'aller fumer plus loin pour cogiter tandis que les amis de Tom s'étaient jetés sur ce dernier pour contenir sa fureur alors qu'un pion passait non loin de là, les regardant avec suspicion.

Bill souffla de soulagement, puis honteux, il étouffa un rire sans joie et secoua la tête d'un air résigné :

- Tout le lycée est déjà au courant, hein ?

Il avait déjà entendu les chuchotements railleurs de ses 'camarades', évoquant une querelle d'amoureux. Nul doute que la rumeur s'était répandue comme de la poudre à la récréation. Il déglutit, sentant les larmes l'envahir, et il essuya vivement ses yeux pour les chasser, essayant en vain de ne pas étaler plus son maquillage.

- Tu me diras, ça ne change pas grand-chose. Pour eux, je n'ai jamais été qu'une pédale.

Il étouffa un autre petit rire honteux, murmurant un « désolé » larmoyant, et Tom soupira encore. Refermant la porte du box derrière lui, il s'avança jusqu'à pouvoir enlacer son frère. L'enveloppant de ses bras, il le serra délicatement et frictionna ses épaules et son dos pour l'apaiser.

- Arrête de dire n'importe quoi.

Laissant son frère le réconforter, les bras de Bill s'insinuèrent autour de la taille de Tom et il nicha son visage dans le creux son cou, sanglotant légèrement. Attendant qu'il se calme, le blond déposa de courts baisers doux et chauds à la naissance de sa mâchoire, juste à l'endroit sensible situé sous son oreille, et il sentit le brun frissonner dans ses bras, le jeune homme ravalant nerveusement ses derniers pleurs.

- Je suis sûr qu'Andi me déteste maintenant.

Tom fronça les sourcils, et ses lèvres effleurèrent son oreille.

- Arrête, c'est faux. Et puis, ça serait plutôt à toi de le détester. Andi a agi comme un connard, il n'avait aucun droit de te frapper.
- Il voulait qu'on s'affiche, il voulait m'embrasser et je ne voulais pas, expliqua Bill en soufflant contre sa peau. Mais en fait...
- Il n'avait pas à te forcer, insista Tom.
- Non, tu ne comprends pas... C'est ma faute, Tom. Tout ça, c'est de ma faute.

Surpris, Tom recula, obligeant Bill à faire de même bien que ses mains restassent agrippées à sa taille, et le brun baissa les yeux, reniflant encore.

- Il a raison, poursuivit-il. Sans m'en rendre compte, je me suis foutu de lui, et parce que j'ai joué au con avec lui, je risque aussi de perdre mon meilleur ami. Je n'ai eu que ce que je méritais.
- C'est faux, le contesta Tom. Andi a aussi ses torts !
- Non, lui m'aime, il a été clair, alors que moi, je suis resté avec lui tout en sachant que je l'aimais pas. Je ne lui ai pas donné de réponse alors que je savais très bien que ce n'était pas de lui dont j'étais amoureux.

Bill se mordit les lèvres, conscient d'en avoir trop dit, et il croisa les bras de manière protective.

Il avait menti à Andréas en reportant encore et encore le moment fatidique où il devrait lui dire qu'il ne l'aimait pas, qu'il voulait rompre et redevenir simplement son ami.

Tout comme il lui avait menti tantôt ce matin en lui disant qu'il s'était disputé avec Tom alors que la seule raison pour laquelle les jumeaux étaient restés distants était tout autre, inavouable.

Car, comment aurait-il pu lui avouer que cette raison était que Tom et lui s'étaient réveillés tous les deux en pleine nuit, bandants après avoir fait un rêve érotique, et qu'ils s'étaient alors embrassés, déshabillés, touchés et frottés passionnément jusqu'à jouir ensemble dans leur lit, puis s'étaient encore embrassés jusqu'à se rendormir enlacés sans un mot ?

Bill frissonna tandis que Tom frottait tendrement son bras pour le réconforter, son toucher ne lui rappelant que trop bien les mains qui l'avaient caressé avec ferveur quelques heures auparavant.

- Cela ne change rien. Il n'a pas le droit de te traiter ainsi, souffla Tom avec rage.

Son regard insistant cherchait ses yeux, espérant le convaincre, mais Bill ne pouvait se résoudre à lever la tête, rougissant comme un coquelicot. Il ne pouvait non plus se résoudre à se ranger à l'avis de son frère.

Dans l'absolu, et même si le principal intéressé ne le savait pas, Bill avait pour la première fois la conscience d'avoir trompé Andi... avec son propre frère. Sans le savoir, le blond platine avait toutes les raisons de lui en vouloir. Néanmoins, Bill ne se sentait pas du tout honteux de ce qu'il avait fait avec son jumeau.

Bill sentit ses joues brûler sous le regard de Tom, et il essuya une fois de plus grossièrement ses yeux rouges et gonflé. Il devait être horrible à voir, avec son maquillage tout coulé et son visage cramoisi.

- Désolé, répéta-t-il.

Deux mains vinrent délicatement se poser sur ses joues, glissant tendrement sous ses yeux pour effacer toute trace de pleurs et de khôl, et Bill leva timidement les yeux, se perdant complètement dans le regard tendre de Tom. Et quand s'enhardissant le blond captura sa mâchoire, l'obligeant à relever un peu plus la tête, Bill sentit leurs nez se frôler. Les lèvres de Tom n'étaient qu'à quelques centimètres des siennes.

- Désolé de quoi ?

Bill hésita, puis haussa les épaules. Il ne savait plus quoi dire, perturbé par leur proximité alors que ses souvenirs de la nuit revenaient, et sous le regard intense de Tom, un petit gloussement gêné s'échappa des lèvres du brun.

- Je... Je ne sais pas, bredouilla-t-il.

Il ne savait pas de quoi il s'excusait. À vrai dire, il se sentait juste confus par toute cette situation. Comment en était-il arrivé là ?

Les mains de Tom caressaient à présent son cou, le faisant frissonner alors qu'il sentait le bout des doigts malaxer lentement, presque sensuellement sa nuque, et Bill baissa à nouveau les yeux en rougissant, ses mains venant agripper le sweat de son frère au niveau de son ventre. Ses doigts tordirent nerveusement l'épais tissu, ses ongles gratouillant pour sentir les abdos qui se cachaient dessous, et rougissant, il étouffa un encore léger rire, s'exaspérant lui-même.

- Je fais vraiment tout de travers. Mais je n'aurais jamais pensé que... Je veux dire, j'ai l'impression de devenir dingue, je ne sais pas ce qui m'arrive.

Son c½ur battait comme un fou dans sa poitrine, et Bill était frustré. Il ne sentait pas le courage d'expliquer à son jumeau tous les sentiments qui le submergeaient en ce moment même, et pourtant...

- Je comprends, Bill. Ne t'inquiète pas, je comprends.

Tom avait appuyé son front contre le sien, ses yeux à moitié clos. Il s'était encore rapproché, et leurs corps étaient pratiquement collés l'un contre l'autre. Bill déglutit en sentant leurs nez se frotter, et son petit c½ur mis à rude épreuve s'affola encore un peu plus quand Tom se pencha avec hésitation, leurs lèvres indécises s'effleurant un long moment. Les paupières de Bill se fermèrent, et plusieurs secondes passèrent tandis qu'ils s'enfermaient un peu plus dans leur petite bulle, oubliant le monde extérieur.

Pour la première fois, tous deux étaient conscients de flirter ouvertement avec l'autre, conscients de leurs sentiments interdits, et la chaleur irradiait littéralement de leurs visages. Ils n'avaient pas besoin de plus de mots pour se comprendre.

Leurs bouches allaient se toucher, quand...

- Bill ? Tu es là ?

Les jumeaux ouvrirent simultanément les yeux, se lâchant et reculant assez pour se jeter un coup d'½il puis tourner la tête. Ils avaient arrêté de respirer, espérant passer inaperçus, mais quand Tom baissa son bras, son coude heurta malencontreusement le support de papier métallique, celui-ci cliquetant et résonnant furieusement dans la petite pièce. De l'autre côté de la porte, à quelques mètres de là, Andi se figea et soupira.

- Bill, je sais que tu es là.

Pour repérer dans quel box il se trouvait, il se plia en deux, mains dans les poches, et ses yeux scannèrent les bas découpés des portes.

- Je suis venu m'excu...

Il s'interrompit en voyant deux paires de pieds – des baskets blanches recouvertes de bas de jeans trop grands et des boots noires – pratiquement entremêlées à l'intérieur de l'une des toutes petites cabines. Choqué en en devinant les propriétaires, il se redressa au bout de quelques secondes, ses pensées filant à mille à l'heure et concoctant diverses hypothèses encore plus choquantes, et lorsque la porte de la cabine s'ouvrit, Tom puis Bill en sortant lentement, la gorge d'Andréas se serra pour de bon sous la suspicion.

C'était bien eux. Qu'est-ce que ça voulait dire ?

Les trois garçons s'observèrent, Bill restant craintivement derrière Tom. Son jumeau fronçait les sourcils, faisant barrière entre lui et Andréas, tandis que le blond platine arborait toujours une expression choquée, complètement hébété de trouver les deux frères enfermés dans un endroit si... confiné.

- Qu'est-ce que vous faisiez là-dedans ?
- Qu'est-ce que tu viens faire ? siffla Tom.

Andréas se tendit un peu plus quand leurs regards se rencontrèrent, sa joue brûlant encore au souvenir du coup que le blond lui avait donné. Passant une main nerveuse dans ses cheveux, Andi observa encore l'étrange paire un moment, puis il jeta un coup d'½il vers le brun, mal à l'aise en constatant que celui-ci avait pleuré.

- Bill, je peux te parler ?
- Qu'est-ce que tu lui veux ? grogna Tom.
- Je suis juste venu m'excuser. Bill, on peut se parler, seul à seul ? dit-il en ignorant le jeune homme aux dreadlocks.

Tom allait ouvrir la bouche, visiblement agacé par le comportement de leur ami, mais alors qu'il s'apprêtait à avancer vers lui, déterminé à lui montrer à nouveau sa manière de penser, une main attrapa la sienne, le retenant. Il se retourna vers Bill, et leurs pupilles se rivèrent sur l'autre, tels des miroirs.

- Ça ira, Tom.
- Tu en es sûr ?
- Oui, ne t'inquiète pas, murmura presque Bill avec un sourire timide.

Immobile devant la scène, Andréas n'entendit qu'à peine les mots qu'ils échangeaient, ses yeux jalousement rivés sur leurs mains liées tandis que Bill serrait affectueusement celle de Tom pour le rassurer, son pouce en caressant doucement le dos.

Inconscient de cet examen, Tom fixa un instant le regard suppliant de son petit frère, puis il soupira, cédant avec réticence.

- Ok, mais je t'attends dehors.

En guise d'avertissement, il lança un regard noir vers Andréas avant de se sortir de la pièce.

Quand ils furent enfin seuls, le jeune homme leva les yeux vers Bill. Sans le regarder, celui-ci se dirigea vers le lavabo, et Andréas l'observa alors qu'il sortait un mouchoir en papier et le mouillait pour enlever délicatement les dernières traces de khôl sur son visage.

Embarrassé, Andréas croisa les bras et commença à piétiner nerveusement sur place. Quelques secondes passèrent dans une lourde atmosphère avant qu'il n'ose briser le religieux silence.

- Bill, je m'excuse. Je ne sais pas ce qui m'a pris tout à l'heure.

Ledit Bill se redressa, et baissant la tête, il se mordit les lèvres sans répondre, ses pensées semblant ailleurs alors qu'il réfléchissait. Inquiet, Andréas s'emballa :

- Je sais que c'est inexcusable, je n'aurais jamais dû poser la main sur toi, et je comprendrais si tu ne...
-Excuses acceptées, l'interrompit-il.

Surpris, le blond platine redressa la tête avec espoir, et leurs regards se rencontrèrent. Bill frissonna et enveloppa ses propres bras autour de lui. Andréas sourit, laissant échapper un rire. Il souffla, rassuré :

- Oh, merci. Merci Bill, vraiment. Je...
- C'est toi qui as raison, le coupa-t-il. C'est ma faute si on en est arrivés là. J'aurais dû te donner une réponse bien avant.

Bill se pinça les lèvres un instant, et Andi eut encore un rire nerveux :

- Qu'est-ce que tu...
- Ça ne peut pas marcher entre nous, il vaut mieux qu'on arrête là, murmura doucement le brun en relevant la tête.

Interdit à ces mots soudains, Andréas se figea. Ses yeux rivés sur Bill, il eut un léger vertige, ne retrouvant sa langue que plusieurs secondes plus tard :

- Quoi ? bégaya-t-il, déstabilisé. Je comprends que tu sois furax après moi mais...
- Je ne le suis pas du tout.
- Mais... pourquoi alors ? Dis-moi pourquoi ?

Andréas avait l'air dévasté, et Bill détourna les yeux.

- Je ne... ressens pas la même chose que toi. Je suis désolé.

Il se tut un instant en voyant que le blond platine était abasourdi, puis il rajouta :

- Je veux vraiment qu'on redevienne amis, comme avant. Je ne veux pas te perdre, Andi.

Sortant de sa léthargie, Andréas secoua la tête.

- C'est faux. Tu... Tu m'as dit que...
- Je suis désolé, répéta-t-il en bredouillant.

Contournant le jeune homme tout en évitant son regard, Bill se dirigeait vers la porte quand le jeune homme lui barra le chemin. Les yeux du brun s'écarquillèrent avec effroi lorsque leurs pupilles se rencontrèrent. Andréas semblait consumé par la jalousie.

- C'est à cause de Tom ?
- Quoi ? s'étrangla Bill.
- Il n'accepte pas qu'on soit ensemble, c'est ça ? Il ne peut pas supporter que tu sois avec quelqu'un ? Je sais que vous êtes proches, mais...
- Andi, le coupa-t-il. Ça n'a rien à voir avec Tom.

Il avait fortement bégayé, semblant déstabilisé par ses propres mots, et Andréas se tut momentanément à son ton, ses doutes grandissant. Il lui mentait. Et quand Bill essaya à nouveau de passer, paraissant pressé de le fuir, il ne l'en empêcha pas, essayant seulement de contenir la colère qui l'envahissait.

Bill le sentit, et culpabilisant, il marqua une pause quand sa main toucha la poignée et il tourna la tête vers le jeune homme dont il ne voyait que le dos.

- Je suis vraiment désolé. Si tu veux, on pourra en rediscuter à la fête chez Jan, demain soir.

Jan et Daniel organisaient en effet une fête pour leur départ le lendemain soir, fête à laquelle sûrement près de la moitié du petit lycée était convié. Ils auraient tout l'alcool qu'il faut et une gigantesque maison à disposition vu que les parents de Jan ne seraient pas là, et Andréas avait espéré pouvoir se rapprocher de Bill et franchir un nouveau pas dans leur relation, sachant que Simone et Jorg partaient également en voyage pour tout le week-end.

Andréas ferma un instant les yeux. Tout cela n'avait aucun sens, pourquoi Bill... Si soudainement...

Il rouvrit brusquement les yeux quand le brun ajouta avec gêne, souriant timidement :

- Je t'aime beaucoup Andi, et je veux vraiment qu'on reste amis.

La sonnerie retentit en même temps que la porte claquait derrière Bill, et les dents d'Andréas se serrèrent en entendant le timbre étouffé de la voix inquiète de Tom à travers les fins murs.

Il rouvrit les yeux. Il avait enfin compris. Oui, il ne savait pas comment, pourquoi, mais tout cela ne pouvait être que de la faute de Tom. Dieu seul savait ce qu'il avait pu dire à Bill.

Mais quoi qu'il n'en plaise à son frère, Andréas n'était pas prêt à renoncer si facilement à Bill.

À suivre...

***

Chapitre plutôt ennuyant >.>, mais ça va vraiment bouger au prochain, promis! ^^
Gros bisous à tous!!! <333

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.196.135.90) if someone makes a complaint.

Comments :

  • soso-rockeuse

    25/08/2011

    super chap !!!!

  • mini-tagada

    22/05/2011

    Ouh le méchant Andreas, je recommence à le détester avec plaisir hihi !

  • lollipopthetop

    24/12/2010

    J'adore Tom ! Mais ... il aurait dut le massacrer !

  • sanggreen

    14/07/2009

    Oui, désolée je traîne. ^^;;;
    Mais je vais poster un chapitre aujourd'hui, il est quasiment fini (vive les jours fériés! :D)
    Désolée pour l'attente! <3

  • 4therecord

    14/07/2009

    nooooooooooooooooon ,o
    je paye 10 euros ma connexion internet, et... pas de suite.
    *se pend*

  • Addict-Of-The-USA

    14/07/2009

    Snif snif, je pars pour 3 jours, j'espéré avoir une p'tite suite.
    Alors j'espère pour toi qu'elle sera majestueuse cette suite x'DDD.

    Biisous à toi ♥♥♥♥♥♥♥ :D

  • Binoouh

    13/07/2009

    Ho mon dieu!
    Andréas était déja jaloux juste avec un regard qui bill pouvait porter a Tom....
    Ca va être quoi dans les prochains chapitres, s'ils ne sont plus ensemble! O.O

  • sanggreen

    11/07/2009

    Hm, ce n'est pas gagné, mais je vais essayer? ^^;;;
    Gros ziboux! <3

  • 4therecord

    11/07/2009

    poste avant demain midi par PITIÉ d'une lectrice qui décolle demain en début d'après midi et ne revient pas avant fin août.
    sitoplé ;_;

  • Addict-Of-The-USA

    10/07/2009

    Ca faisait un mois & demi que j'étais coupé d'internet ( pour cause de déménagement ) , & je peux te dire que de voir tous tes petits chapitres tous beaux m'ont fait une immense joie !
    Encore une fois c'est magnifique, & j'adore cette complicité de Bill&Tom. & le truc qui m'a fait un peu flipé au début car je n'avais pas compris ( dans la 1° partie ), c'était le fait que Bill voyait Tom je pense, sans réellement le voir x).

    * Au fait, je suis anciennement MackyxReden, juste pour te le dire ;) *

    Merci de nous écrire de si belles choses ♥

Report abuse