Tu ne peux pas comprendre (11/?), partie 1/2

Désolée, c'est court, mais c'est parce que j'ai préféré couper le chapitre en deux. ^^
Bonne lecture! Et merci encore pour tous vos commentaires, vous êtes adorables!
<3333

***

Le lendemain matin.

Le bus s'arrêta non loin de l'entrée du lycée, et alors qu'ils descendaient du bus, les crampons de leurs chaussures venant écraser la neige fondant au soleil en une bouillie boueuse, Andréas jeta un coup d'½il discret vers les jumeaux. Leur attitude le laissait perplexe.

Durant le trajet, les deux frères avaient été inhabituellement distants et silencieux l'un envers l'autre, s'ignorant presque, et pour une fois, les yeux de Bill étaient restés rivés sur ceux du blond platine, comme s'ils avaient cherché à éviter les prunelles – pourtant obstinément baissées – du blond.

Traversant à présent la cour de l'établissement, le groupe se sépara, Bill et Andréas laissant Tom et ses amis se diriger vers un vieux bâtiment. Tendant avec curiosité l'oreille, le blond platine entendit le jeune homme aux dreadlocks murmurer quelques mots à son frère, osant lever pour la première fois les yeux vers lui :

- On se voit à midi à la cafète ?

Sa voix était incertaine, presque timide, et Bill se contenta d'acquiescer, ses pupilles fuyantes et ses joues rougissant à cause du froid. Semblant soulagé par sa réponse, Tom sourit imperceptiblement et s'éloigna à grandes enjambées pour rattraper ses amis.

Ne prenant pas garde où il posait les pieds, Bill le suivait du regard, ses yeux observant pensivement sa silhouette, quand la voix précautionneuse d'Andréas le sortit de ses pensées.

- Est-ce qu'il s'est passé quelque chose avec Tom ?

Surpris, la tête de Bill virevolta vers lui et la couleur pourpre de ses pommettes sembla s'accentuer.

- Qu'est-ce que tu veux dire ? bégaya-t-il.
- Je ne sais pas, dit le blond platine d'un ton faussement nonchalant et désintéressé. On dirait que vous vous êtes disputés.
- Oh...

Bill ne répondit pas tout de suite, jetant un dernier coup d'½il vers le bâtiment où se trouvait la classe de Tom. Ce dernier avait disparu de sa vue. Des souvenirs traversant malgré lui ses pensées, il soupira et cherchant ses mots, il toussota :

- Hm, en quelque sorte.

Andréas s'apprêtait à lui poser une autre question, quand Bill glissa soudainement sur une plaque de glace. Il couina en se sentant partir malgré lui en arrière, mais des bras le rattrapèrent dans sa chute, enveloppant sa taille et ses épaules avant qu'il ne tombe peu gracieusement par terre. Andréas l'aida à se redresser, et Bill rougit.

Plusieurs petits groupes d'élèves s'étaient retournés vers eux, moqueurs et pouffant, et il pouvait entendre les gros blaireaux de sa classe s'esclaffer de leurs voix bouffonnes.

- Non mais regardez-moi ce couple de pédales, dit l'un d'eux.

Gêné d'être ainsi au centre de cette attention malsaine, Bill se défit un peu précipitamment de l'emprise du jeune homme, et surprenant celui-ci, il le repoussa pour prendre un peu de distance avec lui.

- Merci, marmotta-t-il, toujours rouge comme une tomate.
- Hé le prognathe, ta p'tite copine vient de te larguer ? les interpella une armoire à glace.

Andréas jeta un regard noir en direction des 'gros durs' de leur classe qui venaient encore de ricaner aux mots de leur chef, puis il se tourna vers Bill avec un peu de mauvaise humeur.

- Tu sais, je me fous de ce qu'ils pensent, murmura-t-il.

Bill étouffa un rire sans joie et se remit à marcher, fixant le sol pour éviter les sournoises plaques de glace qui guettaient ses pas peu assurés car tremblants.

- Vraiment ? Je ne m'en fous pas, moi. Et jusqu'à présent, tu ne t'en foutais pas non plus. J'ai pas envie qu'on se fasse tabasser.
- Ils n'oseraient pas, affirma le blond platine. En fait, je suis sûr qu'ils se la fermeraient si on...

Il s'interrompit, hésitant. Bill remonta son lourd sac sur ses épaules et lui jeta un coup d'½il éberlué, réalisant après un instant ce qu'il voulait dire.

- Si quoi ? Si on s'affichait ?
- Pourquoi pas ? dit Andréas en haussant les épaules.

À ces mots, Bill s'arrêta et se tourna complètement vers lui, l'air sidéré. Tout comme lui, Andréas avait tenu depuis le début à ce que leur relation reste secrète. Il avait même clairement montré à diverses reprises des difficultés à accepter le fait qu'il était gay, tenant des propos homophobes face à leurs amis pour se protéger et éloigner tous les soupçons. Il s'en était expliqué il y a peu devant Bill, et le brun avait compris sans mal et pardonné ses paroles. Andréas avait eu peur, tout comme Bill avait peur.

Alors, pourquoi s'afficher maintenant au grand jour ?

Voyant l'expression étonnée de Bill, Andréas s'éclaircit la gorge, devinant ses pensées. Il voulait faire des efforts pour le beau brun, et dieu savait que Bill était à croquer avec son bonnet noir, ses longs cheveux noirs lissés et son petit nez rougi par le froid. Le blond platine tira nerveusement sur son propre bonnet.

- Je sais que j'ai parfois été con, et j'ai sûrement agi bêtement avec toi depuis qu'on est ensemble mais... J'aimerais... enfin, je sais que tu ne m'as pas encore donné de réponse, mais on est toujours ensemble, non ?
- Andi..., commença Bill avec embarras.
- Je t'aime, réaffirma Andréas en se penchant vers lui, et je suis prêt à leur montrer, maintenant.

L'air fier, il eut un léger rire plutôt stupide et agrippa son bras, le serrant presque un peu trop inconfortablement au goût de Bill. Celui-ci détourna le regard, essayant discrètement mais en vain de se défaire de l'emprise du jeune homme. Ils étaient au milieu de la cour et tous les regards étaient à présent rivés sur eux, semblant plus intéressés par le spectacle qu'ils offraient que par la sonnerie qui leur sommait d'aller en cours, et le brun commençait à être nerveux.

- Écoute Andi, moi je ne le suis pas, pas du tout même, et...
- Je n'ai plus envie de me cacher. S'il te plaît, Bill. On pourrait juste... s'embrasser ?
- Quoi ? Ici? paniqua Bill.
- Juste un petit baiser, insista Andi, pour les faire taire.
- Je ne peux pas.

Bill essaya de libérer son bras, mais Andi le serra un peu plus fort. Le brun retint un gémissement de douleur.

- Pourquoi ? le poussa le blond platine, s'agaçant un peu. Qu'est-ce qui t'en empêche ? Tu n'aimerais pas assumer toi aussi ce que tu es ?

Effrayé, Bill le fixa simplement un instant, toute pensée le quittant, puis il se ressaisit légèrement. La bouche d'Andréas était vraiment trop proche de la sienne. Or, il n'avait pas la moindre envie de faire son coming out en roulant une pelle à son meilleur ami devant tout le lycée.

- Je ne sais pas, hésita-t-il, essayant de gagner du temps. Il faudrait que j'en parle à Tom.

C'était son meilleur argument possible, car après tout, il demandait toujours son avis à Tom en premier avant de prendre une décision, même la plus futile qu'il fût, parce que leur relation était juste comme ça, et tant pis si personne ne pouvait le comprendre.

- À... Tom ? siffla Andi, incrédule. Mais putain, Bill, ça ne concerne que nous!
- Andi, tu me fais mal, bégaya-t-il en grimaçant sous la douleur.

Énervé, le blond platine serrait de plus en plus son bras sans même s'en rendre compte. Néanmoins, alors que leurs yeux se fixaient, ceux de Bill reflétant de la peur, il le lâcha brusquement. L'air impassible, le jeune homme murmura froidement :

- Tu te fous vraiment de ma gueule, Bill. Je croyais que j'avais un peu plus de valeur à tes yeux. Visiblement, je me suis trompé.

Sans rajouter un mot, Andréas tourna les talons et se sentant coupable, Bill essaya de le rattraper, sa main agrippant son bras.

- Attends !

Clac !

Sa tête tournée vers le côté sous l'impact, les pupilles de Bill s'écarquillèrent. Autour d'Andréas et lui, tous se turent immédiatement, stupéfaits par la scène.

Quelques secondes passèrent, puis Andréas tourna à nouveau les talons sans un mot et se dirigea vers leur salle de classe en laissant Bill planté dans la neige qui fondait toujours, le regardant s'éloigner, une main sur sa joue brûlante.

Andi venait de le... gifler ?

Tout autour de lui, les murmures qui s'étaient un instant tus recommencèrent, ponctués de rires, cherchant à déterminer moqueusement pourquoi les deux losers toujours collés ensemble s'étaient disputés, en venant aux mains de la façon la plus gay qui soit, et ses longs cheveux dissimulant son visage, Bill baissa les yeux.

Ils étaient remplis de larmes.

***

La seconde partie du chapitre ne tardera pas trop, j'ai juste voulu couper pour être sadique ne pas vous faire patienter plus. ^^
Suis zentille, hein? 8D
*évite les tomates*

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.105.205) if someone makes a complaint.

Comments :

  • soso-rockeuse

    25/08/2011

    ach scheisse la j'ai bien envie de mettre un coup de poing a andreas la, pauvre billou!

  • lollipopthetop

    24/12/2010

    Je vais d'abord le kidnapper, l'attacher solidement en serrant par le plus grand des hasards trop fort les liens puis je le torturerais et le découperais en rondelle en commençant par le bas de son corps où plus exactement ses organes génitaux après je le ferait frire ensuite je déposerais sont corps en charogne aux corbeaux qui le déchiquetteront peu à peu afin qu'il ne reste de lui que son squelette que je broierai et pour terminer je mettrais ce qui restera dans une mare résiduelle. Sale con Andréas !

  • My-own-wish

    27/06/2009

    J'espère que Tom va lui péter sa gue*le à Andi =D

  • beaten-heart

    27/06/2009

    Haaan une suite *___*

    Et la c'est le drame, Bill echappe de peu à la chute, poverino *__*
    Ca c'est à force de trop regarder Tom......mais heureusement super Andréas est là =)

    O.O oui bien sûr embrassez vous au milieu de la cour, non pas qu'ils n'ont pas le droit hein mais bon Bill n'est pas amoureux d'andréas, quand va t-il lui dire? :s

    " il n'avait pas la moindre envie de faire son coming out en roulant une pelle à son meilleur ami devant tout le lycée" j'aime cette phrase :O

    Tom le mot à ne pas dire en présence D'Andréas, je sens que ça va mal se terminer ça :/ Ouille une baffe!

    Haaaan la suite T_T

    T'es SADIQUE

    xD c'est pas possible ça, tu te débrouille toujours pour nous laisser à un moment important, je veux la SUITE!!!!!

  • LAPLANETEROCK

    26/06/2009

    Rooh il est grave Andréas >.<
    Mais Tom va lui massacrer la geule! Héhé

    Vite la suite ^^

  • sanggreen

    26/06/2009

    Merci! ^^
    Bonne nuit!

    Merci pour les com's <3

  • Xx-SIMSALABIN-xX

    26/06/2009

    Mouhaha !
    Si la suite ne tarde pas trop alors ça me va que tu sois sadique. ^^'
    Mon dieu, la gifle je ne la voyais pas venir, tout comme Bill je suppose.
    Mais bon, c'est vrai que du point de vue d'Andy ça doit être lourd les "il faut que je demande à Tom" T.T
    J'aime bien la tension entre les deux frères *sadique^^ *
    J'ai hâte de voir le repas comment ça va se passer =D
    En tout cas, bien que ce soit plus court que d'habitude (mais ce n'est qu'une partie) j=c'est tout autant agréable :)
    Merci pour ce petit moment.
    Bonne nuit,
    Bisous.

  • 4therecord

    25/06/2009

    hahahahahaha
    il va se faire péter la gueule! ;d

  • sanggreen

    25/06/2009

    On va avoir besoin de plus de tomates pourries pour la suite! 8D
    Qui veut de mes tomates pourriiiiiies? ^o^

  • luge-traum-wirklichkeit

    25/06/2009

    Andy mérite vraiment qu'on lui balance des tomates pourri en pleine tête !! Nan mais quel abrutis fini celui là. A mon avis si Tom venait a apprendre ce qu'il viens de faire bah sa petite bouille de blond platine ne va pas être jolie jolie une fois que le dreadé ( qui est maintenant tressé -_-'' ) ce sera occupé de lui
    Merci pour cette suite =) bisous a bientot pour la deuxième partie ;) bye

Report abuse