Tu ne peux pas comprendre (8/?)

Désolée pour le retard! ^-^;;;;;;
Je ne pensais pas que le temps passerait si vite. >.>
Voici une partie de ce que j'avais prévu de poster. Il manque encore une petite partie (avec les G's que je vous promets depuis longtemps, lol), alors je posterai vite un prochain petit chapitre qui sera exceptionnellement dédicacé à Stern dont c'est l'anni aujourd'hui (joyeux anni! ^o^).
Bonne lecture! (et merci de ne pas m'avoir *trop* menacée pour mettre la suite ç_ç XD)

***

Les anneaux du rideau crissèrent sur la tringle. Dehors, les flocons de neige scintillaient comme des diamants aveuglants sous les rayons du soleil hivernal.

- Debout là-dedans ! chanta une joyeuse voix de femme.

S'éveillant en sursaut au vacarme, Bill ouvrit et écarquilla les yeux.

Il les referma bien vite cependant en comprenant que Simone venait d'ouvrir les rideaux de la chambre. Se tournant sur le côté en gémissant plaintivement, le brun plissa ses paupières, espérant barrer la luminosité intempestive qui tentaient de les traverser.

Il voulait se rendormir, il voulait retourner dans cet étrange rêve et voir qui était dissimulé sous ce fichu rideau. À côté de lui, Tom grogna, semblant également vouloir se replonger dans ses propres songes, quels qu'ils fussent.

- 'man ! geignit Bill en plongeant son visage dans le coussin, frustré de son intrusion indélicate.
- Il est presque dix heures, les informa-t-elle jovialement en ignorant royalement les grognements de ses fistons paresseux. Je n'allais pas partir faire les courses sans vous réveiller quand même.

Bill marmonna un 'on s'en serait facilement passé pourtant' en se recroquevillant avec embarras sous les draps en constatant subitement que son rêve avait quelque peu émoustillé son entrejambe.

À cette constatation gênante, ses genoux vinrent cogner nerveusement contre les cuisses de son frère qui lui tournait le dos dans l'espace restreint où ils se trouvaient, et le blond grogna plus fort d'être ainsi dérangé dans son sommeil.

Se roulant en boule, Tom remonta les couvertures sur sa tête pour se barricader douillettement. Son frère, sa mère et le soleil n'étaient que des empêcheurs de dormir en rond !

S'arrêtant au milieu de la pièce pour observer ses ronchonneurs de fils, Simone marqua une pause, perplexe de les voir tous deux dans la même chambre. Elle pencha la tête sur le côté avec étonnement.

- Vous n'avez pas descendu le matelas pour Andréas ?
- On a oublié, je lui ai laissé mon lit, marmotta Bill de sa voix groggy de sommeil, soulagé de voir que la présence de sa mère et la mention d'Andréas calmaient radicalement son excitation.

Simone étouffa un rire.

- D'accord, je ne vais pas aller le réveiller alors, je vous laisse le faire. Mais n'en profitez pas pour traîner pas au lit ! On mange à midi trente et je tiens à ce que vous trois preniez un petit-déjeuner avant, compris ?
- Entendu, répondit Bill sur un ton un peu exaspéré.

En plus d'être une maman poule, couveuse et gaveuse, sa mère était également une véritable montre suisse pour qui le rituel des repas était sacré et surtout à horaires fixes. Personne n'échappait à sa dictature... d'ailleurs, pourquoi Andréas avait droit à quelques minutes de sommeil supplémentaires alors que Tom et lui devaient subir son réveil tonitruant, d'abord ?

Bill fit la moue face à ce traitement de faveur, et projetant secrètement de se venger en versant un seau d'eau froide sur la tête du jeune homme en guise de réveille-matin dès que sa rabat-joie de mère serait sortie, il remonta les draps au-dessus de sa tête en grognant. Simone gloussa.

- Bien.

Contournant le lit, elle se rapprocha et se penchant, elle tira sur les draps pour déposer une grosse bise sur le front de son plus jeune fils. Bill geignit plaintivement pour forme en l'entendant s'extasier d'une voix aiguë sur son 'gros bébé' mais leva néanmoins la tête pour à son tour embrasser tendrement sa maman sur la joue en guise de 'bonjour'. Elle était rabat-joie, mais c'était quand même la meilleure des mamans de la Terre entière.

Simone se redressa ensuite, un sourire pensif sur les lèvres en les regardant. Ses fils étaient quasiment collés l'un à l'autre, Bill recroquevillé contre le dos de son frère.

- Vous êtes vraiment trop grands pour dormir dans le même lit, soupira-t-elle, surtout dans un lit une place. Je ne sais pas comment vous vous débrouillez pour ne pas finir par terre le matin.
- 'man, geignit encore Bill en contestation en levant les yeux au ciel.

Ils en avaient parlé des centaines et des centaines de fois, et même si elle était convaincue que ses fils perdraient tôt ou tard cette habitude enfantine de dormir ensemble, elle savait qu'elle ne pouvait contraindre ses fils têtus d'arrêter. Souriant un peu plus, Simone se retourna, revenant vers la porte.

- Ok, ok, je ne dis rien, se défendit-elle d'un ton léger et guilleret en levant les mains. Embrasse ton frère pour moi, à tout à l'heure !

Elle partit comme elle était venue, refermant la porte derrière elle et laissant la lumière les torturer. Comme Jörg travaillait également le samedi matin, cela signifiait qu'ils seraient seuls dans la grande maison jusqu'à midi. Bill humpffa et rabattit entièrement les draps sur son frère et lui. Il plongea son nez dans le cou de Tom en respirant profondément un moment, puis repensant à sa fin de rêve gâchée, il soupira.

Il n'avait pas eu le temps de voir qui était le mystérieux blond.

Car il lui avait semblé voir des mèches blondes. Enfin, c'était plus une conviction qu'autre chose... En y réfléchissant bien, il n'avait vu qu'un sommet de crane qui lui avait paru blond dans la pénombre floue de son rêve.

Alors que la porte d'entrée claquait au loin, Bill ferma les yeux pour essayer de se rappeler de plus de détails. La scène était encore vivace dans son esprit mais s'effilochait rapidement à chaque seconde qui passait. Néanmoins, la persistance rétinienne des images érotiques dont il se rappelait suffirent amplement à raviver son érection. Rougissant, il gesticula nerveusement contre son frère pour éloigner son bassin, lui donnant par inadvertance un petit coup dans les mollets.

Tourné de l'autre côté, Tom le railla :

- Elle a raison, tu prends toute la place dans le lit.

Bill rabaissa légèrement les draps et ses yeux se rouvrirent pour loucher sur son jumeau. Avec une petite moue indignée, ce dernier humpffa un 'n'importe quoi' agacé contre son cou et lui pinça la taille. Tom se tortilla en gloussant, effleurant son entrejambe, et conscient qu'il bandait toujours, Bill se figea quand les fesses de son frère se frottèrent involontairement sur son boxer tendu.

Tom ne sembla pas le remarquer cependant, et quand il agrippa les mains de Bill pour les immobiliser sur son ventre, le brun paniqua.

Rosissant, ce dernier se redressa brusquement pour mettre de la distance entre eux. Il se leva ensuite du lit en un bond, n'osant jeter un coup d'½il en arrière vers son frère, puis fila vers la porte comme une flèche. Il n'était pas rare que l'un et l'autre se réveillent avec des érections matinales. Cependant, pour une raison obscure, Bill se sentait gêné ce matin-là....

Entre le baiser chaud et sensuel qu'ils avaient échangé la veille et cet étrange rêve...

- Je vais prendre ma douche, annonça-t-il en ouvrant la porte.

Alors qu'il refermait la porte derrière lui, il ne remarqua pas que Tom avait tourné la tête pour le regarder partir avec étonnement, fixant pendant de longues secondes la porte refermée avant de laisser retomber lourdement sa tête sur l'oreiller en soupirant.

***

Bill entra dans la cabine de douche en bâillant et en frissonnant.

Essayant d'oublier son réveil embarrassant, il ouvrit promptement les robinets, cherchant à régler la température de l'eau, et quand elle fut assez brûlante à son goût, il avança jusqu'à se placer sous son jet.

Il ferma les yeux, et au bout de quelques secondes, passa ses mains sur son visage ruisselant et ses cheveux imbibés d'eau. Ses paupières toujours closes, il grogna alors que l'érotisme de son rêve surgissait à nouveau sournoisement dans son esprit, et il se pencha en avant jusqu'à appuyer son front sur la paroi de la cabine tandis que sa main venait capturer sans détour son érection, commençant à pomper son membre excité à un rythme effréné.

Bill gémit de frustration. Si seulement il avait pu voir le visage de celui qui l'avait si doucement torturé. Imaginant la bouche de l'inconnu donner du plaisir à son mystérieux double derrière le rideau de son songe, le brun se mordit les lèvres.

Il rouvrit néanmoins ses yeux en un éclair quand la porte de la salle de bains couina, indiquant que quelqu'un d'autre était subrepticement entré dans la pièce. Bill se glaça sur place. Il avait oublié de la fermer.

Son c½ur tambourinant sous le stress, Bill lâcha son membre immédiatement et se redressa, jetant un coup d'½il angoissé derrière lui vers le rideau violet de la douche. Il arrêta l'eau, et retenant son souffle, attendit quelques secondes à l'affût du moindre bruit.

Est-ce que c'était Andréas ? En temps normal, cela aurait pu être son frère, mais...

Le brun fronça les sourcils. Il ne l'avait pas remarqué jusqu'à présent, mais en fait, cela faisait plusieurs jours que Tom n'était pas venu prendre sa douche avec lui comme ils le faisaient parfois.

Tendant l'oreille, Bill entendit de très légers froissements, tels des vêtements qu'on enlevait discrètement, et le brun se crispa craintivement, son excitation retombant aussi vite qu'elle était revenue.

Andréas comptait peut-être lui faire une surprise, néanmoins, Bill angoissait rien qu'à l'idée que celui-ci le voie en tenue d'Adam, et pire, qu'il essaie d'entrer dans la cabine de douche.

Il passa une main sur sa bouche, chassant les gouttelettes d'eau qui ruisselaient encore sur son visage.

- Andi ?... Andi, est-ce que c'est toi ? hésita-t-il.

Le rideau s'ouvrit brusquement et poussant un petit cri aigu, Bill virevolta vers le mur. Ses yeux s'écarquillèrent sous la panique tandis qu'il se couvrait en vain de ses frêles bras, tournant de manière prude et apeurée son dos dénudé à l'intrus.

- Andi, sors d'ici ! couina-t-il d'une voix autoritaire.

Il jeta un coup d'½il par-dessus son épaule en entendant un gloussement familier, et il se détendit immédiatement. Soupirant de soulagement, Bill leva les yeux au ciel. Il attrapa un savon dans un coin et se tournant à moitié, le balança dans la direction de son jumeau.

- T'es con. Tu aurais pu me dire que c'était toi.
- Tu as vraiment cru que c'était Andi ? s'esclaffa son jumeau sans la moindre compassion tout en esquivant le savon.

Celui-ci s'écrasa au sol, et le blond se baissa pour le ramasser. Bill suivit ses mouvements fluides du regard, ses yeux glissant sur le torse glabre de son frère d'un ½il inquisiteur. Ne semblant pas remarquer son regard attentif, Tom entra dans la cabine, nu comme un ver.

Détournant la tête, Bill rouvrit les robinets, l'eau s'écoulant à nouveau bruyamment. Sa voix résonna dans l'espace confiné :

- Je ne pensais pas que tu viendrais, c'est tout.

En y repensant, cela devait bien faire une semaine depuis que Tom n'avait pas pris de douche avec lui. Depuis qu'il sortait avec Andréas, pour être exact.

D'habitude, ils la prenaient ensemble une, deux, voire trois fois dans la semaine. Le prétexte officiel était toujours qu'ils étaient en retard et allaient manquer leur bus s'ils ne passaient pas moins de temps à la salle de bains. Ils pouvaient ainsi prendre leur douche ensemble sans que leurs parents trouvent cela bizarre.

La raison officieuse...

Bill jeta un coup d'½il discret par-dessus son épaule tandis que Tom avançait prudemment sous le jet, ses mains et bras tendus retenant ses dreadlocks en arrière alors que l'eau baignait son visage, glissant un peu trop sensuellement sur son corps.

Les pupilles de Bill s'attardèrent un moment sur les yeux fermés de son frère et sa bouche entrouverte avant de descendre lentement jusqu'à se fixer un instant sur la partie la plus intime de son anatomie, puis le brun détourna le regard pour détailler les gouttelettes qui s'écrasaient sur le mur que le jet de la douche éclaboussait. Il commença à se savonner.

Comme lui, Tom bandait légèrement.

D'habitude, Bill n'aurait pas hésité à le toucher, mais avec le baiser de la veille et cet étrange rêve... Néanmoins, il ne bougea pas lorsque les doigts de son frère glissèrent timidement sur ses côtes pour tâter le terrain, glissant sur sa peau savonneuse. Il ne se déroba pas non plus lorsque Tom se colla à lui quelques secondes plus tard, se relaxant même et fermant ses paupières en devinant ses intentions.

Le membre de Tom était à présent complètement dur contre sa hanche, mais contrairement à la veille, Bill n'angoissa pas de se sentir lui-même durcir. En ce lieu, depuis la toute première fois où cela était arrivé par accident, ni l'un ni l'autre n'y avait jamais rien trouvé à redire. C'était même devenu naturellement une habitude parfaitement normale, du moins, elle l'était pour eux.

Se demandant si tous les jumeaux le faisaient, Bill se laissa aller contre son jumeau et soupira lorsque celui-ci posa une main tâtonnante sur sa taille tandis que l'autre dégageait doucement ses longs cheveux noirs mouillés.

Les lèvres de Tom embrassèrent bientôt son cou, et quand ses dents vinrent mordiller sa peau, Bill frissonna légèrement, attentif aux sensations alors qu'il sentait son c½ur s'accélérer. Il agrippa la main de son frère, cherchant à la faire glisser sur son ventre jusqu'à son membre qui s'était redressé à ces petites attentions excitantes, mais Tom résista et la retira, étouffant un rire contre sa mâchoire avant de le suçoter de plus belle.

Bill grogna de frustration à sa résistance et tourna légèrement sa tête, sa mâchoire venant rebondir doucement sur le nez de son frère. Il observa la courbe féminine des longs cils de ses yeux clos.

- Tomi, si tu me fais un suçon, tu es mort, le prévint-il avec un léger sourire.

Peu impressionné par sa menace récurrente, Tom eut un petit rire. Si Bill portait autant de colliers, même au lycée, c'était bien souvent pour une raison qui n'avait rien à voir avec une préoccupation esthétique ou un acte de rébellion.

Déterminé à le titiller jusqu'à ce qu'il craquât, Tom aspira un peu plus fort sa peau et sentant son c½ur s'emballer et tambouriner comme si sa vie en dépendait, Bill tenta de remonter son épaule pour le chasser.

- Tomi..., essaya-t-il de le gronder, échouant alors que la langue chatouilleuse de son jumeau le faisait glousser malgré lui.

Espérant le dissuader, le blond prit enfin son membre en main, et sa ruse réussit. Le brun eut le souffle coupé avant de laisser échapper un petit couinement de plaisir, l'autorisant silencieusement à le toucher et le marquer à sa guise tandis qu'il s'appuyait un peu plus contre lui, sa tête légèrement penchée en arrière.

Se mordant l'intérieur de ses joues en feu, Bill se retint de gémir.

Bien qu'il eût tout de même un peu honte de se laisser ainsi toucher par son jumeau alors qu'Andréas dormait non loin de là – après tout, le blond platine était encore son copain, du moins théoriquement – il n'en éprouvait aucune culpabilité. Pourtant, que dirait Andréas s'il les voyait comme ça ? Si pour eux, ce n'était que des gestes de tendresse, une habitude plus innocente qu'il n'y paraissait, Bill était conscient que les autres n'y verraient sûrement qu'une débauche tordue et malsaine, y compris leur meilleur ami.

- Tu as fermé la porte ? s'inquiéta soudainement Bill en tournant la tête vers Tom.

Son regard rencontra celui de son jumeau, tout aussi embrumés de désir que les siens. Tom acquiesça sans rien dire, leurs lèvres se frôlant. Bill frémit à la proximité de leurs visages. La situation était quelque peu troublante en repensant au baiser qu'ils avaient partagé la veille. Néanmoins, se rassura-t-il, s'il était si excité ce matin, cela n'avait rien à voir avec le baiser que Tom et lui avaient échangé, mais bien à cause de son étrange rêve. Ils ne faisaient que se soulager, comme à leur habitude. Rien de plus.

Comme pour essayer de se convaincre, le brun se retourna complètement dans les bras de son frère pour être face à lui, et un sourire coquin se dessinant sur ses lèvres, il fit glisser sa main sur le ventre du blond, le caressant de petits cercles avant de venir capturer son membre tendu et d'entamer de vigoureux va-et-vient. Son autre main aux douces griffes vint agripper la fine taille de son jumeau pour l'attirer à lui, ses yeux chocolat se rivant sur ceux de Tom tel un félin sur sa proie.

Le blond soutint son regard pendant quelques secondes, puis il s'approcha, sa main recommençant à le caresser. Leurs gestes se copiaient tels des miroirs, et ils se retrouvèrent bientôt joue contre joue, enlacés et pantelants, puis leurs yeux se fermèrent. Ses doigts effleurant lentement de leurs bouts toute la longueur du membre gonflé qui leur était offert, Bill lécha la mâchoire du blond. Tom frémit et ils reculèrent encore jusqu'à ce que Bill soit dos au mur, le blond écrasant presque son frère sur le frais carrelage.

Sa bouche s'ouvrant sous la surprise, Bill se raidit à ce contact froid subit. Il agrippa l'épaule du blond mais se détendit vite sous le jet de l'eau brûlante qui tombait en cascades sur eux, continuant à caresser son grand frère à un rythme soutenu tandis que son visage plongé dans son cou, Tom se remettait à suçoter avidement à l'endroit de sa première morsure, martyrisant un peu plus la peau rougie.

Sa tête dodelinant contre le mur pour lui donner un meilleur accès à son cou pâle, Bill haleta au contact électrisant de leurs peaux nues collées l'une contre l'autre, son c½ur s'emballant aux caresses et baisers que son frère lui infligeait. Il se rendait compte que cela lui avait manqué, et tant pis s'il se retrouvait avec un énorme suçon. Il pourrait toujours mettre un collier ou une écharpe, et Andi n'y verrait que du feu.

Ce n'était pas comme si c'était une marque indélébile, même si parfois, il avait la sensation que les douces morsures de son frère ne s'effaçaient jamais réellement, comme si elles restaient ancrées dans sa peau.

À cette pensée, les souvenirs de son rêve s'invitèrent à nouveau à son esprit, et Bill resongea au tattoo. Il rouvrit à moitié les yeux et sa main arrêta ses caresses, Tom protestant vivement contre son cou d'un couinement plaintif à cette interruption.

- Dis Tomi, qu'est-ce que tu dirais si je me faisais faire un tatouage ? murmura Bill à son oreille d'une voix basse engorgée de plaisir alors que son frère malaxait expertement ses bourses.
- Quoi ? s'étonna ce dernier en relevant la tête au bout de quelques secondes.

Bill avait souvent parlé de s'en faire un, mais il ne s'était jamais lancé à l'eau, comme s'il n'en avait pas réellement éprouvé le besoin. Cela faisait même un bout de temps qu'il n'en avait plus reparlé. Perplexe, Tom ralentit ses mouvements, et Bill s'expliqua :

- J'ai encore fait un rêve cette nuit. Tu sais, le même que celui où j'étais un chanteur dans un groupe de rock, et j'avais une étoile, juste là.

Lâchant complètement le pénis de son frère, le brun traça de ses doigts savonneux les contours du tatouage invisible sur sa peau, juste à l'endroit où il l'avait vue, et Tom se figea, arrêtant pour de bon ses caresses. Sa main posée sur sa taille glissa sur la peau mouillée de son frère pour venir caresser la zone où il avait dessinée l'étoile.

- Tu l'as vue en rêve ?
- Oui... pourquoi ? hésita Bill en cherchant ses yeux.

Tom ne répondit pas tout de suite, ses yeux soudainement fuyants et troublés, et il lâcha à son tour le membre de son jumeau.

- Rien. C'est... juste bizarre, non ?

Bill haussa un sourcil interrogateur.

- Ce n'était qu'un rêve. Pourquoi ça serait bizarre ? s'enquit-il en penchant la tête sur le côté.

Tout était possible dans les rêves, et imaginer avoir un tatouage était bien innocent. Tom sembla lire dans ses pensées et secoua la tête, néanmoins, ce fut avec un air troublé qu'il se rangea à son avis.

- Je n'ai pas dit que ça l'était. De toute façon, comme tu l'as dit, ce n'était qu'un rêve complètement banal, non ?

Fixant les yeux chocolat de son frère qui l'observaient étrangement, Bill se mordit les lèvres. Son rêve avait été tout sauf banal, et comme s'il pouvait lire dans les pensées de son frère, il était certain que celui-ci le savait, même si Bill ne comprenait pas comment il pouvait le savoir.

À la réaction nerveuse de Tom, il avait en effet intuitivement eu l'absurde sensation que son jumeau avait d'une manière ou d'une autre deviné en quoi consistait son rêve – bien que cela fût totalement impossible –, et que peut-être lui-même l'avait vu. À moins que...

Ce phénomène restait mystérieux, même pour eux, mais il était déjà arrivé par le passé à de rares occasions qu'ils fassent très exactement le même rêve.

Bill eut un léger vertige, ne sachant quoi penser de cette éventualité improbable, et ses lèvres s'entrouvrirent, laissant échapper un rire embarrassé. Il bégaya.

- Oui, enfin, je ne sais pas. C'était peut-être un peu bizarre.
- Peu importe, le coupa-t-il, l'air ennuyé. Ce n'était qu'un rêve.

Sans lui laisser le temps de rajouter quoi que ce soit, le blond baissa les yeux et reprit avec autorité son membre entre ses doigts pour le caresser encore plus vigoureusement qu'avant, et le brun poussa un petit cri de surprise et de plaisir mélangés. Une de ses mains s'agrippa par réflexe aux racines des dreadlocks blondes tandis que l'autre captura à nouveau l'érection de Tom pour terminer son travail.

Les jointures de leurs doigts s'entrechoquaient au gré de leurs va-et-vient respectifs et Bill tourna son visage jusqu'à ce que sa bouche entrouverte et haletante effleure la tempe de son frère. Bill gémit alors que le pouce de Tom titillait délicieusement son gland :

- Tomi...

Les lèvres du blond se détachèrent de son cou alors que tous deux accéléraient leurs caresses, et leurs corps se tendirent lorsqu'ils jouirent ensemble en silence, étouffant leur cri contre l'oreille de l'autre avant de relâcher leur souffle en tremblant de plaisir alors qu'ils redescendaient doucement de leur petit nuage, l'eau emportant leur semence et lavant leurs mains.

Les ongles courts de Tom desserrèrent leur emprise sur la hanche de Bill, et rouvrant ses paupières qu'il ne se souvenait pas avoir refermées, son regard se fixa sur le sommet du crâne qu'il dépassait de quelques centimètres de sa grande taille, et Bill se figea en observant ses doigts agrippés à la chevelure blonde, comprenant soudainement.

Comment ne s'en était-il pas rendu compte avant ? Ce n'était pas des mèches lisses qu'il avait vues dans son rêve, mais les racines naissantes et cendrées de...

Ses yeux s'écarquillèrent en réalisant ce que son rêve lui avait dissimulé.

L'homme dont il avait rêvé, celui dont il avait semblé si amoureux, qu'il avait embrassé et qui l'avait...

Osant à peine croire ce que son esprit tordu lui avait sournoisement suggéré pendant son sommeil, Bill rougit. Non, il devait forcément se tromper. Ce ne pouvait tout simplement pas être ça. Il ne pouvait pas être devenu pervers au point d'imaginer ça. Ses jambes flageolantes, il trembla lorsque Tom releva légèrement la tête de manière à effleurer de ses lèvres les méandres de son oreille à la pointe écarlate.

- Dommage que ça n'ait été qu'un rêve, lui murmura-t-il à travers le bruit de l'eau qui les éclaboussait toujours bruyamment.
- Quoi ? s'étrangla Bill.

Tom recula un peu, haussant plutôt nerveusement les épaules même si sa voix fut calme.

- Ce que je veux dire, c'est que ça t'irait sûrement bien un tatouage, enfin je pense... Ça serait sexy.

Lentement, le blond baissa la tête et laissa son index frôler l'endroit sur lequel Bill avait tracé l'étoile quelques minutes auparavant. Suivant attentivement ses gestes, Bill frissonna, les muscles de son ventre chatouilleux se contractant visiblement sous son toucher.

Sexy ?

Le brun leva les yeux et ils se fixèrent un instant, Tom semblant étudier sa réaction, puis sans rien dire, le blond eut un léger sourire en coin, étrangement coquin et timide à la fois, et après avoir fermé les robinets – le vacarme de l'eau cessant subitement – il se tourna pour sortir de la cabine.

Restant figé sur place, Bill le regarda faire, ne sachant quoi penser de l'attitude sensuellement provocatrice de son jumeau. Intérieurement, il était bien plus pétrifié qu'il ne le laissait paraître. Devenait-il fou au point de croire que son frère avait pu voir ce tatouage dans ses songes, au point de croire – voire d'espérer – qu'il ait pu faire le même rêve érotique que lui ? Bill ne comprenait même pas quelle pourrait être la signification d'un tel rêve...

Après tout, les rêves n'avaient aucun sens, n'est-ce pas ?

Alors que Tom avançait déjà d'un pas prudent sur le sol carrelé qu'il inondait de gouttes d'eau, Bill cria :

- Tom, attends !

Son frère se retourna, et se penchant sur la paroi de la douche, Bill se pencha un peu trop précipitamment. Restant bouche bée, il se tut, surpris de constater que leurs visages se trouvaient à seulement quelques centimètres l'un de l'autre, et Tom haussa un sourcil amusé.

- Quoi ?
- Oh, rosit Bill en détournant le regard, comme soudainement gêné par une telle proximité. Je voulais juste te dire que... Il y avait encore ce guitariste blond dans mon rêve, et je pense enfin savoir qui c'était.

À ces mots, Tom parut troublé pendant un instant, puis il étouffa un rire nerveux.

- Vraiment ? Qui c'était alors, Andi ?

Son expression neutre, Bill secoua la tête.

- Non.
- Tu en es sûr ?

Sortant à son tour de la douche, Bill acquiesça sans rien dire, n'osant se décider à poursuivre. Restant pensivement silencieux, il passa une main dans ses cheveux trempés pour les ramener en arrière et prit une serviette pour se sécher sommairement puis l'enroula autour de sa taille. Tom le suivit du regard.

- Et... tu ne vas pas me dire qui c'est ? demanda-t-il lentement en remarquant son hésitation.
- Une autre fois peut-être, répondit enfin Bill au bout de quelques secondes, son regard fuyant. De toute façon, c'est vrai, ce n'est pas important. Ce n'était qu'un rêve après tout, hein ?

Le blond le fixa sans rien dire, et Bill finit par lever ses yeux vers lui. Le fixant, toujours dégoulinant d'eau qui suintait de ses cheveux, Tom demanda doucement :

- C'est pour ça que tu m'as retenu ? C'est tout ce que tu avais de si important à me dire ?

Il avait l'air presque déçu, et Bill sourit légèrement, secouant la tête.

Prenant une autre serviette, il se rapprocha lentement de lui, et avec la même lenteur, passa ses bras autour de la taille de Tom jusqu'à entourer les fines hanches du doux tissu en éponge, la nouant approximativement sur le côté. Ses mains s'y attardèrent pour malaxer les os saillants à travers la serviette, s'amusant à les frotter tendrement, et ils se fixèrent de manière joueuse et indécise quand collant enfin son corps encore mouillé au sien, Bill se pencha peu à peu vers son frère, réduisant comme peau de chagrin la distance entre leurs lèvres.

Tom ne bougea pas d'un cil, et leurs yeux se fermèrent lorsque leurs bouches moites s'épousèrent enfin.

Sans se rendre compte qu'ils avaient tous deux retenu leur souffle, Bill attendit quelques secondes avant de happer nerveusement les lèvres ourlées, glissant délicieusement sur l'anneau argenté au coin de la bouche de son frère.

Il n'était pas sûr à quoi s'attendre, et quand Tom posa subitement la main sur son bras, l'enserrant délicatement mais fermement, Bill sursauta imperceptiblement, ses lèvres s'entrouvrant. Le blond en profita pour lécher l'interstice offert, et étouffant un couinement rassuré et content, le brun sentit son c½ur s'emballer. Il n'était visiblement pas le seul à qui leur câlin de la nuit passée avait laissée une envie de pousser l'expérimentation un peu plus loin.

Sa main remonta sur le dos de Tom, le caressant jusqu'à trouver le chemin de sa nuque, et ils approfondirent rapidement et avidement le baiser, se goûtant goulûment. Et quand ils s'arrêtèrent, ce fut avec un regard drogué et un léger sourire qu'ils rouvrirent les yeux, leurs pupilles se rencontrant malicieusement.

- Je vois, déjà en manque de mes baisers, mh ? le taquina Tom, l'air fier.

Bill étouffa un rire moqueur et haussa nonchalamment les épaules. Cela était décidément facile pour eux de s'embrasser, si naturel, peut-être un peu trop même, et le brun ne savait pas très bien où cela pourrait les mener. Donnant un baiser eskimo paresseux à son grand-frère, il répondit innocemment d'une voix douce et fluette :

- Non, mais maman m'a dit de t'embrasser pour elle tout à l'heure...

Tom gloussa à cette piètre excuse, lui donnant à son tour un baiser eskimo aussi tendre que leurs regards qui se fondaient dans celui de l'autre, quand la poignée de la porte s'abaissa brusquement.

Ils se séparèrent en un bond, tournant des yeux remplis d'effroi vers la porte, avant de souffler légèrement de soulagement. Elle était heureusement fermée à clef. Alors que leurs c½urs tambourinaient toujours d'affolement, une voix atténuée leur parvint.

- Il y a quelqu'un là-dedans ? C'est toi Bill ?

Les deux frères se regardèrent, indécis, puis semblant tomber d'accord, Tom se dirigea vers la porte. Pendant qu'il l'ouvrait, Bill agrippa une autre serviette pour la mettre autour de son cou, cachant nerveusement sa peau vampirisée. Après s'être lancé un dernier regard nerveux, Bill déglutit quand Tom appuya sur la poignée.

- Oh, c'est toi Tom, le salua gaiment Andréas avant de noter avec surprise une autre présence, ... Bill ?
- Je sortais de la douche, tu peux y aller, rougit immédiatement ledit Bill en se dirigeant vers la porte.

S'il avait pu, il se serait immédiatement enfui, mais son frère et Andréas bloquaient littéralement le passage. Fixant le sol, Tom toussota.

- Moi aussi, je vais m'habiller. La salle de bains est à toi, dit-il à son ami en se grattant la nuque.
- Okay, acquiesça Andréas, un peu perdu. J'allais justement vous dire que je ne reste pas pour le petit-déj', les gars m'ont téléphoné. Ils veulent me voir à la salle de répét' avant midi, il faut que je me speede. On se retrouve là-bas en début d'aprem ?

Andréas les dévisagea, et frottant un peu plus sa serviette contre son cou, Tom répondit pour son jumeau et lui en hochant la tête :

- Ok. À tout à l'heure.

Le blond platine le regarda s'éclipser, sentant la tension encore palpable dans la pièce et se tourna vers Bill qui se tortillait nerveusement sur place en rougissant, gêné par sa quasi-nudité et peut-être plus encore, et il l'observa de haut en bas. À une pensée saugrenue, il étouffa un rire sans joie, incrédule.

- Ne me dis pas que vous preniez votre douche ensemble ? demanda-t-il.

Bill leva les yeux au ciel, pourtant, sa voix ne sembla pas si assurée que ça lorsqu'il secoua la tête.

- Ne dis pas de bêtises, Tom se séchait les cheveux pendant que je prenais ma douche, expliqua-t-il.

Sans attendre sa réponse, le brun passa en force, sortant de la pièce tête baissée, sans le regarder ni le frôler, ni encore moins l'embrasser. Sentant son c½ur se serrer, Andréas le regarda fuir d'yeux écarquillés.

Alors que Bill disparaissait à petit trot dans sa chambre à quelques pas de là sans jeter le moindre coup d'½il en arrière vers son petit ami, ce furent ses dents qui se serrèrent à leur tour.

Il n'avait pas entendu le moindre bruit de sèche-cheveux en arrivant, et quand Tom était ressorti de la salle de bains, ses dreadlocks étaient trempées jusqu'au cuir chevelu.

Bill n'avait pas hésité à lui mentir délibérément.

Encore quelque chose qu'il ne pouvait pas comprendre, sûrement ?

N'osant pas imaginer ce que ce quelque chose pouvait impliquer, Andréas referma rageusement la porte derrière lui.

***

À suivre...

Donnez une note à ce chapitre : * ** *** **** *****

Petite précision : au fait, peut-être que quelqu'un s'en souvient, mais c'est pour ça que Tom mordillait Bill dans le cou au chapitre deux, c'était une allusion à leurs "activités" sous la douche, lol. Idem pour les autres petites allusions (histoire que tout le monde suive bien! XD)
Bisous!

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.196.135.90) if someone makes a complaint.

Comments :

  • soso-rockeuse

    25/08/2011

    wahou la scéne de la douche ich liebe!! Ach andreas me soule mdr !

  • lollipopthetop

    24/12/2010

    J'aime J'aime J'aime !!!
    Ils sont trop ...Non je ne vais pas le répéter encore ...
    Andréas de-hors ! N'empêche il me fait un peu(et j'insiste un tout petit peu) de la peine ...
    J'aime les allusions !

  • yayayaoi

    06/08/2009

    =D j'adore ce chapitre, le moment ou Tom fait flipper Bill quand il arrive sous la douche est super et bien sur les limes ( bave littéralement )
    Bon aller Andy, rends toi compte que tu es de trop et tire toi donc.

  • Subtility-Lyra

    26/04/2009

    Agagaaaaaa *bave à s'en décrocher la mâchoire*

    Ce chapitre était... miaaaam ! Sensuel, mignon, doux et tendre. J'ai adoré, du début à la fin !

    N'empêche, pauvre Andréas, même si je n'attend qu'une chose, que Bill le plaque, je n'aimerais pas être à sa place !

  • tom-th-tom

    24/04/2009

    ah oauis , ils savent pas mentir =/

  • sanggreen

    14/04/2009

    Kaulitzcest> XD
    Je te comprends... vv
    Je me demande encore comment j'en suis arrivée à écrire du Andi/Bill.
    *regarde en coin winwin qui sifflote*
    >.>
    Je ne suis qu'une pauvre victime! ç_ç

    XD

  • Kaulitzcest

    14/04/2009

    Euh...Oui les chapitres ont été recentrés sur les jumeaux mais on se plaint pas, on se plaint pas, au contraire, fais donc je demande que ça ! Parce que quand y a l'autre platine, là...

  • sanggreen

    13/04/2009

    Xx-SIMSALABIN-xX> Merci! :D
    Joyeux lundi de Pâques à toi aussi! ^o^

  • Xx-SIMSALABIN-xX

    12/04/2009

    Yeaaaah ! Une suite =D
    Bon je lis ça *____*

    Non !
    O___O Tu n'as pas osé couper son rêve par l'intervention de sa mère ?

    Mais finalement, après lecture tu as bien fait !
    Que Bill découvre de par lui même qui est ce fameux guitariste est encore meilleur.
    Ce chapitre était tout simplement génial (: J'ai adoré le passage de la douche (qui n'a pas aimé en même temps ^^')
    J'aime beaucoup cette relation ambiguë qu'entretiennent les jumeaux. Bien qu'elle devienne plus qu'ambiguë =)

    En tout cas merci pour cette lecture,
    Bon lundi de pâques.
    Bisous.

  • sanggreen

    12/04/2009

    beaten-heart> De rien! :D
    (et oui, Monsieur est grincheux le matin! XD)
    Bisous! <333

Report abuse