Mon Bisounours de Noël (partie 1/2)

Voilà l'OS de Noël que j'ai écrit pour le concours sur le forum yaoi-addict! ^^

Bonne lecture! ^^

***

Mon Bisounours de Noël

Dimanche 30 novembre 2008, fan party à Hamburg, 19h.

Ses yeux dansants, Bill lança un regard circulaire à l'assemblée tandis qu'il buvait cul sec son troisième verre de champagne de la soirée... à moins que cela ne soit le quatrième, ou bien le cinquième. A vrai dire, il se fichait du nombre, cherchant seulement à se détendre.

La folie régnant dans cette party le laissait de marbre, et il faisait tout pour ignorer les jeunes filles qui ne cessaient de les fixer et de les mitrailler de photos, préférant se concentrer sur les membres de son groupe et de son équipe présents autour de lui. Debout contre le mur pour se retenir de tanguer, Bill ferma les yeux, finissant son verre.

Se tenant tout contre son corps, son frère se pencha une énième fois depuis le début de la soirée à son oreille pour lui crier quelque chose à travers la musique assourdissante, le jeune homme blond commençant lui aussi à être égayé par l'alcool, puis il recula légèrement en attente de sa réponse, leurs visages à quelques centimètres à peine l'un de l'autre.

Tom le dévisageait avec douceur, scrutant avec une certaine adoration ses traits, et Bill eut un léger sourire, sachant très bien la tendre fascination teintée d'admiration perpétuelle qu'il exerçait sur son grand frère.

Car elle était parfaitement complice et réciproque, tel un jeu de séduction amoureuse entre eux, bien que celui-ci restât purement platonique. Bill savait qu'il était fichtrement sexy ce soir-là, et Tom n'était vraiment pas mal non plus, pensa le brun en le détaillant d'un battement de cils de haut en bas.

Jouant néanmoins la fière indifférence, Bill se pencha à son tour, leurs visages s'effleurant légèrement, pour s'écrier :

- J'ai rien compris ! Répète ?

Entourant ses épaules d'un bras pour le rapprocher plus à son aise de lui, Tom hurla encore plus fort à son oreille :

- On va s'asseoir ?

Regardant au-delà de son épaule, Bill rit sans raison à leur proximité, sentant les clics des appareils photos se multiplier. Il se décala pour éviter un contact trop collé serré avec son frère et fuit un temps les noires pupilles grisées de son jumeau intensément posées sur lui avant de le regarder à nouveau d'yeux brillants. Avec un immense sourire taquin, il désigna d'un doigt le sofa à côté d'eux.

- Là ?

Tom acquiesça, se penchant encore sur lui, et Bill gloussa d'un ton alcoolisé, blaguant :

- On peut s'allonger aussi si tu veux. Je crois que le spectacle serait apprécié.

Ses yeux plissés, il donna un léger coup de menton vers les fans pour les désigner. Celles-ci étaient retenues par des gardes du corps baraqués à quelques mètres de là, les regardant en coin tantôt avec timidité, tantôt sans vergogne, leurs petits objectifs de paparazzis glués dans leur direction.

Tom baissa les yeux vers son verre, un rouge infime teintant ses joues déjà cramoisies par l'alcool et la chaleur, et il choisit de s'asseoir, faisant semblant de ne pas l'avoir vraiment entendu. Après s'être resservi une autre coupe, Bill l'imita, s'installant à côté de lui.

La musique – ou plutôt le bruit - battait son plein, et son tombeur de jumeau ne tarda pas à se pencher à nouveau sur lui, décrivant le physique et les tenues dénudées de quelques jolies jeunes filles qu'il avait repérées et qui n'avaient cessé de lui faire de l'½il. Gardant son regard fixe et désintéressé sur la foule, Bill essaya de repérer lesdites jeunes filles en soupirant, essayant de chasser sa jalousie naissante alors que Tom agissait une nouvelle fois comme un gamin excité par de vulgaires jupons.

Avec un peu d'humeur, le brun se tourna vers lui et, ses yeux embrumés par l'alcool, lui cria, un sourire amer en coin.

- Va les voir, si elles t'intéressent autant.
- Quoi ? Pour me faire tuer ? Non merci, frissonna le blond.

A sa réponse, Bill pouffa, se relaxant immédiatement, et leurs yeux rieurs se rencontrèrent. En effet, vu la folie qui s'était emparée de la foule quelques instants plus tôt, entraînant moult évanouissements alors que les jeunes filles se pressaient et poussaient dangereusement – et en vain – vers eux, cela aurait été complètement suicidaire.

Un long moment passa, les deux jeunes hommes discutant entre eux, ou de temps à autre avec Natalie ou Dunja. Et alors que Bill terminait de mimer au micro la grosse voix de la musique hip-hop qui passait aux platines, se dandinant sur son siège en faisant s'esclaffer d'amusement mais aussi d'embarras son jumeau à côté de lui, il sentit celui-ci capturer subitement son avant-bras. Les lèvres de Tom frôlèrent à nouveau le lobe de son oreille, le faisant légèrement frémir.

- Et si toi tu allais les voir ? Histoire de recevoir enfin ce baiser que tu attends depuis trois ans, le taquina-t-il.

A ces mots lui rappelant la cruelle vérité, Bill eut une petite moue, et il laissa Tom le resservir d'un verre de vodka à l'orange pour noyer son chagrin. Le blond était apparemment décidé à le soûler ce soir.

- Tu sais que ça ne m'intéresse pas, les histoires d'un soir, même si oui, j'aimerais bien quelques bisous, marmonna le chanteur d'une petite voix piteusement alcoolisée.

Tom le fixa. Il n'avait certainement pas entendu ce qu'il avait murmuré, mais il avait parfaitement décodé l'expression sur son visage.

Bill vida une nouvelle fois cul sec son verre, ne remarquant pas le doux sourire esquissé par son grand frère.

***

Entrant en vacillant dans la chambre d'hôtel à Hamburg que son frère et lui partageaient, Bill se dépêtra après quelques tentatives infructueuses de sa veste et de son haut noirs, dévoilant son fin torse, et hoquetant, il s'affala directement sur le lit, s'y étalant à plat ventre.

Il grogna contre le tissu du dessus de lit. Il aurait dû commencer par aller prendre une douche, mais il était complètement cuit. Ses oreilles sifflaient horriblement et sa tête était comme prise dans un étau, tournant telle une toupie. Cette fan party avait été pour le moins folle et étrange, et il était content d'en avoir réchappé, loin des yeux inquisiteurs et des cris hystériques des jeunes filles.

Ils étaient enfin à l'abri, et dès le lendemain, seraient de nouveau en train d'enregistrer leur futur album en studio, loin de leur appartement berlinois assiégé par leurs fans – à la plus grande inquiétude de leur mère qui s'inquiétait de les voir ainsi harcelés chez eux.

Soupirant à cette pensée, Bill se décolla légèrement du matelas pour s'allonger sur le côté, cherchant de sa main tâtonnante la télécommande qu'il avait laissée là quelques heures plus tôt, bien déterminé pour une raison obscure à l'allumer sur une chaîne de dessins animés plein de niaiseries qui empesteraient la bonne humeur et l'amour.

Bill souffla encore, fermant les yeux alors qu'il essayait de piocher à l'aveuglette le petit instrument. Il avait besoin de douceur, un besoin de se sentir aimé que cette soirée n'avait fait qu'accentuer. Car Bill Kaulitz se sentait désespérément seul et étrangement mal aimé malgré l'adulation dont il faisait l'objet.

Il agita encore sa main, mais ne parvint pas à agripper la télécommande glissante dans ses doigts maladroits, le jeune homme couinant de dépit.

Le brun entendit un rire clair bien que presque aussi soûl que lui, et il ne fut pas surpris de voir une masse se vautrer à côté de lui, le mettant nez à nez avec un joli blond. Bill grogna et geignit :

- Tomi ! Tu me bouches la vue là !

Tom haussa un sourcil, et se tournant, du mieux qu'il le put, il regarda l'écran noir, perplexe.

- C'est éteint, non ? demanda-t-il avec incertitude.
- J'essaie de l'allumer, répondit le brun avec une petite moue.

Le blond ricana moqueusement et ses doigts glissant sur ceux de Bill, il attrapa le petit boîtier et enclencha le téléviseur. Posant son menton sur ses bras croisés, il fit défiler paresseusement les chaînes, grognant de plaisir alors que son petit frère caressait ses dreadlocks, les démêlant avec attention.

Bill sourit, sentant son c½ur se consumer dans son corps déjà délicieusement brûlant. Il n'était pas seul en fait, il le savait bien. Tom était toujours là à ses côtés, néanmoins, même s'ils flirtaient souvent ensemble, c'était bien différent...

Les yeux de Bill errèrent sur la télé, et il eut un cri un peu enroué, déclarant sérieusement :

- Stop, c'est la bonne chaîne.

Sur l'écran, le début d'un épisode des Bisounours – die Glücksbärchis – défilait, et Bill se mit à chantonner le générique d'un ton soûl.

- Quoi ? Tu veux voir ça ? Bébé ! le titilla Tom.

Boudant, Bill s'amusa à tirer sur une dreadlocks, et Tom poussa un petit 'aïe' plaintif. Se tournant vers lui pour qu'il lâche ses précieux cheveux, il le chatouilla au niveau de la taille, et Bill se tortilla en gloussant, sa tête tournant de plus belle. Il captura son poignet pour le faire cesser sa douce torture. Néanmoins, Tom parvint à poser sa main sur sa taille, et baissant ses pupilles sur la peau de son frère, il se mit à tracer les phrases qui y étaient désormais profondément inscrites du bout de ses doigts.

Deux phrases qui représentaient bien des choses pour eux.

Ronronnant presque, Bill se relaxa, fermant une nouvelle fois ses paupières et posant son bras en arrière, il le laissa effleurer sa peau un long moment. Il avait si chaud, et il ne savait pas si la chaleur dans la chambre de l'hôtel, l'alcool, ou bien autre chose en était responsable.

- Je vois que tu aimes ton cadeau, murmura-t-il.
- Parce qu'il était pour moi ? se moqua Tom. Je dirais plutôt que tu te l'es fait pour toi. Mais bon, tant que je peux m'amuser avec.

Son doigt glissa encore, venant s'infiltrer sous son pantalon ou le mot se terminait, et son souffla frôla son téton tandis qu'il se collait à lui. Intrigué, Bill rouvrit des yeux chocolat brillants et dansants, frémissant en voyant Tom ponctuer sa phrase en venant laper affectueusement le petit bout de chair d'un coup de langue. Gloussant nerveusement, il le repoussa en se rallongeant sur le dos, mais Tom résista en rigolant, se retrouvant au-dessus de lui.

Il se laissa choir sur son petit frère, et ils s'esclaffèrent tous deux à se retrouver ainsi collés l'un à l'autre, leurs jambes entremêlées et leurs souffles alcoolisés chatouillant leurs cous. Le brun le serra contre lui, admirant le plafond qui valsait autour du lustre juste au-dessus d'eux. A l'écran, les Bisounours gambadaient toujours, telles de jolies petites boules sur pattes de toutes les couleurs.

- T'es grave, murmura Bill à son oreille.

Qu'est-ce que leurs fans penseraient s'ils les voyaient ainsi à se faire des léchouilles et des papouilles pour le moins ambiguës ? Et dire que Tom le trouvait trop démonstratif en public. Que dirait la même audience en voyant à quel point son grand frère était pour le moins entreprenant dans ses câlins fraternels ?

Ne semblant pas s'en préoccuper outre mesure, Tom frotta son nez contre sa mâchoire, inspirant profondément son odeur délicieusement musquée après la soirée. En fond, le générique de fin des Bisounours venait brouiller leurs oreilles sifflantes.

- Et si je te disais que j'ai aussi un cadeau pour toi ? Disons, pour Noël ?

A ces mots, Bill fronça un peu les sourcils, et il tourna subitement la tête vers lui, son nez venant s'écraser sur les racines blondes de son frère.

- Quoi ?

Ils ne se faisaient jamais de cadeaux, jamais, quel que soit l'événement, alors qu'est-ce que Tom racontait ?

- Tomi ! Qu'est-ce que tu as fait ? Je ne t'ai rien acheté moi, grogna-t-il en tapant du pied sur le matelas. Tu aurais pu me prévenir !
- Je n'ai rien fait. Enfin, pas encore. Mais si tu veux, je t'offre un calendrier de l'Avent... un peu spécial.

Sentant l'expression éméchée perplexe de son frère, Tom recula légèrement, les mettant presque nez à nez alors que son visage survolait le sien.

- Alors ? Tu le veux ? insista-t-il.
- Tu m'offres... des chocolats ? s'étonna Bill, incrédule.

Ils n'avaient pas forcément l'habitude de prendre un calendrier de l'Avent tous les ans, ou plutôt, il était extrêmement rare que toutes les petites fenêtres renfermant chacune une appétissante douceur ne fussent pas ouvertes au bout de la première semaine. Bref, cela n'avait plus vraiment d'intérêt pour eux depuis qu'ils avaient grandi. Autant s'acheter une énorme boîte de chocolats prêts à consommer sans la culpabilité de penser à des lendemains moins sucrés.

Tom secoua la tête, et relevant une main, il dégagea tendrement une mèche de cheveux qui tombait devant les yeux de son petit frère.

- Non, rien à voir. Enfin, on pourrait dire que ce sont des chocolats un peu bizarres ?
- Je crains le pire, hoqueta nerveusement Bill. Tu commences à me faire peur là !

Tom étouffa un rire quand Bill se tortilla légèrement sous lui, faisant mine de chercher une échappatoire. Il le retint captif, l'emprisonnant dans ses bras, et Bill gloussa, soupirant légèrement de contentement lorsque le pouce du blond caressa son front, le malaxant de petits cercles.

Tom pencha sa tête vers lui, rapprochant leurs visages, et leurs yeux fixés sur les prunelles sombres de l'autre, il susurra d'un ton incertain.

- Un par jour, seulement un. Quand tu veux, où tu veux, jusqu'à Noël. A une seule condition...

Son c½ur s'accélérant pour une obscure raison, Bill cligna des yeux. Il n'était pas sûr d'avoir compris l'intention de Tom, du moins, il n'était pas sûr de pouvoir croire ce que son esprit soûl avait déduit de l'étrange comportement de son jumeau.

- Laquelle ? souffla le chanteur.

Tom parut réfléchir un instant, ses yeux errant autour d'eux, puis il décida :

- Je veux un cadeau pour le nouvel an.
- Un cadeau ? Quel genre de cadeau ? cilla encore Bill de surprise.

Le guitariste haussa les épaules.

- Ce que tu veux. Alors, qu'est-ce que tu en dis ?

Bill le fixa, frissonnant. Il était toujours alcoolisé, mais une partie de lui se dégrisa quand les yeux de Tom, moins soûls qu'il ne l'avait tout d'abord pensé, s'attardèrent sur ses lèvres, et il comprit.

Tom lui proposait de l'embrasser. Un baiser par jour jusqu'à Noël.

Songeur, Bill dévisagea avec attention le doux visage de son frère, si adorable, et déglutit, mordant ses lèvres après y avoir passé sa langue par réflexe tandis que son c½ur s'affolait, réalisant qu'il en avait terriblement envie. Ce devait être l'alcool, sûrement. D'accord, ils flirtaient beaucoup dernièrement, mais il ne pouvait certainement pas avoir soudainement envie d'embrasser son jumeau à ce point, si ?

- J'avoue que tu es une jolie fille, dit-il de manière joueuse en faisant filer ses doigts une nouvelle fois dans les longues dreadlocks.

Etouffant un rire, Tom ignora sa malice et se pencha encore. Lentement, très lentement, il déposa ses lèvres entrouvertes sur celles de Bill qui ne bougeait pas, tous deux fermant les yeux.

Sous son emprise, Bill sursauta électriquement contre lui quand il sentit une langue venir lécher ses lèvres, et il les ouvrit par réflexe, accueillant la langue victorieuse de son frère dans sa bouche, celle-ci allant immédiatement trouver sa jumelle.

La bouche de Tom goûtait avidement la sienne avec une douceur pourtant indéniable, appréciant visiblement l'instant, et Bill trembla. C'était son premier baiser depuis son dernier flirt, il y a plus de trois ans de ça, et il le recevait de son propre frère...

Et c'était terriblement bon. Un baiser doux, tendre... en un mot, parfait, de l'être qu'il aimait le plus au monde.

Ses promesses de cadeaux étaient de la folie pure, Bill ne se rappelant que trop bien comme il avait été difficile pour lui d'arrêter d'embrasser ainsi son frère lorsqu'ils avaient 14 ans, quand ils avaient réalisés qu'ils ne pouvaient pas continuer leurs petites expériences. C'était mal, immoral. Et pourtant...

Cela faisait si longtemps qu'il ne s'était pas senti aussi bien, aussi... aimé.

Se relaxant dans ces bras protecteurs, Bill grogna de plaisir en enserrant ses épaules, laissant Tom éterniser le baiser.

Il savait que celui-ci se terminerait bien trop tôt, et il ne lui tardait qu'une chose.

Le prochain baiser.

***

Dix jours plus tard.

Posant ses mains sur le casque calé sur ses oreilles alors qu'il était plongé en pleine séance d'enregistrement, Bill écouta la musique et recommença à chanter :

- Mein Herz kämpft gegen mich, wie ein Alien in mir...

Ses lèvres continuant à frôler le micro, il jeta un coup d'½il de son regard de chat sur le canapé non loin de là, plissant ses yeux maquillés sur le jeune homme aux vêtements extra larges affalé dessus. Celui-ci l'observait attentivement, le détaillant de haut en bas depuis le début de ses essais, il y avait déjà une demi-heure.

La chanson s'acheva et l'ingénieur du son, posté à quelques mètres devant lui, l'invita à la refaire une fois. Bill s'exécuta sans rechigner, en profitant pour innocemment rouler ses hanches pendant la nouvelle petite session sans regarder son frère qui fixait sans nul doute possible son bassin.

La musique mourut dans ses écouteurs, et l'ingénieur du son l'invita à faire une pause, s'absentant lui-même à la recherche d'un café bien corsé – ou peut-être de quelque chose de plus rafraîchissant, ses joues rougies à force de regarder le jeune et sexy chanteur se dandiner indécemment devant son micro.

Soupirant, Bill raccrocha le casque sur son support, et il poussa un petit cri aigu quand se faufilant derrière lui à pas de loups, quelqu'un dégagea d'une main ses longs cheveux lissés pour déposer un bisou dans son cou tandis que l'autre glissait sur sa hanche.

Elles s'enfuirent néanmoins aussi vite qu'elles étaient apparues, et ses cheveux virevoltant, Bill pivota sur lui-même, faisant face à un jeune homme gloussant qui le fixait d'yeux rieurs, reculant rapidement. Le chanteur rosit et s'avança vers lui.

- Oh toi, reviens ici !

Tom tituba encore en arrière, et se retrouva vite acculé, taclé et chatouillé sur le canapé, Bill lui grimpant dessus pour le torturer plus à son aise, massacrant sa fine taille sous les immenses tee-shirts tandis que les mains de Tom tentaient de capturer les siennes.

Finalement, ce fut Bill qui eut le dernier mot, attrapant ses poignets de ses doigts agiles. Il les plaqua au-dessus de la tête du blond, les manches de ses tee-shirts glissant et dévoilant les fins bras musclés de son frère.

Tom eut le souffle coupé, observant le corps félin et féminin onduler sur lui, se mouvant jusqu'à le chevaucher complètement.

Ils se regardèrent, riants et à bout de souffle, et après avoir jeté un coup d'½il autour d'eux pour s'assurer qu'ils étaient parfaitement seuls, Bill se baissa légèrement sur lui et susurra :

- Est-ce que je pourrais prendre mon chocolat de demain ?
- Quoi, ici ? bégaya Tom en tournant nerveusement la tête autour d'eux pour voir si quelqu'un pouvait les voir.

Bill resserra ses cuisses autour des hanches de Tom et se colla à lui, embrassant l'intérieur de son coude si sensible puis le biceps avant de relever la tête, s'allongeant un peu plus sur le jeune homme pour les mettre nez à nez, le fixant intensément.

Tom déglutit et le prévint, déçu par avance.

- Ça voudrait dire, pas de chocolat pour demain.

Cela faisait dix jours que Bill respectait à la lettre son calendrier, venant le plus souvent réclamer son bisou le matin en se glissant sous sa couette pour un câlin, et il fallait dire que c'était un réveil plus qu'agréable. Mais si Bill tenait tellement à réclamer son prochain bisou...

- J'y peux rien, c'est trop tentant, souffla le brun contre sa bouche entrouverte.

Il roula ses hanches, et Tom haleta, ne songeant déjà plus à le contester alors que ses yeux roulaient en arrière. Penchant légèrement sa tête sur le côté, Bill en profita pour fondre sur lui, l'embrassant avec volupté en tenant délicatement sa mâchoire.

Leurs langues s'entremêlèrent et le chanteur se frotta contre le blond, les faisant tous deux gémir. Tom libéra ses bras, ses mains venant glisser sur le dos de son frère, le rapprochant encore et encore.

Bill joua un moment avec ses lèvres, les lapant et les embrassant avec douceur mais extrême ferveur jusqu'à ce qu'un claquement de porte pourtant lointain se fît entendre. Il décolla immédiatement sa bouche de la sienne, bien que restant allongé sur lui.

Ils restèrent immobiles, reprenant leurs souffles dans leurs cous, n'osant bouger en sentant leurs corps chauds et leurs battements de c½ur excités résonner en l'autre.

Ses paupières toujours fermées, Bill soupira de contentement quand Tom déposa un court baiser sur sa tempe, touchant ses cheveux de douces caresses. Le chanteur était accro à tant de tendresse, et il craignait déjà d'arriver au dernier jour du calendrier. A son dernier baiser de Noël.

- J'aime ça, avoua-t-il en un murmure.
- Quoi donc ? demanda doucement Tom en effleurant son visage.

Le brun rouvrit ses yeux, leurs regards se rencontrant, puis il se pencha à son oreille.

- Toi et moi, lui chuchota-t-il.

Le serrant dans ses bras, Tom sourit et tourna sa tête vers lui, leurs nez s'effleurant câlinement, quand Bill souffla encore, jouant à titiller le tissu du large jeans de son jumeau.

- Tomi ?
- Hm ?

Etudiant les pupilles de ses yeux, Bill se mordit les lèvres avant de minauder :

- Pour mon dernier bisou, tu pourras te déguiser en Père Noël ?

Tom recula légèrement son visage pour le fixer, l'air surpris.

- Tu sais que tu as des goûts bizarres ? grimaça-t-il.

Bill rit, et se rapprochant à nouveau de lui, il fit glisser ses doigts sur ses lèvres, il murmura :

- Sûrement, vu que je t'aime à la folie.

Il l'embrassa longuement sur la joue, et se releva, laissant là sa petite pivoine cramoisie, le jeune homme étalé sur le sofa trifouillant nerveusement son tee-shirt.

L'ingénieur revint, café en main, la petite pause l'ayant rasséréné. En effet, se l'ayant répété un bon nombre de fois dans la tête, l''homme s'était convaincu de son hétérosexualité, certain de pouvoir supporter le corps de rêve du chanteur devant lui pendant encore quelques minutes sans devenir fou et lui sauter dessus... ou à peu près certain. Il lança la prochaine piste.

Bill renfila son casque, et après une dizaine de secondes, se mit à chanter ce qui serait la chanson d'amour par excellence du nouvel album, regardant de temps à autre ardemment le jeune homme sur le côté.

Allongé sur le canapé, ce dernier fixait encore et encore les jolies lèvres qui effleuraient sensuellement le micro tandis que de fines mains en caressaient langoureusement le manche devant lequel le chanteur se trémoussait avec une lascivité à l'érotisme inconscient, le guitariste tombant sans même s'en rendre compte toujours un peu plus dans ses filets.

À suivre...

Donnez une note à ce chapitre : * ** *** **** *****

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.105.205) if someone makes a complaint.

Comments :

  • oO-BabyDollsEspana-Oo

    06/12/2010

    J'adore ce Ts :D
    D'ailleurs la première fois que je l'ai lu je ne me doutais pas du tout que Tom allait lui offrir des baisers comme 'chocolat'.
    Mais l'idée me plait bien ^^
    J'aimerais bien faire pareil x)

  • croate-powaaa

    29/12/2008

    et bien et bien
    j'avais vu ca hier soir, mais il était odieusement tard pour que je le lise...
    quelle heure est-il? 03h50... bon ok mais hier il était encore plus tard lol

    Alors, qu'on me flagelle de ne pas avoir lu hier
    c'est carrément excellent dis moi
    c'est tout mignon et extremement captivant

    bon, je vais pas trop en dire hein, j'en garde pour la suite que je vais me dépécher d'aller liiire

    Bisou (le premier ^^)

    Ju.

  • billxtom-Stille

    28/12/2008

    Première partie plus qu'alléchante!
    Je m'étend pas trop chuis presser de lire la suite x)
    Bisous.

Report abuse