Tu ne peux pas comprendre (1/?)

Je commence une mini-fic, sur une idée de Winry, en cadeau pour son anniversaire (j'ai seulement... voyons voir... quatre ou cinq mois de retard! 8D *bouley power!* pardon ma winwin, tu sais bien que je t'adore *-*).

L'idée était que Bill sorte avec un garçon, mais que ce dernier soit jaloux de la *grande* proximité de Tom et Bill, avec donc, quelques conséquences que je ne vais pas révéler à ce stade bien sûr sur la suite des événements, lol.

C'est un Univers Alternatif (Tokio Hotel n'existe pas, même si... vous verrez, lol), et c'est bien la première fois que j'en fais un, tous fandoms confondus depuis que j'écris, donc, je vous supplie d'avoir un peu d'indulgence pour votre petite sanggreen qui vous zadore. ç__ç

Bonne lecture!

***

Tu ne peux pas comprendre

La classe était agitée, bavardant de tous côtés dans une joyeuse foire. Une fois n'est pas coutume, le professeur de français était en retard en ce jour d'hiver où la neige avait bloqué chez eux bon nombre de lycéens.

Assis dans sa chaise, Bill soupira, et posant son menton sur sa main, coude sur la table, il regarda pensivement à travers la fenêtre du deuxième étage les flocons blancs qui virevoltaient dans l'air sur un fond gris au-dessus du Lycée de Wolmirstedt. Sans même s'en rendre compte, il chantonnait lèvres fermées une mélodie qui lui était inconnue et familière à la fois.

Une personne lui toucha le bras pour attirer son attention, le caressant presque, et Bill tourna ses yeux de chats dessinés de khôl vers elle.

- Tu rêves encore ou quoi ?

Un peu embarrassé, Bill rougit légèrement sous le regard de son ami d'être ainsi surpris en train de rêvasser en plein jour. En vérité, il resongeait malgré lui à son rêve obsédant de la nuit précédente.

Dans celui-ci, il s'était trouvé micro en main devant une foule en extase, chantant de tous ses poumons. Les jeunes filles avaient été en délire, hurlant son prénom et brandissant dans l'air des pancartes où le nom de leur groupe était inscrit.

Bill ne se rappelait pas les mots écrits dessus, mais il était sûr d'une chose. Ces mots étaient célèbres dans ce monde imaginaire, adulés pour ce qu'ils représentaient. Il n'avait également pas eu une image très nette des trois personnes sur scène avec lui, ne se souvenant pas de leurs visages, mais il avait eu la certitude qu'elles aussi étaient très appréciées du public, celui-ci scandant leurs prénoms qui se mélangeaient en un brouhaha incompréhensible au milieu des cris.

Le garçon soupira et haussa les épaules.

- J'ai juste fait un rêve bizarre cette nuit que je n'arrive pas à m'enlever de la tête.
- Bizarre ? Comment ça ?

Andréas le regardait intensément, cherchant son regard, et Bill haussa timidement les épaules, détournant la tête en faisant ressortir le collier à pics autour de son cou.

- Rien, c'était stupide.

Stupide, et tellement éloigné de sa réalité. Car tout était morne et triste dans sa petite vie d'adolescent de seize ans, son existence ayant été coincée depuis le déménagement de ses parents, Jörg et Simone, dans un pathétique et minuscule village d'Allemagne de l'est appelé Loitsche où sa mère avait préféré emménager, loin des tourments des grandes villes.

De ce fait, il ne sortait de l'inintéressante campagne que pour aller à l'école dans la petite ville de Wolmirstedt à une dizaine de kilomètres de là où il n'y avait que peu de choses à faire. Cette ville était aussi ennuyeuse que le village de Loitsche était poussiéreux.

Bill soupira. Si seulement ils habitaient un peu plus près de Magdeburg.

Il jeta un coup d'½il circulaire dans la salle de classe, observant avec indifférence leurs « camarades de classe » éparpillés aux quatre coins de la pièce. Parlant bruyamment, ceux-ci étaient réunis en petits groupes et spéculaient sur l'absence du prof tout en parlant de leurs prochaines sorties et en se chuchotant des ragots en tout genre, l'air suffisant et sûr d'eux.

Sentant son petit clan observé, un garçon leva la tête et remarquant qui les fixait, lança un regard dédaigneux vers le brun.

Détournant le regard, Bill se ratatina légèrement sur sa chaise, son ventre se tordant désagréablement. Tous ces gens-là le méprisaient pour son look, et s'il n'avait pas eu son meilleur ami dans la même classe que lui pendant toutes ces années – Andréas était arrivé dans le petit village de Loitsche durant le primaire, allant au même collège puis lycée que lui à Wolmirstedt –, Bill n'aurait certainement jamais pu supporter, ni tout simplement survivre à sa scolarité, ne comptant plus les fois où il avait été bousculé et traité de tous les noms par ses « camarades ».

- Allez, raconte, insista Andréas en lui donnant un petit coup de coude qui effleura doucement ses côtes.
- Non, rosit Bill, sa voix ferme.

Il passa une main dans ses cheveux teints noir corbeau. Ceux-ci étaient coiffés dans un style plutôt manga, et le jeune homme fin et androgyne avait l'air frêle avec sa grande taille. Néanmoins, quand Andréas se pencha vers lui, mimant comiquement des yeux de cocker pour le faire céder, Bill se sentit tout petit. S'il était grand, Andi était quant à lui un géant, le dépassant déjà de plusieurs centimètres.

- Allez, demanda-t-il à nouveau.

Ses cheveux blonds platine effleurèrent la mâchoire de Bill et levant les yeux au ciel, celui-ci le repoussa de manière joueuse en posant une main sur son crâne.

- Ok, mais tu l'auras voulu.

Il se tourna vers lui, et alors qu'Andréas se balançait sur sa chaise, l'écoutant attentivement, Bill se tourna vers lui. Sa tête posée contre la vitre glacée, il commença à raconter :

- J'étais le chanteur d'un groupe de rock qui était hyper connu. On était sur scène, moi et trois autres membres, et on jouait devant une foule en transe. Voilà. Fin de l'histoire, content ?

Il eut un petit sourire moqueur pour cacher le soupçon de gêne qu'il ressentait, et fut surpris de voir Andréas arborer un air surpris. Bill fronça les sourcils.

- Quoi ?
- Toi, un chanteur ? s'étonna le blond platine.
- Oui, rosit Bill en triturant nerveusement un stylo posé sur sa table. Stupide comme rêve, hein ?

Andréas haussa les épaules.

- Non, pourquoi ? Tu as une jolie voix. Et les musiciens, c'était qui ?

N'ayant pas le temps de rougir à son compliment étrange, Bill ébouriffa ses cheveux, l'air pensif alors qu'il détournait les yeux pour fixer le vide.

- Je ne me souviens pas de leurs visages. Le guitariste était blond, c'est tout ce dont je me rappelle.

Il se perdit à nouveau dans son rêve. Oui, le jeune homme avait été blond et particulièrement mignon, c'était du moins l'impression qu'il avait en essayant de se remémorer ses traits.

- C'était peut-être moi ? suggéra Andréas avec enthousiasme. J'ai toujours rêvé de faire partie d'un groupe de rock.

Laissant échapper un petit rire embarrassé, Bill poussa de manière joueuse le bras de son meilleur ami grâce auquel il se balançait, faisant retomber la chaise de celui-ci sur ses quatre fers.

- Tu fais déjà partie d'un groupe de rock, au cas où tu l'aurais oublié, même s'il n'est pas connu.

En effet, avec les quelques rares jeunes des environs de Loitsche, Andréas avait monté un petit groupe de rock. Leur niveau n'était pas bien fameux, mais assister à leurs répétitions étaient bien la seule chose intéressante à faire dans le petit village, et Bill était leur premier fan.

Le brun poursuivit d'un ton moqueur :

- Et ne dis pas de bêtises, tu es nul comme guitariste.
- Je ne suis pas si mauvais, maugréa avec une moue Andréas. Mais si je n'étais pas le guitariste de ton groupe, j'espère au moins que j'en étais le batteur.

Bill s'esclaffa. En effet, même si son ami s'essayait parfois à la guitare, il était bien meilleur à la batterie, son instrument de prédilection.

- Je te l'ai dit, je ne m'en souviens pas.
- Le guitariste, c'était peut-être Tom ? réfléchit encore d'un air faussement sérieux Andréas. Il ne joue pas trop trop mal, même s'il est loin d'être aussi bon que moi.

Bill eut une petite moue bien qu'il sût qu'Andréas plaisantait.

- Tomi joue mieux que toi, arrête tes conneries Andi, le vanna-t-il en boudant.

Il donna un coup de pied dans la chaise d'Andréas, et celui-ci se rendit en étouffant un rire :

- Ok, ok, j'ai oublié la règle numéro un, le railla-t-il gentiment. Ne jamais, jamais critiquer Tom.

Bill rit encore, mais ne le contesta pas.

Tom était son frère jumeau, son âme s½ur qu'il aimait par-dessus tout. Il l'adorait au point de ne pas pouvoir se passer de lui, les deux garçons gravitant constamment autour de l'autre. Chez eux, il ne passait jamais une minute sans qu'ils se touchent, se regardent ou se fassent un câlin. À seize ans – et même si personne d'autre que Simone en était au courant –, les jumeaux dormaient même encore toutes les nuits ensemble, se faufilant dans le lit de l'un ou de l'autre, leur mère ayant depuis belle lurette abandonné l'idée de les faire rester chacun dans leur chambre. Ses fils étaient bien trop têtus.

Bill et Tom étaient ainsi toujours inséparables, tels deux siamois, et cela avait été un déchirement quand il y a plusieurs années de cela, Tom et lui avaient été forcés à se retrouver dans des classes différentes, parents et enseignants jugeant que c'était mieux pour qu'ils puissent développer chacun leur individualité et surtout, arrêter de faire les quatre cents coups ensemble en bons petits garnements qu'ils avaient toujours été.

Ils n'avaient pu lutter contre l'autorité des adultes cette fois-là, mais en dehors de leurs heures de cours, les deux frères étaient toujours fourrés ensemble, plus proches que jamais malgré leurs looks différents. D'ailleurs, celui de Tom était aussi bizarre que le sien, même si au final, son frère était plus populaire que lui au lycée.

En dehors d'Andréas qui était leur meilleur ami commun, Tom avait en effet d'autres amis de sa classe avec qui traîner. Malgré cela, son jumeau venait toujours le retrouver aux interclasses et récréations quand il le pouvait, au grand dam de ses amis soi-disant branchés qui toisaient Bill de haut.

Le brun baissa les yeux. Ils ne le toléraient dans leur groupe que parce que Tom était son frère, rien de plus. Son frère était déjà sorti avec deux trois filles et faisait croire sans mal qu'il en avait eu une bonne dizaine d'autres, et il avait de plus cette attitude que les gens trouvaient automatiquement « cool » alors que lui était considéré comme le bizarre de service, l'homosexuel refoulé qui se maquillait.

Fronçant les sourcils, Bill baissa les yeux et fixa le sol sali par la neige boueuse de leurs chaussures.

Malgré ce que tout le monde pensait dans ce foutu bahut, il n'était pas gay. Du moins, il ne le pensait pas. Certes, il n'avait jamais été réellement attiré par une fille, même s'il était sorti quelques temps avec une au collège – relation bien platonique au final –, mais il l'avait été encore moins par un garçon. De toute façon, tous les mecs ici n'étaient que des connards à plus ou moins grande échelle à part son frère, leur meilleur ami et quelques rares adolescents effacés et boutonneux.

- Hey, ça va ? demanda Andréas en passant une main devant ses yeux pour le faire redescendre sur Terre.

Bill leva ses yeux pour les plonger dans ceux inquiets de son meilleur ami, et il lui sourit doucement pour le rassurer, l'air un peu troublé.

- Oui oui, t'inquiète. Je repensais juste à mon rêve, mentit-il. Dommage que ça soit impossible.

Andréas lui sourit d'un air désolé et sa main vint effleurer l'avant-bras de Bill en un geste naturel entre les deux amis.

- Et si tu rejoignais notre groupe ?
- Je ne joue d'aucun instrument et vous avez déjà un chanteur, rosit Bill en haussant un sourcil. Et puis je ne sais pas chanter de toute façon.

Le blond platine haussa une nouvelle fois les épaules. Ses doigts tapotèrent amicalement son avant-bras.

- Jan et Daniel vont déménager bientôt à Hamburg.
- Oui, ils en ont de la chance, soupira Bill.

N'importe quelle ville aurait été mieux que leur trou pourri.

- Ouais, tu sais qu'il paraît même qu'il y a un studio d'enregistrement d'Universal là-bas ? les jalousa également Andréas. Enfin bref, Hans, Erik et moi, on pensait faire passer des auditions pour leur trouver des remplaçants. Tu pourrais venir faire quelques essais ? tenta-t-il pour l'amadouer.
- C'est vrai ? Sur n'importe quelle chanson ?
- Oui, bien sûr, répondit le blond platine en haussant nonchalamment les épaules.
- Je pourrais préparer une chanson de Nena alors, qu'est-ce que tu en penses ? s'extasia Bill avec de grands yeux brillants. Je connais toutes ses chansons par c½ur ! Ça, et la chanson des Bisounours, affirma-t-il encore fièrement. Tu crois que ça leur plaira ?

Essayant de déterminer pendant un court instant si son ami était vraiment sérieux, Andréas resta interdit, ses doigts sur le bras du brun s'immobilisant, puis Bill éclata d'un rire clair à sa mine interloquée. Son ami rit de même après avoir feint une mine offusquée à son évident foutage de gueule lorsqu'un stylo passa en volant entre eux, venant glisser sur leur table et s'écraser contre le mur froid.

- Arrêtez de vous tripoter, tarlouzes ! ricana une grosse voix.

Andréas retira sa main par réflexe, et ils tournèrent tous deux la tête vers un groupe de trois garçons qui discutaient au fond de la classe. Ceux-ci rirent comme des bouffons en les fixant d'un air mauvais, et leur lançant un regard noir, ses yeux plissés, Bill leur fit un doigt.

À ce moment-là, un surveillant entra dans la salle, ramenant un silence relatif car intéressé de la classe.

- Votre professeur est absent. Les externes, vous pouvez rentrer chez vous. Les demi-pensionnaires, je veux tous vous voir en salle d'étude dans dix minutes !

Quelques couinements de joie et soupirs faussement déçus se firent entendre à son annonce, et les élèves rangèrent prestement leurs affaires, se rhabillant de leurs manteaux d'hiver pour sortir de la salle. Refermant son sac au bout de quelques secondes, Bill marmonna :

- C'était bien la peine de se lever pour huit heures un vendredi.

C'était théoriquement leurs deux dernières heures de cours de la matinée. L'après-midi était consacré au sport, matière que Bill détestait profondément. Pour résumer, ils avaient pratiquement six heures à tuer jusqu'à quatorze heures, et à moins de sécher l'éducation physique, ils étaient coincés jusqu'au soir pour pouvoir prendre le bus qui les ramènerait à Loitsche.

Andréas ne répondit pas, se contentant de lancer furtivement des coups d'½il vers son ami.

- Tu viens ? dit Bill d'un air las alors qu'il balançait son sac noir sur ses épaules.

Se demandant avec quelque espoir si son jumeau n'avait également pas cours et s'il le retrouverait en étude, il commença à se diriger vers la porte.

Ils étaient les derniers dans la salle, tout le monde s'étant précipité dehors. On n'entendait déjà plus les voix des derniers élèves qui finissaient de descendre les couloirs.

Sortant de sa torpeur nerveuse, Andréas réagit enfin, et avant que Bill n'ait eu le temps de poser la main sur la poignée de la porte qui s'était refermée derrière les autres, le blond platine avait agrippé son fin poignet, l'empêchant d'aller plus loin.

Ses yeux grands ouverts de surprise d'être ainsi retenu, Bill se tourna vers lui, et Andréas le lâcha comme s'il s'était brûlé, fourrant nerveusement ses mains dans ses poches.

- Attends, je voulais te parler.
- Oui, à quel sujet ? s'étonna le brun.

Tortillant son corps dégingandé sur place, Andréas se gratta la nuque.

- Voilà. Ça risque de te paraître bizarre, mais il y a une chose à laquelle je pense depuis un petit moment, et... je ne veux pas gâcher notre amitié ni rien mais... j'aimerais que tu y réfléchisses. Il n'y aura pas de blême si tu refuses, c'est juste une proposition parce que... je tiens beaucoup à toi, termina-t-il timidement d'une toute petite voix, sa gorge nouée.

Perdu, Bill cligna des yeux.

- De quoi tu parles ?

De plus en plus nerveux, Andréas se mordit les lèvres, et puis d'un coup, tout d'un coup, sans que Bill ait pu prévoir son geste, le blond platine se pencha pour l'embrasser, leurs nez s'effleurant alors qu'il tournait légèrement la tête pour ne pas les entrechoquer.

Le baiser était plus un léger effleurement de lèvres qu'autre chose, mais il tétanisa le brun, et ses yeux s'écarquillèrent de plus belle quand frustré, Andréas posa une main sur sa mâchoire, ses doigts glissant sur sa peau douce et délicate pour mieux écraser sa bouche sur la sienne.

Trop surpris pour réagir, Bill se figea et ne le repoussa pas. Il resta immobile quand Andréas recula au bout de quelques secondes qui s'étaient éternisées, mais leva tout de même la tête à la recherche d'une explication, l'air perdu.

Ses yeux ne rencontrèrent qu'un court instant les siens avant que le jeune homme ne détourne le regard. Tous deux étaient écarlates, et Bill avait l'impression que ses joues étaient en feu.

C'était son premier baiser avec un... garçon. Enfin..., le premier qui ait ce genre de signification en tout cas.

Mais... il n'était pas gay... Andréas non plus, si ?

- Je ne te demande pas une réponse là tout de suite, bredouilla ce dernier en évitant son regard, mais si tu veux, on... enfin, si tu veux sortir avec moi, appelle-moi.

Sans rajouter un mot de plus, Andréas sortit de la pièce en courant presque. Bill ne le suivit pas des yeux, son regard perdu voyant à travers la vitre les flocons qui tombaient toujours, inexorablement, recouvrant la petite ville d'un lourd manteau neigeux.

Tremblant légèrement, toujours aussi rouge qu'une cerise alors que son c½ur battait encore à vive allure, Bill inspira à nouveau, se rendant compte qu'il avait arrêté de respirer quand Andréas l'avait embrassé.

Il toucha ses lèvres du bout de ses doigts. Son meilleur ami venait de l'embrasser...

... et de lui proposer de sortir avec lui.

À suivre...

Donnez une note à ce chapitre : * ** *** **** *****

EDIT : il y avait une erreur dans le texte que j'ai corrigée. Ici, Simone n'a jamais divorcé! Elle est donc toujours avec Jörg. ^^

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.196.135.90) if someone makes a complaint.

Comments :

  • soso-rockeuse

    25/08/2011

    cool ce chapitre, entreprenant ce andreas lol^^

  • Shadow-Macky

    14/03/2011

    Bonsoir !
    Je me demandais si tu prenais les idées de parfais inconnus, comme moi.
    Car, j'ai depuis un moment l'idée d'une fic, mais pas le talent pour l'écrire, et j'aime ton style, tu as du talent, je me régale de tes fictions, pour dire, j'ai imprimer sur papier l'inattendue, pour pouvoir la lire partout ou je vais ! Je la relis sans m'en lasser.

    Voilà, contacte-moi si tu es intéressée. :)

  • lollipopthetop

    23/12/2010

    Une question que je me pose depuis le début, Andréas = méchant ou gentil ?
    Mais quel bande de £*%¨£ dans ce collège !

  • sanggreen

    21/11/2009

    Des fois je me dis que les personnages ont leur propre imagination. xD (bref, je me sens plus contrôlée par l'histoire que l'inverse D: LOL)

  • Oo-Lizzie-oO

    21/11/2009

    Lol, je te rassure, non tu n'es pas bizarre, c'est tout à fait normal de penser ça, au contraire ! ^^
    Tout le monde réagirais de la même manière ! Enfin...Je crois ! xD
    Avoir le contrôle sur ces personnages, c'est toujours rassurants, et quand, d'un coup l'imagination s'échappe et devient irrattrapable...C'est flippant !!!
    Mais bon, visiblement, ça ne t'es encore jamais arrivé alors...^^

  • sanggreen

    21/11/2009

    Merci Lizzie! *___*
    <333333333333333

    J'avoue que le couple Andréas/Bill n'est pas à mon goût non plus. xD
    Si je n'ai pas le contrôle sur l'histoire, les voir ensemble me stresse plus qu'autre chose ._. (non je ne suis pas bizarre, ou si peu! xD *tousse*)

  • Oo-Lizzie-oO

    20/11/2009

    Hey, Coucouuuu ! Et oui, c'est bien moi, et comme promis, je viens laisser des commentaires sur cette fiction ! =) Il ne sera pas dit que Lizzie ne tient pas ses promesses =P

    Et puis ça me fais plaisir, ça me divertie, alors....^^ Juste, petite précision :
    J'ai déjà lu tous ces chapitres, mais comme je n'ai pas laissé de commentaire, on va dire que je ne les ai jamais lu et que c'est une découverte totale, okay ? ^^ Et puis je ne m'en souviens plus très bien, donc on peut considérer que c'est une redécouverte ! =P

    Bien, alors, c'est partit, on attaque dans l'ordre, avec le chapitre 1 :
    Petite entrée en matière très bien écrite, qui m'a tout de suite plus, et je suis rentrée immédiatement dans l'histoire. Déjà parce que tu n'avais jamais écris de fiction en univers alternatifs, et que je suis curieuse et impatiente de voir ce que ça va donner.

    Ensuite, parce que le rêve de Bill à attiser la curiosité : ainsi, Bill aurait rêvé de lui, en tant que chanteur d'un groupe de rock super connu...Intéressant ! Surtout que du coup, une idée vient se former dans mon esprit barré et déjanté : est ce qu'il serait possible que ce rêve soit un aperçu de l'avenir de Bill ? Surtout que je me dis que le groupe super connu, c'est Tokio Hotel ! Il est aussi probable que Bill rêve de lui et qu'il se voit comme il l'aurait été s'il avait été né dans un autre monde, dans un autre univers...

    Et puis il y'a la découverte d'un autre personnage : Andréas ! Présenté comme le meilleur ami de Bill. Meilleur ami plutôt sympathique à vrai dire, mais qui semble attacher une grande importance au fait que Bill rejoigne son groupe. Et on comprend bien vite pourquoi ! =P Il est amoureux le petit père ! Enfin, en tout cas, il aimerait entretenir une autre relation avec Bill que celle de simple ami. Je trouve ça assez mignon la façon dont il l'annonce à Bill. Un peu maladroit, un peu précipité, mais touchant.

    On comprend aisément ce qu'il ressent, et ça ne doit pas être évident pour lui d'avouer à son meilleur ami que l'on veut sortir avec lui. Premièrement, c'est remettre en question son orientation sexuelle. Je comprends aussi la surprise et l'incertitude de Bill. Même si tous les crétins de sa classe l'insulte de : tapette ou de pédé refoulé qui se maquille (chose complètement stupide parce qu'être pédé n'est pas quelque chose de dégradant et considérer ça comme une insulte horripile), il ne considère pas comme tel.

    La déclaration d'Andréas doit pas mal le chambouler. Il va devoir se remettre en question et se poser pas mal de questions, qui peuvent être perturbantes. Ce n'est pas toujours évident de ce dire, après 15 ans d'existence : j'aime les hommes. Mais une fois la stupeur passée et le moment de doute et de réflexion aussi, je pense que Bill pourra mieux réfléchir quant à sa possible relation avec Andréas. Mais pas avant fait le point sur lui même et ses sentiments.

    Après tout, il pourrait faire un couple mignon... Mais non ! Non, parce que je sens que ça perturbe trop Bill. Certes, ça aurait perturbé n'importe qui, mais je ne pense pas que Bill aime Andréas et veuille changer quoi que se soit à leur relation actuelle.

    Et surtout, parce qu'il y'a Tom. On ne l'a pas encore vu, mais Bill aime son frère par dessus tout, logique, se sont des jumeaux. Ensuite, Bill ne supporte pas qu'on critique Tom, et à mon avis, ils doivent être très proches. Je ne suis pas sûre que Tom accepte qu'on lui prenne son frère. Disons, qu'il serait jaloux parce qu'alors, il ne serait plus le seul homme que Bill aime.

    Et Andréas...Ben il serait jaloux de Tom ! ^^ C'est pour cette raison que je ne tiens pas à ce que Bill et Andréas se mettent ensemble ! Mais ils vont finir ensemble, sinon, y'aurait pas d'histoire ! ^^

    Et puis, je dois bien l'avouer, le couple Bill/Andréas n'est pas à mon goût. Disons que pour moi, Bill est avec Tom, et inversement. D'ailleurs, Tom est complètement dingue de Bill, jaloux et possessif ! =P Mais ça, c'est moi qui le voit comme ça ! ^^

    Bon, et bien voila....Je pense avoir tout dis....
    Youhouuu, chapitre 1, terminé ! =P
    Donc, sur ce, bisous, et merci d'écrire cette fiction. Ce premier chapitre est très bon !

  • sanggreen

    13/02/2009

    Désolée pour le retard, la suite viendra ce soir... J'ai eu de légers contre-temps dernièrement ;)

  • crazy-about-Kaulitz

    12/02/2009

    bien bien ! j'aime bien ^^ j'ai hate de lire la suite =)

  • Annwvyn

    12/02/2009

    Comme j'aime *-*
    Tu as cet éternel talent qui nous donne encore envie de lire quelques unes de tes lignes, même quand il n'y en a plus.

    Oui, je suis comme une conne à chercher plus bas sur la page, qui ne descend plus, une suite à chacun de tes textes ! C'est nul ! >< Mais c'est mon réflex débile ! xD

    En tout cas, j'ai vraiment hâte de lire la suite de cette nouvelle fiction que j'aime déjà ! *-*
    A bientôt j'espère ! Des bisous <3

Report abuse