Prison de silence (2/2)

Prison de silence

(séquelle d'Aphonie mobile)

Chapitre 2 :

Confortablement enfoncé dans le canapé, Tom grattait doucement les cordes de sa guitare acoustique, mélodie et accords se confondant pour s'élever dans l'atmosphère calme de l'appartement. Il était seul dans la pièce, profitant du silence ambiant pour le remplir à sa guise.

Cela faisait trois jours que Bill avait été opéré. L'intervention s'était très bien passée, et le chirurgien était confiant. Selon toute vraisemblance, la voix de Bill ne subirait aucune modification. Néanmoins, le chanteur devait encore garder le silence le plus complet sept jours durant avant de pouvoir vérifier si c'était réellement le cas, et même après cela, il ne pourrait parler que graduellement, sous l'étroite surveillance et inspection des médecins pour réhabituer sa voix.

Il restait donc encore une petite crainte, mais tout le monde avait été soulagé, Bill et lui les premiers. Le kyste s'était révélé anodin et tout s'annonçait pour le bien, reléguant le stress au passé. Tout ça était derrière eux, désormais.

Pourtant, malgré cette bonne nouvelle, Bill commençait sérieusement à saturer. Comme Tom l'avait prévu, le petit carnet qu'il lui avait donné pour « parler » avait été vite rempli, et ils étaient passés au niveau supérieur, investissant dans un énorme cahier. Mais ce dernier aussi approchait de sa fin, n'ayant pas résisté longtemps à la nature communicative du brun.

Tom entendit une porte s'ouvrir et il leva la tête de sa guitare. Il continua à jouer, le rythme de sa mélodie devenant cependant un peu plus lent, mais il fronça vite les sourcils quand il vit Bill sortir de sa chambre pour la troisième fois en moins d'une demi-heure. Le jeune homme avait troqué depuis hier ses survêtements pour mettre un jean bleu moulant et un T-shirt blanc et noir qui l'était tout autant et qui lui allait à merveille. Tom soupira.

Tom l'avait laissé seul dans sa chambre pour que le chanteur puisse se reposer tranquillement, le blond en profitant pour s'entraîner à la guitare, et voilà qu'il gambadait encore. Son petit frère était tout simplement incorrigible.

Tom pencha la tête en le voyant se diriger vers sa destination habituelle, entrant dans la cuisine qui était visible du canapé, et il l'observa ouvrir le frigo pour prendre coca et jus de fruits. Ses bras chargés, Bill referma le réfrigérateur d'un coup de pied et retourna dans sa chambre, inconscient des yeux attentifs qui s'étaient posés sur lui.

Tom regarda la porte se refermer, et il reposa les yeux sur la guitare. Ils étaient dans leur appartement à Hambourg depuis le soir même après l'opération, et ils avaient enfin le temps de souffler, entre deux visites ou coups de téléphone de leurs amis, famille et staff. Ces derniers étaient peut-être les plus présents, David passant notamment presque quotidiennement pour entre autres leur faire faire des interviews via Internet qu'il négociait jour après jour pour que la santé du chanteur soit connue de tous et rassurer ainsi les fans inquiets et investisseurs potentiels.

En fait, à bien considérer, cette « pause » n'était pas entièrement de tout repos, y compris pour Bill. Mais c'était oublier que Bill en redemandait. Il voulait de l'attention. Tom le soupçonnait même d'être en manque de photoshoots.

A cette pensée, Tom eut un petit rire qui s'étrangla dans sa gorge quand la porte de la chambre de Bill s'ouvrit encore, le faisant sursauter. Le chanteur se précipitait presque dans la cuisine. Tom haussa un sourcil. Décidément, Bill connaissait ce trajet par c½ur et aurait pu le faire les yeux fermés. Si Bill avait été somnambule, Tom aurait été sûr de savoir où le trouver en pleine nuit.

Ralentissant le grattement de ses cordes, il le regarda chercher fébrilement dans les placards, prenant le verre qu'il avait oublié et quelques paquets de chips, en coinçant un entre ses dents. Ses bras une fois de plus chargés, ses pas prirent à nouveau le chemin de sa chambre.

Tom regarda à nouveau ses cordes qu'il pinça avec plus de vigueur. Bill ne mangeait pas, il engloutissait la nourriture, et cela encore plus depuis trois jours. Plus que le stress, l'ennui se faisait sentir à présent, et comme c'était dans sa nature, Bill compensait en mangeant.

Quand la porte s'ouvrit une fois de plus, la guitare de Tom crissa involontairement, le blond écarquillant les yeux. Bill n'avait toujours pas regardé dans sa direction. Sa tête penchée vers le réfrigérateur ouvert, il était plongé dans ses pensées qui devaient sans nul doute se limiter à la liste de ce que son estomac lui réclamait. Pour prendre autant de provisions, il devait avoir l'intention de regarder un film.

Fronçant les sourcils, Tom arrêta définitivement de jouer et posant sa guitare avec précaution sur le canapé, il se leva et alla dans la cuisine. Sans bruit, il se pencha au-dessus de Bill, regardant avec lui à l'intérieur du frigo. Il soupira, résigné.

- Et dire qu'il était encore plein ce matin.

Ne l'ayant pas vu approcher, Bill sursauta, inspirant un grand coup, puis il porta une main sur son c½ur, fermant les yeux avant de les rouvrir, se redressant pour mieux fusiller du regard son frère qui venait de le surprendre. Il prit la sauce mexicaine épicée qu'il cherchait et referma le frigo. L'ignorant, il le contourna, pour aller ouvrir leur placard tout spécialement réservé au chocolat.

Il farfouilla à l'intérieur et sursauta encore un peu quand les mains de Tom se posèrent sur ses hanches, son nez venant respirer la douce odeur de shampooing de ses cheveux bruns.

- Je croyais que tu voulais faire une sieste et non pas t'empiffrer devant un film. A ce rythme, ce n'est pas ta voix que les fans ne vont pas reconnaître, mais ton tour de taille.

Il gloussa, ses mains glissant sur le ventre du chanteur et se recevant un petit coup de coude énervé de la part de celui-ci dans le but de les chasser, mais Tom ne bougea pas.

Bill prit une tablette neuve de chocolat aux noisettes entières, et gigotant pour se retourner vers lui, la coinça entre les dents de Tom pour le faire taire, visiblement frustré de n'avoir pas son cahier sous la main pour lui écrire une flopée de jolis noms d'oiseaux... ou l'assommer avec.

Il fallait d'ailleurs dire à ce propos qu'une bonne partie du petit livre était saupoudrée ci et là de mots excédés de Bill lui ordonnant de 'la fermer'. Car si Bill ne pouvait pas parler, Tom avait tendance à compenser ce silence si inhabituel en parlant, une fois n'est pas coutume, non-stop et de ce fait en taquinant toujours plus son petit frère.

Bill fit une petite moue. Tom porta la main à sa bouche et il retira la tablette de chocolat, souriant encore. Puis il demanda, soudainement plus timoré et sérieux.

- Tu veux que je te tienne compagnie ?

Oubliant les taquineries de son frère, Bill cligna des yeux et eut un large sourire, son humeur devenant immédiatement plus joyeuse. Il hocha la tête avec entrain et se dirigea vers sa chambre, suivi de près par son frère.

Ils pénétrèrent dans la chambre, et Tom fut surpris par l'obscurité. Bill avait presque entièrement fermé les volets et il faisait sombre, la pièce étant seulement éclairée par un filet de clarté naturelle qui s'entrecoupait avec la lumière artificielle de la télévision. Branchée sur le lecteur de DVD, elle affichait l'écran menu d'un film qui commençait à dater. Tom haussa un sourcil, étonné.

- 'Entretien avec un vampire' ?

Il savait que Bill ne regardait que les films où il ne risquerait pas d'éclater de rire, vu que cela lui était strictement interdit, et que arrivé à la 3ème saison de Prison Break, Wentworth Miller ne devait plus être assez captivant pour parvenir à s'intéresser au scénario tordu de la série, mais il trouvait étrange que Bill ait ressorti ce film de vampires. C'était un bon film, mais quelque chose le perturbait, sans qu'il puisse mettre précisément le doigt sur quoi.

Bill n'avait pas semblé entendre sa remarque, étant trop occupé à lancer le film et à ouvrir avec méthode la tablette de chocolat. Il s'installa confortablement sur le lit, en tailleur, et Tom fit de même, oubliant pour un temps ses réflexions.

Lorsque les premières secondes du film commencèrent, la musique lancinante et inquiétante, Tom fut surpris de voir Bill se déplacer, venant se mettre devant lui et se penchant en arrière sur son frère.

S'appuyant sur le dos du lit, contre le mur, Tom l'encercla, l'attirant plus près de lui. Il sentit Bill se relaxer dans ses bras, se tortillant jusqu'à se caler au mieux contre lui, et Tom dut se retenir de sourire à cette attitude si adorable bien qu'envahissante.

Brad Pitt se mit à parler avec le journaliste et Bill cassa la première barre de chocolat de la tablette avant de la diviser en deux. Il enfourna une part et tendit l'autre par-dessus son épaule à son jumeau, faisant loucher les yeux de Tom sur ses doigts.

Tom sourit de se voir donner la becquée et prit entre ses dents le bout de chocolat, ses lèvres se refermant à peine sur les extrémités de l'index et du pouce de Bill avant de se retirer, Tom happant l'onctueuse gourmandise. Bill ne sembla pas faire fi de son action, ses yeux rivés sur le film.

Ils mâchonnèrent en silence pendant plusieurs secondes, puis Bill recommença l'opération avec une seconde barre, et cette fois-ci, Tom s'aventura à prendre un peu plus ses doigts dans sa bouche, suçant dessus en se retirant avec le bout de chocolat entre ses dents. Mais à son grand étonnement, Bill ne bougea pas, comme si de rien n'était. Il était totalement absorbé par le jeu de Brad Pitt.

Tom l'observa, ne voyant que les contours de sa mâchoire et apercevant à peine ses longs cils dans l'obscurité, puis il détourna la tête, pensif.

Ces derniers jours, entre chamailleries et angoisses, les deux frères avaient eu de nombreux moments câlins plus ou moins ambigus. Tom avait passé son temps à materner Bill, et celui-ci ne s'en plaignait pas, loin de là... A part peut-être concernant sa cuisine. Il soupçonnait même Bill de supplier leur mère en cachette, via moult sms désespérés (accusant certainement Tom de chercher à l'empoisonner...), de leur rendre visite plus souvent dans l'espoir qu'elle les gratifie de ses dons de cuisinière.

Ces pensées vexèrent Tom, et quand le premier passage stressant du film arriva, Tom Cruise se jetant sur Brad Pitt pour le mordre, Tom tourna à nouveau la tête vers lui pour planter gentiment mais fermement ses dents dans le cou de Bill, faisant sursauter brusquement ce dernier.

Bill prit une grande inspiration sous la surprise et se dégagea de ses bras. Il avait visiblement eu très peur, ses sens s'étant entièrement plongé dans le film. Tom éclata de rire, sachant très bien qu'il ne courait pas le risque que Bill rie aussi. Le joli brun était furax. Tom gloussa.

- Quelqu'un aurait-il eu peur, mh ?

Fumant de colère boudeuse, Bill se jeta sur lui, donnant de petites tapes piquantes et chatouilleuses à son frère. Tom tenta de s'y soustraire, gloussant de plus belle, et alla cogner sa tête contre le mur en reculant.

- Ouch !

Bill arrêta ses chatouilles tandis que Tom se frotta la tête. Le brun souffla un rire sans timbre, se retenant de s'esclaffer, et il lui tira la langue, amusé, et Tom eut l'impression de lire dans ses pensées.

Bien fait pour toi !

Tom eut une petite moue qui aurait pu concurrencer celles de Bill dans ses grands jours et Bill retint à nouveau un rire. Il se rapprocha et vint se coller contre lui, se calant jambes repliées entre les siennes. Il entoura sa taille d'un bras tandis que sa main libre vint caresser sa tête à l'endroit où celle-ci avait heurté le mur pour le cajoler.

Tom détourna la tête pour montrer qu'il boudait toujours, ses yeux fixant les meubles sombres, et Bill embrassa sa joue. Les yeux de Tom tombèrent par hasard sur l'écran tandis que Brad Pitt regardait pour la dernière fois l'aube se lever. Les lèvres de Bill descendirent et c'est un baiser mordant qu'il déposa dans son cou.

Tom inspira rapidement, surpris par le contact de ses dents. Cela n'avait pas été douloureux, juste imprévu, mais dans son rôle de victime en quête de compassion, il geignit, se tortillant légèrement pour feindre de vouloir se soustraire à son attaque.

- Aïe ! Putain, Bill ! Ca fait mal, arrête.

Il entendit Bill souffler moqueusement contre sa peau, un sourire se dessinant sur ses lèvres toujours attachée à son cou, et Tom put bientôt sentir leur pression s'accentuer, sa bouche suçant et mordillant tendrement sa chair, la malaxant de plus en plus agréablement.

Le blond jura encore, mais cette fois-ci, il tendit un peu plus son cou en arrière pour laisser à son frère un meilleur accès, tandis que ce dernier prenait toujours un peu plus de son espace personnel, s'allongeant sur lui pour embrasser à son aise son cou. Fermant les yeux au bout d'un moment, Tom jura encore, tout bas.

- Mon dieu, Bill, je t'interdis d'arrêter.

Bill souffla un peu plus fort, manquant presque de rire pour de bon, mais il continua son suçon avec plus d'avidité. Passant un bras autour de lui, Tom se mordit les lèvres alors que la langue de Bill lapait sa peau, apaisant sa peau des petites morsures électrifiantes dont il le gratifiait de temps à autre. Et quand Tom ouvrit les yeux, un bruit provenant de la télé lui faisant faire un soubresaut, Tom put voir Lestat croquer à nouveau le cou de Louis, cette fois-ci pour le transformer pour de bon en vampire.

Alors que Bill continuait à le torturer délicieusement, ondulant légèrement contre lui et ayant visiblement oublié qu'il y avait un film en route, Tom comprit enfin ce qui l'avait toujours dérangé dans ce film. La tension entre les deux protagonistes mâles était vraiment... perturbante. Tout comme l'était la tension entre Bill et lui à ce moment précis. Refermant les yeux, Tom émit un son plaintif, jurant encore dans un murmure à peine audible.

- Merde. Putain de merde, merde, merde.

Il bandait.

A ces mots, Bill releva la tête, intrigué et un peu inquiet. Rouvrant à nouveau des yeux fiévreux à cette interruption, Tom remarqua les lèvres légèrement rougies du brun et il se retint de jurer une autre fois. Les cheveux de Bill étaient légèrement ébouriffés et ses yeux non maquillés étaient interrogateurs. Il était beau, adorable, et si innocent.

Une main se posa sur son jeans, glissant jusqu'à trouver son entrejambe, la frôlant à peine avant de se refermer sur la partie bombée, et Tom se crispa.

Bon, ok, pas si innocent que ça en fait...

Il vit Bill sourire narquoisement et Tom le repoussa, les faisant basculer sur le lit jusqu'à inverser leurs positions. Néanmoins, rougissant de son état, Tom n'osa pas appuyer son bassin contre les hanches de Bill. Il lança un regard noir au jeune homme sous lui qui le regardait avec un grand amusement, se mordant avec force la lèvre inférieure pour ne pas rire. Son nez laissait échapper de petits souffles saccadés moqueurs. Tom grogna, un peu agacé.

- C'est marrant, hein ?

Bill hocha vivement la tête. Tom détourna un peu les yeux, semblant blessé, avant de les faire revenir sur lui. Est-ce que tout ce qui s'était passé entre eux ces derniers jours n'avait été qu'un jeu pour Bill ? La colère montant en lui, Tom haussa la voix, fixant le jeune chanteur d'un ½il encore plus noir.

- Alors dis-moi, qu'est-ce qui est le plus marrant ? Que mon frère me fasse bander ? Qu'on s'embrasse ? Vas-y, dis-moi.

Paraissant surpris par sa réaction, le visage de Bill redevint sérieux et calme, ses yeux doux posés sur Tom brillant d'une lumière étrange. Il se mordit à nouveau les lèvres, plus lentement et pensivement qu'avant. Surprenant Tom, il prit une de ses mains dans la sienne, la malaxant pour détendre les nerfs mis à rude épreuve de Tom, et il la posa à plat sur son torse.

Tom cligna des yeux, leurs regards toujours ancrés sur l'autre. La colère en lui diminuait malgré lui, intrigué par ce que les pupilles de Bill semblaient vouloir lui dire. Il n'eut pas à attendre longtemps pour le comprendre.

Faisant lentement glisser sa main sur son ventre, toujours plus bas, la main de Tom recouverte de celle de son frère atteignit enfin son but, et Tom écarquilla imperceptiblement les yeux, ceux-ci communiquant silencieusement avec les pupilles à présent légèrement nerveuses de Bill. Il se figea quand il comprit enfin ce qu'elles lui disaient.

Ce qui est marrant, c'est que je suis dans le même état que toi.

Derrière eux, la télévision crachait le bruit de l'incendie de la demeure de Tom Cruise et Brad Pitt, le feu crissant et crépitant.

Ils rougirent un peu, et Tom détourna brièvement le regard avant de le reposer sur son frère. Bill le regardait avec des yeux intenses. Tom le fixa pendant quelques secondes, puis n'y tenant plus, il baissa soudainement la tête, ses lèvres entrant en contact avec les siennes, coupant abruptement leurs souffles. Il n'arrivait plus à réfléchir correctement.

Bill y répondit avec ardeur, et le baiser s'enflamma rapidement. Tom sentit la chaleur monter à ses joues. Consciemment, il se mit à frotter le jeans de Bill caressant la bosse à travers l'épais tissu, et Bill haleta de surprise, manquant presque de gémir.

Revenant tout d'un coup à la raison, Tom recula brusquement, craignant que leur enthousiasme ne les embrase un peu trop vu les circonstances. Il retira sa main comme s'il venait de se brûler. Lorsque Bill rouvrit des yeux hagards, l'interrogeant du regard, Tom secoua la tête.

- On peut pas. On doit arrêter.

Bill parut ne pas comprendre ses paroles, son air totalement perdu. Tom rougit.

- Si on continue, tu vas... tu risques de...

Il n'osait même pas prononcer le mot « gémir ». Il ferma les yeux un instant avant de les rouvrir, évitant les yeux de Bill. Il bégaya encore.

- Je veux dire... tes cordes vocales.

Comprenant enfin à travers ses bribes de phrases, Bill secoua vigoureusement la tête. Faisant presque sursauter Tom, il se pencha pour agripper son cahier et son stylo non loin de là, et il écrivit en un éclair.

Je resterai silencieux, promis.

Tom se releva à moitié, toujours sur le lit. Il secoua la tête, cherchant des arguments. Ceux-ci partirent en fumée quand Bill se redressa, s'avançant lentement vers lui sur ses genoux. Son visage était calme, mais ses yeux étaient étrangement suppliants. Tom secoua un peu plus la tête, baissant les yeux avant de les cacher de ses propres mains. Etaient-ils donc fous pour vouloir faire ça ?

Deux mains vinrent doucement écarter les siennes, l'obligeant à maintenir ses yeux baissés, se sentant trop honteux pour regarder son frère en face. Bill était extrêmement proche, et tenait ses mains dans les siennes, leurs bras le long de leurs corps. Tom sentit son nez frôler le sien jusqu'à remonter sur son front. Tom referma les yeux, devinant sans mal que les paupières de son frère étaient également fermées.

Un doux baiser fut posé sur son front, et leurs nez se frôlèrent encore quand les lèvres de Bill redescendirent pour embrasser les siennes, tandis que ses mains guidaient celles de Tom sur ses hanches.

Tremblant, ils engagèrent un baiser, lent et langoureux. Hésitant encore un peu, Tom glissa néanmoins ses bras autour de lui, et il le repoussa sur les draps, s'allongeant sur lui. Ils continuèrent un long moment, goûtant doucement et avec volupté leurs bouches de baisers mouillés tandis qu'à l'écran depuis longtemps oublié, Claudia, la fille adoptive de Lestat et Louis, commençait ses innocents massacres.

En même temps qu'elle mordait ses premières victimes, Tom détacha ses lèvres de celles de Bill, ouvrant des yeux fiévreux pour lui murmurer, le prévenant très sérieusement.

- Au moindre signe de la plus légère vibration, j'arrête tout, compris ?

Sans vraiment savoir à quoi s'attendre exactement, Bill acquiesça fébrilement, et Tom sembla satisfait.

- Bien.

Il embrassa sa mâchoire et il se décala un peu pour faire glisser sa main entre eux. Ils se fixaient encore dans la pénombre, et Tom sentit son bas-ventre prendre feu tandis qu'il s'affairait à ouvrir la fermeture Eclair du pantalon de Bill. Quand il y parvint, il glissa fébrilement sa main à l'intérieur, venant le caresser à travers le boxer pour voir sa réaction.

Fermant les yeux, Bill inspira profondément au toucher étranger et Tom le laissa s'y habituer quelques secondes, se mordant la lèvre inférieure en voyant Bill faire de même, le jeune homme tentant de se calmer dans une relative mesure.

Tom se pencha à son oreille et il murmura, cherchant à l'apaiser et à le guider.

- Je vais y aller doucement, ok ?

Il embrassa le lobe de son oreille, et sentant que Bill l'avait entendu, il se redressa un peu, venant embrasser à nouveau sa bouche. Il accéléra ses mouvements et il sentit Bill bouger sous lui, le jeune homme cherchant toujours plus de contact avec sa main. Alors l'embrassant un peu plus profondément, Tom glissa enfin lentement et doucement à l'intérieur de ses sous-vêtements, tâtonnant un peu avant se mettre à le caresser, avec la même langueur.

Leurs bouches se déconnectèrent, Bill haletant de plus en plus, et Tom en profita pour baisser au mieux son pantalon, découvrant son membre dressé. Il se redressa légèrement pour le regarder, intrigué et curieux par cette érection si similaire à la sienne. Bill le remarqua, car il ouvrit les yeux et rougit dans la pénombre, embarrassé d'être ainsi mis à nu.

Tom eut un sourire odieusement amusé, et Bill se redressa à moitié pour être à égalité, se trouvant à présent allongé côte à côte avec son jumeau. Avec des gestes précipités et nerveux, évitant le regard de son frère qui l'observait attentivement tout en le laissant faire à sa guise, il chercha à ouvrir son pantalon.

Il y était presque parvenu quand Tom referma sa main sur son membre, commençant de lents mouvements de va-et-vient. Se retenant de crier, Bill fourra sa tête contre son cou, l'y mordant franchement.

Tom eut un gémissement, plus de plaisir que plaintif et il accéléra ses mouvements sur le membre de son jumeau. Bill était vraiment dur, et Tom le soupçonnait de ne pas s'être touché pendant de nombreux jours. Il faut dire qu'il était compréhensible qu'il n'ait pas eu la tête à ça. Tom gémit un peu plus. C'était d'autant plus excitant de soulager ainsi personnellement son petit frère après toute cette tension accumulée.

Bill resta haletant un moment, ses dents se décrispant peu à peu pour laisser place à ses lèvres, venant marquer la peau de Tom, et ses mains finirent par redescendre terminer leur tâche.

Habilement, celles-ci vinrent ouvrir le large pantalon, et s'affairèrent à baisser son boxer. Comme Tom l'avait fait, Bill jeta un coup d'½il intéressé vers le membre gonflé, l'évaluant du regard. Profitant qu'il ait la tête tournée, les lèvres de Tom s'attachèrent à son cou, et il grogna de plaisir contre sa peau.

- On a la même taille. Enfin, je suis peut-être un peu plus large...

Bill caressa joueusement sa hanche, s'attirant un grognement frustré de Tom, avant de toucher tentativement l'extrémité de son sexe qui était déjà mouillé. Sentant la chaleur redoubler dans son corps, le faisant transpirer, Bill referma expérimentalement sa main autour, et commença avec hésitation à glisser vers le bas avant de lentement remonter vers le haut.

Il sentit Tom se retenir difficilement de gémir avant de murmurer, faisant une pause dans son suçon.

- Fais-le-moi comme tu le fais d'habitude, fais ce que tu aimes faire.

Ne se faisant pas prier plus, Bill le prit plus fermement en main, accélérant ses mouvements et venant parfois titiller ses testicules et le gland, exerçant diverses pressions.

Ils se rallongèrent un peu, se mettant plus à l'aise alors qu'ils continuaient à se mordiller le cou et à se toucher, expérimentant et copiant parfois l'autre pour lui montrer de nouvelles sensations. Leur jeu, doux et sensuel dura de longues minutes, atteignant son summum quand ils firent finalement entrer leurs membres en collision, se caressant ensemble à un rythme effréné.

Quelques minutes plus tard, leurs T-shirts souillés, ils s'embrassaient encore avec passion, pantelants et en sueur, et le film touchait à sa fin, livrant sa conclusion à laquelle Bill et Tom ne prêtaient aucune attention. Pourtant, Brad Pitt avait terminé son histoire, laissant filer le journaliste. Et alors que Lestat rattrapait le fuyard, le surprenant et le mordant dans sa voiture lancée à vive allure, la sonnette de leur appartement retentit, les faisant sursauter.

Tom regarda l'heure. Il était seize heures trente. Il fronça les sourcils, le c½ur battant.

- On attendait quelqu'un aujourd'hui ?

Bill le regarda un instant puis ses yeux s'écarquillèrent soudainement. Il chercha avec précipitation son cahier. Se redressant, Tom refermait déjà son pantalon et enlevait rapidement son T-shirt pour aller en mettre un autre. Il leva les yeux quand Bill eut terminé d'écrire.

J'avais complètement oublié. L'interview avec David.

Tom ferma les yeux, se rappelant.

- Putain, moi aussi. Merde.

Comme souvent depuis que Bill était alité, ils avaient eu plusieurs interviews à faire via Internet. Dans ces cas-là, David passait chez eux, leur transmettant les questions que les journalistes lui envoyaient sur sa messagerie et traduisant leurs questions quand celles-ci étaient en anglais. C'était le cas aujourd'hui.

Se levant en quatrième vitesse, Bill refermait de même son pantalon, enlevait son T-shirt sali pour en prendre un autre dans son armoire et filait à la salle de bains pour aller se donner une allure présentable tandis que Tom filait à sa chambre pour enfiler un autre T-shirt. La sonnerie retentit encore et ils accélérèrent leurs mouvements, paniqués.

Cependant, passant devant le miroir dans le couloir, sur le chemin de sa chambre, Tom se figea devant, regardant son cou. Il pâlit. Revenant subitement sur ses pas, il répéta à nouveau, avec plus de force.

- Putain de mer-de.

Il entra à nouveau dans la chambre de Bill, et farfouilla dans sa garde-robe, la seule susceptible de les sauver.

Il enfila le premier pull-over qu'il trouva et en prit un autre pour son frère. Quand il ressortit de la pièce, Bill venait juste de sortir de la salle de bains et Tom lui posa le pull contre le torse. Remarquant l'air éberlué de Bill à la vue miraculeuse de son jumeau portant un de ses pulls moulants, Tom chercha ses yeux pour capter son attention, parlant sous cape comme si David pouvait les entendre.

- Ton cou.

Il baissa son propre col roulé et Bill écarquilla les yeux. Tom avait des suçons partout, et nul doute que c'était la même chose pour lui.

Rougissant, Bill enfila illico presto le pull tandis que Tom allait enfin ouvrir la porte à leur manager. Tom et lui se saluèrent en souriant, le guitariste cherchant à calmer son c½ur agité sous une façade normale. Arrivant derrière lui, les bras croisés, Bill s'avança timidement, venant saluer leur ami avant de se placer à l'opposé de son frère à l'entrée de l'appartement. David entra, plaisantant.

- Eh bien, vous dormiez ? Vous en avez mis un temps pour m'ouvrir.

Les jumeaux échangèrent un regard et les yeux de Tom se firent fuyants face à ceux de David. Il agita ses bras en parlant, cherchant ses mots.

- Bill regardait un film, et je jouais de la guitare, on ne t'a pas entendu.

David acquiesça mais quand ses yeux tombèrent sur la guitare, toujours posée sur le canapé du salon, il haussa un sourcil. De là, Tom aurait forcément dû l'entendre. Les jumeaux échangèrent un regard discret mais angoissé, bougeant nerveusement sur leurs pieds. Néanmoins, David ne sembla pas s'en formaliser, ne cherchant pas plus loin la vérité, et il enleva son manteau pour le poser sur le même canapé, avançant dans l'appartement.

Derrière son dos, les jumeaux firent un pas vers l'autre, agitant leurs bras et faisant des mimiques pour s'expliquer, Bill semblant exaspéré par le manque d'imagination de son frère et lui faisant les gros yeux. Mais quand David se retourna vers eux, fronçant les sourcils comme s'il était certain d'avoir manqué quelque chose, les jumeaux lui faisaient face, leurs bras croisés comme si de rien n'était.

- Vous... avez dit quelque chose ?

Ils secouèrent vivement la tête et David sourit, amusé par ses fausses impressions. Ne voyant pas les jumeaux se lancer des regards soulagés, il se dirigea vers la table près de la fenêtre où se trouvait l'ordinateur qui était constamment allumé et connecté à Internet. Habitué à faire ces gestes, il s'assit et alla sur sa messagerie, tout en continuant à leur parler.

- Ok, débarrassons-nous du boulot d'abord. Aujourd'hui, j'ai une interview pour toi Bill.

Ledit Bill s'avança et prit une chaise pour s'installer à côté de lui. David ne le remarqua pas, mais le chanteur ne cessait de lancer des regards inquiets vers Tom. Lentement, il avait enfin le temps de penser à ce qu'ils venaient de faire, les images revenant à son esprit, et il pouvait voir en fixant ses yeux chocolatés qu'il en était de même pour Tom.

Finalement, Tom lui fit un clin d'½il et un petit sourire avant de le laisser avec David pour aller préparer le café à la cuisine. Reportant son attention sur l'écran tandis que David lui parlait et lui indiquait la marche à suivre, Bill sourit peu à peu, frôlant sa bouche du revers de ses doigts en se rappelant ce qu'elle avait fait quelques minutes seulement auparavant.

Ils commencèrent l'interview, Bill tapant ses réponses au Bild dans l'email avec l'aide et les conseils de David quand Tom revint, son café à la main. Bill tourna la tête, lui lançant un regard qui semblait vouloir le dévorer. Faisant une pause dans ses explications, David fronça les sourcils, intrigué.

- Vous n'avez pas chaud avec ces pulls à col roulé ?

Bill rougit, secouant la tête, et montra l'écran pour détourner son attention, indiquant à David qu'il souhaitait continuer à répondre aux questions. A côté d'eux, Tom avait manqué de faire tomber sa tasse de café par terre.

David lut la question suivante du Bild à voix haute.

- A quoi ressemble une de tes journées actuellement ?

Bill haussa un sourcil, réfléchissant à sa réponse quand David interrompit ses pensées, tentant de l'aider.

- Dis-leur ce que tu faisais avant que j'arrive par exemple.

Bill acquiesça et se mit à taper, alors que David haussait un sourcil en voyant Tom s'étouffer dans son café, toussant pour parvenir à respirer. David cligna des yeux, surpris, avant de reposer son attention sur l'écran. A côté de lui, les traits de Bill arboraient un énorme sourire.

David lut encore à voix haute le début de sa réponse.

- Il y a quelques minutes à peine, je regardais le film « Entretien avec un vampire »...

David se tourna vers le chanteur et sourit.

- Parfait ! Passons à la question suivante.

XoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoX

S'appuyant dos à la porte, Bill souffla, yeux fermés, refermant la porte derrière David, celui-ci partant après une visite de deux heures, entre boulot, café et potins.

Bill en était sûr, leur manager n'avait rien trouvé de suspect, trop occupé à raconter ses déboires avec quelques imbéciles d'Universal qu'aucun d'eux n'arrivait à blairer.

Pourtant, Tom et lui n'avaient cessé de s'épier et de se lancer de doux regards plus qu'ambigus, écoutant David d'une oreille distraite, et Bill avait l'impression que ce qu'ils avaient fait plus tôt dans l'après-midi transparassait clairement sur eux, comme si cela avait été écrit sur leurs visages.

Rouvrant les yeux, Bill remarqua que son jumeau n'était plus là, et il s'avança, des papillons dans le ventre, vers la cuisine non loin de là. Il était pratiquement l'heure de manger, et Tom s'affairait activement à trouver quelque chose de comestible dans leurs placards.

Bill se dirigea lentement vers lui, notant comment les gestes de Tom devenaient nerveux à son approche, et il glissa ses bras autour de sa taille, l'enserrant. Il posa sa tête sur son épaule et Tom finit par se relaxer, fermant les yeux et appuyant sa tête contre la sienne.

Ils restèrent un petit moment ainsi, se berçant imperceptiblement tout en repensant aux événements mouvementés de la journée. Finalement, Tom murmura doucement.

- Qu'est-ce que tu veux faire ce soir ?

Se détachant un peu de lui, Bill prit son cahier et écrivit sous l'½il attentif et nerveux de son jumeau. Mais quand Bill eut terminé et que Tom lut ce qu'il avait marqué, les doutes de ce dernier s'envolèrent et il eut un petit rire.

Bill lui sourit et se pencha vers lui, déposant un doux et chaste baiser sur les lèvres du blond, auquel celui-ci répondit ardemment, et quand ils reculèrent, ce fut pour échanger un regard tendre avant de se mettre avec entrain, tous les deux plongés dans un agréable silence qui les emprisonnait dans leur petit monde, à composer en apprentis sorciers leur repas du soir.

Sur le cahier ouvert de Bill qui était posé sur la table, on pouvait lire quelques mots écrits à la hâte.

On pourrait regarder « la Reine des damnés », il me semble que c'est la suite d'Entretien avec un vampire.

Fin.

Donnez une note à ce chapitre : * ** *** **** *****

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.196.135.90) if someone makes a complaint.

Comments :

  • x-transe-en-danse

    22/10/2008

    bonne chute

  • vivre-avec-eux

    20/08/2008

    Ah j'adore le suspens quand David est la
    Tu ecris vraiment bien
    Bisous

  • croate-powaaa

    12/08/2008

    haaaa
    je comprend pas pourquoi je l'avais pas lu avant
    honte a moi
    est est super cette mini fic ^^

    j'suis toute émotionnée=D

  • siseulement-th

    13/06/2008

    encore un os comme je l'es aime tant !!
    Rempli de douceur, de tendresse, d'amour ^^
    c'est trop bien

  • carpe-diem--x

    06/06/2008

    trop bien!!! j'ai encore été coupée dans ma lecture mais après le lemon cette fois! lol! j'ai adoré la fin... belle conclusion!! et David qui voit rien! XD!
    enfin bravo pour ce TS magnifique!!

  • Sosso

    01/05/2008

    "Tom le soupçonnait même d'être en manque de photoshoots. " xD
    même les p'tites phrases comme ça , ça fait trop vrai^^

    +1 avec 24h.

    j'adore j'adore j'adore <33

    a force de manger ils me donnent faim -_- mais moi j'ai personne pour me donner la becquée ^^ils ont de la chance!

    la fin est toute mignonne <33

    *_* Sanggreen t'es la meilleure =)

  • sanggreen

    23/04/2008

    Merci! ^^
    C'est quand on lit ce genre de commentaires que les doutes s'envolent, car ces temps-ci, je doute un peu, lol.
    Donc merci beaucoup! ^^

  • 24H

    23/04/2008

    ENFIN, j'ai réussis à lire jusqu'ici SANS ÊTRE INTERROMPUE, YOUHOU. (Que ce soit par mes chers et tendres Bugs Windows ou autres agréables petites choses dans le même style)

    C'est juste WAOUH, comme toujours :D (Mon vocabulaire aussi est WAOUH, comme toujours.)

    Les relations entre les jumeaux sont tellement vraies !
    Enfin non, je veux dire, c'est réel.

    Enfin ça fait réel.

    ...

    BREF, c'est bien 'mis en scène' quoi. (Comme toujours -Je sais je me répète.)
    Oh, un truc que j'voulais dire dans mon dernier comm' mais qui me revient juste maintenant (Sans commentaires)
    A propos de 'réalité', quand tu écris, tes personnages ont toujours des gestes très humains. Je veux dire...Hm, comment expliquer ça?

    Des gestes banals, de la vie quotidienne, des trucs qu'on fait machinalement, à tel point que tu te rends même pas compte que tu les fais.
    Enfin bref. (Je ne suis pas très claire..)
    Et j'ai trouvé que tu y glissait ce genre de choses facilement, et je trouve que ça donne encore plus de réalité à ce que tu fais !

    J'vais t'souler à force de parler de 'réalité' etc etc, :D
    Mais c'est vraiment le premier truc qui me frappe quand je lis tes OS/Fics (Ca et aussi le fait que ce soit bien écrit, of course)

    Enfin voilà, encore une fois, j'ai adoré (L)

    Voilà, Voilà, je reviendrais bientôt si WINDOWS NE S'Y OPPOSE PAS D:

    Bye ! :D

  • billxtom-Stille

    20/04/2008

    jadooore la reinnes des damné *-*
    cest mon film préféré avec des vampire xDDD
    en tout cas cétait super !
    je lirais la suite demain ^^
    bisx

  • coOn-fusi0on

    17/04/2008

    bisous. COntinue comme ça.

Report abuse