Stupeur et tremblements (5/6)

Stupeur et tremblements

Chapitre 5


Quand Tom passa la tête hors de la salle de bains ce matin-là, ce fut pour entrapercevoir une masse exubérante de cheveux bruns qui émergeait à peine des draps, à quelques mètres de là, camouflant presque entièrement la bouille endormie de son petit frère.

Tom soupira, souriant légèrement. Si le guitariste avait eu le temps de prendre une bonne douche et de s'habiller, Bill lui n'avait pas bougé d'un pouce, roupillant sous les draps comme un bienheureux.

Oh, Tom avait bien tenté de le réveiller en s'amusant à lui faire de petites chatouilles, mais celles-ci s'étaient avérées totalement inefficaces, même si les petits gémissements de protestation et insultes bredouillées par son jumeau qui s'était réfugié sous les draps avaient apporté une certaine satisfaction chez le blond. Toutefois, Bill s'était rendormi comme une masse entre temps.

Approchant à pas sourds du lit, Tom s'accroupit devant lui, et repoussant un peu les draps, il posa sa tête sur ses bras croisés, observant avec douceur le visage détendu de l'endormi à quelques centimètres de lui.

Tom avait passé une bonne partie de la nuit à réfléchir au baiser que Bill lui avait donné, pensant qu'il dormait à poings fermés. Le blond avait ainsi cherché à se convaincre pendant un temps qu'il devait y avoir une raison logique et innocente derrière celui-ci, mais plus il y pensait, plus il commençait à avoir des doutes. Repensant au comportement de Bill depuis plusieurs jours, celui-ci devenait suspect à ses yeux.

Les yeux de Tom s'attardèrent un moment sur les cheveux adorablement hirsutes de son frère, puis ils parcoururent les traits et les cils des paupières closes de son jumeau avant de se poser sur ses lèvres, le jeune homme rougissant légèrement en se rappelant qu'elles avaient touché les siennes, pas plus tard que la veille.

Penchant un peu la tête sur le côté, Tom sourit, se demandant comment il pourrait bien réveiller le paresseux, quand ses yeux tombèrent sur un des nombreux objets que Bill avait laissés négligemment sur la table de chevet. Tom cligna des yeux, et son sourire s'élargit. Il tendit la main vers l'objet, tâtant son bout légèrement arrondi, et puis avec précaution et douceur, il l'approcha du visage de son petit frère, le faisant glisser sur sa peau. Avec application, il se mit à tracer quelques lignes, coinçant sa langue entre ses dents tandis qu'il se concentrait.

Sentant quelque chose lui chatouiller le visage, le bout du nez de Bill bougea de temps à autre dans une vaine tentative de faire fuir le-fichu-moucheron-qui-n'allait-pas-tarder-pas-à-se-faire-écraser-comme-une-crêpe-s'il-continuait-à-le-faire-chier.

Mais quand la patience de Bill atteignit ses limites et qu'il se mit lui-même une molle claque pour chasser définitivement l'emmerdeur, qu'elle ne fut pas sa surprise quand un rire clair éclata dans l'air, un fin bâton glissant à travers les doigts de Bill et lui échappant lestement.

Battant des cils, il ouvrit lentement les yeux, rencontrant les yeux rieurs de son frère. Sa petite voix groggy croassa.

- Tom ? Qu'est-ce que tu fous ?

Il recula presque sous la surprise quand Tom lui déposa un bisou sur le nez. Son étonnement ne fut que plus grand aux mots amusés de son jumeau.

- Tu es mignon comme ça.

Il gloussa et Bill rougit avant de froncer les sourcils. Ca sentait le coup foireux. S'appuyant sur les épaules de son frère qui émit un son faussement plaintif, il se leva d'un bond et fila à la salle de bains se regarder dans un miroir alors que Tom s'allongeait sur le lit, un petit sourire fier et amusé sur ses traits.

À peine avait-il vu son visage que Bill poussait un glapissement aigu scandalisé. Tom avait osé lui dessiner de longues et fines moustaches de chat. Hurlant un 'Tom-fais-tes-prières', Bill revenait dans la chambre, révolté et prêt à étrangler son jumeau sans pitié quand il se figea aux rires redoublés de Tom qui le fixait, se tordant sur le lit où il était étalé. En fait, c'était lui qui avait l'air d'un petit chat en ce moment précis, un chaton s'étirant innocemment qu'on avait juste envie de câliner.

Bien que Tom n'en ait pas conscience, cette vue était pour le moins tentatrice pour le brun qui n'avait eu qu'une seule pensée à cet instant. Lui sauter dessus. Les joues de Bill prirent une teinte écarlate et pour se raisonner, il retourna illico dans la salle de bains, attrapant en un quart de tour coton et lait démaquillant en humpffant.

Gloussant toujours une minute plus tard, Tom commenta.

- Tu devrais essayer de te maquiller comme ça pour un concert, ça serait marrant. Les filles adoreraient.

Il hésita un peu, mais rajouta, tâtant le terrain.

- J'étais sincère tout à l'heure. C'est mignon, et ça te va bien.

Il attendit mais n'eut pas de réponse. Il retenta, riant encore par réflexe nerveux.

- Bill ?

N'ayant pas réponse, Tom s'inquiéta. Peut-être était-il allé trop loin ? Il se leva et s'approcha de la salle de bains. Tout était étrangement silencieux. Prudemment, il pencha la tête pour regarder dans la petite pièce, ne réalisant que trop tard son erreur.

- Argh ! Non pas ça !
- Oh que si ! Espèce de p'tite merde de moucheron !

En moins de deux, les mains de Bill s'étaient abattues sur ses joues, les barbouillant de lait démaquillant. Tentant d'attraper avec plus ou moins de succès ses poignets, Tom recula vers la porte, et bientôt, c'étaient les deux frères qui glissaient comme deux petites masses gloussantes au sol, Bill finissant d'étaler la crème alors que Tom abandonnait cette lutte perdue d'avance.

Finalement, leurs rires s'estompèrent malgré le fait que leurs yeux brillaient toujours, fixés l'un sur l'autre. Bill était sur les genoux de son frère, l'empêchant de bouger. De toutes façons, Tom n'en avait aucune envie. Son jumeau était à présent en train de caresser avec délicatesse son visage de ses fines mains, continuant à le badigeonner du liquide onctueux et parfumé, et c'était fichtrement agréable. Il posa ses mains sur la taille de Bill et ferma les yeux. Le brun sembla profiter de se moment pour décontracter ses traits rieurs en les malaxant de ses doigts, jusqu'à effleurer ses lèvres.

Poussée d'une envie irrépressible, Tom les embrassa d'un léger baiser à leur passage sans vraiment y réfléchir, puis se rendant compte de son geste, il rouvrit brusquement les yeux, nerveux. Bill le fixait toujours, son air surpris. Cela ne dura pas longtemps cependant, car souriant encore, il déposa un bisou au coin du nez de Tom.

Entourant ensuite de ses bras le cou de son frère, Bill le serra contre lui, et ils restèrent silencieux pendant plusieurs secondes, un léger sourire aux lèvres qu'ils ne voyaient pas mais devinaient sans mal sur le visage de l'autre. Les mains de Tom glissèrent pour venir caresser le dos dénudé de Bill. Sa peau était si douce et si chaude.

Et quand Bill plongea son nez dans son cou, respirant profondément son odeur, Tom frémit imperceptiblement. Les lèvres du brun effleuraient son cou et le baiser de la veille lui revint en tête. Il lui fallait des réponses. Tom posa une main sur un des genoux de Bill et ouvrit la bouche, prêt à parler, quand son frère le devança. Le brun gloussa, feignant l'étonnement.

- C'est bizarre. On dirait que tu sens la crème, dis.

Malgré lui, Tom sourit, soufflant légèrement avec amusement. Il passa une main dans les cheveux ébouriffés de Bill, les dégageant un peu et les empêchant de lui chatouiller le nez.

- Tiens donc, je me demande bien pourquoi.

Poussant un petit rire, Bill se détacha de lui, et se relevant, à la grande déception de Tom, il alla terminer de se débarrasser avec soin de ce qui lui restait de petites moustaches.

Restant assis par terre, contre la porte, Tom le regarda faire, subitement captivé par le dos dénudé de son jumeau et cette peau si douce qu'il venait de caresser et avait encore envie de toucher. Il sursauta presque quand Bill s'adressa à lui, un sourire à la fois taquin et timide aux lèvres se réfléchissant sur la glace.

- J'espère que tu as bien profité de ta petite blague, car ce soir, c'est toi qui vas morfler.

Songeant évasivement aux paroles de Bill de la veille, Tom répondit sans réfléchir.

- Ah oui, le gage.

Bill fronça les sourcils, et Tom se rendit compte de sa demie gaffe. Bill lui en avait parlé alors qu'il était censé être endormi. Le brun était visiblement surpris.

- Tiens, je ne pensais pas que tu t'en souvenais.

Tom haussa les épaules. Une petite idée derrière la tête, il murmura mystérieusement, le fixant à travers son reflet.

- Je me rappelle de beaucoup de choses.

Il se releva, s'époussetant. Commençant à se maquiller les yeux, Bill étouffa un rire, narquois. Son ton fut cryptique, dissimulant énigmatiquement la vérité.

- Sauf quand tu es bourré.

À ces mots, Tom rougit, se rappelant son aveu, et il resta un moment silencieux, l'observant pensivement. Soudainement, il détourna le regard, fronçant les sourcils. À bien y réfléchir, quelque chose coinçait dans toute cette histoire d'aveu. À vrai dire, cela lui semblait de plus en plus étrange d'imaginer que Bill n'ait pas voulu lui en parler plus tôt. De plus, rien n'expliquait ce baiser nocturne, étrangement osé pour quelqu'un censé être amoureux d'un musicien blond qui...

Minute.

Les pensées de Tom interrompirent d'elles-mêmes leur flot. En fait, Bill n'avait jamais dit clairement qu'il était amoureux de ce Matthias.

Son c½ur s'accéléra à ses pensées. Il se faisait peut-être des illusions, mais de sérieux doutes commençaient à envahir son esprit, songeant à toutes les petites phrases que Bill avait bien pu lui dire depuis un peu plus de quinze jours.

Tom se retint de se mordre les lèvres. Serait-il possible que... Il leva brusquement les yeux une nouvelle fois vers son jumeau.

- Bill, je peux te poser une question ?

Ledit Bill lui jeta un coup d'½il, tout en s'affairant à lisser ses cheveux.

- Dis toujours.
- Est-ce que tu es sûr qu'il t'aime ?

Bill écarquilla les yeux, ses mouvements s'immobilisant. Il bégaya presque, rougissant.

- Pardon ?

Tom fit attention à la formulation de ses mots, et il parla lentement, tentant de ne pas détourner le regard malgré sa gêne.

- Le mec dont tu es amoureux. Est-ce que tu es vraiment sûr qu'il t'aime ?

Troublé, Bill détourna les yeux, continuant maladroitement à se coiffer.

- J'en suis certain.

Tom se rapprocha, fronçant les sourcils.

- Il te le dit au milieu d'un bar saturé de musique assourdissante quelques minutes à peine après que tu l'aies rencontré et tu le crois sans poser de question ?

Bill ouvrit la bouche, mais déstabilisé, il ne répondit rien. Tom en rajouta une couche.

- Il t'a embrassé ?

Le lisseur glissa légèrement des mains de Bill, les plaques venant brûler légèrement le pouce de Bill. Ce dernier poussa un petit cri de douleur, laissant tomber l'appareil au sol dans un grand fracas. Tom s'affola.

- Ca va ?

Secouant sa main en grimaçant, Bill geignit.

- Oui, c'est qu'une petite brûlure.

Tom débrancha l'appareil et ouvrit l'eau en grand, Bill y plongeant immédiatement la main. Le blond s'excusa doucement, confus. Si Bill s'était fait mal, c'était un peu à cause de lui.

- Désolé.
- Ne le sois pas. Ce n'est pas ta faute, enfin si peut-être, un petit peu...

Etrangement, Bill sourit, et Tom releva immédiatement la tête, c½ur battant, espérant qu'il continue. Bill le fit, le regardant les yeux dans les yeux. Il étouffa un rire amusé, haussant les sourcils.

- Pour répondre à ta question. Non, il ne m'a pas embrassé, mais j'espère bien corriger ça très vite. Et puis, arrête de t'inquiéter. Je sais qu'il m'aime, malgré les conditions... plutôt douteuses dans lesquelles il me l'a dit. Tu ferais beaucoup mieux de te préoccuper du sort que je te réserve ce soir au lieu de jouer au grand frère protecteur.

Ce disant, il lui fit un clin d'½il et il déposa une grosse bise sur la joue du guitariste.

Il sortit ensuite prestement de la salle de bains, tremblant mais soulagé d'avoir sauvé ses petits secrets, pour l'instant.

Tom lui n'avait pas bougé.

Ses espoirs s'étaient brisés.

***

Quelques heures plus tard.

Bill jeta un coup d'½il dans l'immense salle vide et repéra vite le fuyard. Une fois n'est pas coutume, alors que tout le staff s'affairait à terminer d'installer la scène et que leur répétition était terminée, Tom était allé se réfugier tout en haut des gradins, au tout dernier rang à peine visible de là où se tenait le chanteur.

Bill soupira. Tom le fuyait, et Bill cherchait lui-même à fuir Georg et Gustav. En effet, ceux-ci n'avaient pas cessé de lui faire des remarques douteuses sur ce qu'il avait emprunté à Gustav, Georg laissant même insinuer que ce produit avait un effet très efficace. Bill avait rougi, fui, mais aussi froncé les sourcils. Comment Georg avait-il pu savoir cela ? Ne préférant pas imaginer avec qui Georg l'avait testé et approuvé, Bill avait chassé ses pensées et était parti à la recherche de son grand frère. Et maintenant, il l'avait retrouvé.

Bill s'engagea dans un couloir, disparaissant momentanément de la vue de quiconque pouvait se tenir dans la salle, pour réapparaître en haut d'un escalier qui menait vers la partie supérieure dans gradins. Il jeta un coup d'½il circulaire. Son frère semblait s'être évaporé dans l'air, mais la vue de chaussures de tennis blanches qui dépassaient d'une rangée reculée le fit sourire. Il s'était juste allongé.

Escaladant quelques dizaines de marches, Bill s'infiltra dans la rangée précédant celle où était Tom, et appuyant ses bras croisés sur un siège, il se pencha vers lui en souriant, le faisant sursauter.

- Si tu cherchais à m'échapper, c'est raté.

Tom secoua la tête, souriant faiblement, et le c½ur de Bill se serra. D'habitude, c'était plutôt lui qui avait tendance à s'isoler quand il avait un coup de blues, mais cela n'arrivait quasiment jamais à Tom. Bill repensa à leur conversation du matin même. Il savait qu'il avait envoyé pas mal d'informations contradictoires à Tom ces derniers jours, et cela avait dû être la goutte d'eau faisant déborder le vase. À présent, le jeune homme devait encore plus hésiter à se livrer à lui.

Bill retint un soupir. C'était exactement le contraire auquel il voulait arriver, mais ce matin, il avait juste eu peur. Tom avait été si près de découvrir le pot aux roses. Peut-être que Bill aurait dû le laisser le découvrir. Cette fois-ci, le brun soupira. Cette situation le désespérait, mais surtout, il ne comprenait pas l'attitude de Tom. Et c'est ce qui l'avait poussé à agir ainsi.

Dès que Bill avait compris qu'il était gay, sa première réaction avait été de penser à la manière dont il pourrait l'annoncer à son jumeau, même s'il avait craint son rejet en ce temps-là. Au contraire, Tom avait préféré dès le début garder le moindre de ses secrets, comme s'il ne lui faisait pas confiance pour les comprendre. Qui sait où ils en seraient tous les deux si Bill ne les avait pas appris par hasard ? Le brun frissonna.

Intérieurement, il avait vécu cela comme un véritable rejet, même s'il savait que c'était la peur seule de Tom qui était en fait responsable. Alors, Bill savait bien qu'il était un peu dur avec son frère, mais quitte à le torturer, il voulait le faire jusqu'à ce qu'il se décide à se livrer à lui, et non pas l'inverse. Pourtant, il devenait urgent de l'aider un peu.

Enjambant les sièges, Bill alla s'asseoir à côté de lui, faisant relever la tête à Tom. Il allait même se pousser quand Bill l'obligea à se rallonger, posant avec autorité une main sur le haut de son torse et l'autre sur son front, écartant légèrement le bandeau pour caresser sa peau de son pouce pour l'apaiser. Les yeux de Tom fuirent les siens mais il se laissa faire. Personne ne pouvait les voir vu l'endroit où ils se trouvaient, de toutes façons.

Continuant à le dorloter, Bill releva la tête pour observer la salle vide. D'ici quelques heures, elle serait remplie de jeunes filles hystériques, hurlant leurs noms. Bill remit une mèche de cheveux rebelle derrière son oreille. La scène était vraiment loin depuis cette rangée, et il se demandait ce que pourraient bien voir les gens s'il n'y avait pas d'écrans géants.

Il reposa les yeux sur Tom. Celui-ci avait fermé ses paupières, se relaxant sous son toucher. Bill sourit, et du bout des doigts, il caressa avec tendresse les sourcils du jeune homme, les dessinant lentement et malaxant doucement l'espace entre eux pour mieux le détendre.

Soudainement, décidant de passer à l'attaque, Bill demanda nonchalamment.

- Dis, tu te rappelles ce que tu m'as dit l'autre jour ?

Ses yeux toujours fermés, Tom articula difficilement, déconcentré par les doigts le caressant avec douceur.

- Quoi donc ?
- Tu m'as dit que tu étais amoureux. C'est vrai ?

Tom rouvrit les yeux, un éclat de panique y transparaissant. Il se contrôla néanmoins très bien en sentant le regard insistant de Bill sur lui, répondant d'un ton morose.

- Est-ce que ça t'intéresse vraiment ?
- Bien sûr. Alors ? Raconte-moi.

Bill sourit en voyant Tom piquer un fard et refermer les yeux pour fuir l'interrogatoire.

- Il n'y a rien à en dire. C'est quelqu'un qui ne m'aime pas.
- Comment tu peux le savoir ? Tu ne lui as pas demandé.

Tom rouvrit ses paupières, son regard inquisiteur.

- Qu'est-ce que tu en sais ?

Arborant une mimique marrante pendant qu'il faisait mine de réfléchir, Bill répondit fièrement.

- Mh... Intuition ?

Tom étouffa un petit rire, plus triste qu'autre chose, et le visage de Bill devint pensif. Il murmura, légèrement inquiet.

- Et... tu comptes lui dire bientôt ?
- Non.
- Plus tard ?
- Non plus.

Bill se figea. Tom était catégorique. Cela laissait présager le pire, vu à quel point son jumeau pouvait être aussi borné que lui. Le brun fronça les sourcils.

- Pourquoi ?
- Parce qu'il aime quelqu'un d'autre.
- Tu en es absolument sûr ?

Tom hésita enfin.

- Pas absolument.

Bill souffla intérieurement, mais cela fut de courte durée, car Tom rajouta.

- Mais si je lui dis, je suis sûr qu'il va me détester.

Bill protesta vigoureusement.

- Et moi je suis sûr que non. On ne peut pas détester quelqu'un parce qu'il nous aime.

Tom laissa échapper un faux rire, défaitiste et amer.

- Vraiment ?

La main de Bill glissa du torse de Tom à sa joue, la caressant du revers de ses doigts, ses ongles glissant sur sa mâchoire.

- Oui, aussi sûr que je t'aime.

Tom s'immobilisant, frissonnant, et il leva les yeux vers lui, son regard brillant. Quelque chose clochait dans leur conversation. Il pouvait sentir un double sens aux mots de Bill, tout comme lui jonglait avec ses réponses. Un moment passa en silence. L'observant avec douceur, Bill caressait toujours son front de son pouce.

Au bout de quelques secondes, les doutes emportèrent la victoire et le baiser que Bill lui avait donné la veille lui revint en mémoire, plus présent que jamais. Tom en était sûr. Bill lui cachait encore des choses. Quoi, il n'en était pas sûr. Tout était tellement confus dans ses pensées. Le blond tenta, suspicieux.

- Et... tu ne me demandes pas qui c'est ?

Bill eut un petit rire. Il haussa un sourcil, taquin.

- Pourquoi demander quelque chose que je sais déjà ?

Tom se figea un moment. Le contact de leurs yeux était brûlant mais il n'arrivait pas à détourner le regard. Non, impossible, comment aurait-il pu l'apprendre ? Tom se redressa brusquement, s'asseyant comme il faut sur son siège, et tourna la tête vers lui, étudiant avec attention les traits de son visage. Il avait chaud et transpirait.

- Tu mens.

Bill haussa les épaules et se leva. Il passa devant lui, cherchant à sortir de la rangée. Ses jambes effleurèrent ses genoux, et il tapota la joue de Tom de sa main au passage.

- Pense ce que tu veux, tu le sauras bien assez tôt, de toutes manières.

Tom n'arrivait pas à le croire. Bill bluffait. Il ne le savait pas. S'il le savait, il ne réagirait pas comme ça. Il ne resterait pas aussi proche de lui comme il l'était là. Il s'éloignerait. Il serait dégoûté. Il le haïrait.

Toujours immobile, Tom regarda Bill se retourner, mains dans le dos, pour lui faire un clin d'½il, un large sourire sur ses lèvres. Le blond rougit. Se levant subitement, il le rattrapa de quelques enjambées, descendant les marches qui les séparaient. À ses côtés, il le fixa. Son c½ur s'était accéléré sous le stress.

- Qu'est-ce que tu veux dire par « assez tôt » ?

Bill rit, évitant son regard. Il passa un bras autour de ses épaules pour l'attirer à lui et l'embrasser sur la joue. Il lui murmura ensuite à l'oreille, sérieusement.

- Bientôt.

Le bras du chanteur quitta ses épaules, et leurs yeux se rencontrèrent à nouveau. Tom frissonna. Ils entrèrent côte à côte dans les escaliers les amenant au pallier inférieur, invisible depuis la salle. Une obscurité relative les entourait, les enveloppant de manière rassurante. Le blond ralentit pour voir les marches, Bill faisant de même, et Tom sentit soudainement une main se glisser lentement dans la sienne et la serrer.

Le chanteur s'était presque arrêté de descendre les marches, se rapprochant de lui, et Tom le sentit hésiter pour une raison inconnue. L'atmosphère était étrangement intime malgré le bruit des voix des gens qui s'affairaient sur scène leur parvenant aux oreilles. Tom déglutit quand le visage de son frère se pencha vers lui, n'étant plus qu'à quelques centimètres de lui, et il murmura d'une voix étranglée.

- Bill ?

Cela fut si rapide que Tom n'était pas sûr que cela se fût réellement passé.

De douces lèvres s'étaient posées sur les siennes, aussi rapidement qu'un battement d'ailes de papillon, si bien que seul son c½ur avait eu le temps de réagir, s'accélérant comme un fou dans sa poitrine.

L'instant d'après, Bill avait déjà timidement détourné la tête, se remettant à marcher lentement. Sa main était devenue moite et fébrile dans celle de Tom, mais ne l'avait pas quittée.

Rougissant, Tom descendit à son tour quelques marches, ne faisant même pas attention où il mettait les pieds. Ses yeux exorbités étaient fixés sur les longs cheveux lissés de Bill qui cachaient le visage de ce dernier.

Bill venait de... l'embrasser ?

Il n'était pas sûr de comprendre. Il n'osait pas s'y hasarder, à vrai dire, par crainte de se tromper une fois de plus. Il réfléchirait plus tard, après le concert. Mais pourtant, comme il en était presque sûr, il fit la seule chose qu'il imaginait faire dans une telle situation.

Il s'arrêta à mi-chemin de l'escalier et tira fermement sur le bras de Bill, obligeant celui-ci à faire de même. Le chanteur hésita, mais pivota vers lui et se décida finalement à le regarder. Il n'y avait aucune âme qui vive dans ces couloirs pour l'instant, alors qu'ils fourmilleraient de monde d'ici quelques heures. Malgré cette évidence, Bill murmura timidement, comme si quelqu'un pouvait l'entendre.

- Qu'est-ce qu'il y a ?

Tom observa son visage pendant quelques secondes embarrassantes pour Bill, ses yeux parcourant fébrilement et attentivement ses traits.

Ce qui arriva ensuite arriva si rapidement que Bill manqua de défaillir, uniquement rattrapé par le mur contre lequel Tom l'avait acculé, avançant rapidement vers lui et l'obligeant à reculer. Les lèvres de Tom s'étaient posées sur les siennes et une main s'était glissée dans ses cheveux, amortissant le choc de sa tête contre le mur, tandis que l'autre s'était agrippée à son bras, l'enserrant possessivement. Le corps de Tom recouvrait presque le sien, et malgré la plus grande taille de Bill, celui-ci se sentait soudainement tout petit.

Souffle coupé et ses bras collés le long de la paroi, Bill n'avait pas imaginé une seule seconde de le repousser, et avait tout de suite répondu à ce baiser intense et passionné, presque violent mais sans l'être, car surtout paradoxalement tendre. Fermant les yeux, il ouvrit sa bouche, donnant l'autorisation silencieuse à la langue de Tom de s'y infiltrer, et après un sursaut de surprise à son contact, la laissa caresser avidement la sienne.

Ce baiser était enflammé et brûlant pour l'un et l'autre, et bientôt, Tom lâcha le bras de Bill pour mieux poser sa main sur ses fines hanches, Bill en profitant pour agripper inconsciemment le T-shirt de Tom et le serrer dans son poing, froissant le tissu alors qu'il essayait de l'attirer toujours plus près. Bill poussa un gémissement étouffé par leurs lèvres et Tom s'appuya un peu plus sur lui. Leurs nez n'arrêtaient pas de se frotter, leurs lèvres cherchant à se connecter par tous les angles concevables, se dévorant littéralement.

Peu à peu cependant, le baiser devint plus doux, sans perdre une once d'intensité alors qu'ils appréciaient pleinement ce contact si particulièrement intime qu'ils n'avaient jamais expérimenté avec l'autre auparavant. Tandis que Bill approfondissait lentement et sensuellement le baiser pour mieux apprécier le contour de la bouche de son frère, il se demanda comment il était possible qu'ils aient pu attendre tout ce temps avant de le faire. Il se sentait complètement ailleurs et surtout totalement bien, comme s'il venait de se recevoir une dose de morphine. Après tout, ce n'était pas très étonnant. Tom avait toujours été sa drogue de bien-être.

À son grand regret, Tom finit par reculer un peu, leur long baiser s'achevant pour laisser place à de petits baisers mouillés mais écourtés à cause de leurs souffles rapides. Leurs c½urs s'étaient emballés et ne semblaient pas vouloir se calmer. Leurs regards se rencontrèrent, et ils tremblèrent tous les deux, avant de s'embrasser à nouveau, yeux à moitié clos.

Tom n'arrivait pas à le croire. Il l'avait embrassé et l'embrassait encore. Et Bill avait répondu et répondait encore sans la moindre hésitation. Est-ce que ça voulait dire que...

Il posa ses mains sur les mâchoires de Bill, et leurs pupilles se trouvèrent à nouveau. Il ferma encore les yeux et l'embrassa une nouvelle fois sur les lèvres avant de déposer une kyrielle de petits baisers sur son visage, pour mieux revenir sur sa bouche, l'embrassant à nouveau passionnément. Tous deux frissonnaient.

Mais soudainement, des bruits de pas résonnèrent, s'approchant d'eux, et les jumeaux se séparèrent brusquement, se repoussant en même temps pour prendre de la distance, manquant presque de se faire mutuellement tomber dans les escaliers.

Au même moment, une silhouette fit son apparition au détour de l'escalier marqué par l'angle du mur de béton. Il se figea.

- Tout... va bien ?

Les jumeaux avaient fait volte-face vers l'intrus dans une parfaite synchronisation. Bill posa ses mains sur les poches de son jeans, tirant nerveusement sur le tissu. Tom et lui n'osaient même pas se jeter un coup d'½il, évitant même soigneusement de se regarder car ne sachant pas à quoi l'autre pensait. Finalement, Bill marmotta pour répondre à la personne, conscient que tous les deux arboraient un air rougi et coupable et se demandant ce qu'elle avait pu voir exactement en arrivant.

- Oui, tout va bien.

Georg les observa attentivement, ses yeux passant de l'un à l'autre. Il grogna.

- Oh non, ne me dites pas...

Bill se tendit, et il sentit Tom faire de même. Le chanteur tenta.

- Te dire quoi ?
- Vous vous êtes encore disputés, c'est ça ?

Bill retint un soupir de soulagement, se détendant presque. Georg avait seulement dû les entrapercevoir en train de se repousser et avait certainement pensé à un geste d'énervement entre les jumeaux. Le brun ouvrit la bouche pour répondre négativement, quand Tom le devança, réfléchissant plus vite. Il feignit l'agacement.

- Oui, et alors ?

Bill referma la bouche et détourna la tête en rosissant quand Georg chercha la confirmation dans ses yeux. Le bassiste maugréa.

- Et alors ? Vous êtes pas croyables vous deux. Je croyais qu'on s'était tous mis d'accord. Pas de vos disputes de vieux couple avant un concert !

En effet, tous les quatre avaient fait une sorte de pacte : pas de chamailleries entre eux, tout spécialement entre les jumeaux qui en étaient friands, juste avant un show. De là en dépendait la qualité de leur concentration sur scène. Ils devaient ne pouvoir se concentrer que sur une seule chose, la musique.

Georg ne remarqua pas le rougissement sur les joues de ses amis s'accentuer à l'emploi du mot 'couple', et il continua, croisant les bras et haussant les sourcils, comme s'il cherchait à faire entrer la leçon dans la tête de deux petits enfants têtus.

- Bon, c'est réglé au moins ?

Bill et Tom ne se regardèrent pas, piétinant nerveusement sur place. Ils ne répondirent pas, murés dans un étrange silence. Georg soupira. La réponse était visiblement 'non'. Or, il savait très bien qu'il ne pouvait rien faire pour les pousser à se réconcilier. Intervenir en plein milieu d'une dispute entre les jumeaux était purement suicidaire.

- Tant pis, essayez juste de bien vous comporter jusqu'à ce soir et de vous focaliser sur le show. Ah ! Au fait, je venais pour vous dire que David vous cherche.

Sans mot dire et sans échanger un seul regard, Bill et Tom acquiescèrent. Ils passèrent rapidement devant le bassiste, continuant à descendre les escaliers suivants côte à côte, mais à une certaine distance. Georg les suivit, juste derrière eux, et les observa. Leur comportement était étrange, même comparé à leur bizarrerie habituelle.

Puis soudainement, il réalisa quelque chose.

Si Bill et Tom se disputaient, pourquoi n'avait-il entendu aucun éclat de voix ? C'était pour le moins surprenant.

Il réfléchit à ce problème sans y trouver de réponse jusqu'à ce qu'ils arrivent à leur loge. Les jumeaux ne s'étaient toujours pas adressés la parole mais ne s'étaient pas éloignés. Cela ne devait donc pas être si grave que ça, quoi qu'il en soit.

Il leva les yeux vers Gustav et sourit quand leurs regards se trouvèrent.

Deux secondes après, il ne pensait plus du tout aux jumeaux, préférant se rappeler d'autres souvenirs, aussi doux et agréables que secrets. Gustav lui fit un discret signe de la tête, et ils s'éclipsèrent, s'engageant ensemble dans les nombreux couloirs des coulisses.

Dans leur loge, Tom et Bill s'étaient assis sur le canapé. Le blond avait repris sa guitare acoustique en main, et en gratouillait les cordes d'une mélodie douce à peine audible alors que David assis sur un fauteuil annexe avait posé des feuilles sur la table basse devant eux, leur expliquant le planning des prochains jours comme il l'avait fait avec Georg et Gustav.

Bill l'écoutait d'une oreille distraite, jouant nerveusement avec le lobe de son oreille et préférant prêter attention à ce que jouait Tom. Tous deux étaient encore tout chamboulés intérieurement, malgré leur apparence calme, et leurs c½urs battaient toujours à un rythme effréné.

Quelques minutes plus tard, David avait terminé et se levait pour aller se chercher un café. Le chanteur se pencha en arrière, son dos se calant contre le canapé. Il osa pour la première fois depuis leur interruption regarder son frère, lequel restait concentré sur ses mains qui filaient, glissaient et grattaient doucement sur les cordes, et Bill sourit. Ils s'étaient embrassés. Non. Plus exactement, Tom l'avait embrassé. Enfin.

Bill posa sa tête sur l'épaule de son frère, le sentant se tendre légèrement et le devinant rougir. Le brun murmura.

- Je peux ?

Continuant à jouer, Tom acquiesça imperceptiblement, ses yeux rivés sur sa guitare et sur ses doigts, les suppliant de ne pas trembler. Bill soupira de contentement, et il ferma les yeux, se laissant aller contre lui mais sans le toucher plus. Après tout, il y avait beaucoup de monde autour d'eux, et même s'ils s'étaient habitués à leur proximité, il ne pouvait pas non plus tenter le diable. De plus, il fallait encore que Tom et lui parlent, sérieusement. Les gestes avaient crié, mais les mots s'étaient tus.

Bill murmura encore dans le bruit ambiant, ses paroles seulement audibles pour son jumeau. Son ton était un peu plus assuré, même si son c½ur battait toujours à vive allure, continuant à s'affoler.

- Ton gage est toujours prévu pour ce soir, tu sais ?

Tom s'arrêta de jouer pendant quelques secondes, se figeant, et Bill rouvrit les yeux, les fixant sur le manche de la guitare où la main de son frère était toujours agrippée. Le blond murmura à son tour, doucement.

- Je sais.

Bill frissonna délicieusement au ton suavement tendre de sa voix, et il ferma ses paupières, souriant.

Tom s'était remis à jouer, le même sourire aux lèvres.

À suivre...

Donnez une note à ce chapitre : * ** *** **** *****

Vous pouvez aussi voter pour cette histoire ici, sur le blog de Tom-is-so-Naive, blog regroupant toutes les fics où Tom passe à la casserole.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.196.135.90) if someone makes a complaint.

Comments :

  • xTechnicolor-life

    24/06/2009

    Ouaaah >.< !!! Ca sent la fin ça !
    Je suis sûre que c'est du viagra le truc xD .
    Je sais pas pourquoi, mais les G's ensemble, ça me fait bizarre, chais pas pk xD. Pourtant, si c'est Tom & G' ou Bill & G', ça me gêne pas... Mais les G's ensemble... Chais pas XD.
    Bref, excellent chapitre, comme d'habitude ^^

  • 05x01x92

    25/04/2009

    Oh mon dieu ce baiser !
    J'en suis encore tout chamboulée !
    C'était... Parfait.
    Bisous ♥

  • ptiteloveuzedescb

    15/02/2009

    Le passage où Tom embrasse Bill est tout simplement sublime. Toute cette tension rendue dans un baiser plus qu'enivrant, limite orgasmique!

  • Stern

    26/01/2009

    Mignoooooon <3
    Enfin enfin enfin ... mon Dieu j'ai hâte que Tommi se fasse prendre *-*

  • yayayaoi

    27/11/2008

    Pfff quel baiser *_*

  • carpe-diem--x

    07/06/2008

    aaaaaaaaahhhhhhhhhhhh!!!!!!!! lr baiserr!!!!!!! j'aime, j'aime, j'aime!!!

  • Sosso

    28/05/2008

    j'ai eu un peu de mal a m'y retrouver au début, y'a un petit mix de fics en ce moment, mais c'est pas grave, je vais pas me plaindre =DD

    c'est trooop meugnon, j'ai hate de savoir la suite :)

    bisous Sangg'

  • chouu----16

    28/05/2008

    Owh .
    Putain de chiottes c'est ..
    Nan bon je trouve pas les mots là .
    Sérieusement ce chapitre m'a mis en extase total .
    Jte dirai jamais assez bravo bravo et surtout merciiii :')
    [ Raaah déjà 10 commentaires jsuis en retard ca va pas du tout mddr ]

  • billxtom-Stille

    26/05/2008

    *-*
    Han God... *-*
    alors la mais putain cest trop l'kiff de ca race x)
    jaime trooooow x)
    le moment ou il s'embrassent la.. *-*
    trop hate davoir la suite
    bisx

  • yaoi-hypnotik

    25/05/2008

    moi aussi jai cru que c etait un god xD
    ou le tube de lubri !
    bref jai failli tomber dma chaise quand jai lu la reaction de Tom xD
    AGAAAAAAAAAAAAAAAAA *_*
    puré on pourra dire ke jlai atendu cette suite ^.^

Report abuse