Parfum de scandale (5/6, partie 1)

Parfum de scandale

Scénar toujours de Winry et de moi.
Corrections faites par Winry ! (merci :D)

Chapitre 5, partie 1

Bill regarda Sven s'éloigner, et se tourna vers l'autre garde du corps. Ils étaient à présent entièrement seul dans le couloir.

- Dirk? Je pourrais te parler?

Dirk se redressa, se détachant de la machine à café, gobelet en main. Il lui décocha un sourire en coin qui mit directement le chanteur inexplicablement mal à l'aise. Il se remémora les mots de Tobias. Ce mec avait dit qu'il le trouvait aussi mignon qu'une fille. Un frisson désagréable le parcourut, mais il se contint. Rien ne prouvait que c'était lui, le maître chanteur.

Dirk ne se départit pas de son sourire quand il dit sur un ton de plaisanterie étrangement doucereux.

- Oui, à votre service, beau jeune homme. Que puis-je faire pour vous ?

Le garde du corps fit un pas vers lui, et le chanteur sursauta presque, empêchant de justesse un mouvement de recul. Dirk dépassait les 1m90 et était beaucoup plus balèze que lui, et à la différence de Saki ou Tobias, cette dominance physique était étrangement angoissante. Tendu, Bill se racla la gorge, et baissant un instant la tête, il commença, ressentant le besoin de forcer sa voix dans le grave.

- Je ne sais pas trop comment dire ça, mais je me demandais, est-ce que tu aurais un problème avec moi ?

Dirk fit un autre pas vers lui. Il était à présent très proche de Bill, son haleine lourde et incommodante débectant les narines de celui-ci. Néanmoins, il ne bougea pas d'un pouce malgré le malaise grandissant dans ses veines. Quelque chose clochait sérieusement dans la manière dont le garde du corps le regardait.

- Un problème ?

Il ne continua pas, obligeant Bill à mieux s'expliquer. Le brun hésita, se forçant tout de même à le fixer pour ne pas paraître suspect.

- J'ai remarqué que tu n'arrêtais pas de me fixer tout à l'heure, sur le plateau.
- Oh, tu as remarqué ?

Le sourire de Dirk s'accentua, retournant un peu l'estomac de Bill. Son visage se ferma malgré lui et il croisa mécaniquement les bras en guise de défense quand Dirk se pencha un peu plus vers lui, celui-ci lui parlant sur le ton de la confidence.

- Tu m'intéresses.

La gorge de Bill s'assécha, et crispé, mais d'un ton se voulant normal, il répéta.

- Je... t'intéresse ?

Dirk recula très légèrement pour terminer son café, puis lançant son verre vide vers la poubelle béante à trois mètres de là avec succès malgré la distance, il rajouta jovialement.

- Avant de devenir garde du corps par nécessité financière, j'étais un photographe. Un bon. Très bon même. Je faisais des photos de mannequina, spécialisé dans la mode masculine.

Il eut un petit sourire arrogant et sûr de lui. Celui-ci disparut quand Bill demanda sur un ton se voulant nonchalant.

- Pourquoi tu n'as pas continué ?

Pour la première fois depuis le début de leur conversation, le visage de Dirk se renferma. Au bout de quelques secondes, il dit plutôt sèchement.

- Disons que j'ai eu un petit problème d'ordre artistique avec mon agence. On n'avait pas les mêmes conceptions de ce qu'est l'art.

Bill le regarda attentivement puis murmura.

- Je vois.

En fait, il ne voyait pas, mais Dirk sourit à nouveau, semblant satisfait. Ses yeux brillaient d'une lueur dérangeante.

- Tu ferais un excellent modèle. Ton frère aussi d'ailleurs. En fait, vous pourriez faire un malheur si vous posiez pour un grand photographe, en tant que mannequins.

Bill eut un petit rire à la fois incrédule et embarrassé.

- On veut seulement jouer de la musique, et puis on a déjà fait de nombreux photoshoots avec des photographes très connus.
- Tous des merdes !

Le chanteur sursauta. Le garde du corps avait dit cela avec une brusque véhémence qu'il n'aurait jamais pu deviner. Dirk ne sembla pas le remarquer néanmoins, trop absorbé par son discours.

- Si tu veux voir ce qu'est un véritable photographe, passe chez moi. Je peux te donner l'adresse. Je te montrerai ce dont je suis capable de faire. Entendu, Bill ? Hein ? Tu viendras voir mes ½uvres ? J'en ai plein à te montrer qui t'intéresseront sans aucun doute !

Ses yeux restaient fixés sur le chanteur, et quand il avança à nouveau vers lui, Bill recula pour de bon, son visage retranscrivant une peur naissante. L'expression de Dirk était celle d'un fou.

- Nathalie les a vues, mais elle n'a pas aussi bon goût que toi. Dommage pour elle, hein ? Je pensais pourtant qu'elle ferait un bon modèle, mais je m'étais trompé. C'est pas grave, maintenant que je t'ai, toi.

Quand Dirk posa sa main autour du frêle bras de Bill, l'enserrant avec force, le chanteur se raidit, grimaçant sous la douleur et son souffle se coupant avec panique. Il était tétanisé par les agissements de l'homme, ses yeux fixés sur le garde du corps.

Dirk allait l'attirer à lui quand une main se posa sur son avant-bras, l'obligeant rudement à lâcher le chanteur.

Bill tourna la tête. C'était Tom, le blond fixant durement le garde du corps. Il se plaça légèrement entre eux, le brun reculant par réflexe quand son bras fut libéré.

Dirk parut surpris, puis comme si l'entière situation était normale, sourit le plus naturellement du monde au guitariste.

- Tom ? Que puis-je faire pour toi ?

Le regardant toujours de la même façon, Tom répondit sèchement au bout de quelques secondes, étudiant avec un dégoût à peine voilé l'homme.

- Rien, on doit y aller, c'est tout. Les vans sont là.

Aucun d'eux n'osait pourtant bouger, jusqu'à ce que Saki apparaisse au détour du couloir. Mécontent, il leur dit d'un ton bourru mais paternel.

- Ah ! Enfin ! Vous êtes tous les deux là. Tom, tu sais très bien que je veux savoir où vous allez en toutes circonstances. Ne pars pas sans rien dire la prochaine fois.

Ne lâchant pas une seule seconde Dirk du regard, Tom répondit calmement.

- Je voulais juste prévenir Bill qu'on partait.

Dirk détourna les yeux pour sourire d'un ton rassurant à Saki.

- De toutes façons, ils n'avaient rien à craindre. J'étais là.

Saki le fixa un instant, le mastodonte semblant toujours contrarié, puis il fit signe aux jumeaux de passer devant pour rejoindre les véhicules.

Derrière ces derniers, le garde du corps se mit à discuter fermement avec l'autre, semblant être en sérieux conflit sur des points de sécurité avec Dirk. Mais Bill et Tom ne faisaient pas attention à leur conversation, marchant rapidement, très proches l'un de l'autre tout en fixant le sol et en ressassant ce qu'il venait de se passer, même si le blond jetait de temps à autre des coups d'½il meurtriers en arrière.

Quand ils arrivèrent par une porte dérobée dehors, leur équipe était déjà montée dans les voitures, Tom entrapercevant même à l'intérieur de l'une d'elles leur mère en grande conversation avec Nathalie. Simone lui fit un signe auquel il répondit brièvement, se demandant en compatissant comment la maquilleuse arrivait à survivre aux questions embarrassantes que sa mère était certainement en train de lui asséner sur leur supposée liaison.

Eux entrèrent dans le van du groupe avec Saki et Tobias à l'avant. Georg et Gustav étaient en train de parler avec animation et ne prêtèrent pas attention aux deux frères quand ceux-ci s'installèrent au dernier rang.

A travers les vitres teintées, Bill suivit des yeux avec effroi Dirk qui entrait dans le même véhicule où se trouvaient Simone et Nathalie.

Une main serra la sienne, et Bill détourna enfin son regard brillant de larmes de peur, rencontrant les yeux de Tom.

Personne dans le van ne remarqua que les jumeaux ne dirent pas un mot durant le long trajet les ramenant à leur appartement berlinois.

Ni que leurs mains ne s'étaient pas quittées.

***

Ses mains cachant son visage, Bill essayait de remettre de l'ordre dans ses idées. Assis sur le lit, il tremblait comme feuille au vent malgré le fait que Tom, penché sur lui, n'avait pas arrêté de frotter affectueusement ses avant-bras et de l'embrasser de petits bisous, tentant de le tranquilliser comme il le pouvait.

Ils étaient rentrés depuis une demi-heure environ chez eux, et leur mère était allée se coucher tranquillement dans la chambre d'amis, sourire aux lèvres après avoir évoqué de manière légère et innocente sa conversation avec Nathalie, pensant embarrasser Tom. A sa grande surprise, celui-ci n'avait pas réagi, visiblement préoccupé par d'autres pensées.

Il fallait dire que Bill et lui avaient vraiment eu très peur ce soir-là. Tom sentait encore les sueurs froides dans son dos en repensant à sa course effrénée dans les couloirs du studio de télévision après la révélation de Nathalie et à sa stupeur quand il avait vu Dirk agripper violemment le bras de son frère. Tom n'osait imaginer ce qui aurait pu se passer s'il ne l'avait pas retrouvé. Rien que l'hypothèse lui retournait le ventre.

Ignorant tout cela, leur mère s'était endormie sereinement, pensant les événements des derniers jours déjà loin. Elle était loin de s'imaginer quelle conversation venait de se tenir dans la chambre du plus jeune de ses fils.

Tout en se rassurant mutuellement de câlins, Bill lui avait dit les propos étranges du garde du corps, et Tom avait tout raconté à Bill, lui faisant part que Nathalie était au courant et qu'elle avait confirmé les craintes du brun. Dirk était bien le maître chanteur, et il était plus dangereux que jamais, à deux doigts de briser leur secret. Pire que cela, il nourrissait des pulsions malsaines envers Bill, et l'incident qui venait de se passer ne venait que confirmer le danger.

Bill releva la tête, ses yeux humides et ses mains sur sa bouche. Leurs regards se rencontrèrent, les pupilles de Tom arborant une lueur d'inquiétude. Au-delà de la menace, il savait que son petit frère avait passé un sale quart d'heure très éprouvant ce soir-là. Tom tenta, sachant pourtant très bien que son jumeau risquait de ne pas être d'accord.

- Bill, il faut qu'on le dénonce.

Le brun l'observa un instant avec incrédulité et baissant totalement ses mains pour les poser sur ses genoux, il souffla.

- Tom, tu es dingue ou quoi ? Il a plein de preuves sur nous.
- Qu'est-ce qu'on peut faire d'autre ?
- Il faut absolument qu'on récupère ses photos avant de faire quoi que ce soit.
- Comment ? C'est impossible. Et puis, tu as vu ce type, il est complètement malade, dit Tom en secouant la tête.
- Je suis sûr qu'il les garde dans l'appartement dont il m'a parlé. Il suffirait que j'y aille, je pourrais les récupérer. On les détruirait et...
- Hors de question !

Tom avait crié ces mots, et ils jetèrent en même temps un coup d'½il affolé vers la porte, l'observant pendant quelques secondes, s'attendant presque à voir leur mère arriver. Elle n'était qu'à deux portes de là. Puis le blond tourna à nouveau la tête vers son petit frère, et l'embrassa sur les lèvres, sa main capturant doucement sa mâchoire. Il recula un peu au bout de quelques secondes et murmura avec insistance.

- Ca serait de la pure inconscience, ce type est vraiment dangereux !
- Mais Tom, je vais te perdre si on ne fait rien.

Tom appuya son front contre le sien et accentua ses mots.

- Bill, tu ne me perdras pas.
- Tu n'en sais rien. Tant qu'il aura ces clichés et ses vidéos, on ne sera jamais à l'abri.
- On trouvera un moyen.
- Comment ? Dis-moi comment, Tom ?
- Nathalie. Nathalie peut porter plainte contre lui.
- Si elle le fait, il n'aura plus rien à perdre.
- Bill, promets-moi que tu ne feras rien de stupide.
- Tom...
- Promets-le moi. Ce malade est capable du pire, je le sens.

La peur au ventre, Tom l'embrassa encore pour le convaincre de courts baisers auxquels Bill répondit tendrement, leurs nez se frottant. Mais quand le blond reposa sa main sur le bras, le serrant doucement, Bill recula, poussant un cri plaintif, et Tom fronça les sourcils.

- Tu as mal ? Montre-moi.
- C'est rien, je t'assure.

L'ignorant, Tom commença à tirer son pull vers le haut, faisant suivre son T-shirt en même temps, et Bill rougit quand Tom posa délicatement ses doigts autour de l'énorme bleu sur son bras, à l'endroit où Dirk l'avait enserré de sa main. Tom siffla de rage.

- Le salaud.

Il se leva promptement, et sans que Bill ait eu le temps de dire quoi que ce soit, il était sorti de la chambre, direction la salle de bains. Peu après, il en revenait avec un petit tube d'arnica.

Il se rassit à côté de son frère et débouchant le petit contenant, il appliqua une petite noisette sur le bout de ses doigts avant de venir caresser avec précaution l'ecchymose. Il massa un petit moment la peau tuméfiée en silence, puis quand il eut terminé, il baissa la tête pour venir embrasser son épaule. Quand il releva la tête ensuite, leurs yeux se rencontrant dans la pénombre, son ton était suppliant.

- Tu ne m'as pas répondu. Dis-moi que tu ne feras rien de stupide. On va trouver une solution, ensemble.

Ils s'observèrent pendant quelques secondes, et Bill acquiesça lentement. Tom parut convaincu, et soulagé, il prit délicatement Bill dans ses bras, posant son visage contre son cou et entourant son dos. Le brun frissonna quand Tom murmura, sa voix tremblant alors que le jeune homme commençait à craquer.

- Je t'aime, Bill. Je ne pourrais pas le supporter s'il t'arrivait quelque chose.

Bill se réfugia à son tour contre son cou, ses lèvres embrassant de manière sonore celui-ci pour le rassurer, renversant momentanément les rôles. Il ferma les yeux, sa main venant malaxer ses dreadlocks alors qu'il berçait Tom contre lui, respirant son odeur.

- Moi non plus, Tom.
- Je te protégerai, quoi qu'il arrive.
- Moi aussi...

Il rouvrit les yeux dans l'obscurité qui les enveloppait, les protégeant des intrigues du monde pour les laisser dans leur petite bulle, et il resserra l'emprise de ses bras autour de Tom alors que celui-ci cherchait à nouveau ses lèvres pour sceller leurs promesses. Mais avant qu'elles ne se touchent, Bill murmura quelques derniers mots contre elles que son grand frère ne saisit qu'à moitié, les pensant identiques aux siens.

- Je nous protégerai.

***

Quand Tom ouvrit ses paupières le lendemain matin, ou plutôt en début d'après-midi, bâillant tout son soûl, il fut ébloui par le soleil pourtant timide, ses rayons jouant à cache-cache dans les nuages. Le blond se réfugia un moment sous la couette pour retrouver un peu d'obscurité, grognant.

Après l'intense et houleuse promotion des derniers jours, leur séjour à l'hôtel avait été écourté, certaines de leurs interviews ayant été reportées. Tant mieux. Tom n'aurait pas supporté de se retrouver dans une chambre d'hôtel un jour de plus. Pas tant qu'il n'aurait pas trouvé comment les dépêtrer de cette situation inextricable.

Se décidant à se réveiller au bout de quelques minutes, le jeune homme roula dans le lit jusqu'à se retrouver entièrement sur le ventre, et il tâtonna dans les méandres des draps à la recherche de la petite masse douillette qui lui servait de bouillotte et accessoirement de petit frère râleur, espérant prolonger un petit peu les câlins de la veille.

Il n'en fut rien.

Il ouvrit les yeux, sa main se refermant sur l'étoffe encore chaude mais inhabitée à côté de lui. Perdu, il se redressa, se retournant et s'asseyant pour observer la chambre de Bill. Elle lui paraissait si vide sans lui. Pourtant, ce n'était pas faute de lui ressembler. Depuis qu'ils avaient emménagé à Berlin, Bill avait fait en sorte de personnaliser au mieux leur petit nid, et plus particulièrement sa chambre.

Tom agrippa un oreiller et le serra contre lui, respirant l'odeur du brun, quand son regard fut attiré par un petit papier posé sur la table. Il étira son bras pour le prendre, et quand il lut ce qui y était écrit, il soupira et sourit.

Je n'ai pas osé te réveiller,
tu dormais comme un bébé.
Andréas est passé, on est partis
faire du shopping en ville.
Ne t'inquiète pas.
Je t'aime.
Bill.


Tom sourit un peu plus. S'inquiéter ? Il n'en avait aucune raison. Il savait que leur meilleur ami était capable de survivre à une journée de shopping avec Bill à flâner au milieu de tubes de maquillage et de vêtements moulants (chose qui relevait de l'ordre du miraculeux selon les critères de Tom) tout en subissant le piaillement intempestif des bavardages incessants du chanteur, synonyme de migraine douloureuse en fin de journée.

Et puis, cela laissait le temps à Tom d'élaborer un plan concernant Dirk. Peut-être même qu'il irait voir Nathalie pour en discuter avec elle, et voir s'il pouvait la convaincre de porter plainte contre lui.

Tranquillement, le guitariste se leva et alla prendre une douche. Quand il en ressortit, rafraîchi et habillé avec décontraction d'un nouveau jeans et d'un large tee-shirt blanc, il était déjà 14h30. Se rappelant que sa mère devait être dans les parages, Tom l'appela, sans résultat, avant de se souvenir qu'elle aussi avait prévu de faire les magasins.

Se dirigeant vers la cuisine, Tom pensait déjà à appeler la maquilleuse pour la prévenir qu'il comptait passer, quand regardant à travers les immenses vitres, ses yeux se posèrent à l'extérieur, sur le perron du petit chemin parfaitement goudronné qui menait à leur appartement.

Sa bouche s'ouvrit sous la stupéfaction, et il jura in petto.

Visiblement, sa mère lui avait pris sa voiture pour aller faire ses petites emplettes, empruntant son précieux 4x4 qu'il bichonnait avec une attention presque égale à celle de sa précieuse Gibson. Tom grogna, entrant dans la cuisine pour aller se faire des pâtes. Il se retrouvait contraint à tuer le temps en attendant qu'elle revienne, tout en espérant que Bill ne rentre pas avant. Il tenait à impliquer le moins possible son petit frère dans toute cette histoire. Après tout, au-delà du chantage dont ils faisaient l'objet, c'est après Bill que Dirk en avait le plus.

Quelques dizaines de minutes plus tard, estomac rassasié et café noir à portée de main, Tom pianotait sur leur ordinateur portable googlant les nom et prénom de leur maître chanteur, histoire d'obtenir plus d'informations sur lui. Bill avait dit que Dirk était un ancien photographe professionnel. Il avait sûrement un site personnel...

Bingo !

Le 3ème résultat de la liste paraissait être le bon, mais c'est en fronçant des sourcils qu'il cliqua dessus. Le lien était surligné de telle manière qu'il était évident que quelqu'un avait déjà visité la page web en question, et Tom savait qu'il ne pouvait s'agir que d'une seule personne. Bill. Néanmoins, Tom ne s'attarda pas plus sur ce détail. Bill avait sans nul doute voulu faire comme lui, cherchant par curiosité quelques informations supplémentaires sur Dirk.

Le blond parcourut le site de long en large, et remarqua tout de suite la publicité tape-à-l'½il du photographe, promettant monts et merveilles, et surtout des books pour un prix modique, avec l'indication en dessous de ses coordonnées. Par acquit de conscience, il releva l'adresse, et continua sa lecture, frissonnant involontairement de dégoût et d'effroi.

Cela sentait l'arnaque à plein nez, et il se demanda combien de jeunes filles, et de jeunes hommes puisque ceux-ci semblaient eux aussi visés par son annonce, avaient bien pu s'y laisser prendre.

Surtout que quelques lignes en dessous, à peine discret, un lien sur lequel il cliqua emmenait tout droit vers une partie payante du site qui recelait des photos et vidéos pornographiques.

Tom se figea, puis eut un léger vertige, amenant une main tremblante sur son front. Se pouvait-il qu'il y en ait sur eux ? Aussi pâle qu'un linge, il scruta la page avec attention. Rien ne le laissait supposer, mais il savait que ce n'était qu'une question de temps. Bill avait raison, il fallait l'arrêter, et vite, sinon bientôt, c'était tout l'Internet qui serait envahi de photos et vidéos de leurs ébats, comme cela avait été le cas pour tant d'autres stars.

Réprimant une envie de vomir, Tom sursauta quand une porte claqua. La voix de sa mère appela jovialement les prénoms de son frère et lui, et Tom s'affola. En moins d'une seconde, il avait fermé toutes les fenêtres virtuelles, son c½ur martelant sa cage thoracique.

Rougissant, il se tourna vers sa mère qui avançait vers lui, plusieurs sacs en mains, rayonnant et claironnante en voyant son fils. Posant ses paquets dans un coin de la pièce, elle vint l'embrasser, souriant.

- Enfin levé ! C'est pas trop tôt !
- Bill ne m'a pas réveillé, grogna Tom.
- Parce que tu as besoin de Bill pour ça ?

Elle rit clairement, de bon c½ur, mais le blond ne put s'empêcher de rougir. Il termina son café pour cacher son embarras, et Simone s'enquit.

- Où est passé mon autre fils ?
- Tu ne l'as pas vu d'aujourd'hui ? Il est parti faire du shopping.

Oubliant de mentionner Andréas par inadvertance, Tom se leva pour aller déposer sa tasse dans l'évier. Il était toujours plongé dans ses réflexions, cogitant intensément.

- J'ai été étonné de voir que tu avais pris ma voiture, demanda-t-il avec suspicion.
- Mais... je ne l'ai pas prise, tu sais très bien que je n'aime pas conduire ce genre de gros véhicules, dit-elle en soufflant avec amusement.

Le verre de Tom lui échappa des mains, venant clinquer sur l'émail avant de rouler au fond de l'évier, le fond restant de café venant l'éclabousser de taches brunâtres. Il se retourna brusquement vers elle, la fixant avec stupeur. Elle cligna des yeux.

- Qu'est-ce qu'il y a, Tom ?
- Tu ne l'as pas prise ? cilla-t-il avec incompréhension.
- Non, j'ai pris un taxi pour aller au centre ville. Enfin, tu sais bien que...

La coupant, Tom se précipita vers la fenêtre et se figea. La voiture n'était pas là, pourtant, il était absolument sûr de l'avoir laissée là. Inconsciente de son angoisse, Simone rajouta, suivant son regard.

- Tu ne l'avais pas mise au garage ? De toutes façons, à moins d'un vol, elle doit s'y trouver, vu que je ne l'ai pas utilisée, et que Bill n'a toujours pas son permis.

Son souffle luttant pour rester normal pendant de longues secondes, Tom balbutia.

- Non, ne t'inquiète pas. Ca y est. Je me rappelle maintenant. Je l'avais rentrée dans le garage.

Paraissant satisfaite de ce retour soudain de mémoire, Simone sourit. Capturant son menton, elle déposa une grosse bise sur la joue de son fils avant de s'éloigner pour aller se préparer un thé dans la cuisine américaine qui s'ouvrait entièrement sur le salon où Tom se tenait toujours en chancelant devant la grande fenêtre.

- Je suis rassurée, je me demandais si tu ne devenais pas gâteux avant l'âge.

Sans rien dire, Tom s'éloigna de la vitre pour aller ouvrir le tiroir d'un petit meuble, près de l'entrée, et changea de sujet, tremblant.

- Dis, tu as des nouvelles d'Andréas ?
- Andréas ? Ah oui ! Hier, Bill m'a dit qu'il donnait un concert avec son groupe à Magdeburg.

Dans le tiroir, les clés du 4x4 de Tom et son permis de conduire n'étaient plus là, et le blond faillit avoir un malaise. Il ferma les yeux.

Bill lui avait menti, et Tom savait très exactement où il était allé, et par quel moyen de locomotion.

Tremblant pour mille raisons, Tom sortit en courant presque de l'immense pièce pour récupérer son portable qu'il avait laissé dans la chambre de Bill, et surprise, Simone l'interpella.

- Tom ? Où vas-tu ?

Tom s'arrêta juste avant de disparaître, posant sa main sur l'embrasure de la porte. Il bégaya.

- Je dois appeler Nathalie. Elle va venir me chercher. On a... des trucs urgents à se dire.

Sur ces mots vagues, il se précipita hors de la pièce.

Abasourdie, Simone cligna des yeux, puis elle secoua la tête avec indulgence, murmurant avec amusement.

- La galanterie se perd vraiment de nos jours. Depuis quand ce sont les jeunes filles qui viennent chercher elles-mêmes leur petit copain ?

Elle eut un doux petit rire, et retourna préparer sa tasse de thé.

Un quart d'heure plus tard, une petite voiture arrivait en trombe, Nathalie venant récupérer Tom avant de filer comme le vent, direction la banlieue berlinoise.

Leur temps était compté.

À suivre...

Donnez une note à ce chapitre : * ** *** **** *****

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.196.135.90) if someone makes a complaint.

Comments :

  • lollipopthetop

    24/12/2010

    Bill est un Boulet. Un énorme boulet,enorrrrmmee, gigantesque, de la taille d'une planète ... bref on n'a compris que Bill est un boulet. Un énorme boulet ...

  • Lillou483

    06/07/2008

    Han pétard mais que de Suspeeeeeeeeennns ! c'est excellent tout ça! ^^
    Lol ton com...ui ui j'ai décidé, je me fais une soirée Sanggreen/Winry! ^^

  • chouu----16

    13/06/2008

    AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH
    Bill est un con . C'est officiel .
    Mais je m'étendrai pas plus sur le sujet .. JE VAIS LIRE LA SUITE !

  • th-483-rock

    11/06/2008

    Ha y a la suite en plus !!

    Merciiii !! XD j'aurai pas pu attendre ... chui en examen et mon temps sur l'ordi est compté -__-'

  • th-483-rock

    11/06/2008

    Une chance que dirk n'etais pas dans le van des jumo --' XD

  • th-483-rock

    11/06/2008

    haaaaaaaaaaaaa il est là !! XD

  • carpe-diem--x

    10/06/2008

    alors ça je le sentais venir à 10 kiilomètres! lol! Bill n'en fera toujorus qu'à sa tête!! il devrait le savoir ! XD!

  • 483-MeL0nS

    09/06/2008

    __ Depuis le début, je savais que Bill mentait et qu'il était allé chez Dirk! Quel inconscient! --"

Report abuse