Stupeur et tremblements (2/?)

Voilà la suite ! ^^
En ce qui concerne Parfum de scandale, ne vous inquiétez pas, la suite viendra aussi. ;)

Bonne lecture !

***

Stupeur et tremblements

Chapitre 2


Le lendemain matin...

Se réveillant doucement, Bill roula jusqu'à se retrouver sur le dos. Il sentit une douleur aiguë se propager dans le lobe droit de sa tête et il grogna plaintivement. Une migraine de bon matin, voilà exactement ce qui lui fallait.

Ouvrant difficilement les yeux, il regarda l'heure. Déjà dix heures. Pourtant, Bill avait l'impression de ne pas avoir fermé l'½il de la nuit. Il fallait dire qu'il s'était endormi tard, après plusieurs heures agitées où il n'avait cessé de se tourner et de se retourner dans ses couvertures, ses pensées filant à vive allure et dans tous les sens.

Bill leva ses genoux, déformant les plis des couvertures, et amena ses mains sur son visage pour bloquer la lumière qui parvenait à traverser insidieusement les épais rideaux foncés.

Il inspira fortement et expira lentement, son souffle sifflant nerveusement à travers ses doigts. Comme quelques heures auparavant, il sentait déjà son ventre se tordre de manière indéfinissable. Cela faisait des semaines, des mois peut-être, des années qu'inconsciemment Bill avait lutté contre sa sexualité parce qu'il avait peur d'être rejeté par la personne qu'il aimait le plus au monde, et voilà qu'il découvrait par hasard que Tom était au moins bisexuel.

Euphémisme.

Tom s'était masturbé en pensant à lui, devant un film porno gay.

Bill baissa ses mains et rouvrit ses yeux fixant le plafond. Il soupira.

Hier soir, après le film, il avait fini par se réveiller, dans le noir, déçu d'être seul. Il avait pensé que Tom serait resté avec lui. La déception faisant place à l'énervement, Bill s'était levé.

Tom voulait peut-être l'éviter, Tom cherchait peut-être à prendre ses distances avec son jumeau pour une raison obscure, mais c'était oublier ledit jumeau. Bill n'était pas prêt à se laisser éjecter de la sorte. Pas maintenant, alors qu'il avait un besoin vital de son frère à ses côtés et qu'il avait une peur angoissée et angoissante de le perdre.

C'est ainsi que Bill s'était précipité, bougon, vers la chambre de son jumeau et qu'il avait ouvert sans bruit la porte, dans l'intention de se glisser ni vu ni connu dans son lit et de se pelotonner contre son frère.

Mais quand il était entré, il avait eu peine à croire ce que ses yeux lui montraient, et il avait observé la scène dans une sorte de transe irréelle avant de paniquer totalement à la vue de ce spectacle. À partir de là, il n'avait eu qu'une seule réaction, celle de fuir avant que Tom ne remarque sa présence. Il était retourné dans sa chambre, c½ur tambour battant, et il s'était fébrilement recouché.

Pendant de longues heures, il n'avait cessé d'y penser avec agitation, ses yeux se remémorant encore et encore les images perturbantes qu'il venait de voir. Toute cette situation était extrêmement troublante, et Bill s'était senti perdu, ne comprenant pas ce que cela signifiait vraiment.

Est-ce que Tom le désirait réellement dans ce sens ? Bizarrement, après de longues minutes de réflexion, le brun s'était rendu compte qu'il n'avait ressenti aucun dégoût, seulement un trouble étrange et pénétrant, envahissant ses sens et le faisant rougir jusqu'à la racine de ses cheveux.

Quelques heures plus tard, après deux ou trois heures de sommeil tout au plus, Bill en était au même point, la surprise en moins. Il commençait tout doucement à se faire à l'idée et ses réflexions se dirigeaient déjà vers autre chose. En effet, il commençait lentement à comprendre l'étrange comportement de Tom de ces dernières semaines. Et bizarrement, il était intrigué et pressé d'en savoir plus.

Bill se leva, brusquement, et sa tête douloureuse le rappela à l'ordre. Il geignit, portant une main à son front, et il sortit de sa chambre à tâtons, ses cheveux ébouriffés, en T-shirt et sous-vêtements. Après un court passage à la salle de bains pour se droguer de médicaments théoriquement supposés alléger son mal de tête, il était prêt à entrer dans la cuisine, où de légers bruits de vaisselle lui indiquaient que Tom était en train de prendre son petit déjeuner.

Bill s'arrêta un moment devant la porte, inspirant un grand coup. Il se sentait inexplicablement nerveux. Il n'était pas gêné de se retrouver devant son frère, mais son ventre se tordait néanmoins à l'idée de le voir. Chassant au mieux la sensation singulière, il souffla silencieusement, puis tourna d'un geste assuré la poignée, entrant dans la cuisine.

Ses yeux tombèrent immédiatement sur Tom qui leva la tête à l'intrusion. Il était lui aussi habillé d'un simple T-shirt et de ses sous-vêtements, et ses dreadlocks étaient attachées par un simple élastique qu'un fin bandana bleu et blanc soutenait. Il avait un air endormi qui lui donnait une allure de petit garçon, bien éloignée de l'image érotique du jeune homme que Bill avait entraperçue.

Bill se retint comme il le put de rougir, tentant de se calmer. Tom ne savait pas qu'il était au courant. Il lui suffisait donc d'agir normalement. S'approchant de lui, Bill prononça un petit 'bonjour' naturel bien qu'un peu timide encore auquel Tom répondit, et remettant une mèche rebelle derrière son oreille, le brun se pencha vers son frère assis pour déposer une bise sur sa joue, sentant une douce chaleur irradier ses lèvres au contact de sa peau.

Voyant que Tom n'avait rien remarqué de spécial, Bill s'enhardit, et tenté par une envie subite de tester son jumeau, il posa une main sur son épaule, la laissant ensuite frôler nonchalamment sa nuque, caressant légèrement ses dreadlocks au passage, alors qu'il le contournait pour aller s'asseoir en face de lui. Enlevant enfin sa main, il eut la très nette impression qu'un léger frisson avait parcouru le blond, bien que celui-ci fît comme si de rien n'était.

Repoussant un peu la chaise, Bill s'assit, et ses yeux se plantèrent sur son jumeau alors que ce dernier faisait soigneusement semblant de ne rien voir, concentré sur ses céréales.

Bill n'avait pas rêvé. C'était pour de vrai. Tom avait bel et bien une attirance physique pour lui.

Se versant céréales et lait dans un bol, Bill continua à l'observer du coin de l'½il. Tom avait des cernes énormes, et Bill devina sans mal qu'il n'avait pas dû beaucoup dormir cette nuit. Il se rappela alors que ce n'était pas la première fois que Tom avait l'air aussi fatigué au réveil, surtout depuis deux mois.

Tout s'éclairait au fur et à mesure.

La distance que Tom avait pris envers lui, ses propos agacés à la rumeur du journal quant à son homosexualité possible... Tom était apeuré, tout simplement.

Quelque part en lui, Bill sentit un énorme poids se soulever, et il se retint de rire face à la situation ubuesque. Tom craignait sa réaction, et Bill avait fait de même de son côté, ne comprenant l'attitude étrange de son jumeau.

Il fallait dire que d'habitude, Bill n'avait aucun mal à interpréter les réactions de son frère, donnant le sentiment à leur entourage qu'il pouvait quasiment lire mot par mot les pensées de Tom. Et l'inverse était vrai. Néanmoins, il n'y avait rien de mystique là dedans. Car cela n'était possible que parce qu'ils connaissaient par c½ur l'autre, parce qu'ils avaient l'habitude de communiquer et de se raconter leurs secrets les plus intimes.

Mais le fait que Tom ait volontairement gardé un secret hors de portée de son frère expliquait que le radar de Bill se soit mésaventuré, et il avait donc très logiquement eu faux sur toute la ligne.

Tom n'avait pas pris ses distances avec lui parce qu'il voulait plus d'espace, mais parce qu'il avait peur que ses petites cachotteries soient dévoilées au grand jour. Et dire que Bill s'était fait un sang d'encre.

Fronçant inconsciemment les sourcils malgré ce soulagement providentiel, Bill lança un regard furieusement énervé à son jumeau au dessus de son bol à cette pensée, le brun buvant une gorgée de lait avant de le reposer et de continuer à piocher à l'aveuglette les petites boules de miel qui flottaient dans le liquide blanc avec sa cuillère. Mais Tom ne le regardait pas, manifestement trop occupé à éviter les yeux de Bill.

Le blond paraissait plongé dans ses réflexions, quand soudainement il se décida à relever la tête pour lui parler, ses petits yeux fatigués et sa bouille encore adorablement joufflue de sommeil se tournant vers le chanteur. Sa question banale posée sur un ton hésitant surprit Bill, le faisant cligner des yeux et interrompant sa cuillère à mi-course entre son bol et sa bouche.

- Bien dormi ?

Désarçonné pendant une seconde, Bill renversa le contenu de sa cuillère, le faisant retomber dans son bol. Il baissa la tête vers le récipient, rougissant, et replongea la petite cuiller dans le lait, esquivant le regard de Tom alors qu'il répondait.

- Pas vraiment. Je me suis réveillé plusieurs fois.
- Ah ?

Sentant que Tom voulait une réponse précise, Bill mentit... ou si peu.

- À cause de... rêves très perturbants.

Tom fronça les sourcils, soucieux comme toujours des cauchemars que faisait son petit frère.

- Quel genre de rêves ?

Bill vira écarlate et il toussota pour cacher sa gêne.

- Euh... j'ai oublié.

Tom ne parut pas convaincu, mais il finit par hocher la tête sans rien dire, et Bill continua à triturer ses céréales alors que le silence revenait, étrangement embarrassé. Au bout d'un moment, il leva les yeux vers lui. Il haussa les sourcils, feignant la surprise.

- J'ai été étonné de voir que tu étais parti cette nuit.

À ces mots, Tom détourna un moment les yeux vers la fenêtre, regardant le soleil transpercer timidement les nuages. Loin d'être innocent, Bill rajouta, contrefaisant un rire pour cacher sa gêne.

- Je ronfle trop peut-être ?

Sous les yeux attentifs de Bill qui attendait une réaction quelconque de sa part, Tom s'agita, le tic de sa jambe le reprenant. Il était visiblement troublé. Sentant l'extrême nervosité de son jumeau, un élan de tendresse protectrice manqua de submerger Bill, et s'il n'avait pas été si troublé par les événements des dernières heures, il lui aurait probablement déjà sauté au cou pour le rassurer avec un câlin. Le blond reposa enfin ses yeux sur son frère, son regard demeurant néanmoins fuyant.

- Bill, j'ai quelque chose à te dire...

Le c½ur de Bill s'accéléra mystérieusement, et c'est de manière timorée qu'il l'encouragea, ne sachant à quoi s'attendre.

- Oui ?

Tom prit une légère inspiration et il secoua la tête, le ton de sa voix sérieux et posé.

- Je crois qu'on devrait arrêter de dormir ensemble, définitivement.

Bill se figea tandis que Tom se tortillait sur son siège, s'apprêtant à recevoir les foudres de son frère. Pourtant, elles ne tombèrent jamais.

Si Tom lui avait dit la même chose il y a quelques jours de ça, le chanteur aurait été effondré et une de ses premières réactions aurait certainement été de se mettre dans une colère qui aurait été signalée dans les annales, pour le seul fait que son jumeau ose lui poser la question.

Cela pouvait paraître stupide, mais dormir ensemble était un lien essentiel dans leur relation gémellaire, les enfermant dans un cocon, tel une réminiscence des neuf mois précédant leur naissance. Arrêter de dormir ensemble signifiait clairement rompre ce lien. Pour des jumeaux aussi fusionnels qu'eux, c'était une déchirure mutilante.

Il savait donc que Tom s'attendait à une crise avec cris et tutti quanti de sa part.

Mais Tom se trompait, comme Bill avait fait erreur plus tôt. En effet, il manquait au guitariste un élément essentiel pour pouvoir anticiper les réactions de son double. Mais comment aurait-il pu deviner que Bill savait la véritable raison de sa demande ?

Le chanteur étouffa un rire. Appuyant son coude sur la table, il posa sa tête sur sa main, la penchant légèrement, et il sourit, sincèrement amusé par la situation.

- Tiens donc, et pourquoi ça ?

Hébété, Tom resta silencieux un moment, totalement désarçonné par sa réaction, et il rougit. Le blond se reprit un peu et haussa finalement les épaules. Il bégaya, détournant la tête pour se concentrer et chercher des arguments.

- Je ne sais pas... Tu ne penses pas qu'on se fait trop vieux pour faire ce genre de choses ?

Il se tortilla sur sa chaise, embarrassé, et ne trouvant rien d'autre à ajouter, il se tut. Se levant, Bill prit son bol pour aller le poser dans l'évier. Il lui répondit sur un ton léger.

- C'est ton seul argument ? Si c'est le cas, ça craint.

Tom ne répondit rien, fixant ses céréales d'un air pensif alors qu'il se versait un peu plus de lait. Bill lui jeta un coup d'½il puis il sourit.

Il ne savait pas encore quoi penser exactement de l'attirance physique que Tom avait pour lui, mais Bill n'avait pas pour autant la moindre intention de laisser tomber pour autant le tendre amour platonique qui existait entre eux. Il aimait Tom, plus que quiconque, et il savait que cela ne changerait jamais, quoi qu'il puisse arriver. De plus, il était à présent sûr que Tom ne le rejetterait pas pour son homosexualité, même si Bill comptait bien attendre un peu d'avoir des réponses à ses questions avant de lui avouer.

Et puis... Bill devait admettre qu'il se sentait étrangement flatté par le désir qu'éprouvait le jeune homme à son encontre.

Bill sourit un peu plus, rougissant légèrement, et il se rapprocha à nouveau de son jumeau, se plaçant derrière lui. Quand il glissa ses bras autour de lui, encerclant son torse, il sentit Tom se crisper. Bill posa sa tête contre la sienne et le serrant un peu plus fort, il murmura contre sa joue, sa voix douce et posée.

- On n'arrêtera que si tu arrives à me donner une raison sincère et valable pour le faire. En attendant, tu devras faire avec et supporter mes ronflements. Des objections ?

Tom sourit légèrement malgré lui, et le jeune homme secoua doucement la tête. Bill souffla contre sa peau.

- Bien.

Il l'embrassa sur la joue, et il rajouta plus bas, sa voix telle un murmure rassurant.

- Je t'aime, tu sais ?

Ils restèrent silencieux quelques secondes, et Bill trembla en sentant une main de poser sur ses bras, glissant jusqu'à atteindre la sienne et entrelacer leurs doigts. Tom appuya sa joue contre la sienne, fermant à moitié les yeux, et Bill sourit.

Sa migraine s'était enfin envolée.

***

La nuit suivante...

Dans la pénombre entrecoupée de flashs lumineux festifs, Bill se pencha vers son interlocuteur pour parvenir à comprendre à travers le bruit poussé à bloc de la musique ce qu'il lui criait, souriant alors que l'homme avait les yeux rivés sur lui.

L'homme en question, un blond nommé Matthias qui avait vers la fin de la vingtaine, semblait être complètement tombé sous son charme. Il fallait dire que Bill n'avait cessé d'enchaîner mimiques sur mimiques, battements de cils et sourires. Le fait qu'il avait les cheveux lissés, ses yeux maquillés et qu'il portait une élégante veste de cuir noir qui le mettait en valeur était également en sa faveur.

Jouer de sa séduction amusait Bill à un point qu'il n'aurait jamais soupçonné avant d'avoir réalisé qu'il était gay. De plus, même s'il n'était pas du tout intéressé, l'homme n'était pas mal, physiquement parlant, ce qui ne gâchait rien. Il passait une bonne soirée, assis entre autres à côté de Gustav, David et du musicien, vieille connaissance de leur manager, dans un confortable canapé de ce nouveau bar branché berlinois.

Détournant brièvement les yeux à la recherche de la silhouette familière d'un autre blond, Bill but une gorgée tandis que l'homme continuait à lui parler, ce dernier cherchant en vain à capter son attention.

Le brun avait perdu son frère de vue depuis qu'ils étaient arrivés dans le bar sous la tutelle de leur manager et de leurs gardes du corps, pour décompresser après un après-midi de promotion qui avait été exténuant mais qui s'était bien passé.

Il savait que Tom était parti avec Georg en direction du bar, à l'opposé de l'endroit où il se trouvait, et il était légèrement soucieux. Tout au long de la journée, son jumeau avait semblé être ailleurs, préoccupé. Bill n'en devinait que trop bien la raison, et c'était cela qui l'inquiétait.

Il sut que ses craintes étaient fondées quand Georg apparut soudainement, marchant à vive allure tout en se faufilant comme il le pouvait dans la foule compacte pour l'approcher, bousculant au passage quelques jeunes filles aux décolletés plongeants qui lui lancèrent automatiquement un regard outré avant de rougir en se rendant compte de la personne dont il s'agissait. Il se pencha directement à son oreille pour lui parler. Georg cria, sa voix pourtant à peine audible pour le chanteur, la musique continuant à leur transpercer les oreilles.

- On a un problème.

Une angoisse traversa le corps du chanteur de part en part, et il se leva immédiatement, faisant un signe rassurant à David qui le regardait avec un étonnement inquiet.

Bill suivi Georg à travers la foule, et bientôt ils arrivèrent au bout du bar. Assis sur la chaise haute, dos courbé et avachi sur le comptoir, se tenait Tom. Georg cria à l'oreille de Bill.

- Je ne suis pas arrivé à le raisonner.

Bill souffla, son soupir inaudible, et il s'approcha de son frère. D'un geste, il glissa ses doigts autour du verre que celui-ci tenait, et il l'en délogea, le poussant plus loin. Tom ne protesta pas, ses yeux rivés sur les ongles manucurés qui avaient frôlé sa main.

Bill vit le blond tourner la tête vers lui, les yeux hagards. Le chanteur posa une main sur sa taille et il se pencha vers lui, collant sa bouche à son oreille. Il articula, sa voix la plus forte possible.

- Tu en as eu assez.

Il vit Tom secouer négativement la tête et Bill recula, fronçant les sourcils. Tom rouvrit les yeux qu'il avait fermés à son contact, et ils se fixèrent, les pupilles du blond étrangement tristes sur lui. Bill frissonna pour une raison inconnue à cette vue, y décelant une signification profonde mais obscure pour lui, mais quand la tête de Tom se mit à dodeliner incertainement et que le guitariste referma à nouveau les yeux, il oublia momentanément ce regard troublant pour secouer à son tour la tête avec dépit, reconnaissant l'expression ivre sur le visage de son jumeau qu'il n'avait pas vue depuis au moins deux ans. Pourquoi est-ce que Tom s'était mis dans cet état là ? Il était complètement et irrémédiablement soûl pour le reste de la nuit.

Bill agrippa sa main et se pencha à nouveau vers lui, criant encore à son oreille pour se faire entendre.

- On y va. Tu crois que ça va aller ?

Pour réponse, Tom tenta de se relever et chancelant, manqua de tomber, si ce n'était pour les bras de Bill qui l'attendaient, et le guitariste serra sa main dans la sienne. La chaleur étouffante de leurs corps collés dans la lourde atmosphère du bar donna une teinte écarlate au visage de Bill, ce dernier étant un peu gêné de se retrouver si intimement proche de son jumeau dans un lieu public, aux yeux de tous.

Il entoura néanmoins la taille de Tom de ses bras alors que celui-ci s'appuyait malgré lui sur le brun, sa tête posée sur l'épaule de son frère. Bill flancha un peu sous son poids et pesta sous cape contre les grands frères qui avaient tendance à manger trop d'hamburgers.

Quelques personnes s'étaient retournées, jetant des coups d'½il peu discrets dans leur direction, et Bill jura, ses mots se perdant dans le son qui continuait à pulser de toutes parts. Ne pouvaient-ils pas se mêler de leurs affaires ? Son attention se reporta sur son frère. Il comprit à peine ce que celui-ci était parvenu à articuler.

- Bill, je vais être malade.
- Mh ? Oh ! Ok, attends. Retiens-toi un peu.

Après avoir jeté un regard dans la direction de Georg pour lui signifier qu'il avait la situation en main, Bill se dirigeait déjà vers les toilettes de l'établissement, soutenant d'un bras Tom qui peinait grandement à marcher droit, et à marcher tout court. Bill l'observa en coin. Tom avait bu assis, et il ne s'était certainement pas rendu compte de la quantité d'alcool qu'il avait pu ingurgiter. La réaction n'en était que pire, et Bill était inquiet. Cela faisait vraiment longtemps qu'il n'avait pas vu son jumeau aussi éméché. Et il était loin d'avoir l'alcool joyeux cette fois-ci.

Entrant dans les toilettes, Bill les entraîna tous deux vers le premier box de libre, ignorant les regards curieux des quelques personnes présentes, et il ferma la porte. En moins de deux, Tom était au-dessus de la cuvette, vomissant. Lui tenant ses dreads d'une main, Bill caressait son dos de l'autre pour l'apaiser. L'observant, l'expression de Bill devint triste. D'une façon ou d'une autre, il savait intuitivement que la raison pour laquelle Tom avait autant bu ce soir, c'était lui. C'était entièrement de sa faute.

Dès qu'il serait sobre, il essaierait de lui parler. Après tout, Bill aussi était homosexuel, et le fait que Tom ait des fantasmes sur lui n'était pas si dramatique que ça. Nul doute que dès qu'ils en parleraient, tout rentrerait dans l'ordre, pas vrai ?

Au bout d'un petit moment, Tom arrêta de régurgiter, et il reprit peu à peu sa respiration. Ses tympans assommés par le bruit ne cessaient de tambouriner et de siffler, si bien qu'il avait la sensation d'avoir la tête dans une espèce de coton irréel. Il murmura faiblement, sa voix ivre se mélangeant à la musique encore très forte dont les basses faisaient vibrer les murs :

- Je suis désolé.
- C'est pas grave, ça arrive.

Alors que Tom se redressait, Bill coupa un peu de papier et il essuya sa bouche. Tom rouvrit ses yeux. Il était encore complètement ivre et semblait totalement perdu. Il insista.

- Je suis vraiment désolé.

Bill étouffa un tout petit rire, son regard rencontrant avec douceur le sien pour le rassurer.

- Je sais, inutile de t'excuser. Je t'ai déjà dit que ce n'était pas grav...

Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase, poussant un petit couinement à la place. S'avançant vers lui, Tom venait de le plaquer contre le mur. Enfin, le plus juste aurait été de dire qu'il s'était affalé de tout son poids sur le chanteur, l'empêchant de bouger. Bill s'était raidi à son action, sa gorge se nouant. Il rougit légèrement en sentant la respiration de son frère contre son cou, et il se rendit compte que tous deux étaient en sueur. Le brun demanda, incertain.

- Tom ?

La réponse mit quelques secondes à arriver, mais elle fut nettement audible.

- Je t'aime.

Se détendant un chouïa, Bill sourit, amusé.

- Moi aussi je t'aime, gros bêta.

Il eut un petit rire mais celui-ci se tut quand Tom murmura, si bas que Bill faillit ne pas l'entendre.

- Tu ne comprends pas.

Fixant le mur, Bill sentit son c½ur s'accélérer, la chaleur l'envahissant, toujours plus intense. Il finit par tourner la tête vers son frère, entourant ses épaules de ses bras. Il souffla contre son cou.

- N'en sois pas aussi sûr. Je connais tes moindres secrets, Tomi.

Tom secoua légèrement la tête, son front frottant contre son épaule. Il murmura encore.

- Pas tous.
- Ca tombe bien alors, moi aussi j'ai mes petits secrets.

À ces mots, Tom releva la tête, tanguant toujours, et le fixa d'un air interrogateur. Bill lui fit un clin d'½il, puis il changea de sujet.

- Tu vas encore être malade ?

Tom sembla réfléchir, évaluant les flux et reflux de son estomac qui lui promettaient une trêve. Il secoua la tête, continuant à s'appuyer sur Bill alors que ce dernier continuait à le soutenir par la taille.

- Ca va maintenant.

Bill n'était pas crédule. Il savait bien que Tom n'avait pas encore tout rendu, mais ça devrait aller jusqu'à l'hôtel. Il sourit et serra la taille de son jumeau, rouvrant le loquet de la porte.

- Ok, on y va alors.

***

Trois quarts d'heure plus tard...

La porte des toilettes de la chambre d'hôtel de Bill s'ouvrit et deux personnes en sortirent laborieusement, l'une portant l'autre dans un équilibre incertain. Chancelant, Tom essuyait les contours mouillés d'eau de sa bouche, ses yeux se fermant malgré lui. Il avait passé dix minutes à vomir et cinq minutes à rincer sa bouche pour en chasser l'acidité.

Georg, qui avait attendu devant la porte, demanda avec hésitation.

- Ca va ?

Bill oscilla encore un peu, emporté par le poids de son frère qui était presque complètement amorphe. Il le poussa contre le mur et se redressa, maintenant Tom debout en posant ses mains sur sa taille. Le brun souffla, désespéré de voir la tête du blond dodeliner sur le mur, ses yeux clos. Il n'allait pas tarder à s'assoupir, peut-être debout même. Tournant la tête vers le bassiste, le chanteur soupira.

- Ca devrait aller, je pense qu'il a tout régurgité maintenant. Merci de m'avoir aidé à le ramener.

Georg eut un petit rire.

- De rien. Ca valait vraiment le coup d'½il. Il s'est totalement lâché ce soir. C'en était presque flippant.

Bill ne répondit rien, reposant des yeux inquiets sur son jumeau qui semblait de moins en moins tenir sur ses jambes malgré son aide et le mur de béton derrière lui.

Le bar étant heureusement près de leur hôtel, ils n'avaient pas mis longtemps à rentrer. Dans le trajet de dix minutes en voiture, Tom avait commencé à sombrer dans un demi-sommeil tandis que Bill inquiet le cajolait en caressant ses cheveux, ses bras et ses joues. Tom lui avait semblé si vulnérable ce soir. Il n'était certainement pas passé loin du coma éthylique.

Georg sortit Bill de ses pensées angoissantes, l'obligeant à le regarder.

- Je vais me coucher. Au moindre problème, tu m'appelles ?

Bill hocha la tête et lui souhaita une bonne nuit, le bassiste faisant de même avant de refermer la porte derrière. Il retourna son attention vers son jumeau et il soupira, murmurant.

- Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire de toi ?

Ce soir, ils étaient supposés avoir chacun leur chambre, mais bien sûr, il était hors de question que Tom reste seul, vu l'état dans lequel il se trouvait.

Se collant à Tom pour mieux le prendre sous les bras, Bill sursauta presque en voyant le blond rouvrir des yeux égarés sur lui. Dans un éclair de lucidité, il passa les bras autour du cou du chanteur, facilitant sa prise sur lui. Bill rougit malgré lui, mais se ressaisissant et rassemblant ses forces, il le décolla du mur pour les diriger tous deux laborieusement vers le lit. Même s'il était encore un peu éveillé, Tom n'était d'aucune aide. Bill grogna.

- Putain Tom, pense à faire du régime.

Tom marmonna quelque chose d'incompréhensible contre son cou que Bill interpréta à juste titre comme un 'va-te-faire-foutre', et le brun humpffa devant tant d'ingratitude fraternelle.

Quand ils arrivèrent finalement contre le lit, Bill se pencha, comptant bien faire lâcher prise à son frère. Mais c'était peine perdue, Tom était solidement accroché à lui. On aurait même juré qu'il rassemblait ses dernières forces conscientes pour s'agripper plus fortement à lui. Bill grogna encore, plus pour lui qu'autre chose, car son frère semblait déjà au pays des rêves.

- Tom, mets-y un peu du tien.

Il se pencha encore un peu plus, espérant le décrocher, mais il fut pris dans son propre piège et c'est en poussant un cri aigu qu'il se retrouva sur le lit, allongé sur son frère. Rougissant comme une pivoine, il se redressa sur ses mains, parvenant enfin à se dégager des bras qui n'avaient plus assez de force pour le retenir. Et Bill s'immobilisa, son souffle se coupant.

Sous lui, la vue de son jumeau était tout simplement troublante. Son nez fin et ses paupières fermées attiraient inexplicablement son regard. Sa peau semblait si douce et sa bouche légèrement entrouverte tentait la sienne. Sentant des papillons s'agiter dans son ventre chaud, Bill se surprit à penser qu'il voulait embrasser ces lèvres, juste un peu, pour voir ce que ça faisait, et sans qu'il s'en rende vraiment compte, pris d'une audace fiévreuse, il avait commencé à baisser sa tête, réduisant lentement l'espace qui les séparait.

À quelques centimètres à peine de sa cible, il fut cependant arrêté par les yeux chocolat de son jumeau qui s'ouvrirent pour se plonger dans les siens.

Bill se figea, réalisant enfin ce qu'il s'était apprêté à faire. Depuis quand voulait-il embrasser son propre frère ? Il n'eut pas trop le temps de réfléchir à la réponse cependant. La main de Tom s'était doucement posée sur sa joue, le faisant frissonner. Les mots enivrés mais sincères de Tom, aussi simples fussent-ils, le firent trembler.

- Tu es beau.

Bill resta interdit quelques secondes, puis il recula, se redressant complètement. Le chanteur sourit avec gêne, étouffant un petit rire.

- Et tu es complètement bourré. Il est temps d'aller au lit, gros bébé.

Ses joues toujours enflammées, il sentit le regard de Tom sur lui, dansant mais insistant, et Bill pensa un instant que Tom n'était peut-être pas aussi inconscient de ses paroles qu'il le pensait. Il n'en rougit que plus, songeant aux événements de la veille.

L'ignorant comme il le pouvait, Bill défit les chaussures du blond et enleva ses chaussettes. Quand il releva la tête, Tom avait refermé les yeux, et sa bouche ouverte laissant échapper un souffle régulier indiquait qu'il n'était plus éveillé. Vu qu'il comptait le déshabiller pour la nuit, Bill se surprit encore à penser des choses étranges, la petite voix dans sa tête semblant soulagée que Tom ne le voit pas faire.

S'asseyant doucement à côté de lui, il retira sa casquette, puis le bandeau, faisant attention à ne pas tirer sur ses dreadlocks dans le processus, puis il hésita sur la meilleure façon de lui enlever sweat- et T-shirt. Après un temps de réflexion où il vira rouge tomate, il se décida à se positionner sur ses hanches.

Il l'enjamba, s'installant à califourchon sur lui, puis il jeta un coup d'½il pour vérifier que son jumeau était toujours endormi. L'air adorablement poupon du visage du jeune homme l'en convainquit, et un peu rassuré, Bill posa des mains frémissantes sur le bas sur son sweat avant de le tirer vers le haut, luttant un moment pour le faire passer par ses bras et tête.

Quand il reposa ses mains sur le bas du T-shirt extra large, prêt à faire de même avec, Bill marqua une pause, se rendant compte que son c½ur battait plus vite à présent et que son souffle était devenu irrégulier. Il n'était pas nerveux tout de même ? C'était ridicule. Il avait vu le corps de son frère entièrement nu un nombre inquantifiable de fois, alors pourquoi le serait-il ?

Néanmoins quand il commença à soulever le T-shirt, ses doigts frôlant la peau nue du ventre de Tom, Bill frissonna. Ses yeux rivés sur lui, il ne put s'empêcher son c½ur de s'emballer alors qu'il se penchait vers lui pour terminer de batailler afin de faire passer le T-shirt au-dessus de la tête de l'endormi.

Se sentant étouffé, Tom geignit et ses paupières s'entrouvrirent un instant quand le T-shirt passa enfin. Leurs regards se rencontrèrent, celui de Tom semblant totalement ailleurs, avant que ses yeux ne se referment. Son visage rougi, Bill resta un instant immobile, se sentant transpirer. Il relâcha sa respiration qu'il ne se souvenait pas avoir retenue, et son regard glissa à nouveau malgré lui sur les lèvres charnues du jeune homme.

Se secouant mentalement la tête, il recula enfin, lentement, et il marqua une pause avant de poser ses mains tremblantes sur la braguette du jeans de Tom.

Ok, il l'avait vu nu des milliers de fois, mais c'était bien la première fois qu'il le déshabillait littéralement. Tom était son frère, sa moitié qui lui ressemblait tant mais pas tout à fait, mais qui restait surtout et avant tout un homme. Et c'était bien la première fois qu'il déshabillait un autre homme. C'est sur cette dernière pensée que Bill fit glisser le pantalon du blond, le laissant dans ses sous-vêtements.

Il observa son corps pendant quelques secondes, tremblant toujours et se demandant ce qui était en train de lui arriver, et d'où venaient toutes les pensées farfelues qui affluaient et encombraient à présent sa tête. Etait-il devenu dingue ?

Secouant pour de bon la tête, Bill se releva brusquement. Entourant la taille de son jumeau, il batailla un petit moment jusqu'à parvenir à le faire glisser sous les draps. À ce moment-là, Tom bougea un peu et ses paupières s'entrouvrirent encore à quelques reprises, bien que le blond ne semblait pas outre mesure conscient, passant d'un état à l'autre sans jamais réellement se réveiller.

Une fois que cela fut fait, Bill se leva et il alla se déshabiller dans un coin, déposant ses vêtements sur une chaise, puis il alla rapidement se démaquiller avant d'éteindre la lumière et de se diriger à tâtons vers le lit.

Cognant contre le rebord, il chercha le haut des draps et se glissa à l'intérieur jusqu'à ce que son corps heurte quelque chose de doux, sa peau brûlante glissant sur celle légèrement plus fraîche de son frère.

Mû par l'habitude de leur familière proximité, il n'hésita pas longtemps avant de se pelotonner contre lui, et il ne sursauta pas quand Tom sembla sortir de sa torpeur ensommeillée pour poser un bras autour de sa taille par réflexe. Le jeune homme posa sa tête sous son menton et ses lèvres effleurèrent le torse de Bill. Ce dernier ne protesta pas le moins du monde, même si son c½ur battait à vive allure, un peu gêné en repensant aux événements de la veille.

Car après ces dernières vingt-quatre heures plutôt étranges, et deux mois de distance à peine supportables, il voyait là un degré de normalité revenir. Tout cela était si naturel, et même si Tom était bourré et s'il fantasmait sur lui, Bill était content de pouvoir dormir avec son jumeau. Bien sûr, il y avait encore plein d'ambiguïtés à régler et quelques aveux à confesser de part et d'autre, ce qu'il comptait bien faire très vite, mais l'essentiel était qu'ils restaient ensemble.

Après tout, Tom pouvait avoir une petite attirance physique envers lui, mais c'était bien tout, non ?

Au bout d'un moment, il eut un tout petit rire, ne pouvant s'empêcher de sourire avec amusement à la manière dont Tom se lovait contre lui, à la recherche de sa chaleur réconfortante. La friction de leurs peaux nues était tellement douce que Bill frissonna un peu. Il le serra un peu plus fort. Leurs têtes dépassaient à peine des draps et leurs corps formaient une petite boule peu épaisse, se fondant et confondant comme une seule masse. Le brun murmura.

- Pour quelqu'un qui disait ne plus vouloir dormir avec moi, c'est pas encore gagné.

Il ne s'était pas attendu à une quelconque réponse, et il faillit sursauter quand il entendit son double lui répondre lentement. Pourtant, il savait que la faible voix de Tom n'était qu'un écho d'un de ses rêves éveillés. Nul doute que le blond ne se rendait pas compte de ce qu'il disait. L'alcool faisait bien de mystérieuses choses, décidément.

- Il le faudra bien.

Dans le noir, Bill s'immobilisa avant de se mettre à caresser le bras de Tom, cherchant à le rassurer.

- Rappelle-toi, il te faudra une raison valable et sincère pour que j'accepte.

Tom murmura encore, obligeant presque Bill à tendre l'oreille pour l'entendre.

- J'en ai une.
- Laquelle ?

La réponse se fit attendre, Tom sombrant de plus en plus dans le sommeil.

- Je t'aime.

Bill sourit, se retenant de rire. Parler avec un Tom bourré et endormi était plutôt marrant. Il lui susurra tendrement à l'oreille.

- J'appelle pas ça une raison valable.

La voix de Tom se ralentit, sombrant de plus en plus vers les abîmes.

- Tu ne comprends pas. Je ne le comprends pas moi-même.

Bill ne dit rien pendant quelques secondes, cherchant un sens à ces mots que Tom avait déjà prononcés au bar. Il continuait à caresser son bras du bout de ses doigts. Ses yeux ouverts dans le noir, il persévéra, espérant que Tom continuerait à lui répondre.

- Comprendre quoi ?
- Je crois que je suis tombé amoureux de toi.

Les doigts de Bill arrêtèrent leur mouvement et son c½ur manqua un battement.

Dans ses bras, Tom continuait à dormir tranquillement, sa respiration et son pouls réguliers, et alors que les heures passaient, imperturbablement, il ne prononça plus un mot, immobile dans le cocon protecteur de leurs corps enlacés.

Bill ne ferma pas l'½il de la nuit.

À suivre...

Donnez une note à ce chapitre : * ** *** **** *****

Vous pouvez aussi voter pour cette histoire ici, sur le blog de Tom-is-so-Naive, blog regroupant toutes les fics où Tom passe à la casserole.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.150.27) if someone makes a complaint.

Comments :

  • sanggreen

    23/06/2009

    Merci, c'est très gentil! :D
    Oui, Tomi bourré c'est toujours sympa à voir! XD
    <333

  • xTechnicolor-life

    23/06/2009

    Punaise c'est trooop bien ! T'es vraiment douée en plus =)
    Je kiffe le Tommi bourré =3

  • obscur-yaoi-night

    18/04/2009

    mouahaha, tropp chou le Tom bourré et endormi *-*

  • Elodie

    09/02/2009

    C'est mignon =)

  • Tom-is-so-Naive

    26/01/2009

    C'est troooooop mignon <3

  • carpe-diem--x

    07/06/2008

    ben ça c'est de la révélation...XD!! il ne faut jamais trop boire... c'est super mauvais pour nos secrets...!

  • Lillou483

    18/05/2008

    Han mais c'est trop bon!
    Cette fin de chapitre est génial! J'adore le Tom bourré! Bill sait tout et Tom ne sait pas que Bill est au courant donc ça risque d'être bien interressant pour la suite! XD
    ;)

  • Sosso

    17/05/2008

    giaah c'est trop bien comme toujours =D

  • adede231523

    10/05/2008

    Trop bien! J aimerais bien voir tom bourré plus souvent! Cette suite est super réaliste j imagine trés bien les scènes! Mais il y a encore un truc floue pour moi: bill, il est attiré par tom, non? Bisouuu ps: tu devrais t inscrire sur des annuaires!

  • mich-und-mein-herz

    09/05/2008

    mouahahah.
    tu m'étonne que Bill dorme pas x)

    mais cest vraiment super!
    et jai hate davoir les suite des 2 !! xD

    bisx

Report abuse