Baiser de pardon (4/4, partie 2)

Quelques minutes plus tard.

Tom entra dans sa chambre dans ses seuls sous-vêtements et s'assit en tailleur sur son lit, terminant de sécher ses longues dreadlocks avec sa serviette, celles-ci tombant sur son torse et son dos dénudés. Il soupira d'aise. Il faisait chaud en ce début d'été et comme ils n'avaient toujours pas mis la climatisation, ce petit bain de nuit avait été délicieux, les rafraîchissant malgré leur humeur coquine.

Bill arriva dans la pièce quelques minutes après, frottant ses yeux pour s'habituer à la lumière tamisée. Il était pieds nus et avait été chercher un T-shirt et un boxer pour la nuit dans sa chambre, s'arrêtant par la case cuisine pour chiper un énorme paquet de maltesers dans le placard. Il posa ce dernier sur le lit et passa devant son frère, se penchant brièvement pour déposer un court baiser sur ses lèvres, leur laissant à tous deux un sourire sur les lèvres.

Bill se dirigea ensuite vers le lecteur de DVD, sous le regard attentif de Tom qui souriait toujours, ses yeux se gorgeant de la vue du jeune homme. Les cheveux couleur corbeau de celui-ci encore légèrement humides tombaient gracieusement sur ses épaules, et son beau visage non maquillé révélait une fraîcheur et un apaisement intérieur qu'il n'avait pas vus depuis longtemps chez son petit frère. Ces derniers mois avaient été exténuants, et ils manquaient cruellement de repos. Ces quelques jours dans leur petit nid douillet entre deux concerts n'étaient pas de refus.

Bill cherchait les DVD, accroupi devant le meuble où le lecteur de DVD se trouvait, juste en dessous de l'énorme écran plat. Cependant, il n'y avait pas un seul film de visible. Les placards à porte coulissante étaient désespérément vides. Devinant sa perplexité, Tom lui expliqua.

- Ils sont dans un carton, dans le placard. J'ai pas encore eu le temps de les ranger.

En effet, cela faisait à peine quelques semaines depuis qu'ils avaient emménagé dans leur nouvel appartement à Berlin, et n'étant pratiquement pas là, ils n'avaient pas encore pu s'installer à proprement parler. Se relevant, Bill avança vers le placard, l'ouvrant et remarquant immédiatement une énorme boîte un peu abîmée où gisaient des dizaines de DVD, certains dans des boîtiers, et d'autres à l'air libre, de simples copies à la légalité douteuse sur lesquelles les titres étaient inscrits au marqueur noir.

S'accroupissant en tailleur devant le carton, Bill commença à farfouiller à l'intérieur à la recherche d'un film quelconque. Pour une fois qu'ils étaient tranquilles tous les deux, les jumeaux avaient en effet décidé de passer une soirée pépère à se reposer, ou plutôt une nuit, vu qu'il était déjà près d'une heure du matin. Le brun demanda.

- Alors, comédie, film d'horreur ou d'aventure ?
- Pourquoi pas film d'horreur ? répondit Tom.
- Ok, voyons ce qu'on a..., chantonna Bill.

Songeant déjà rêveusement aux câlins qu'il pourrait faire à son jumeau sous prétexte de se rassurer mutuellement, Tom sourit béatement, ses yeux perdus dans le vide. Ils étaient chez eux, loin de tout regard, et ils avaient toute la nuit devant eux. Il soupira avec attendrissement en observant les expressions enfantines de son jumeau varier selon les titres de films qu'il lisait, oscillant entre grimaces dégoûtées, haussements de sourcils étonnés et petits sourires adorables.

Cela faisait déjà plus de six mois à présent qu'ils étaient réellement 'ensemble'.

Près d'un an auparavant, après qu'ils aient repris l'usage de leurs baisers de pardon, le nombre de leurs crises de jalousie mutuelles avait été en grandissant. Au fil des semaines, ils n'avaient cessé de se chercher, se tournant autour jusqu'à ce que la dispute éclate, pour un prétexte ou un autre, et leurs câlins étaient devenus plus fréquents, plus olé-olé.

Cette situation presque comique avait néanmoins prit fin le jour où elle avait atteint son paroxysme.

A cette période, Bill avait déjà quelques problèmes avec sa voix, et il était devenu très tendu et susceptible au quotidien, et leurs engueulades s'étaient multipliées exponentiellement, devenant un alibi pour provoquer de brûlantes rencontres tardives entre les deux jeunes hommes dans leurs chambres d'hôtel. A l'abri des regards, ils se hurlaient dessus, s'embrassaient, et finissaient toujours par se câliner au creux de leurs lits.

De temps en temps, c'était pour relâcher la pression après un concert où ils avaient foiré. Parfois, c'était juste une marque de possessivité exacerbée, quand la jalousie faisait rage. D'autres fois, il n'y avait tout simplement pas eu d'arguments, juste une envie de contact et de tendresse, histoire de se rassurer en s'aimant, car tous deux avaient toujours su la signification secrètes de leurs baisers de pardon, et cela depuis leur tout premier...

Leurs baisers de pardon avaient toujours été une manière pour eux de se dire « je t'aime ».

Ils s'étaient ainsi testés jusqu'au point de rupture, et Tom devait avouer qu'il avait tout fait pour pousser Bill à bout, le jeune homme continuant notamment à flirter avec des filles pour rendre son petit frère jaloux. Et cela n'avait pas loupé...

Un soir où ils étaient en boîte et où Tom avait passé son temps accroché au bras d'une jolie blonde, la goutte d'eau avait débordé le vase et de retour à leur hôtel, après une engueulade mémorable où ils avaient tous les deux craqué, pleurant et criant leur souffrance à l'autre, ils avaient fait l'amour pour la première fois.

Depuis, leur relation, bien que parfois houleuse – comme celles de tous frères –, s'était apaisée, ayant même franchi un nouveau cap lors des derniers mois, quand Bill avait dû être opéré d'un kyste aux cordes vocales. Ce malheureux événement avait eu pour effet de les rapprocher, rendant leur relation encore plus fusionnelle qu'elle ne l'était déjà. C'était un amour sans nom, au-delà du sentiment fraternel ou amoureux. Ils s'aimaient dans tous les sens du terme, et même si personne ne pouvait les comprendre, ils étaient heureux, tout simplement.

Ils aimaient se faire l'amour, s'embrasser, et peu importait pour eux qu'ils soient frères. De toute façon, hormis le récent côté charnel de leur relation, ils avaient toujours été proches, trop proches, et même s'ils avaient très tôt compris que l'inceste était mal, ils avaient aussi très vite compris que les règles pouvaient être adaptées ou même transgressées. Or, tant que eux s'aimaient et se pardonnaient d'outrepasser les interdits de la société, peu importait ce que les autres pourraient bien penser de leurs 'baisers de pardon'.

Son regard se perdant dans le vide à l'évocation de ces derniers, ses pensées voguant au gré du vent sur leur petit nuage de bonheur, le blond souriait comme un bienheureux, façon guimauve, commençant à enduire machinalement ses dreadlocks de wax – il le faisait de temps à autre pour les entretenir -, quand une voix boudeuse interrompit ses pensées, faussement interrogative.

- Tom, est-ce que je t'ai déjà dit que tu n'étais qu'un obsédé ?

Sortant de ses rêveries cotonneuses, Tom leva les yeux, et vit Bill assis par terre, ses jambes repliées vers l'intérieur, lui montrant d'un air accusateur pas moins de quatre DVD qu'il tenait dans ses mains. Tous sans exception étaient des films pornographiques, les boîtiers arborant des images plus que suggestives de jeunes filles aux positions lascives.

Rougissant légèrement, Tom étouffa un petit rire gêné mais ne se démonta pas.

- Hey, ce sont de bons films. Très instructifs par ailleurs.

Il lécha sa lèvre supérieure et lui fit un clin d'½il, et ce fut au tour de Bill de rosir. Détournant promptement la tête, il leva les yeux au ciel avant de ranger les boîtiers, soupirant d'un air faussement résigné.

- Mon frère est un pervers.
- Tiens, quelle coïncidence, le mien aussi ! répondit Tom, un sourire en coin.

Bill se retourna pour lui tirer la langue, un sourire s'installant malgré lui sur ses lèvres, et il se remit ensuite à farfouiller dans les DVD. Tom l'observa faire, appréciant la vue de son corps gracile et de sa mignonne petite bouille concentrée, quand il vit son petit frère lever un DVD sans boîte. Le chanteur semblait perplexe.

- Il n'y a pas de titre sur celui-ci, c'est quoi ?

Tom se figea et déglutit, virant écarlate. Mais heureusement, Bill ne le regardait pas. Il rassembla tout son sang-froid.

- Il n'y a rien dessus. C'est un DVD vierge.

D'un geste distrait, Bill le reposa dans la boîte, trop pris dans ses pensées pour se poser des questions sur le ton étrange de son grand frère, et il s'affaira à trouver d'autres films. Tom souffla, rassuré de ne pas avoir à avouer et expliquer pourquoi il avait un DVD – lui aussi très instructif – de porno gay. Cependant, les sueurs froides revinrent immédiatement dans son dos quand Bill s'écria :

- Oh mon dieu !
- Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ?

Tom vit Bill éclater de rire avant de se calmer légèrement. Il pencha sa tête vers lui, souriant avec amusement.

- Je n'aurais jamais pensé trouver ça dans ta vidéothèque, petit cachottier.
- Quoi donc ?

Tom se tortilla nerveusement sur place quand il vit Bill se tourner vers lui. Il leva les deux DVD jusqu'à les mettre sous son nez, ne laissant voir que ses yeux qui brillaient, moqueurs. Il semblait bien trop amusé au goût de Tom. Bill battit outrageusement des cils.

- Tu les as piqués à maman ?
- Bill, repose ça !
- Non, je veux qu'on les regarde.
- Bill..., rougit Tom.

A genoux, ledit Bill se traîna adorablement sur la moquette jusqu'à se trouver devant le lecteur, et l'ignorant, inséra un des deux DVD à l'intérieur. Puis il se releva et sauta sur le lit, s'asseyant en tailleur à côté de Tom et posant l'autre DVD sur la table de chevet. Il ouvrit ensuite le paquet de maltesers, le coinça entre ses genoux et en engouffra un dans sa bouche, soupirant de plaisir en sentant fondre le chocolat contre son palais. A côté de lui, Tom rougit au petit bruit évocateur provenant de la gorge de Bill, et il reprit un peu de wax, continuant à parfaire ses dreadlocks. Après avoir croqué une autre bille, Bill murmura pensivement, fixant l'écran.

- Elle regardait toujours ce genre de films quand on était petits.

Tom acquiesça et ajouta, un sourire aux lèvres, mi-amusé mi-songeur.

- Elle en regarde toujours...
- C'est vrai, gloussa Bill.

L'écran titre du film se mit en place, et Tom rougit un peu plus, se sentant incapable de regarder son frère dans les yeux. Il termina de se mettre de la wax et attacha ses dreadlocks à l'aide d'un grand élastique, et Bill lança le film d'un coup de télécommande, continuant à avaler les petites boules craquantes de chocolat de sa main libre. Il continua.

- Mais je ne m'attendais pas à ce que toi tu aies ce genre de films. Je savais que tu pouvais être romantique, mais je ne pensais pas que tu étais à ce point guimauve.
- Hey ! Arrête de te foutre de ma gueule.
- Tomi... tu as Titanic et la cité des anges en DVD. J'ai un peu le droit de me foutre de ta gueule, non ? Il ne manquerait plus que tu aies Roméo et Juliette...

Bill s'esclaffa et Tom rougit, remerciant le ciel que son petit frère n'ait pas continué plus loin son investigation dans son lot de films. Il le poussa pour le faire taire, avec relativement peu de succès, et sourit malgré lui, le regardant de côté et observant ses magnifiques traits qui riaient. Le silence revint, un peu gêné, quand Tom tenta d'une petite voix, hésitant.

- C'est comme ça que tout a commencé... entre nous... tu te souviens ?

Bill leva les yeux vers lui et Tom lutta pour ne pas baisser la tête, rouge comme une cerise. Le brun sourit doucement, et il murmura encore.

- Je m'en souviens.

En effet, s'ils s'étaient embrassés la toute première fois, cela avait été pour faire 'comme les grands', prenant exemple sur les films d'amour que leur mère regardait, les jumeaux pensant que c'était la manière dont il fallait faire pour s'excuser quand on s'aimait. A l'époque, cela avait clair et limpide, et tellement innocent.

Pour de bon embarrassé, Tom tenta de se donner une contenance en se raclant un peu la gorge, et il tendit la main vers son frère, ou plutôt vers les maltesers que celui-ci gardait jalousement contre lui.

- Tu m'en passes ?

Bill dodelina de la tête, faisant mine d'y réfléchir, et le narguant, il avala effrontément un autre chocolat sous son nez. Devant la petite moue de son frère, il céda, riant légèrement.

- Ok, mais seulement si tu es très gentil avec moi.

Bill battit encore des cils et Tom sourit pour seule réponse, rosissant à ce que son jumeau insinuait. Et alors qu'il s'était attendu à ce que son frère lui passe enfin le paquet, le chanteur se contenta de coincer un maltesers entre ses dents. Tom s'apprêtait à protester quand Bill s'approcha de lui.

Tom se figea, puis lentement, il s'inclina à son tour, sa tête penchée légèrement sur le côté lui permettant de mettre délicatement leurs bouches en contact. Il emprisonna ses lèvres et essaya de s'emparer de la petite boule de chocolat en glissant sa langue pour la déloger, mais Bill jouait visiblement la résistance.

L'odieux séquestreur de maltesers étouffa un rire, agrippant son bras nu de sa main pour garder l'équilibre, et Tom approfondit son baiser pour l'obliger à lâcher prise, ce qui finit par arriver... Reculant, Tom croqua dans la petite bille, souriant fièrement de sa victoire, et Bill se lécha les lèvres, récupérant le chocolat qui y avait fondu lors de leur petite bataille tandis que les deux garçons se fixaient tendrement.

Tom fut presque déçu quand Bill lâcha son bras et lui tendit pour de bon le paquet pour qu'il en prenne d'autres. Pour se consoler, il en prit une grosse poignée, et ils retournèrent tous deux leur attention sur le film qui continuait à défiler. Néanmoins, Tom agitait sa jambe, nerveux alors que le personnage de Jack faisait son apparition. Au bout d'un moment, il sursauta, entendant la voix boudeuse de Bill, son jumeau reprenant le fil de leur précédente conversation.

- Tu m'avais piqué un jouet.
- ... Pardon ?

Bill tourna la tête vers lui.

- Notre première dispute. C'est pour ça qu'on s'était embrassés.

Tom secoua la tête.

- J'ai pas souvenir de t'avoir 'piqué' un jouet.
- Pourtant tu l'as fait. Et tu es allé jouer dans ton coin, sans moi, rajouta Bill avec sérieux.

Tom cligna des yeux, puis il éclata soudainement de rire, s'attirant un froncement des sourcils de son petit frère. Bill lui tira la langue et tourna la tête du côté opposé, faisant mine de bouder. Gloussant encore, Tom se rapprocha et passant ses bras autour de sa taille, le déséquilibra, le faisant basculer sur le lit en arrière. Bill gesticula, essayant de se redresser, mais Tom finit par obtenir le dessus, s'allongeant sur lui pour l'empêcher de s'échapper. Gloussant, il frotta son nez contre le tee-shirt de Bill, inspirant profondément. Son petit frère embaumait encore de l'odeur de pêche de leur bain. Tom eut un petit sourire.

- Et si je te disais que j'ai envie de jouer avec toi maintenant ?

Il sentit Bill rougir à ces mots.

- Et le film ?
- Je m'en fous. Je l'ai déjà vu dix fois.

Un ange passa et quelques secondes d'un silence religieux s'écoulèrent avant que celui-ci ne fût interrompu par Bill.

- Tu as vu le Titanic dix fois ? gloussa-t-il.
- Je t'emmerde, Bill, grommela Tom.

Sans la moindre indulgence, les rires de Bill redoublèrent, sa tête se penchant en arrière, et captivé par sa gorge pâle, Tom y déposa ses lèvres, le suçotant. Bill sembla se calmer et oublier à son tour le film, posant ses mains sur la taille de Tom et fermant les yeux à son action. Tom caressait ses hanches, ses mains glissant de temps à autre sous le tee-shirt pour toucher sa peau. Bill avait relevé ses jambes, frottant ses cuisses contre les hanches de Tom.

Les lèvres de Tom quittèrent son cou pour se poser sur ses lèvres. Il l'embrassa passionnément, Bill répondant avec ardeur. Leurs corps continuaient à se frotter suavement et sentant leur excitation mutuelle, ils gémirent. Leur enlacement était à la fois câlin et brûlant, et trouvant qu'il était bien trop habillé, Tom tira sur le T-shirt de Bill pour lui enlever. Ce dernier gloussa.

- Quelqu'un serait-il pressé ?
- Tu es trop habillé.
- Comme si t'étais pas content de pouvoir me déshabiller, pervers.
- Dixit celui qui m'a débauché dans le bain, hein !
- Oh, comme si tu n'avais pas aimé, mh ?

Gloussant encore, Bill repoussa doucement Tom pour se redresser et enlever son tee-shirt, et quand il y parvint avec l'aide pressante de Tom, il balança le vêtement sur le sol. Il se rallongea ensuite sur le dos et posant une main sur le torse de Tom, il se mit à lentement caresser ses fins pectoraux alors que le blond se penchait à nouveau sur lui, posant une main sur la bosse qui déformait le boxer moulant de Bill.

Son petit frère le regarda le caresser, et baissant les yeux, il jeta un coup d'½il vers le caleçon de Tom qui était également distendu. Bill écarta les jambes pour l'inciter à continuer, fermant les yeux et se mordant les lèvres. Il le supplia d'une voix emplie de désir, alors que Tom continuait à le toucher à travers le tissu du boxer qui l'enserrait.

- Tomi, enlève-le-moi.
- Je sais pas comment tu peux supporter d'être compacté comme ça, commenta Tom en grognant pourtant de plaisir à cette vue.
- C'est pas demain que je porterai des caleçons, si c'est ta question, grogna Bill.
- On y est plus à l'aise, surtout pour bander, répliqua Tom, sourire aux lèvres.
- Mais c'est totalement ringard, répondit Bill en levant les yeux au ciel. Bon, tu me l'enlèves, oui ou non ?

Tom rit légèrement à son agacement, signe d'impatience, et tirant sur l'élastique de son sous-vêtement Boss, il lui retira lentement, le faisant glisser le long de ses jambes, Bill lui facilitant la tâche en soulevant son bassin. Une fois fait, il observa avec intérêt son membre libéré se dresser fièrement devant lui, et rougissant légèrement, Bill frotta un de ses mollets contre sa hanche, titillant l'élastique de son caleçon. Il murmura, presque timidement.

- Toi aussi. J'ai besoin de te sentir, maintenant.

Tom frissonna à ces mots. Le fixant, il s'exécuta aussi lentement qu'il l'avait fait avec Bill, intérieurement fier de le voir rougir alors que le jeune homme examinait son corps. Après tout ce temps, plus que leur nudité, c'était l'intensité de leur désir qui les faisait encore rosir.

Bill ouvrit les draps du lit, laissant ce dernier béant, et s'y coucha sur le dos. Tom revint vite vers lui, et emprisonnant ses épaules de ses deux mains, Bill l'attira, l'invitant à se rallonger sur lui. Leurs virilités entrèrent en contact et ils gémirent, quand entrouvrant ses lèvres, Bill vint sensuellement happer les lèvres du blond qui les effleuraient. Tom ferma les yeux et après un long baiser où ils n'avaient cessé de se frotter avec envie, totalement peau contre peau. Ses paupières closes, Bill murmura encore contre sa bouche.

- J'ai tellement besoin de toi, Tom. Tu n'as pas idée.

Bill l'embrassa encore, et continua.

- Je te veux rien que pour moi, et ça depuis le premier jour. Tu es à moi, rien qu'à moi.

Tom frémit et déposa à son tour de petits baisers envoûtants sur ses lèvres. Leurs corps étaient brûlants, s'épousant avec volupté, et leurs douces peaux s'enflammaient à leur toucher, leurs mains errant fébrilement sur leurs corps. Le blond chuchota, son ton jaloux.

- Toi aussi, et j'aimerais bien que tu t'en souviennes de temps en temps... au lieu d'embrasser le premier venu.

Il le serra avec possessivité dans ses bras, cherchant encore ses lèvres, mais surpris, Bill rouvrit les yeux, dégageant un peu sa tête sur le côté pour mieux regarder son frère.

- Quoi ? Ne me dis pas que tu m'en veux encore pour ça ?
- Non, pourtant il y aurait de quoi, bougonna Tom.

Bill haussa un sourcil, puis il tenta avec précaution.

- T'exagères. Déjà, c'était pas le premier venu.
- Justement, c'est pire ! Tu as embrassé Andreas, sous mon nez en plus !

Bill posa un doigt sur le bout du nez de Tom.

- Je vois que tu as la mémoire courte. C'est lui qui m'a embrassé.
- Peu importe, tu ne l'as pas repoussé ! répondit Tom, chassant le doigt qui le faisait loucher.
- Tom, pourquoi est-ce qu'on doit reparler de ça maintenant ? geignit Bill.

Ledit Tom haussa les épaules, se redressant un peu sur le coude. Il le fixa, fronçant les sourcils.

- Parce que j'en ai envie.

Son grand frère semblait vraiment bouder. Bill cligna des yeux puis s'esclaffa, lui rappelant leur conversation dans le bain.

- Je croyais que tu n'étais pas jaloux d'Andi?
- Et je ne le suis pas.
- A d'autres.

Tom détourna le regard, ignorant le regard inquisiteur de son petit frère.

Lors du week-end dernier, quand Andi, Tom et lui étaient allés en boîte, s'isolant tous les trois dans un coin VIP à l'abri des regards indiscrets pour discuter et boire comme des trous en toute quiétude, ceux-ci s'étaient vite retrouvés éméchés, parlant à tort et à travers. Or, au détour d'une conversation où les trois garçons discutaient de leurs anciennes – et souvent imaginaires, surtout concernant Tom - conquêtes, Bill avait dit, histoire de titiller son frère qui ne pouvait alors le toucher, qu'il était en manque de baisers, vu que son dernier remontait déjà à loin.

Cependant, l'alcool aidant, Andi avait eu la bonne idée de 'réparer cette erreur' en donnant un bec de rattrapage à son meilleur ami, ses lèvres s'attardant peut-être plus que de raison sur les siennes. Dans le même état d'ébriété que lui, Bill l'avait laissé faire, et quand ils s'étaient reculés, pouffant comme deux collégiennes qui venaient de se faire une bonne blague alors que Bill roucoulait un « merci Andi chéri ! », il n'avait pas remarqué les yeux furax de Tom leur lancer des éclairs.

Tom avait fait la gueule tout le restant de la soirée, et il avait fallu toutes les peines du monde à Bill pour se faire pardonner, une fois de retour à leur hôtel.

Bill sourit, caressant la hanche de son frère.

- Ce n'était qu'un petit bisou de rien du tout. Ce que tu peux être jaloux !

Tom ne répondit pas, et Bill lui fit une petite moue, cherchant à capter son regard. Voyant qu'il n'y parvenait pas, son jumeau s'entêtant, il se redressa un peu lui aussi et l'embrassa dans le cou, caressant presque chatouilleusement son bras du revers de ses doigts. Puis il murmura à son oreille.

- Je te l'ai dit, tu es mon préféré.

Quand il recula, Tom avait fermé les yeux à ses mots, et Bill sentit qu'il commençait à l'amadouer. Et quand Tom rouvrit les paupières, haussant les sourcils, ce fut pour insister, sur un ton innocent qui sonna faux aux oreilles aiguisées de son petit frère.

- Mais tu l'as embrassé...

Il caressa d'un air absent le ventre de Bill, descendant juste sous son nombril tout en essayant d'ignorer le membre toujours tendu de son petit frère. Bill fronça les sourcils. Après quelques secondes de réflexion, il lui demanda, soupçonneux.

- Tomi, rassure-moi. Tu n'oserais jamais profiter de ma culpabilité pour que je m'excuse une fois de plus, n'est-ce pas ?
- Non, bien sûr que non ! protesta Tom, un peu trop précipitamment pour être crédible.

Son souffle se coupant, Tom vit Bill glisser sur lui jusqu'à se mettre à califourchon sur ses hanches, obligeant son frère à se rallonger totalement sur le lit. L'expression de Bill était totalement tentatrice, son sourire provocateur seulement adouci par un léger rouge sur ses joues.

- Tu devrais.

Il se pencha pour l'embrasser, leurs corps se fondant l'un sur l'autre, et leurs membres se touchèrent. Alors que Tom agrippaient ses cuisses pour l'inciter à continuer, Bill se frotta contre lui, et ils gémirent. Les mains de Tom remontèrent, faisant de longs et lents allers-retours sur son dos, en caressant tendrement les moindres recoins.

Ils continuaient à s'embrasser goulûment et Tom prenait plaisir à s'attarder sur la nuque de Bill avant de redescendre jusqu'à ses fesses, ses doigts longeant câlinement sa colonne vertébrale dans un sens et puis dans l'autre, son toucher aérien faisant frissonner et couiner le brun.

A moment donné, il sentit Bill tâtonner à côté du lit, ses mains cherchant à ouvrir le tiroir de la petite table de chevet. N'y parvenant pas, il décolla ses lèvres des siennes et tourna la tête pour se repérer, ses doigts se posant sur la poignée et la tirant avec impatience. S'attaquant à son cou et le serrant dans ses bras, Tom gloussa alors que Bill farfouillait dans le bazar à la recherche du lubrifiant. Sourire aux lèvres, il finit par brandir fièrement un petit tube au bout de quelques secondes. Derrière eux, Jack venait juste de sauver Rose qui avait glissé sur la rambarde.

Bill se redressa et après en avoir pris une dose généreuse qu'il étala sur ses doigts, il se mit à caresser le membre de Tom, l'enduisant avec soin du gel. S'appuyant sur ses mains, Tom se rassit également et attrapant doucement le visage de Bill de ses mains, il remit leurs lèvres en contact. Bill y répondit avec enthousiasme et posant une main sur son cou, il murmura suavement entre deux baisers.

- Prends-moi.

Tom recula, un tantinet surpris par les mots crus et impatients de Bill, et un sourire aux lèvres, il tendit sa main pour prendre le lubrifiant que Bill avait laissé négligemment sur le lit pour le préparer. Mais lâchant soudainement l'érection du blond, Bill l'arrêta en agrippant son poignet. Cette fois-ci, Tom le fixa, un peu inquiet, quand Bill secoua la tête, chuchotant sensuellement en se penchant à son oreille.

- Pas besoin, ça ira.
- Mais je risque de te faire mal !
- Je m'en fous.
- Impatient, hein !
- Tomi ?
- Oui ?
- Ferme-la veux-tu ?

Bill fit glisser sa main sur son cou jusqu'à l'entourer d'un bras et l'embrassa derechef, faisant glousser son grand frère. Puis l'obligeant avec autorité à poser une main autour de sa taille, il le fit tomber avec lui sur le lit, les étalant l'un sur l'autre en travers du lit, la tête de Bill retombant sur le repli des draps grands ouverts. Il écarta les jambes, accueillant son frère entre elles.

Par réflexe, Tom se glissa entre ses cuisses, son sexe venant frotter contre ses testicules et son gland effleurant son orifice, et Bill gémit de plaisir par anticipation, fermant les yeux. Inconscient de la musique du film, Tom se mit à onduler contre lui. Le contact de leurs corps nus et excités était divin et il aurait presque pu s'en tenir là pour ce soir si Bill ne lui avait pas fait une si tentante invitation.

Caressant son front de son pouce, Tom déposa un baiser au coin de ses lèvres puis un autre, suivi d'un autre et ainsi de suite sur tout son visage, semblant pas pouvoir s'arrêter. Il sentait leurs torses collés se soulever rapidement, leurs c½urs tambourinant dans leurs poitrines, et il avait envie de continuer à l'embrasser indéfiniment.

Mais quand Bill leva les bras, ses mains venant s'accrocher aux draps repliés juste derrière sa tête, les lèvres du blond quittèrent son cou et leurs yeux se rencontrèrent, brillants de douceur et de désir. Tom se décida alors à glisser ses mains le long du corps de Bill, ses doigts effleurant sa peau, et se redressant légèrement, il passa ses bras sous les cuisses du brun pour relever légèrement son bassin.

Il se positionna contre son entrée, et alors que Bill l'observait faire de ses yeux mi-clos, se détendant au maximum, il le pénétra doucement, son gland seul entrant dans l'étroit espace. Il sentit Bill se contracter autour de lui et il embrassa l'intérieur de son genou pour le rassurer, son regard toujours fixé sur son sexe durci. L'érection de Bill était elle aussi douloureusement tendue, touchant presque le ventre du brun alors que Tom haussait son bassin.

Se mordant les lèvres à l'érotisme de la situation, Tom poussa encore, entrant à moitié, et rassuré en sentant qu'il le pénétrait facilement, il continua, forçant à peine pour s'introduire totalement. Il poussa un grognement. Bill tourna la tête, son souffle se coupant en le sentant à l'intérieur de lui, puis il expira lentement, avant de jurer en gémissant.

Sans attendre, Tom se retira pour le re-pénétrer aussitôt d'un coup de bassin brusqué, et Bill hoqueta un cri entre douleur et plaisir. Tom s'inquiéta et s'arrêta.

- Trop ?

Bill secoua vivement la tête et sourit légèrement pour le rassurer, et Tom recommença, entamant plusieurs va-et-vient à un rythme déjà effréné. Bill se relaxait au fur et à mesure et bientôt tous deux poussaient de petits cris gémissants qu'ils ne cherchaient pas à étouffer, se sachant à l'abri – ce qui était rare – de toute oreille indiscrète.

Sa bouche ouverte et haletante, Tom ne pouvait s'empêcher de regarder son membre aller et venir en Bill, dans cet endroit chaud et délicieusement étroit qui envoyait des vagues de plaisir dans tout son corps, et il continuait à observer l'attrayante vision quand le chanteur se tortilla légèrement sous lui, le poussant à ralentir son rythme. Il leva la tête et vit Bill rougir, embarrassé d'être si intimement exposé.

- Tomi, arrête de regarder !

Son frère étouffa un rire et s'interrompant tout en restant en lui, il relâcha les genoux de Bill et se rallongea sur lui. Soupirant en signe de soulagement et d'approbation, Bill enroula ses jambes autour de son bassin, et faisant glisser ses mains le long de ses bras, Tom finit par agripper ses poignets. Y prenant appui, il re-entama ses mouvements, plus lentement à cause de sa position, mais avec plus de force et d'intensité, et l'embrassa avec tendresse. Il chuchota ensuite suavement contre ses lèvres.

- Pourtant c'est incroyablement sexy, notamment quand je fais ça.

Tom ondula contre lui, le pénétrant de la manière la plus exquise pour accentuer ses mots, et le brun couina de plaisir, sentant sa prostate réagir au quart de tour. Le blond plongea sa tête dans son cou pour gémir et il continua ses va-et-vient. Leurs corps totalement en sueur se perdaient dans leur enlacement, les faisant trembler.

Sous lui, Bill cherchait par tous les moyens à se frotter contre lui, son phallus perlant contre le ventre de Tom. Il cherchait faiblement à se défaire de l'emprise que son frère avec lui, préférant lui laisser l'initiative de sa libération. En effet, si Bill était le jumeau dominateur quand il s'agissait du groupe, de leurs disputes ou autre, il se laissait volontiers dominer dans leurs relations intimes.

Tom finit d'ailleurs par lâcher les poignets de Bill pour agripper ses hanches et accélérer le rythme et Bill entoura ses épaules pour le serrer contre lui. Tous deux gémissaient des mots incompréhensibles où l'on pouvait seulement distinguer de temps à autre le prénom de l'autre.

Et lorsque Bill poussa un cri plus fort et aigu que les autres, se raidissant alors qu'il jouissait pour la troisième fois de la soirée, Tom leva légèrement la tête pour regarder l'expression d'extase sur le visage de son jumeau. Puis collant ses lèvres sur sa mâchoire, il le pénétra encore pendant quelques dizaines de secondes, se perdant dans son plaisir et les sensations que Bill lui donnait.

Sous lui, Bill se contracta autour de son membre, répandant son liquide chaud entre leurs ventres collés l'un contre l'autre, avant de se détendre peu à peu. Il passa une main sur la tête de Tom, ses doigts venant essuyer son front lisse de sa sueur et l'y embrassant alors que Tom continuait à aller et venir en lui. Caressant sa mâchoire de sa main libre, il chercha ses lèvres pantelantes pour lui donner un baiser, et le serra à nouveau avec force dans ses bras, lui susurrant des mots d'amour à l'oreille.

En les entendant, Tom jouit en un cri, s'immobilisant en tremblant alors qu'il était ancré au plus profond de Bill. Pour une fois qu'ils pouvaient se le permettre, dans l'intimité de leur appartement, il n'avait pas cherché à le réprimer, et Bill ferma les yeux à cette douce musique.

Les mains de chanteur cherchèrent ensuite son visage, l'attirant à lui pour l'embrasser à nouveau sur la bouche, et Tom y répondit avec passion, se vidant à l'intérieur du jeune homme en petites saccades.

Quelques minutes après, ils n'avaient toujours pas bougé, continuant à s'embrasser alors que sur l'écran Rose posait déjà pour Jack, celui-ci dessinant les contours de son corps nu et du coeur de l'océan.

Bill et Tom étaient en sueur, imbriqués tels un seul corps, et le monde avait disparu tout autour d'eux. Dans la chaleur estivale de la pièce flottait l'odeur sucrée de leurs ébats, embaumant la petite chambre d'un parfum de pêche.

Leurs lèvres dévoraient le nez, les lèvres, les arcades de l'autre. Elles parcouraient affectueusement la moindre parcelle de leurs visages et de leurs cous de tendres et doux baisers, et ce ne fut que lorsque la soif se fit sentir qu'ils s'arrêtèrent.

Sagement, ils se rallongèrent dans le bon sens du lit, buvant tour à tour dans la même bouteille d'eau au goût délicieusement acide de fraise - qu'ils avaient posé à côté du lit précédemment -, riant alors que quelques gouttes échappaient de leurs lèvres pour aller se perdre sur la peau salée de leurs cous, juste avant d'être léchées par la langue coquine de l'autre.

Quand ils furent désaltérés, Bill posa sa tête sur le torse de Tom, leurs jambes enlacées, et ils continuèrent à regarder le film dans un silence agréable tout en se câlinant. La chaleur était assez importante pour rendre leur nudité supportable, mais pas encore assez pour être incommodante.

Regardant avec intérêt la suite du film qu'il connaissait par c½ur, Tom caressait doucement les cheveux et le visage de Bill, ses doigts errant parfois sur son dos, son épaule et son bras qui lui étaient accessibles, glissant jusqu'à venir jouer avec ses doigts de la plus tendre des façons. Bill faisait de même, ses ongles manucurés qui effleuraient le ventre de Tom faisant frissonner ce dernier.

Jack et Rose avaient fini par échapper à leurs poursuivants, avaient fait l'amour dans une voiture embarquée qui devait bien dater de Mathusalem, et avaient assisté à la collision du Titanic avec un iceberg. La bonne partie du film était terminée. Seuls la catastrophe, la mort et la perte de cet amour restaient à venir à présent.

Jetant un coup d'½il à la table de chevet où se trouvait le second film, Tom calcula. Il était déjà trois heures du matin, mais s'il mettait l'autre maintenant, il arriverait peut-être à rester éveillé jusqu'à la fin. Il caressa une fois de plus la tête de son petit frère et parla doucement.

- Bill, ça te dérange si je change de film ?

Il attendit une réponse qui ne vint pas, et il pencha sa tête pour voir la petite bouille adorable dudit Bill. Son jumeau s'était endormi. Souriant, Tom le poussa avec précaution, se leva, faisant bien attention à ne pas le réveiller, et il se faufila jusqu'au lecteur, film en main, pour remplacer le DVD, avant de retourner promptement aux côtés de son jumeau.

Il se rallongea et de quelques clics de télécommande, il lança le film, et alors que la Cité des Anges commençait, il sentit Bill se pelotonner à nouveau contre lui, son bras enserrant sa taille tandis que son menton se reposait sur son épaule.

Tom sourit et l'embrassa tendrement sur le front, murmurant tout en fermant les yeux.

- Je t'aime, mon petit ange à moi.

Il vit Bill sourire légèrement dans son sommeil, et posant sa tête sur celle de son frère, Tom tourna ses yeux sur le film, engouffrant un à un les maltesers jusqu'au dernier.

Arrêtant le film avant la déprimante scène finale, il ferma lecteur et lumières et s'endormit, enserrant dans ses bras l'ange qu'il ne quitterait jamais.

**

Quand Bill se réveilla ce matin-là, la première chose qu'il remarqua était la moiteur de son corps. Il avait très chaud et était en nage bien qu'il n'y ait pas le moindre drap sur lui. De plus, le sperme séché sur son corps lui laissait une sensation plutôt désagréable sur la peau. Il grimaça. Il avait besoin d'une bonne douche bien fraîche.

Se retournant dans le lit et ouvrant enfin les yeux, il tomba nez à nez avec le jeune homme avec qui il avait passé cette nuit brûlante. Soupirant légèrement de contentement, Bill sourit, dévisageant l'endormi. Il avait été particulièrement chaud et câlin tout au long de cette nuit, et cela était certainement dû en partie au fait que la jalousie latente de Tom envers Andreas avait été attisée.

En fait, il n'aurait jamais pensé qu'un simple et innocent petit bisou aurait pu provoquer une telle réaction chez son jumeau.

Peut-être même qu'il devrait essayer de retenter l'expérience une autre fois pour essayer de rendre Tom jaloux ?

Bill cligna des yeux, réfléchissant intensément pendant quelques secondes, puis son visage s'illumina, le brun souriant en coin.

Georg. Oui, Georg ferait parfaitement l'affaire.

Ne remarquant pas que la petite auréole imaginaire au-dessus de sa tête venait d'éclater pour laisser place à deux petites cornes rouges tout aussi imaginaires, Bill se pencha sur Tom, s'allongeant sur le jeune homme qui grogna dans son sommeil. Le serrant dans ses bras, il embrassa avec tendresse d'un doux baiser mouillé la petite marmotte avant de chantonner.

- Tomi ! Debout !

Il déposa de petits bisous sur son visage et bâillant, son frère finit par ouvrir de tout petits yeux au bout de quelques instants, croassant un petit bonjour auquel Bill répondit.

Ils se sourirent avant de s'embrasser à nouveau, soupirant de bonheur en s'enlaçant.

**

Quelques minutes après, Bill avait attiré avec succès Tom dans la douche.

Quelques heures après, ils regardaient Roméo et Juliette sur le canapé de leur salon, mangeant des glaces pendant la moitié du film et en ratant le dénouement, préférant se faire l'amour.

Quelques jours après, Bill et Tom reprenaient activement les concerts avec leurs amis, et s'assurant que Tom le vît, Bill donnait lors d'un pseudo accès d'ébriété un bec à Georg, et par plus de sûreté, un autre à David.

Des semaines, des mois, des années après, Bill et Tom s'embrassaient toujours de baisers de pardon.

Fin.

Donnez une note à cette mini-fic : * ** *** **** *****

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.150.27) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Soooo-Cute

    17/03/2009

    Géniaaaaaaaaaal <333'.
    Bravo!

  • Zerstorerische-Ferien

    26/01/2009

    Vraiment magnifique cette fic !
    J'adore le monde des bisounours (d'ailleurs j'écoute en ce moment même la chanson de ton blog xD je la connais par coeur) et tes fictions et OS sont les meilleurs dans ce genre là !!

    BzouxXxX <3
    Ceriiize_#

  • x-pas-sur-la-bouche-x

    27/09/2008

    HI! *se coltine un sourire béa sur le visage*
    Nan mais hanlala ce lemon est juste parfait...c'est hot et rempli d'amour...
    Putain *dsl je suis vulgaire ce soir* mais c'est trop beau! *-*
    Je suis fan de toi et franchement celui qui ne sait pas pourquoi ben c'est qu'il n'a surement pas lu tes OS et tes fictions!
    Merci encore de m'avoir écrit un tel chef d'oeuvre! *-*
    Enormes poutoux ma Sang"!
    <333

  • spriing-niicht-fiic

    21/08/2008

    Ah oui et j'adoore ton image d'hérisson =DD x)

  • spriing-niicht-fiic

    21/08/2008

    C'est vraiment très très beau. j'aime tout ce que tu écris, déja parce que c'est écrit avec wahou, un style in-cro-yable O__O et aussi parce que c'est tellement original !
    Alors vraiment bravo =')
    Bravo bravo bravo bravo <3
    Et merci =)

  • Julie

    28/07/2008

    Mais non ! C'est "le coeur de l'océan" voyons !

  • croate-powaaa

    27/07/2008

    je te le redi ici, meme si je te l'ai déjà dis sur le fo (jujudelo59 c'est moi lol)
    mais c'était trop trop bien!!
    j'ai trop aimé!!!
    j'ai dévoré ta fic en 1h00 top chrono

  • Candice

    16/07/2008

    Whoa!

    Honte à moi, je n'avais pas lu la fin..J'ai beaucoup aimé, mais j'aurais préféré que ce soit Andreas, même si ce n'était pas très rationnel..En ce moment le couple Bill/Tom me tape un peu sur le système (un tout petit peu), y'a très peu d'bonnes histoires. On fait avec XD

    Mais, Bravo ;D

  • TH-Twins-Story-TH

    16/07/2008

    dis tu veux bien venir jetter 1 coup d'oeil sr ma fic et donner ton avis? je l'ai crée hier mais ya deja 5 chapitres dc je pense que tu peut te faire un avis sr la fic....oui je sais j'ai deja laissé 1 com mais jme fais de la pub pr essayer de mfaire "connaitre" xD

  • TH-Twins-Story-TH

    15/07/2008

    coucou!! je viens de creer une fiction et je voudrais des avis pr savoir si c'est bien ou pas.....je sais que ce n'est que le debut mais jaimerais savoir si ca "mérite" d'etre continuer ou non....viens jetter 1 coup d'oeil et dis moi ske ten pense stp: TH-Twins-Story-TH.sky

Report abuse