Ivres comètes

Je m'excuse de ne pas pouvoir répondre (je manque cruellement de temps et je n'ai pas un accès facile à Internet) à tous les commentaires que je reçois, mais ça me touche énormément. Vous n'avez pas idée à quel point! Donc merci, merci, merci!!! ^^

Un petit OS pour entrer dans les coulisses de l'after des derniers Comet Awards 2008 où Tokio Hotel a reçu 4 prix: best band, best live act, best video et Super Comet.

Bonne lecture!

***

Ivres comètes


Deux heures du matin.

Bill fixa le journaliste du Bild qui prenait une photo, se foutant royalement du fait qu'il tenait une cigarette entre ses lèvres. La musique emplissait leurs oreilles, mais le bruit des conversations était tout aussi audible. On arrivait encore à s'entendre parler, même si Bill avait du mal à se concentrer quand on s'adressait à lui.

Cela ne faisait que quelques minutes depuis l'arrivée du chanteur à l'after, avec son frère, David et Tobias, et sa tête tournait déjà à cause de l'alcool. Presque à l'opposé de la salle, entre les gens du showbiz, de jeunes filles qui semblaient un peu perdues au milieu de tous ces gens connus lançaient d'excités mais timides regards vers eux.

Nul doute qu'il s'agissait de quelques unes de leurs fans les plus effrontées, étant parvenues à se faufiler dans cette fête très privée et prisée. Celles-ci n'osaient cependant pas venir jusqu'à eux. Tant mieux, car pour l'instant, Bill n'avait qu'une idée en tête. Fêter la victoire de leurs quatre Comets en se soûlant avec Tom. Et il fallait dire qu'ils étaient tous les deux sur le bon chemin pour y parvenir.

Il regarda Tom qui tenait des propos encore cohérents mais un peu idiots à David, lequel souriait, amusé, répondant de temps à autre avec indulgence. Bill but plusieurs gorgées de son verre, et tira sur sa cigarette, notant le regard insistant de son manager. Le chanteur avait diminué sa consommation de cigarettes depuis son opération, mais il n'avait pas pour autant arrêté, fumant de temps à autre, comme là, pour « célébrer ».

Si David n'y trouvait rien à redire, fumant lui-même comme un pompier, il le surveillait tout de même. A vrai dire, il agissait même comme le chaperon attitré de Tom et lui, et Bill ne pouvait pas le blâmer pour cela. David avait des raisons de se méfier. Il n'avait qu'à se rappeler les interviews que Tom et lui avaient faites bourrés à leurs débuts. Les jumeaux étaient à surveiller comme le lait sur le feu. A cette pensée, Bill sourit d'un air taquin et enfantin au manager qui le regardait encore, faisant sourire malgré lui ce dernier.

Puis dans sa conversation, Tom le cita, et accompagnant le geste à la parole, posa une main sur le torse de son jumeau, y appuyant sa paume et la faisant glisser jusqu'à son ventre. Bill tourna la tête vers lui, et leurs yeux se rencontrèrent, rieurs, et ils se sourirent. Tom n'avait pas arrêté de parler. De quoi ? Peu importait. Bill était juste content de voir son frère le remplacer en tant que pipelette officielle ce soir. Légèrement ivre, Tom n'avait pas arrêté, et ça, depuis la remise des prix, de laïusser en gesticulant mains et bras de toutes parts.

C'était maintenant qu'ils étaient là, cigarettes et alcools à portée de main, en train de discourir sur leur soirée et sur leur succès, qu'ils se détendaient le plus. Bref, que demander de mieux ?

Pourtant, parmi tous les gens étaient captivés par eux et leur réussite ce soir-là, Bill savait très bien que d'autres gens les observaient avec jalousie et dédain. Mais le chanteur s'en fichait.

Il écrasa sa cigarette sur un cendrier non loin de là puis leva son verre. Il le vida de son contenu en un trait, et comme pour se convaincre qu'il n'y avait déjà plus aucun liquide à l'intérieur, il baissa les yeux pour en regarder le fond. Il fit la moue, et profitant de l'inattention de Tom, lui subtilisa son verre des mains.

Terminant sa logorrhée en constatant ce vol, Tom poussa un 'hey !', grisé et outré, mais se contenta de regarder Bill s'enfiler à grosses lampées le reste de son verre, hypnotisé par sa gorge tendue alors que Bill avait légèrement penché sa tête en arrière, son col roulé descendant un peu pour dévoiler une peau diaphane. Sans rien dire, Bill lui sourit ensuite d'un air satisfait, et posa ensuite sa main sur son bras, l'obligeant à se retourner sur ses talons et le poussant légèrement pour le sommer d'avancer vers le bar.

Tom eut un petit rire, sentant Bill sourire derrière lui. David les suivit, l'air amusé mais aussi un peu résigné. Il savait qu'il était bien inutile de tenter de les raisonner en ce jour-là. Au bout de quelques secondes, ils étaient devant le bar et levèrent des yeux dansants pour lire ce qui était proposé, écrit sur des ardoises.

C'est alors que des flashs crépitèrent à leur droite. Bill ne releva pas. C'étaient encore les journalistes officiels de l'after. En revanche, quand des clics et des lumières bleutées arrivèrent de leur gauche, Bill fixa avec insistance les pseudos paparazzi.

De jeunes filles gloussantes, un peu embarrassées mais aussi narquoises, les observaient du coin de l'½il, apparemment enchantées de les voir en état d'ivresse. Le visage de Bill se ferma un peu lorsqu'ils commandèrent. Un peu poussé de toutes parts, il se colla à Tom, et posa une main dans le bas de son dos pour prendre appui, resserrant un peu sa main sur le tissu comme s'il cherchait à se rassurer. De toutes façons, il y avait tellement de monde autour que ce geste était invisible à ces yeux assoiffés de scandale, artificiels ou non, qui les mitraillaient tour à tour.

Il sentit Tom sourire à son geste affectueux, la tête de celui-ci vacillant un peu, et Bill ne put s'empêcher de sourire intérieurement, même s'il continuait à regarder d'un air morne les rares personnes qui continuaient à les prendre en photos.

Bientôt, ils récupérèrent leurs nouvelles boissons, et se redirigèrent, toujours accompagnés de David, et non loin de là de Tobias, vers l'endroit tranquille où ils se tenaient déjà, quelques minutes auparavant, près de la porte de secours.

Bill jeta un coup d'½il à son frère qui n'avait pas tarder à vider de moitié son verre et il commença lui-même à siroter le sien. Quand il leva les yeux, ce fut pour rencontrer l'objectif d'un nouvel appareil photo, et Bill dut se retenir de ne pas froncer les sourcils, lançant un regard noir vers la photographe en herbe.

Cette soirée commençait à devenir pesante, et s'il n'avait pas été de si bonne humeur à vouloir faire la fête avec son frère après une telle victoire, il serait parti depuis longtemps. Pas étonnant que Gustav et Georg aient renoncé à venir. Même si Bill les soupçonnait de s'être éclipsés pour une autre raison qui lui échappait. Ils avaient semblé tellement pressés de rentrer que cela en devenait suspect.

Tom et David s'étaient remis à discuter, enfin, Tom s'était remis à monologuer, parlant beaucoup avec les mains, quand les yeux de Bill s'arrêtèrent sur l'individu qui venait d'entrer dans la pièce bondée. Comme si le dj l'avait fait exprès, la musique changea au même moment pour un morceau de rap, et Bill manqua de recracher ce qu'il venait d'avaler dans son verre.

Il s'étouffa un peu et porta le revers de sa main devant sa bouche, jurant. David lui demanda, se penchant vers lui.

- Ca va ?
- Oui, j'ai juste été un peu surpris.

Il fit un geste de la tête pour indiquer l'entrée, et David et Tom se retournèrent, très discrètement pour le premier, beaucoup moins pour le second. Bill appuya chatouilleusement de son index la taille de son jumeau pour qu'il le soit un peu plus, mais sans succès. Tom était déjà trop éméché pour ce genre de subtilités.

Tom fixa le nouveau venu. C'était bel et bien Bushido, le mec qui n'arrêtait pas de les interpeller et de parler de Bill comme de son 'petit ami'. Il fronça les sourcils dans son état d'ébriété. Ils étaient toujours polis et respectueusement cordiaux, Bill le premier, avec l'homme en public, mais entre eux, en privé, une réelle méfiance s'était installée envers le rappeur.

David s'en méfiait parce qu'il le considérait comme une menace potentielle pour l'image du groupe et de son chanteur, Tom parce que ce sale type semblait parler de Bill comme s'il lui appartenait et voulait le baiser à tous les coins de rue. L'obsession du rappeur pour Bill était étrange, le mettant mal à l'aise. Tom serra rageusement son verre. Bill était à lui, rien qu'à lui.

Le guitariste détourna la tête quand Bushido lança un regard dans leur direction, le jeune blond commençant à voir rouge, et il vida d'un trait le reste de son verre. Les yeux de Bill croisèrent également ceux de Bushido, mais ne s'y attardèrent pas. Nul doute que le rappeur viendrait de toutes façons tôt ou tard leur parler. Il était tellement prévisible.

David se retourna, et levant son verre, parla à l'attention du chanteur avant d'en prendre une gorgée.

- Heureusement qu'il n'a pas fait ce qu'il avait dit.

En effet, le manager avait eu vent par le biais de quelques journalistes d'une certaine interview donnée juste avant la cérémonie par le rappeur. Bill baissa son verre, fronçant les sourcils par anticipation, avec raison.

- Qu'est-ce qu'il avait dit ?
- Qu'il t'embrasserait sur la bouche si vous gagniez le best band.

Bill en resta bouche bée, et Tom releva brusquement la tête vers David. Bill bégaya.

- Quoi !? Et tu ne m'as pas prévenu ? Dire qu'il aurait pu me sauter dessus.

David secoua la tête.

- Je ne l'ai appris qu'après la remise du prix.

Bill eut un frisson de dégoût, grimaçant, mais il rougit tout de même un peu en imaginant la réaction des gens si Bushido avait mis son plan à exécution. Pour se requinquer, il porta son verre à ses lèvres, mais celui-ci disparut de ses mains avant de les y toucher, piqué par Tom. Bill le vit avaler plusieurs gorgées et humpffa, croisant les bras.

Quand Tom baissa son verre tout nouvellement acquis, ce fut pour pointer du doigt Bill, histoire d'accentuer ses mots. D'une voix grisée, il lui assura.

- S'il avait osé te toucher ne serait-ce qu'un cheveu, je lui faisais directement sa fête, caméra ou pas.

Oubliant momentanément la resquille de son verre, Bill sourit légèrement à l'attitude surprotectrice de son grand frère, attendri. David lui éclata de rire en imaginant la scène, et Tom termina d'un trait l'alcool pourtant fort qu'avait pris Bill. Cela commençait à faire pas mal de verres pour lui, et le guitariste vacillait déjà beaucoup, un air vaseux plâtré sur le visage.

Surtout, cela faisait déjà beaucoup de liquide ingurgité pour Dame Nature. Fermant légèrement les yeux, sa tête tournant, Tom murmura, sa voix à inintelligible à travers la musique.

Néanmoins, Bill n'avait pas besoin de l'entendre pour comprendre ce qu'il voulait. Agrippant son frère par le bras, il se pencha vers David.

- Je crois qu'on va avoir besoin des toilettes.
- Oh.

Le manager leva la tête et fit quelques signes à leurs gardes du corps, et bientôt, pas moins de quatre d'entre eux qui se tenaient loin de là les escortaient jusqu'aux toilettes, sous l'½il intrigué des gens autour d'eux. Eliminant tout risque, ils allèrent même jusqu'à faire sortir Mark Medlock et Jimi Blue, les jumeaux s'attirant des regards bizarres de ceux-ci.

En effet, le staff autour du groupe était devenu extrêmement méfiant de la jalousie et de l'intérêt malsain des gens gravitant autour d'eux, à l'affût de la moindre information, et surprotégeait donc presque maladivement le moindre de leurs faits et gestes, quitte à en faire trop.

Bill ignora les visages étranges sur eux et Tom les regarda simplement d'un air vitreux avant de se faire pousser par son frère à l'intérieur des toilettes, la porte se refermant derrière eux et les laissant entièrement seuls dans la petite pièce alors que les gardes du corps se tenaient derrière la porte, empêchant à quiconque leur accès.

Bill souffla et Tom alla directement vers l'urinoir, titubant. Il commença à dézipper sa braguette, et le brun se dirigea vers un des box. Alors qu'il s'apprêtait à rentrer à l'intérieur, il entendit un ricanement moqueur de la part de son jumeau et tourna la tête vers lui. Tom pencha sa tête vacillante pour le voir et il sourit, l'air railleur.

- Je savais bien que tu étais une fille.

Bill eut un petit sourire, plissant les yeux, et lui fit un bras d'honneur avant de refermer la porte, entendant Tom rire. Une petite minute plus tard, il en ressortait, et Tom était déjà en train de se sécher les mains. Bill se dirigea vers les lavabos pour se les laver également. Il enleva sa bague diamantée, la posant sur le rebord, et ouvrit les robinets. Bientôt, il se savonnait avec une méticulosité presque précieuse les doigts avant de les rincer.

Il sentit le regard insistant de Tom et lui jeta un coup d'½il distrait avant de reporter complètement son attention sur son frère qui semblait l'étudier sous toutes les coutures. Bill l'interrogea.

- Quoi ?
- Rien.

Bill humpffa et lui jeta de l'eau en détendant subitement ses doigts dans sa direction.

- Alors arrête de me reluquer !

Tom gloussa, détournant la tête et fermant les yeux pour éviter les gouttelettes. Bill en profita pour tendre ses bras sous le séchoir. Mais deux secondes plus tard, les yeux de Tom étaient encore sur lui. Bill lui lança encore quelques regards de côté, mal assurés, et il rougit quand Tom s'approcha, ses yeux noirs de désir.

Il jeta un regard paniqué vers la porte quand Tom l'enlaça et se colla à lui, et il tenta de le repousser faiblement. Même si c'était peu probable, un de leurs gardes du corps pourrait venir voir ce qu'ils fabriquaient s'ils mettaient trop de temps. Surtout que les gens allaient finir par s'impatienter qu'on coupe l'accès aux toilettes pour seulement deux personnes, aussi connues fussent-elles.

- Tom...

Ledit Tom colla sa bouche contre son oreille et chuchota, sourire aux lèvres.

- Tu es trop bandant.

Bill étouffa un rire et remonta les mains de Tom qui descendaient effrontément toujours plus bas sur ses reins pour les reposer autour de sa taille. Ils se serrèrent ensuite sagement pendant quelques secondes, tanguant sous les effets de l'alcool. Puis Bill murmura d'une toute petite voix, incertain.

- Tu ne penses pas que je ressemble trop à une fille, si ?

Tom recula prenant appui sur ses épaules et le regarda de haut en bas. L'ensemble noir de sa tenue s'accordait parfaitement avec ses cheveux à présent entièrement noir corbeau. Les yeux embrumés du blond rencontrèrent ceux cernés de maquillage de son jumeau. Il secoua la tête.

- Tu sais ce que j'en pense.

En effet, Bill avait passé chaque minute des heures précédant la cérémonie à demander à Tom d'un ton stressé son avis sur chaque point de sa tenue. Et Tom n'avait pu que rougir à chaque question. Bill était vraiment magnifique, à tel point que le blond avait dû lutter pour rester à une certaine distance de son jumeau durant toute la soirée. Tom se répéta, ses yeux insistants sur le corps de Bill.

- Ca te va à la perfection.
- Tu le penses réellement ?
- Arrête d'en douter. Si c'est à cause de ce connard de Bushido...

En temps normal, Tom était méfiant concernant l'intérêt douteux du rappeur envers son petit frère. Mais bourré, c'était bien pire, et les mots d'oiseaux fusaient.

Bill souffla d'amusement, rassuré de voir ce Tom protecteur et possessif qu'il aimait tant. Il le reprit dans ses bras et soupira. En fait, depuis qu'ils avaient reçu les comètes en récompense, c'était le meilleur moment de la soirée. Etrange que cela soit dans les toilettes d'un bar, à l'abri des paparazzi, pseudo paparazzi et des regards envieux du petit monde du showbiz.

Bill secoua la tête, souriant timidement.

- Non, je me demandais seulement si toi tu pensais que j'en faisais trop.
- Trop ?
- Oui.

Tom resta pensivement silencieux pendant de longues secondes, rendant Bill nerveux, puis il répondit doucement, son rougissement caché dans le cou du brun.

- Non, c'est juste toi.

Il embrassa la peau sous son oreille, sa langue la léchant tendrement, et ils fermèrent les yeux. Puis ses lèvres errèrent en de tendres bisous jusqu'à celles de Bill, et ils engagèrent un long baiser, le chanteur prenant appui sur le lavabo derrière lui. Il n'avait pas vu que ce faisant, il venait de pousser sa bague posée à son rebord, cette dernière tombant au centre et allant se coincer dans la tuyauterie.

Les mains de Tom commencèrent à s'aventurer sur son corps, caressant intimement ses cuisses et son arrière-train. Il avait tellement besoin de le toucher. Il grogna contre ses lèvres.

- En fait, ça te va bien, mais tu serais vachement mieux sans.

Ses doigts s'immiscèrent à moitié dans le pantalon de Bill, s'infiltrant juste au niveau de la ceinture pour glisser horizontalement sur la longueur de celle-ci. Bill hoqueta, rougissant, et le repoussa, doucement mais fermement.

- Tom ! Pas ici voyons. C'est pas le moment. N'importe qui pourrait entrer.
- Tu sais bien que non. Tobias ne laisserait pas passer la moindre petite mouche, même pas par la serrure. Allez Bill, juste un peu.

Il se recolla à lui et l'embrassa encore plus tendrement pour le convaincre, et ses mains agrippèrent affectueusement ses hanches, malaxant expertement la chair à travers le tissu de ses doigts. Bill referma les yeux quand Tom murmura à nouveau contre ses lèvres, sa voix grisée étrangement profonde et envoûtante.

- Tu me rends dingue, complètement dingue.

Frissonnant à ses mots, Bill frotta son nez contre le sien et sourit, rouvrant ses paupières.

- Dis plutôt que tu es surtout un obsédé en manque. Un obsédé complètement bourré, qui plus est.

Tom eut un petit sourire en coin, haussant les sourcils de manière ouvertement provocatrice, et il chuchota à son oreille, tel un secret.

- Oui, mais j'agis seulement de cette manière avec les belles filles, sexy et délurées.

Bill poussa un cri outré et il se mordit les lèvres. Tom recula vivement, riant alors que son frère avait ouvert le robinet pour lui balancer de l'eau.

Dans le tuyau, le liquide emporta la bague dans les tréfonds.

***

5h30 du matin

Assis à l'arrière du van, Bill et Tom n'avaient même pas pris la peine de s'attacher. Avachi sur son siège et s'appuyant à moitié sur son frère, le blond dormait pratiquement.

Après leur petit passage aux toilettes, ils avaient continué à boire. Enfin, il était plus juste de dire que c'était surtout Tom avait continué d'enfiler les verres alors qu'une fille était venue se coller à lui le reste de la soirée. Cela avait seulement fait soupirer Bill qui était resté dans son coin à siroter sa vodka. Après tout, Tom avait toujours une image de façade à tenir, et un peu de pelotage inoffensif avec une fille que son frère ne reverrait pas n'était rien comparé à ce qu'ils avaient, eux.

De toutes façons, Bill avait quant à lui été préoccupé par autre chose, s'étant rendu compte qu'il avait perdu une de ses bagues préférées que leurs gardes du corps avaient cherché sans résultat. Après ça, l'ébriété avait donc logiquement lentement fait place à la fatigue et la lassitude pour le chanteur, même s'il avait encore avalé un ou deux verres pour faire passer le coup.

Cependant, malgré cet incident, l'ambiance s'était améliorée au final, et il avait passé une assez bonne fin de soirée, même si un goût amer, qui n'était pas dû à l'alcool, était resté au fond de la gorge de Bill en sentant les regards en coin et les crépitements de flashs dans leur direction de parfaits inconnus.

Son bras passé autour des épaules de Tom qui somnolait contre lui, Bill caressait sa joue, tandis qu'il avait posé sa tête sur la sienne. La route les berçait alors que Tobias les ramenait à leur hôtel où Georg et Gustav devaient certainement être depuis belle lurette à roupiller tranquillement dans leurs chambres respectives. Bill ferma un instant ses paupières.

Leurs oreilles sifflaient à cause de la musique forte qu'ils avaient entendue toute la soirée, les acouphènes assourdissants dans le soudain silence que seul le léger vrombissement du véhicule brisait. Dehors, le jour se levait déjà.

Ils arrivaient déjà à leur hôtel et quand la voiture s'arrêta devant, Bill rouvrant les yeux, le chanteur jura. Une quinzaine de fans les attendaient, formant une haie d'honneur dont il se serait bien passé. Il se tendit immédiatement malgré la fatigue. Ils n'auraient donc jamais la paix ?

Alors qu'il observait les fans dehors, Tobias lui parla.

- Prêts à sortir ?
- Oui. Laisse-nous juste quelques secondes.

Tobias sortit de la voiture pour en faire le tour, regardant les alentours et les gens autour pendant de longues secondes avant d'ouvrir la portière. Pendant ce temps, Bill secoua avec douceur son frère, le poussant à se réveiller.

- Tom, on est arrivés.

Ses yeux encore fermés, Tom se redressa légèrement dans un équilibre incertain, et Bill l'embrassa sur la tempe avant de mettre ses lunettes noires. Sa tête tournant tel un manège, Tom finit par ouvrir de petits yeux embrumés par le taux important d'alcool qu'il avait encore dans les veines, et vit les fans glapissantes qui les attendaient.

- Et merde.
- Exactement.

Bill se tourna vers son frère, lui souriant d'un air fatigué, ses yeux cachés par les verres teintés.

- Elles vont être soulagées de voir qu'une fois de plus le grand tombeur Tom Kaulitz ne ramène pas de fille dans sa chambre d'hôtel.

Tom haussa les sourcils, ivrement amusé.

- Comment ça, pas de fille ? J'en vois une, juste devant moi.

Bill fit une petite moue et lui tira la langue, faisant esclaffer son frère. Le brun posa une main sur le dos de Tom, et quand Tobias ouvrit enfin la portière, il le poussa doucement pour l'obliger à se lever.

Toujours un léger sourire aux lèvres, Tom passa le niveau de la portière du van et tituba dangereusement, manquant de s'étaler au sol. Les jeunes filles ricanèrent, et Bill qui le suivait aperçut une caméra au coin de son ½il. Suivis par Tobias, Tom et lui entrèrent dans le hall de hôtel après quelques secondes au pas de course, et une fois à l'intérieur, se dirigèrent d'un comptoir à l'autre sans regarder en arrière, sachant qu'on les observait et filmait encore.

Tom s'affala sur la table de la réception, et posant une main sur le bras de Tom comme pour essayer de le stabiliser, Bill demanda pour deux les clés de leurs chambres, puis ils se dirigèrent vers l'ascenseur qui se trouvait de l'autre côté, toujours sous les cris, les yeux et les objectifs attentifs des appareils photos des fans. Les ignorant, Bill accéléra le pas. Sa main tenait un peu plus fermement à présent le bras de Tom, craignant de le voir tomber de fatigue ou d'ébriété sur le sol lustré du rez-de-chaussée de l'hôtel, mais cela n'arriva pas.

Arrivés devant l'ascenseur, ils dirent rapidement au revoir à Tobias, sachant très bien qu'ils le reverraient d'ici quelques courtes heures à peine. Bill lui assura que tout irait bien, et le garde du corps leur fit un signe pour les saluer, repartant vers l'entrée de l'hôtel. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, ils étaient dans la cabine de l'ascenseur, les portes se refermant et les cachant de la vue de leurs fans.

Bill souffla de soulagement. Enfin un peu d'intimité.

Il enleva ses lunettes de soleil, les rangeant dans une poche, et se tourna ensuite vers Tom, inquiet.

- Ca va aller ? Tu tiens encore debout ?

Il vit Tom rouvrir de petits yeux fatigués alors que le jeune homme se tenait de tout son long contre la paroi de l'ascenseur, tête en arrière. Tom le regarda, un petit sourire coquin aux lèvres, puis soudainement, il s'avançant en tanguant jusqu'à s'appuyer sur Bill, ses bras l'entourant possessivement.

- Et comment !

S'agrippant doucement à ses épaules, le brun cligna des yeux, surpris quand les douces lèvres de Tom s'abattirent sur les siennes, l'embrassant avec force. Leurs souffles sucrés et alcoolisés se mélangèrent, et le blond murmura entre ses lèvres.

- C'est le moment, là, non ?

Ils s'embrassèrent encore, leurs langues se caressant lentement et sensuellement, et Bill gémit. Cependant, il le repoussa un peu, avec fermeté, quelques secondes après, souriant d'un air drogué. Il susurra joueusement.

- Pas encore.

S'accrochant à lui pour se maintenir le plus droit possible et pour garder le plus de contact avec lui, Tom le fixa, ses yeux noirs de désir, et les portes de l'ascenseur s'ouvrirent. Un couple de sexagénaires se tenait devant, apparemment un peu surpris de voir deux jeunes gens au look improbable dans cet hôtel grand luxe.

Sortant de l'espace confiné, Bill soutenant son frère, les jumeaux murmurèrent un bonjour auquel les deux autres personnes répondirent chaleureusement, et quand l'homme heurta légèrement le bras de Bill en voulant rentrer dans l'ascenseur, il s'excusa.

- Oh ! Pardonnez-moi, jeune fille.

Il lui sourit et Bill se figea, le fixant avec des yeux écarquillés. Sa femme rajouta, son air sincèrement attendri en les observant.

- Vous formez vraiment un très joli couple.

Tom répondit, un sourire bêta sur ses lèvres et levant un bras en l'air, comme quand il saluait leurs fans.

- Merci !

Le couple souriant disparut derrière les portes se refermant déjà. Se retrouvant seuls dans l'immense couloir, Tom éclata de rire en voyant son jumeau virer par toutes les teintes possibles de rouges. Il passa un bras autour de son cou et l'embrassa câlinement sur la joue.

- Tu vois ? La vérité sort toujours de la bouche des vieux.

Bill leva les yeux au ciel au détournement de proverbe et lui donna une petite tape embarrassée, gloussant sans rien dire, puis il les dirigea ensemble vers sa suite. Tout autour d'eux, les murs semblaient danser.

A peine avait-il ouvert la porte et était-il entré dans la chambre que son frère s'était affalé sur lui, agrippant ses bretelles métallisées. Fermant les yeux, leurs bouches se trouvèrent avidement malgré leur fatigue, et ils arrivèrent en titubant sur le lit, basculant dessus comme deux poids morts.

Continuant à l'embrasser, Tom fit glisser ses doigts à l'envers des bretelles, jouant avec elles et caressant du revers de ses mains le torse de Bill jusqu'à atteindre le bord de son pantalon. Délaissant un temps ses lèvres, Tom alla déposer des baisers sur sa mâchoire, commençant à batailler maladroitement pour ouvrir la ceinture compliquée de Bill où était écrit en gros 'Tighter'. Il grogna contre sa peau. Avec son esprit enivré et ses gestes désordonnés, la tâche s'annonçait ardue. Bill soupira paresseusement, ses yeux fermés. Ses oreilles bourdonnaient toujours.

Tom jura avant de couiner.

- Mais où est-ce que tu vas chercher ces casse-tête chinois ? J'arrive jamais à les ouvrir.

Bill gloussa, se tortillant sous lui alors que les doigts de Tom se faisaient chatouilleux malgré lui. Il répliqua espièglement.

- C'est pour mieux vous tenter, mon grand frère.

Tom protesta à cette réponse en le chatouillant volontairement cette fois-ci, Bill se tordant un peu plus contre lui en gloussant.

Abandonnant pour un temps la ceinture qui ne voulait pas céder, les mains de Tom glissèrent tout le long de la jambe repliée de Bill à sa droite jusqu'à s'infiltrer sous le pantalon. Là, ses fins doigts entreprirent malhabilement de défaire les longs lacets de la première boot noire de Bill. Il y parvint néanmoins, et lui enleva, continuant à l'embrasser de baisers goulus et enivrés alors que Bill recommençait à se relaxer sous toutes ces douces attentions. Puis il fit de même avec l'autre, le chanteur poussant un petit gémissement de soulagement face à cette libération.

Le blond enleva ses propres tennis en bataillant avec ses pieds et alors qu'il remontait un peu sur Bill, ses lèvres se posèrent à nouveau sur celles du brun tandis que ses mains se reposèrent sur la ceinture récalcitrante, tentant à nouveau de l'ouvrir. En vain.

Quant au chanteur, il répondait paresseusement à ses baisers, et somnolait presque, ses mains posées sur l'oreiller au-dessus de sa tête, semblant peu se préoccuper du fait que Tom était entre ses cuisses et qu'il pouvait sentir de par leurs bassins collés l'un contre l'autre un début, miraculeux vu leur état, d'excitation pour l'un et l'autre. Le frottement seul de leur corps était agréable au plus haut degré, et cela lui suffisait pour l'instant. De toutes façons, il n'avait plus assez d'énergie pour en faire plus dans leur état. Il se sentait tellement bien, offert et en sécurité dans les bras de son jumeau.

Tom grogna plaintivement contre ses lèvres.

- Bill, tu pourrais m'aider, tu sais.

Se détendant de plus en plus contre le lit extrêmement confortable qui supportait délicieusement son dos, le relaxant profondément après cette longue soirée, Bill bâilla adorablement, ses yeux fermés, et murmura d'une voix à peine compréhensible.

- Trop fatigué, Tomi.

Tom eut une petite moue et couina encore.

- Mais j'ai envie de toi.

Bill décrocha difficilement une main du coussin moelleux où la gravité l'attirait fatalement pour aller lui tapoter sa tête. Son grand frère était vraiment trop mignon quand il était bourré.

- Je sais, je sais.

Tom soupira de frustration et abandonna pour de bon, se laissant choir de tout son poids sur son jumeau tout en resserrant l'emprise de ses bras sur la frêle silhouette. Bill tritura la casquette de Tom jusqu'à arriver à l'enlever, et il tendit le bras vers le côté, le faisant pendre légèrement dans le vide. Relâchant les muscles de sa main, elle tomba à terre.

Ils restèrent un moment silencieux, immobiles, manquant presque de sombrer dans le sommeil mais n'y parvenant pas. Ils en étaient à ce moment précis des soirées agitées où la tentation de faire une nuit blanche se faisait ressentir. De plus, Tom espérait un vague regain d'énergie pour terminer ce qu'ils avaient à peine commencé.

Tom murmura finalement. Il se dégrisait graduellement.

- Je vais faire une crise de manque.
- De quoi ?
- De sexe, quelle question. Depuis le temps.

Bill eut un rire qui s'étouffa de lui-même, ses poumons compressés par le torse de son jumeau.

- Tes fameux préservatifs n'ont encore servi à rien, en effet.

Il entendit Tom soupirer de dépit cette fois-ci. En effet, le bild avait relaté dans un de ses récents articles que lors d'un contrôle fait à son encontre dans un aéroport américain, les policiers avaient constaté dans la valise de Tom, rendue suspecte par les dreadlocks de son propriétaire, la présence de moult casquettes et surtout... de nombreux préservatifs.

Si tous leurs fans avaient sans nul doute cru à sa version selon laquelle le nombre inimaginable de ses conquêtes d'un soir exigeait autant de protections pour quelques malheureux petits jours en Amérique du Nord, Georg et Gustav s'étaient quant à eux bien foutus de sa gueule face à l'évident mensonge, leurs amis se demandant à quel usage Tom pouvait bien destiner tout ce latex.

La vérité, inconnue de tous, était que Bill et lui en utilisaient pour ne pas risquer de laisser de traces, se débarrassant eux-mêmes des préservatifs usagés. En effet, ils se méfiaient des personnels d'hôtels en quête d'informations à revendre pour les journaux à scandales.

La vérité était aussi que la flopée de préservatifs que Tom avait emmenée ne leur avait pas du tout servie, vu le planning chargé qu'ils avaient eu et la constante surveillance dont ils faisaient scrupuleusement l'objet, et vu qu'ils venaient à peine de revenir en Allemagne, ils n'avaient pas encore eu le temps de se rattraper.

Cependant, à bien y réfléchir, ils avaient eu de la chance lors de ce contrôle. Si les policiers avaient fouillé la valise de Bill, c'étaient de petits tubes de lubrifiant qu'ils auraient trouvés, ce qui aurait été plus difficile à expliquer...

N'ayant même plus la force de rosir à cette pensée, Bill murmura tout de même, ses lèvres bougeant à peine. Il tourna sa tête sur l'oreiller, ses cheveux d'un noir brillant s'y dispersant allégrement.

- Je les hais.
- Qui ?
- Les paparazzi et tous ces gens qui nous traquent et qui nous surveillent en attendant le moindre faux pas.

Distrait par la lumière qui traversait ses paupières, Bill rouvrit difficilement les yeux. La lueur du jour naissant inondait la pièce. Il fronça les sourcils et déplaça légèrement son bras pour atteindre la télécommande des stores qui était placée sur la table de chevet. Il s'en empara et la dirigea vers les fenêtres. Il actionna au hasard les boutons, fermant les yeux.

Au bout de quelques tentatives infructueuses, il rouvrit ses paupières pour regarder où il tapait, sa vue éreintée se troublant, et quand il leva les yeux vers la fenêtre, il vit deux petites traces blanches se dessiner sur le fond bleu qui quittait son habit de nuit pour laisser place à son costume de jour.

Elles disparurent comme elles étaient apparues, telles deux petites pierres venant de tomber, déséquilibrées par leur folle vitesse.

Deux petites étoiles filantes complètement ivres.

Il cligna des yeux pour tenter de débrouiller sa vision, notant l'événement avec un peu de surprise, puis il se remit à traficoter avec la télécommande. Finalement, il parvint à fermer les stores, et la pièce fut plongée dans le noir le plus complet. Bill ferma ses paupières pour de bon, et Tom et lui poussèrent en même temps un soupir de contentement. Cela faisait tellement de bien. Ils se sentaient tellement bien.

Intérieurement, Bill remarqua anecdotiquement que Tom et lui ne bandaient plus du tout. Déçu, il pensa à voix haute, sa petite moue invisible dans l'obscurité.

- On aurait dû le faire plus tôt, dans les toilettes du bar.

Tom sortit momentanément de sa léthargie face à ce revirement total de situation, se demandant si l'alcool jouait des tours à ses oreilles.

- Et c'est toi qui me parles toujours de romantisme et de discrétion ?

Ils eurent un petit rire qui se tut dans la nuit retrouvée. Mais au bout de quelques minutes, après s'être lentement glissés tous deux sous les draps, se pelotonnant tout habillés l'un contre l'autre, bras autour de leurs tailles, Tom avait murmuré, très lentement à cause de la fatigue.

- Je te l'avais bien dit qu'on aurait pu.
- Ca aurait été hot.
- Mais risqué.
- Complètement fou.

Le silence retomba, puis Tom murmura, tout aussi lentement, un léger sourire se formant au coin de ses lèvres.

- On le fera, l'année prochaine, aux prochaines comètes ?

Le brun parla de sa petite voix, son ton ensommeillé.

- Ok, mais à une seule condition.
- Laquelle ?

Bill sourit dans le noir. Il bâilla contre ses lèvres, leurs nez se câlinant.

- D'être aussi ivres que ce soir.
- Pourquoi ça ?
- Quand on est bourrés, j'ai l'impression qu'on est seuls au monde, toi et moi. Il n'y a personne d'autre, aucun emmerdeur, juste nous deux.
- Comme maintenant ?
- Oui.

Tendrement, ils s'enlacèrent un peu plus, si cela était possible, et se laissèrent enfin terrasser par le sommeil, leurs têtes tournant encore.

Dehors, quelques fans discutaient encore devant l'hôtel, prêtes à attendre jusqu'à ce qu'ils en sortent, appareils photos et portables en main. Des paparazzi cachés non loin de là dans leurs voitures les attendaient également de pied ferme.

Mais pour l'instant, Bill et Tom étaient seuls au monde, telles deux petites comètes ivres virevoltant amoureusement autour de l'autre, filant dans le néant de l'espace au milieu des étoiles.

Fin.

Donnez une note à cet OS : * ** *** **** *****

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.196.135.90) if someone makes a complaint.

Comments :

  • 26JUIN1992

    26/05/2009

    han, c'est magnifique <3

  • Soooo-Cute

    13/11/2008

    ( L ).

  • Love-boat-yaoi

    16/08/2008

    C'est tout mimi.
    Je garde un sourire niais scotché au visage....
    Bisous!

  • Candice

    30/07/2008

    J'suis vraiment nulle! Depuis Juin, je n'ai toujours pas lu ton OS "Ivres comètes". Je pense que dans la semaine j'aurais terminé "Super Comet" (si je ne re travaille pas tous les soirs x_x) Je vois que je n'ai pas que lui à lire, je suis loin d'avoir lu toutes tes fictions! J'aime définitivement skyblog, je n'aurais jamais vu tous tes OS, ou tes autres fictions sur le forum, c'est un peu la pagaille si tu veux mon avis, et si tu ne le veux pas..tant pis ;D J'dois sûrement être la seule à lire uniquement deux de tes fictions..c'est une honte? XD L'autre fois, pendant que je crevais de chaud et que j'essayais d'écrire mon premier commentaire, que j'ai finalement effacé, je me demandais comment tu allais te débrouiller pour la fiction "encore un million de raisons de nier" Peut-être que tu devrais finir ta propre version, puis enchaîner avec la sienne (ta traduction). Je ne me vois pas lire les deux versions en même temps, déjà que je suis blonde et attardée, j'risque de ne rien capter XD J'vais tout mélanger, j'suis certaine que j'vais faire un putain de cocktail de vos suites avec ma cervelle 'O'. Après tout, tu feras c'qui t'arrange ;D

    J'ai fait le tour de ton blog, et j'viens de m'aperçevoir que j'ai déjà lu Aphonie mobile, du moins, ON me l'a lu! 'O' Mais je ne savais pas du tout que c'était de toi! 'O' Bill était dans son appart, il pensait être seul, quand Tom a finalement débarqué, et tout est parti en ..live?! ;D

    "Je suis faible quand tu m'aimes
    Et que tu parles à mon cœur,
    Je suis faible quand je t'aime
    Et que je cède à ton cœur..."

    OMG, c'est toi qui l'a écrit? C'est magnifique, et véridique..XD
    mais ça m'fait rire ;D Certaines rêvent d'entendre ce genre de choses, et quand ça finit par arriver, soit elles fondent complètement, soit elles se disent qu'elles se font avoir par un manipulateur de première qui ne veut qu'une partie d'baise! Arrrrrf!

  • siseulement-th

    18/06/2008

    J'ai adorééééééééé cette os
    trop mimi les comètes ivres mdr

  • carpe-diem--x

    06/06/2008

    j'aime j'aime j'aime!!!!!! je veux qu'ils se soient passé ça!!!!!! XD
    j'a pas zappé les autres fics hein, c'est juste que je voulais pas couper ma lecture et comme le sommeil commence à se faire sentir (je me suis levée trop tôt ce matin!lol!) j'ai lu celui là
    mais je lirai les os en plusieurs chapitres demain
    en tout cas, j'ai passé une bonne sorirée à lire tes os! merci beaucoup!

  • magaliii

    02/06/2008

    sublime OS *-* jadore par contre g été assez suprise de voir cmt ta fé réagir Tom par raport a l'histoire avec bushido et g trouvé étrange de fer de bushido un mec colant avec Bill et limite accro à lui! c ton avis ou c t juste pr l'OS????sinon jss trés préC de lire la suite des deux autres suites d'OS ki devré pas tardé a arivé(enfin jspr....^^) K!$$

    <3 M@g@L! <3

  • GG-the-real-love

    02/06/2008

    Salut =)
    Je sais que la pub, c'est chiant et je m'en excuse ...

    Enfaite, suite à un délire, une amie et moi avons créée un blog regroupant toutes les preuves que Gustav & Georg sont réellement ensemble xD

    Si ca te dit, viens jeter un ptit coup d'oeil et lacher quelques comm' =)
    P-e a+ =)

  • th-483-rock

    29/05/2008

    J'ai lu le com' de "24H" et tout comme elle, c'est vrai que j'avez jamais penser au faite, de voir que des ou une dizaine de fans stagnent à l'entrée de l'hotel a heure tardive pouvaient etre chiant .... En étant crevé après une telle soirée ou exité mdr sa doit etre la dernière chose dont On espère .... J'avais jamais penser à sa ^^

  • th-483-rock

    28/05/2008

    Bisoux , bonne continuation =D

Report abuse