Stupeur et tremblements (4/?)

Stupeur et tremblements

Chapitre 4


Tom entra le premier dans la loge et soupira. Aujourd'hui, comme les dix-sept derniers jours, n'était pas son jour de chance. Pas de fenêtre et une décoration réduite au strict minimum entre quatre murs pour attendre et stresser à mort avant leur concert. Formidable.

Il s'affala sur une chaise, face à un grand miroir, alors que Georg, Gustav et Bill entraient à leur tour dans la pièce, suivis de David, Saki et quelques autres personnes de leur staff qui discutaient avec animation. Il n'y avait clairement pas assez de chaises et l'espace était si restreint pour tant de personnes qu'il valait mieux ne pas être claustrophobe.

Georg et Gustav s'assirent dans les deux chaises proches de Tom, et Bill jeta un coup d'½il circulaire. Il n'y avait plus de siège de libre, et tout le monde en était réduit à devoir rester debout. Il fit la moue, et le batteur et le bassiste eurent un rire moqueur. Mais les yeux de Bill tombèrent sur son frère, et il esquissa un petit sourire coquin avant de tirer la langue à Gustav et Georg.

Tom se raidit quand Bill se dirigea vers lui et s'assit sur lui, s'installant confortablement sur ses genoux en gigotant pour se mettre tout à fait à son aise. Tom sentit Georg, Gustav et quelques autres personnes regarder avec intérêt la scène et il rougit. Non pas qu'avoir Bill sur ses genoux n'était pas agréable, mais...

- Bill...

L'ignorant, le chanteur leva la petite bouteille d'eau qu'il tenait dans sa main, en but quelques gorgées sous les yeux hypnotisés de son jumeau et la rabaissa, revissant approximativement le bouchon. Il posa les yeux sur le visage de son jumeau, haussant innocemment les sourcils, et il parla d'une petite voix adorable.

- Oui Tomi ?

Ses yeux fuyants les lèvres humides du brun, Tom grinça des dents au surnom. Jamais en public était la règle. Bill ne l'appelait ainsi que quand il voulait le taquiner. Et bien sûr, cela fonctionnait immanquablement. Tom rougit. Sans réfléchir, il agrippa la bouteille et la tira à lui.

- Je ne suis pas un fauteuil ambulant !

Bill gloussa.

- Mais si, voyons Tom, tu fais un siège par-fait ! Et rends-moi cette bouteille...

Les doigts de Bill s'agrippèrent à nouveau autour du contenant, et ils tentèrent tous deux de s'en emparer, chacun le tirant vers son torse. Georg et Gustav à côté d'eux riait légèrement, regardant la nouvelle petite scène de chamailleries fraternelles comme le nouvel épisode de leur série préférée.

Seulement, ils n'étaient pas les seuls. Une caméra qui les suivait régulièrement pour le montage d'un futur reportage qui serait dans un prochain DVD était rentrée dans la pièce et les filmait déjà, ayant capté qu'il pourrait s'agir d'une scène intéressante. Mais Bill lui ne l'avait pas vue. Ses yeux étaient rivés sur Tom, et il souriait, taquin.

- Si tu ne lâches pas cette bouteille tout de suite, il risque d'y avoir un accident très fâcheux, et tu vas voir où toute cette eau va terminer.

Gloussant, il tira un peu sur la bouteille, attirant son goulot vers le bas, cherchant à la rapprocher d'un endroit très intime et Tom resserra son emprise, ses genoux se relevant un peu par réflexe pour se protéger. Il étouffa un couinement mais resta courageusement impavide pour lui montrer qu'il n'était nullement impressionné.

Il tira encore à lui la bouteille pour prévenir tout risque d'inondation qui serait plus qu'embarrassante, et quand Bill glissa un peu plus sur ses genoux, se rapprochant toujours plus près de lui, Tom ne put se retenir de rougir. Il protesta, son ton faussement impatient alors qu'il luttait pour rester impassible.

- Bill...

Tom jura intérieurement, tournant la tête vers le miroir, voyant leur image, et au-dessus la caméra. Qu'est-ce que les gens penseraient s'ils voyaient cette scène ? Tom rougit mais il sourit néanmoins en sentant le regard insistant de son jumeau sur lui. C'était gênant, mais après tout, il n'y avait là qu'une proximité fraternelle. Plutôt poussée, certainement, mais ce n'était qu'un jeu. Bill et lui n'étaient pas...

Ses yeux rencontrèrent ceux de Bill à travers le miroir, et pendant un quart de seconde, il crut déceler un air pensif sur les traits pourtant rieurs de son jumeau.

Le quart de seconde suivant, Bill avait noté la caméra, et écarquillant légèrement les yeux, il lâcha la bouteille, tel un réflexe. Tom en profita pour la poser sur la table. Apparemment, Bill avait oublié que la caméra était susceptible de les suivre ici aussi, et Tom dut se retenir de sourire. Bill se retourna vivement vers la caméra, lui lançant le regard d'un petit garçon pris en faute.

Sentant que c'était le moyen de se venger, et d'en profiter un peu, Tom posa sa main sur son avant-bras, l'enserrant. Il murmura.

- Tu disais ?

Envahi par une audace soudaine, Tom appuya sur son avant-bras, leurs mains presque jointes effleurant les parties intimes de Bill, et ce dernier manqua de pousser un petit cri de surprise.

Tom rit en direction de la caméra et de ses amis qui étaient hilares, sortant une petite blague taquine aux dépens de son jumeau. Après tout, pour eux, pour Bill même, ils ne faisaient que se chambrer. Le chanteur fit un petit sourire mignon et gêné devant la caméra, comme pour se justifier, puis son regard amusé revint sur Tom.

Ils se sourirent, et Tom sentit son c½ur se réchauffer. S'il pouvait rester à jamais aussi complice avec son jumeau, il parviendrait peut-être à accepter que Bill aime quelqu'un d'autre... Même si c'était un autre mec.

À ce moment précis, le portable de Bill sonna, et le chanteur retira immédiatement sa main de la sienne, à la grande déception de son frère, pour prendre le téléphone qui était dans sa poche. Le caméraman, voyant que la scène intéressante s'achevait s'éloigna, dépité. Bill décrocha, et le c½ur de Tom manqua de se décrocher lui aussi. Il n'était déjà plus aussi sûr de ses précédentes pensées.

- Allo ?... Ah oui, Matthias ! Comment vas-tu ?

Se levant de Tom en un éclair, Bill sortit de la pièce pour mieux aller téléphoner à son aise dans le couloir, suivi par les yeux hébétés de Tom.

- Mat...thias ?
- Tu te rappelles, le gars collant ? Ben, c'est lui.

Tom tourna la tête vers Gustav qui venait de parler. Bill lui avait déjà téléphoné, et le gars n'avait pas tardé à le rappeler. Il avait effectivement l'air intéressé. Et Bill avait vraiment l'intention de le voir, de le rencontrer... et sans nul doute plus si l'occasion se présentait. Tom bouillait de rage malgré son air calme. Georg intervint, chuchotant presque pour que personne d'autre à part d'eux ne puisse l'entendre.

- Mais, Bill n'est pas gay... si ?

Visiblement, Gustav avait parlé de l'épisode du bar à Georg. Tom lui n'avait pas tenu à entendre plus de détails par le batteur. Rien que le fait d'imaginer Bill roucouler à côté d'un blondinet, plus vieux en plus, suffisait à faire souffrir son petit c½ur malmené.

Gustav haussa les épaules. Fixant Georg avec attention, il appuya ses mots.

- Les apparences sont trompeuses. Certaines personnes qui n'en ont pas l'air peuvent l'être par exemple. Donc si chacun garde ses secrets, il est impossible pour les autres de les découvrir.

N'y tenant plus, Tom se leva, les mots de Gustav résonnant dans sa tête. Oui, c'était ça, il devait lui parler.

Ne remarquant pas les regards interloqués de ses amis, Tom se leva et sortit à son tour de la pièce. Il chercha son frère des yeux, et il marcha un peu avant de le voir, appuyé dos au mur dans un coin isolé. Un de ses bras était croisé sur son ventre, servant d'appui à son coude tandis qu'il tenait toujours le téléphone. Tom l'entendit dire avec enthousiasme.

- Ok ! Entendu ! À bientôt Matthias.

Il raccrocha son portable et relevant la tête, ses yeux tombèrent sur Tom. Bill rougit face au regard intense de Tom. Celui-ci semblait furax. Furieux mais aussi blessé. Le brun cligna des yeux, perplexe. Pourquoi était-il dans cet état ?

Tom se rapprocha doucement. Il croisa les bras, l'air sérieux et stressé, et Bill sut qu'il s'agissait de quelque chose d'important.

- Bill, il faut qu'on parle.

Le chanteur déglutit, se figeant. Se pourrait-il que Tom veuille enfin lui parler de ça ? Sentant son c½ur s'accélérer, il murmura.

- De quoi ?
- J'ai besoin de savoir la vérité, que tu me le dises franchement.

Bill fronça les sourcils. Quelque chose lui disait que ce n'était pas ce à quoi il s'attendait.

- Bill... est-ce que tu es gay ?

Le brun devint écarlate. Non, il n'avait pas prévu ce genre de conversation... Du moins pas dans ce sens. C'était Tom qui était censé avouer, pas lui. Bill menait le jeu, n'est-ce pas ? D'ailleurs, comment Tom avait-il pu deviner ? Il hésita un instant, puis il décida de tâter le terrain, croisant néanmoins à son tour inconsciemment les bras de manière défensive.

- Si c'était le cas, quelle serait ta réaction ?

Il sentit Tom hésiter lui aussi, puis finalement, le blond s'approcha un peu plus. Bill avait les yeux rivés sur lui, sentant que son frère s'apprêtait à lui faire un aveu. Le blond bégaya, tortillant nerveusement ses doigts.

- Déjà, je te dirais que ça ne me pose pas de problèmes, vu que... je suis gay moi aussi.

Il leva des yeux inquiets vers Bill, mais ce dernier, à sa grande surprise, cligna des yeux avant d'étouffer un petit rire. De crainte, Tom se raidit, et les mots que Bill prononça sans même y penser ne le figèrent que plus.

- Je le savais déjà, Tomi.

Tom écarquilla les yeux, et Bill réalisa son erreur. Comment était-il censé être au courant que son frère était gay ? Une simple intuition serait une bien maigre explication, et lui avouer à ce stade qu'il l'avait vu dans une situation plus que compromettante n'était pas à l'ordre du jour...

Tom bégaya un peu plus fort, troublé.

- Comment... comment ça tu le savais déjà ?
- Euh, en fait... tu me l'as dit, à la soirée du bar, tu t'en souviens ?

Tom mit à une peine une demie seconde à se rappeler son embarras et son stress le lendemain qui avait suivi ce fameux soir, se demandant ce qu'il avait bien pu raconter à son frère. Rosissant, Tom se tut et se gratta nerveusement la tête. Reprenant un peu d'assurance, Bill continua, essayant lui aussi de se rappeler ce qui ne s'était pas réellement passé.

- Oui, tu... euh, me l'as dit quand tu étais dans les vapes, et tu m'as demandé si ça me dérangeait, mais comme tu étais inconscient, j'ai préféré attendre que tu m'en reparles avant de te répondre.

Ca collait parfaitement, et Bill était fier de lui. Tom paraissait l'avoir cru en tout cas. Le blond hocha la tête, rougissant et touchant sa casquette pour se donner une contenance. Il baissa la tête, gêné.

- Je vois, c'était donc ça.

Bill s'approcha rapidement de lui, se retenant de pousser un couinement attendri. Décidément, Tom était mignon à croquer, les joues rosies et l'air embarrassé. Il passa ses bras autour de son cou, le faisant un peu sursauter, et il le serra comme une peluche. Il murmura à son oreille, sincèrement peiné.

- Je suis désolé de ne pas t'avoir dit plutôt que j'étais au courant, mais je voulais que tu me le dises de toi-même.

Bill le serra un peu plus fort, et Tom finit par entourer timidement sa taille. Le brun l'embrassa plusieurs fois dans le cou, sentant la peau du blond frémir sous ses lèvres. Quelques secondes de silence passèrent dans une douce étreinte, chacun s'accrochant à l'autre et se rassurant en s'enivrant de leur odeur qui se mélangeait, jusqu'à ce que Bill ne continue, sa voix encore plus basse.

- On peut tout se dire, absolument tout, Tomi. Tu n'as pas à avoir peur, de quoi que ce soit. Tu m'entends ?

Il remarqua que Tom s'était crispé de manière imperceptible, et il sut immédiatement pourquoi. Tom se disait sans nul doute que Bill ne serait certainement pas du même avis s'il savait que son frère fantasmait sur lui. Pire, qu'aurait-il dit s'il savait qu'il savait amoureux de lui ?

Tom hocha timidement la tête et Bill soupira discrètement. Tom finirait bien par lui dire, et ça, coûte que coûte. Il fallait juste qu'il trouve le bon moyen pour le faire céder.

Mais soudainement, le chanteur fronça les sourcils. Tout ça n'expliquait pas comment Tom avait découvert qu'il était homosexuel. Bill recula légèrement et il fronça les sourcils.

- Comment tu as su au fait, pour moi ?

Tom évita son regard un instant avant de le fixer.

- Je sais de qui tu es amoureux.

Le c½ur de Bill manqua un battement, et sa voix mourut dans sa gorge contractée. Tom continua, soupirant.

- C'est Matthias, n'est-ce pas ?

Les yeux de Bill s'écarquillèrent sous la surprise, bien que sa signification soit différente de celle qu'imaginait Tom.

- ... Pardon ?
- C'est lui, la grande blonde.

Tom tenta un petit rire qui sonna faux malgré lui. Le c½ur de Bill s'accéléra, désagréablement cette fois-ci, et il ouvrit la bouche, prêt à faire une gaffe et à lui crier que ce n'était pas ça, qu'il se trompait, quand David apparut. Les deux jeunes hommes devinrent subitement silencieux en le voyant. David leva le pouce, leur montrant la direction des loges, le manager étant inconscient du drame qui était en train de se jouer.

- On vous attend pour la pose des oreillettes.

Les jumeaux acquiescèrent, bien qu'à regret, et le suivirent, Tom passant devant le chanteur. Fermant la marche, le brun lança un regard attristé vers le blond. Il imaginait sans mal ce que Tom devait ressentir à cet instant précis. Le ventre de Bill se tordit. Se foutant bien de qui pourraient les voir, il était à deux doigts de se jeter sur son frère et de le serrer dans ses bras en lui hurlant qu'il avait faux sur toute la ligne.

Mais au bout de quelques secondes, il se ressaisit. Non, il n'y avait qu'une solution. Il fallait qu'il trouve un moyen de confronter Tom, et vite. Il se mit à réfléchir à une idée, repensant notamment au 'service' que Tom lui devait encore depuis la partie de poker, puis rentrant à nouveau dans les loges, Bill eut une idée en voyant Gustav.

Oui, lui pourrait certainement l'aider.

Sous le regard intrigué de Tom qui l'observait du coin de l'½il, Bill se précipita vers le batteur, se penchant à son oreille pour lui chuchoter quelques mots. Quand le chanteur recula, il vit Gustav regarder le chanteur avec étonnement.

Bill lui, souriait, à nouveau confiant.

Son plan ne pouvait que fonctionner.

***

La porte de la chambre d'hôtel s'ouvrit, et Bill souffla, lâchant son sac au hasard dans la pièce et enlevant sa veste en cuir pour la jeter sur la chaise à deux mètres de là, puis il fit un vol plané tel un écureuil volant, atterrissant directement à plat ventre sur l'un des deux lits.

Ses mains s'agrippant au dessus de lit, le froissant, il soupira et gémit de contentement, fermant les yeux contre le doux tissu. Ses pieds bataillant un peu entre eux, il parvint d'habiles mouvements à faire tomber ses chaussures aux n½uds encore noués sur le sol.

Rentrant juste après lui dans la pièce, Tom sourit. Il referma la porte et déposant son sac parmi les autres valises qui avaient été montées dans leur chambre plusieurs heures auparavant, il se dirigea vers le lit.

Il n'hésita pas longtemps avant de venir s'allonger à côté de son jumeau. Peut-être que cette tendre proximité ne durerait plus longtemps. Bientôt Bill serait avec Matthias, ou un autre, et ils s'éloigneraient, avant même que Bill ne s'en rende compte. C'était inévitable. La gorge de Tom se serra, et calculant son geste, il caressa le cou de Bill du revers de ses doigts, dégageant ses cheveux.

À ce geste tendre, Bill tourna la tête vers lui, rouvrant ses petits yeux fatigués, et il lui sourit. Tom fit de même et ne bougea pas quand Bill vint se caler contre lui, entourant sa taille. Ils n'avaient toujours pas prononcé un mot depuis qu'ils s'étaient retrouvés seuls, mais à vrai dire, ils n'en éprouvaient tout simplement pas le besoin. Les paroles étaient pour le plus souvent inutiles entre eux, et même quand quelque chose d'extérieur à leur petite bulle les taraudait, un câlin valait souvent plus qu'un long discours.

En parlant de ça, Tom s'étonnait, malgré un soulagement certain, que Bill ne l'ait pas déjà assailli de questions sur l'aveu mutuel de leur homosexualité qu'ils s'étaient fait avant le concert. Enfin, il savait que ce n'était qu'une question de temps avant que cela n'arrive. Et pour l'instant, même si cela était peut-être étrange, cette révélation l'avait mis beaucoup plus à l'aise avec son jumeau. Tout au long du concert même, il s'était senti plus détendu que de coutume quand Bill était venu le frôler de son corps et lui chanter au nez comme à son habitude.

Un long moment passa en silence, si bien que Tom crut que Bill s'était endormi. Cela n'aurait pas été étonnant, le chanteur avait la faculté de s'endormir n'importe où et n'importe quand en un temps record, don naturel qu'il avait développé au vu des nécessités. Leurs horaires abracadabrants exigeaient des heures de sommeil de récupération que leurs courtes nuits ne parvenaient pas seules à combler.

Ecoutant sa respiration calme, Tom se rapprocha au plus près de lui, leurs nez se frôlant, et il poussa même son hardiesse jusqu'à poser une main sur sa hanche. Précautionneusement, il se mit à la caresser, glissant de doux mouvements de sa taille jusqu'à sa cuisse. Il regarda les yeux fermés de Bill. Pour l'instant, son petit frère était encore à lui, et non pas à ce foutu Matthias.

Deux minutes passèrent, et les gestes de Tom devenaient plus lents, plus tendres, plus possessifs, ses doigts s'agrippant pratiquement au tissu de ses vêtements. Ses yeux étaient toujours rivés sur les paupières closes de Bill.

Sa main se figea quand Bill parla avec amusement, faisant mine d'être agacé, bien que ces yeux fussent encore fermés.

- Non mais tu arrêtes de me tripoter, oui ?

Tom rougit violemment, et reculant, il retira aussitôt sa main, comme si celle-ci s'était brûlée. Comment avait-il pu croire que Bill dormait et n'allait pas sentir son toucher indécent ? Car Bill avait visiblement jugé ce contact trop intime. Tom se sentit honteux. Il répondit rapidement, se demandant ce que son frère devait penser de lui à présent.

- Désolé.

Bill eut un rire étrange, et Tom se retint de reculer quand le chanteur se rapprocha de lui-même. Son souffle se coupa définitivement quand Bill prit sa main dans la sienne pour la reposer à l'endroit où elle avait été précédemment avant de glisser une main autour de la taille du guitariste et de poser sa jambe légèrement pliée sur sa cuisse. Bill murmura d'une toute petite voix suppliante, ses yeux toujours fermés.

- Continue.

Surpris, Tom fit ce qu'il lui était demandé, son c½ur battant joyeusement dans sa poitrine de soulagement. Bill n'avait manifestement pas trouvé ça plus bizarre que les caresses qu'ils échangeaient d'habitude. Mais quand Bill se rapprocha encore, nichant sa tête dans son cou, Tom sentit la chaleur l'irradier. Leur enlacement était vraiment câlin et il avait l'impression de se consumer. Ce qui était étrange cependant, c'était que Bill semblait également brûler comme un petit soleil nerveux.

Néanmoins, Tom n'eut pas le temps d'y réfléchir, trop occupé au plaisir que lui procuraient les lèvres de Bill qui venaient de se poser sur son cou, l'embrassant de légers petits bisous tandis que la main du brun massait sa nuque. Cela faisait longtemps qu'ils ne s'étaient pas câlinés de cette façon, aussi tendre et intime. Fermant les yeux, Tom se retint de gémir. Il ne s'en lasserait jamais.

Sa tête dans les étoiles, sa bouche s'ouvrit avant même qu'il ne s'en rende compte pour murmurer amoureusement.

- Je t'aime.

Il se mordit immédiatement la lèvre inférieure. Ce n'était pas autant les mots que le ton qu'il avait employé qui aurait pu paraître suspect aux yeux de son petit frère.

Bill s'immobilisa et Tom rouvrit les yeux, sa main s'arrêtant une nouvelle fois sur la hanche de son frère. Il trembla quand le brun chuchota, son souffle chaud contre sa peau.

- Je sais.

Le guitariste se tortilla nerveusement. Non, Bill n'avait aucune idée de la façon dont son frère osait l'aimer. Le c½ur de Tom se serra et pour la première fois, il hésita vraiment. Il était peut-être temps de lui avouer ? C'était peut-être là sa dernière occasion. Et après tout, son jumeau n'avait-il pas dit plus tôt qu'il était prêt à tout entendre ?

Les lèvres de Bill se posèrent sur le haut de sa mâchoire cette fois-ci, lentement et sûrement, puis elles descendirent de plus en plus, l'effleurant de bisous jusqu'à venir flirter avec son menton tandis que ses mains jouaient avec la bordure de son T-shirt extra large. Tom se pencha légèrement, hypnotisé par le joli nez dansant sous le sien, et leurs lèvres se frôlèrent par inadvertance, manquant de faire défaillir le blond. Réalisant ce qu'il faisait, il recula brusquement. Il déglutit.

- Bill...

Le chanteur rouvrit lentement ses paupières et ce furent des yeux intenses qu'il posa sur les siens, attendant qu'il parle. Le guitariste sentit instantanément tout son courage prendre la poudre d'escampette. C'était absurde, insensé. Comment avait-il pu penser une seconde tout lui dire ? Ils s'observèrent et Tom finit par s'éclaircir la voix. Avec le plus grand calme qu'il puisse arborer, il murmura.

- Ce Matthias, tu l'aimes vraiment ?

Bill cligna des yeux, surpris de voir Matthias revenir sur le tapis, mais il ne brisa pas leur contact visuel, même lorsqu'il sentit ses joues rosir malgré lui. Il ne dit rien pendant un moment, l'atmosphère fébrile agitant les papillons dans son ventre alors que leurs yeux s'étudiaient, pénétrant au plus profond d'eux-mêmes sans parvenir à lire le langage soudainement devenu étranger à leur compréhension. C'était effrayant, mais attirant à la fois, comme si le chemin qu'ils empruntaient leur était totalement inconnu. Bill réalisa que c'était le cas.

- Peut-être. Peut-être pas.

Il avait légèrement accentué le 'pas', espérant que Tom y voie là un signe particulier. Cependant, même si Tom avait jalousement bu ses mots, Bill n'était pas sûr que celui-ci ait fait attention à la nuance. Il retint un soupir.

Jusqu'à ce qu'il puisse mettre son petit plan tout nouvellement trouvé à exécution, il y avait peu de chances que Tom se jette à l'eau. Et même si Bill n'avait qu'une envie, celle de l'embrasser sur le champ, il voulait d'abord attendre le moment opportun où Tom se sentirait assez confiant pour lui dire ce qu'il avait sur le c½ur.

Le chanteur voulait être sûr que Tom pensait réellement ce qu'il lui avait dit ce jour-là, qu'il lui montre ce désir qu'il avait entraperçu. Il voulait entendre de ses propres oreilles et de la bouche de son jumeau si Tom l'aimait réellement dans ce sens-là.

Et pour y arriver, il comptait bien sur ce que Gustav...

Clignant des yeux, Bill se redressa soudainement, faisant sursauter Tom alors que celui-ci s'apprêtait à le réinterroger sur Matthias. Le brun fixa son frère, ses yeux écarquillés et son air catastrophé.

- Oh merde !
- Qu'est-ce qu'il y a ?
- J'ai oublié de faire un truc.
- Quel truc ?
- Ah, euh, rien, t'inquiète, je reviens de suite !

Sans autre explication, il se leva du lit, courant presque pour sortir de la chambre, ne prenant même pas le temps de mettre ses chaussures.

Alors qu'il disparaissait de sa vue, Tom relâcha le souffle qu'il avait inconsciemment retenu à la subite réaction de son jumeau. C'était étrange, qu'est-ce qui pouvait être si urgent à cette heure tardive ?

Haussa les épaules, par habitude et pour se détendre. Après tout, Bill avait toujours été un petit frère farfelu. Tom sourit, commençant à se déshabiller.

C'était sûrement pour cela qu'il l'aimait.

***

Bill frappa à la troisième porte consécutive, espérant ne pas s'être trompé une fois de plus.

Derrière la première, un vieux millionnaire grincheux lui avait lancé un regard noir quand il s'était rendu compte qu'on venait le déranger pour rien avant de dévisager avec un certain intérêt le jeune androgyne comme s'il s'agissait d'un vénusien arrivé tout droit de Vénus.

Derrière la deuxième où se trouvait un couple BCBG apparemment excentrique, une femme dans la trentaine, maquillée comme un phare et court vêtue était venue lui ouvrir, l'air émoustillée, Bill ayant visiblement frappé à un moment très très TRES inopportun. Rougissant comme un coquelicot tel un petit garçon, Bill s'était excusé en bégayant et elle avait refermé la porte en lui lançant un clin d'½il coquin, le détaillant appréciativement de haut en bas une dernière fois.

Devant la troisième porte, Bill trépigna nerveusement des pieds, les écrasant l'un sur l'autre et étirant légèrement le tissu de ses chaussettes. Il fallait qu'il voie Gustav maintenant s'il voulait faire ça en toute discrétion. Demain, ils avaient un planning hyper chargé et il n'aurait pas le temps de faire des cachotteries qui pourraient passer inaperçues aux yeux attentifs de Tom.

Quand la porte s'ouvrit avec hésitation et que Bill vit une tête blonde en dépasser timidement, il souffla de soulagement. Plus de millionnaires aux goûts douteux. Gustav lui fronça les sourcils en le voyant.

- Bill ? Qu'est-ce que tu fous ici à cette heure-ci ?
- Je viens pour ce que tu sais.
- Ah, oui, je vois, mais euh... On ne pourrait pas voir ça demain plutôt ?
- Non, je préfèrerais ce soir. Mais...

Bill fronça à son tour les sourcils, penchant la tête pour voir l'intérieur quand un bruit se fit entendre, provenant de la chambre. Gustav suivit son mouvement, lui barrant de facto la vue. Immobiles, ils se regardèrent le temps d'une seconde, et le chanteur haussa les sourcils.

- Je... te dérange peut-être ?

Gustav rougit, embarrassé.

- Non, non, pas du tout, qu'est-ce que tu vas imaginer...
- Qui est-ce, Gustav ?

Bill haussa un peu plus les sourcils en attendant la voix qu'il connaissait bien, le chanteur paraissant surpris. Habituellement, Georg et Gustav se retiraient chacun dans leur chambre après un concert. Surtout quand ils en avaient un autre le lendemain. Le batteur rougit imperceptiblement et ouvrit tout à fait la porte pour le laisser passer, toussotant.

- Euh, c'est juste Bill, j'avais un truc à lui donner.

Bill entra avec hésitation et quand il vit Georg assis sur le lit, farfouillant dans les photos que Gustav venait de développer, il se demanda brièvement pourquoi Gustav avait fait tant de simagrées avant de le laisser entrer.

Gustav traversa la pièce et alla farfouiller dans un de ses sacs. Georg regarda Gustav avec intérêt, puis Bill, et il eut un petit sourire en coin, suspicieux.

- C'est moi ou vous me cachez quelque chose tous les deux ?

Bill se raidit alors que Gustav revenait déjà, un petit objet en main qu'il lui donna. Bill le prit et le rangea furtivement dans sa poche, non sans que Georg ne remarque de quoi il s'agissait. Il poussa un cri moqueur.

- Oh oh ! Est-ce que ça serait pour Matthias ? Tu ne crois pas que c'est un peu trop pour un premier rendez-vous ?

Bill le fusilla du regard, ses joues rosissant.

- Ca ne te regarde pas.

Georg explosa de rire mais Bill tournait déjà les talons, remerciant d'une petite voix gênée Gustav et lui souhaitant une bonne nuit. Après avoir refermé la porte, entendant à peine Georg demander à Gustav d'un ton intéressé si le batteur en avait d'autres en réserve, Bill souffla.

Reprenant son calme dans le couloir désert de l'hôtel, il retourna vers sa chambre, son visage rougi par ses pensées que créait l'objet dans sa poche.

***

Entrant à pas de loups dans la pièce faiblement éclairée par une lumière tamisée, Bill souffla une nouvelle fois de soulagement à la vue qui se présentait devant lui.

Dans le lit, le haut de son torse dénudé visible, Tom dormait paisiblement sur le dos, sa bouche légèrement entrouverte alors que sa tête était légèrement tournée dans la direction de Bill.

Le chanteur sourit doucement. Il avait eu peur de devoir des explications à son jumeau, mais la fatigue de ce dernier lui avait heureusement fait esquiver une conversation embarrassante.

Sortant discrètement l'objet de sa poche, Bill alla le cacher dans sa valise pour ne pas l'oublier, et il se déshabilla prestement pour aller prendre une douche rapide. Quelques minutes plus tard, il sortait de la salle de bains, démaquillé et en sous-vêtements, et Tom dormait toujours aussi profondément.

Se rapprochant du lit, Bill défit la queue de cheval qu'il avait faite pour ne pas mouiller ses cheveux, et il se glissa entre les draps, gardant néanmoins une distance prudente entre son frère et lui pour ne pas le réveiller.

Après l'avoir observé pensivement et avec douceur pendant de longues secondes, il soupira silencieusement, son souffle venant caresser le visage de Tom. Bill chuchota avec amusement, sachant très bien que son frère ne l'entendrait pas.

- Tu ne le sais pas encore, mais j'ai trouvé le gage parfait à te donner. Eh, tu n'avais pas oublié que tu avais un service à me rendre tout de même, mon petit Tomi, mh ?

En effet, Tom ne s'attendait sûrement pas au programme d'enfer que son jumeau avait prévu à son encontre pour le lendemain. Une à une, Bill abattrait pourtant chacune de ses cartes jusqu'à pousser son frère dans ses retranchements.

Pris de compassion face à ce grand frère innocent qui s'apprêtait sans le savoir à vivre le plus doux des enfers sur terre, il se décida à effleurer délicatement la joue du dormeur du revers de ses doigts. Tom ne bougea pas d'un pouce. Il devait rêver, peut-être.

Se demandant vers quelles divagations les songes de Tom pouvaient bien se tourner, son index vint caresser ses lèvres, lentement, jusqu'à venir buter contre le piercing du guitariste. Bill se redressa un peu, ses yeux toujours rivés sur son frère.

Ses traits réguliers étaient complètement détendus et sa peau lisse rendue plus mate dans la sombre lumière mordorée semblait l'appeler inexorablement. Il était magnifique, et Bill avait mille envies insensées en tête.

Quelques secondes plus tard, il se penchait vers lui, enlevant son doigt avec précaution tandis que c½ur battant, il observait la moindre réaction de son frère pour s'assurer qu'il dormait toujours. Il ramena d'une main ses cheveux derrière son oreille pour qu'ils ne viennent pas le trahir et envoya sa raison paître.

Il ne pensait plus, ne réfléchissait plus. Il ne le voulait pas.

Après s'être lentement rapprochées, ses lèvres entrouvertes s'étaient posées sur celles de son jumeau. Fermant ses yeux, presque tremblant, il avait goûté à leur douceur, à leur contact brûlant sur sa peau frémissante de culpabilité, poussant même le péché jusqu'à le rechercher une seconde fois d'un baiser plus assuré, ses lèvres s'emparant tendrement des siennes.

Quand il recula au bout d'interminables secondes, il posa des doigts hésitants sur ses propres lèvres, tremblant sous l'agitation de ce qu'il venait de faire. Il y avait longtemps qu'il ne l'avait pas embrassé sur les lèvres, et la dernière fois, cela n'avait été qu'un petit bisou, pur et sans la moindre arrière-pensée, échangé entre deux petits garçons qui pensaient encore aux filles.

Aujourd'hui, aussi chaste que ce baiser ait été, l'innocence s'en était envolée.

Bill l'observa encore pendant quelques secondes, puis étirant un bras, il éteignit la lumière. Il s'allongea ensuite confortablement, et glissant une main sous les draps, il alla trouver celle de son jumeau.

La prenant et entremêlant leurs doigts, Bill se pencha à nouveau, à l'aveuglette, jusqu'à ce que ses lèvres ne viennent se poser sur le bras de Tom, à la jointure de son épaule, aussi légères qu'un papillon. Posant sa tête dessus ensuite, Bill souffla doucement, l'air frais attisant la chair de poule sur le bras de l'endormi contre lui, et lentement, il sombra paisiblement dans le sommeil, serrant avec tendresse leurs doigts toujours entrelacés.

Dans l'obscurité opaque de la nuit, tout était calme et silencieux.

Plus un bruit, plus un mot, juste des tremblements.

Dans le noir ébène, Tom fixait de ses grands yeux stupéfaits la sombre silhouette gracile de son frère.

À suivre...

Donnez une note à ce chapitre : * ** *** **** *****

Vous pouvez aussi voter pour cette histoire ici, sur le blog de Tom-is-so-Naive, blog regroupant toutes les fics où Tom passe à la casserole.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.196.135.90) if someone makes a complaint.

Comments :

  • lollipopthetop

    25/12/2010

    Bill est un sadique ... pauvre Tom qui se fait tourner en bourrique !
    Gustav et Georg mais que font ils dans la Même chambre ... Hu Hu Hu

  • xTechnicolor-life

    24/06/2009

    Alors là la fin... EN FORME O______O/ !
    En plus, tes chapitres sont à croquer <3

  • obscur-yaoi-night

    18/04/2009

    *-*

    kyaaaaa*-* !!

    rha, j'me demande ce que Bill a préparé mais ces baisers volés... *-*... Et puis la dernière phrase... O.O" ! X'D !

    rha j'adore <333

    ~et derien pour les com's va ;) ! merci de m'avoir répondu et merci pour l'adresse de la fiction, j'irai lire ça quand j'aurai lu ces OS =D !~

  • Elodie

    09/02/2009

    Oula, j'ai hâte de savoir quel est le plan de Bill XD

  • Stern

    26/01/2009

    Hin Hin ... interessant héhé

  • yayayaoi

    27/11/2008

    je viens de lire les 4 chapitres et je ne peux formiler qu'une seule et unique idée.... La suite steu plait. J'adore.

  • dark-nails

    22/08/2008

    Georg et Gustav à côté d'eux riait légèrement
    Bouhouhou une faute d'orthograaaphee. 'riaient'
    J'adore c'te fiction, ils passent leur temps à rougir... bon comme la suite m'a l'air prometeuse je ne m'attarde pas ici ..

  • carpe-diem--x

    07/06/2008

    trop hâte de voir ce que Bill prépare à ce pauvre Tom... ça risque d'être comique... et je veux savoir ce que Bill a été demandé à Gustav!!!! j'ai trop hâte de lire la suite là!!!

  • Lieber-th-yaoi

    23/05/2008

    Pitiééé, la suitteee *____*.

    J'aime beaucoup, vraiment beaucoup. Et j'veux savoir ce que Bill concocte pour Tom *face*.

    Bisous <3
    Fanny.

  • plaisir-lire

    19/05/2008

    Tu veux notre mort ?
    C'est dingue, ça devient une drogue ce blog !
    rahhh c'est formidable, attachant, magnifique, et excellent !
    fais pas trop durer le suspense !
    je vois que t'as de plus en plus de lectrice ! ça a donner des fruits les annuaires !
    aller bonne continuation !

Report abuse