Prison de silence (1/2)

Prison de silence

(séquelle d'Aphonie mobile)

Chapitre 1 :

Tom salua une dernière fois Andreas et ferma la porte d'entrée derrière lui avant de se rediriger tranquillement vers la chambre de son frère à l'étage, n'oubliant pas de faire un détour dans la cuisine pour récupérer le guacamole qu'il avait préparé juste avant, pendant qu'Andreas et Bill discutaient dans la chambre de ce dernier.

Enfin, « discuter » était un bien grand mot, étant donné que Bill avait l'interdiction formelle de parler jusqu'à son opération. Ses cordes vocales risquaient des lésions irréparables tant que ce maudit kyste serait là. Alors pour l'instant, Bill gribouillait sur un petit carnet que Tom lui avait donné. En effet, les tableaux à la craie ne suffisaient plus, et Tom savait qu'il faudrait bientôt acheter un autre cahier, bien plus gros que celui-ci. Son jumeau était une vraie pipelette, pire qu'une fille.

L'opération s'imposait. Ils l'avaient appris trois jours auparavant. Cependant, elle ne pourrait avoir lieu que dans deux jours. En effet, Bill avait pris de l'aspirine qui était contre-indiquée pour l'anesthésie, repoussant de ce fait mécaniquement l'intervention. En attendant, Bill se retrouvait donc dans leur maison familiale, avec Tom pour compagnie la plupart du temps, leurs parents travaillant et leurs amis ne passant qu'occasionnellement. Après l'opération, son petit frère et lui iraient certainement dans leur appartement à Hamburg, mais pour l'instant, leur mère inquiète voulait avoir Bill à l'½il pour l'obliger à se reposer.

Ce qui signifiait qu'ils étaient très officiellement tenus de ne rien faire, ce qui n'était pas pour déplaire à Tom. Mais paradoxalement, il lui tardait de reprendre la route et les concerts. Il n'était plus habitué à se retrouver ainsi désoeuvré, et coincé chez leurs parents.

Et il n'était pas le seul. Quand il ne stressait pas pour l'opération, Bill s'ennuyait déjà à mourir et était frustré au plus haut point de ne pouvoir ni parler, ni chanter, ni même rire. Ce dernier point était peut-être le plus difficile à respecter, car il suffisait généralement que Bill et lui se regardent pour que leurs conversations muettes les fassent rire. Le blond sourit légèrement.

Il gravit les dernières marches de l'escalier, puis il tourna à gauche, marchant jusqu'à arriver à la chambre de Bill où la porte était encore grande ouverte.

Allongé sur le lit, Bill ne leva même pas les yeux, ceux-ci restant fixés sur le petit écran où des images aux tons de gris et de bleu défilaient. Il était habillé d'un survêtement rouge et noir et tenait dans ses mains un immense bol de chips qu'il engouffrait machinalement dans sa bouche à intervalles réguliers.

Tom s'assit à côté de lui, s'adossant au mur, et l'intérêt de Bill fut immédiatement capté par le guacamole nouvellement arrivé et accessoirement par la personne qui le portait. Il se pencha vers lui, posant sa tête sur son épaule, et léchant le coin de ses lèvres, il plongea un chips dans le mélange et c'est avec délice qu'il l'avala, soupirant silencieusement de plaisir.

Tom s'étonna, haussant un sourcil quand il vit la série enregistrée que Bill venait de mettre. Il mâchonna quelques chips.

- Quoi ? Andreas t'a passé des DVDs de Prison Break ?

Il sentit plus qu'il ne vit Bill hausser les épaules avant que le brun n'agrippe le petit carnet que Tom lui avait donné pour écrire. Il griffonna quelques mots et leva le bras pour que Tom puisse lire. Tom détourna les yeux de l'écran.

C'est pas mal.

Tom secoua la tête et sourit un peu, narquois.

- Ok c'est pas mal, mais c'est une série pour gays.

En effet, Tom avait récemment lu que cette série était très prisée par les homosexuels et les jeunes femmes qui fantasmaient sur autant de beaux mâles enfermés dans des espaces si exigus. La prison était un lieu commun en matière d'homosexualité, c'était bien connu. De plus, des rumeurs selon lesquelles l'acteur principal serait homosexuel étaient légions.

Mais ce succès auprès de la gent féminine avait beaucoup surpris les statisticiens qui relevaient l'audimat auprès de la si célèbre ménagère de moins de 50 ans. Tom soupira. Après tout ce qu'il avait pu entendre et lire sur son frère et lui auprès de leurs fans, cela ne l'étonnait guère.

Perdu dans ses réflexions, le blond n'avait pas remarqué que Bill écrivait à nouveau, et il sursauta presque quand le carnet fut vigoureusement brandi sous son nez, le faisant un peu loucher.

Je te rappelle qu'Andreas est bi, au cas où tu l'aurais oublié.

Tom fronça un peu les sourcils, ses yeux se reposant sur l'écran.

- Je sais, je suis juste surpris qu'il ait pensé à t'amener cette série en particulier. C'est pas comme si tu fantasmais sur un de ces types...

A ces mots, les joues de Bill piquèrent immédiatement un fard et il bougea nerveusement, attirant le regard de Tom sur lui. Le blond se figea et le fixa, cachant un soupçon de surprise et un je-ne-sais-quoi de jalousie.

- Quoi ? Ne me dis pas que...

Soudainement gêné, Bill rougit un peu plus et il se redressa pour donner un petit coup de poing sur le bras de Tom, provoquant un cri de douleur chez celui-ci. Tom prit une voix aiguë, frottant vigoureusement l'endroit meurtri.

- Aïe ! Mais qu'est-ce qui te prend ?

Bill croisa les bras, boudant et le fusillant du regard. Tom fronça les sourcils et il ajouta avec précaution.

- Tu sais bien que je plaisantais. Je sais que tu n'es pas gay.

Bill ne parut pas vraiment convaincu par ses mots, mais il fit comme si de rien n'était.

L'ignorant royalement à présent, il avait déjà reposé sa tête contre son épaule et avait reporté son intérêt sur les chips au Paprika et le délicieux guacamole. Tom se retint de grogner en voyant le mélange vert disparaître comme fumée au vent et il soupira, résigné face à la tornade que représentait l'estomac sur pattes qui lui servait de frère.

Il l'observa son jumeau en coin, redevenant sérieux. Leurs conversations anodines et taquines ne semblaient être qu'une façade, aujourd'hui plus que d'habitude. Bill semblait de plus en plus stressé au fur et à mesure que l'opération approchait.

Oubliant un temps leur conversation étrange et ses pensées, Tom se remit à regarder la télévision avec lui, s'attaquant également machinalement aux chips. Un moment passa, leur attention fixée sur l'action de la série, puis continuant leur conversation précédente, Bill agrippa son carnet, traçant rapidement une phrase avant de la lui montrer.

Andreas a un faible pour Wentworth Miller.

Tom haussa les sourcils.

- Et il te fait partager ses penchants ?

Bill leva les yeux au ciel et il baissa les yeux pour écrire, la pointe fine de son stylo filant à vive allure, sourire aux lèvres.

Non, mais tu admettras que Wentworth Miller a de beaux yeux.

Tom lut rapidement son mot avec grand étonnement face à cette remarque, se demandant si Bill le pensait vraiment, et tous deux reposèrent pendant quelques secondes leurs yeux sur la télévision. Il s'agissait d'un des tout premiers épisodes. Le personnage de Michael passa à l'écran, ses iris d'un bleu éclatant semblant crever l'écran.

Son regard était, il fallait l'avouer, plutôt pénétrant. Tom observa encore un peu l'acteur. Il fallait avouer qu'il était vraiment bien fichu... Tom rougit à cette pensée, s'étonnant même de l'avoir eue. Il venait de mater un mec ?

Il se secoua mentalement la tête pour se reprendre. Il était hétéro. Oh bien sûr, il avait de nombreuses fois embrassé son frère et leur relation était un tantinet ambiguë, surtout depuis quelques jours, mais avec Bill, c'était quelque chose de particulier et cela n'avait strictement rien à voir avec une véritable attirance pour les garçons et la réciproque était vrai...

Il regarda à nouveau son frère pour s'en convaincre et ses pensées s'interrompirent. Il le retrouva, un grand sourire aux lèvres et battant pratiquement des cils, agissant comme s'il était fasciné par l'image de Michael Scofield, sachant très bien que Tom le regardait. Piqué, Tom le poussa joueusement, le déséquilibrant un peu. Il grogna, un petit sourire également sur ses lèvres.

- Eh oh ! Je t'interdis de virer gay ! Arrête de mater ce type. C'est indécent.

Il vit Bill détourner le regard, le jeune homme luttant pour éviter de rire et d'ainsi faire vibrer ses cordes vocales. Tom le laissa faire, le lâchant. Il ne tenait pas à ce que Bill parle à cause de lui. Il l'observa se calmer, et quelques secondes plus tard, Bill tournait des yeux rieurs vers lui. Il n'eut même pas à écrire le mot auquel il pensait, car Tom le devina tout de suite quand Bill eut un sourire amusé et narquois.

Jaloux ?

Tom rougit. Il détourna la tête, croisant les bras.

- N'importe quoi.

Quelques secondes passèrent dans un silence presque parfait. Tom pouvait seulement entendre un bruit de papier gratté. Peu après, il sentit une main se refermer doucement autour de son bras, tandis qu'une autre lui tendait une nouvelle fois quelques mots à lire.

Tes yeux sont plus beaux que les siens.

Il leva lesdits yeux et son regard rencontra celui intense de son frère, et Tom sentit la chaleur envahir son corps et son c½ur s'accélérer. Il rosit un peu plus, détournant à nouveau nerveusement la tête pour tenter de cacher son embarras.

- On a exactement les mêmes yeux, toi et moi.

Il sentit Bill sourire encore, étouffant un petit rire naissant en un souffle et quand il le regarda, celui-ci tenait le petit carnet devant sa bouche. Il battait des cils, l'air faussement innocent.

Précisément. J'ai de beaux yeux.

Cette fois, Tom humpffa devant son amusement, et il donna un coup de coussin sur le côté à son petit frère, se sentant légèrement vexé. Croisant les bras, il regarda à nouveau la télé jusqu'à ce que Bill lui mette à nouveau son carnet devant lui.

Tes yeux sont doux. J'aime la manière dont ils me regardent.

Les yeux de Tom flashèrent vivement vers Bill alors que celui-ci baissait son bras, mais le brun ne le regardait plus, observant attentivement l'épisode qui continuait à progresser à un rythme soutenu, et Tom fit de même, son apparence calme. A l'intérieur de lui cependant, il était extrêmement troublé.

Depuis qu'ils s'étaient embrassés à la clinique, quelque chose avait changé.

Il ne savait pas en quoi, pourquoi, mais la tension entre eux était différente. L'envie de tendresse, de proximité et de contact entre Bill et lui était devenue plus présente... et pourtant, Tom osait de moins en moins toucher son frère, comme s'il avait peur d'aller trop loin. Il ne savait que trop bien qu'agir ainsi envers son jumeau n'était pas normal.

Ils avaient besoin de se rassurer mutuellement, mais Tom n'arrivait pas à déterminer où se trouvaient les nouvelles limites qui venaient d'apparaître, et si elles étaient acceptables...

A l'écran, on voyait à présent le dos dénudé de Michael arborer le plan codé de la prison, le révélant à son frère. Tom souffla, oubliant un instant ses pensées.

- Faut-il être barge quand même, pour se faire tatouer ainsi.

Bill sursauta, le regardant brièvement avant d'écrire rapidement. Fronçant les sourcils, il le fixa ensuite avec une petite moue et lui montra son carnet, l'air adorablement sérieux.

Je le ferais pour toi, moi.

Tom eut un petit rire, leurs yeux se rencontrant. Son ton se fit amusé.

- Je sais que tu le ferais. Moi, non. Hors de question. Tu sais que je ne suis pas vraiment un adepte des tatouages.

A ces mots, la moue de Bill s'accentua. Il griffonna encore et lui montra ce qu'il venait d'écrire, semblant déçu.

Tu me laisserais croupir dans une prison, tout seul ?

Pendant un quart de seconde, Tom eut des pensées complètement inappropriées et farfelues en imaginant son frère et lui enfermés dans une cellule, trouvant cette perspective étrangement attrayante, et il se retint de rougir. A la place, Tom leva les yeux au ciel, son rire s'accentuant. Il le taquina.

- Bill, tu n'iras pas en prison. Malheureusement, chanter faux n'est pas un crime en Allemagne.

Ecarquillant les yeux, Bill ouvrit la bouche, visiblement scandalisé par tant d'outrageantes vilenies fraternelles, et la referma en fronçant les sourcils et se pinçant les lèvres pour asséner quelques coups de coussins sur son odieux frère, ce dernier se protégeant derrière ses bras. Quand il arrêta, il alla se rasseoir plus loin, ramenant ses genoux sous son menton, et il détourna la tête, boudant. Gloussant toujours, Tom se redressa et s'approcha de lui.

- Tu boudes ?

Bill resta immobile. Tom hésita pendant quelques secondes. Puis se décidant, il tenta d'entourer la taille du brun de ses bras, mais Bill se tortilla pour se dégager, évitant soigneusement de tourner la tête vers lui. Tom insista, et bien que Bill boudât encore, il le laissa enfin le prendre dans ses bras, Tom l'attirant contre lui.

Se collant au brun, Tom posa la tête sur son épaule et continua de regarder la télé, observant pensivement les personnages. Un moment passa en silence, Bill faisant semblant d'ignorer son frère sans réellement le faire, attendant fermement de plates excuses, quand Tom murmura.

- C'est vraiment indécent.

Intrigué malgré lui, Bill tourna imperceptiblement la tête, posant une question muette. Tom leva légèrement le menton pour faire un signe vers la télé avant de le reposer sur l'épaule de son frère. Il parla doucement.

- La manière dont ils se regardent. Ce sont deux frères. On ne regarde pas son frère avec ces yeux-là.

Tom n'avait aucun doute sur le fait que Bill savait qu'il ne parlait pas vraiment des deux acteurs, mais d'eux-mêmes, et il était sûr que son frère avait en ce moment précis la même petite boule au ventre que lui.

Il vit Bill tendre la main vers son carnet, sentit son bras et bouger alors qu'il écrivait, et quelques secondes plus tard, son frère levait avec hésitation le carnet au niveau de son épaule, ne tournant toujours pas la tête vers lui.

Je ne trouve pas ça indécent.

Tom lut et relut les mots plusieurs fois. La chaleur grandit en lui et son c½ur s'accéléra, et il se demanda si Bill qui était tout contre lui pouvait le sentir. Hésitant, il posa ses lèvres sur la nuque de Bill, les laissant s'attarder sur la douce peau, l'effleurant simplement pendant quelques secondes. Il murmura d'une voix rauque, ses mains caressant son ventre.

- Et comment tu qualifierais ça?

Il donna un petit coup de langue, lent et mouillé, avant d'embrasser sonorement sa peau. Bill frissonna, mais il ne bougea pas, fermant même les yeux et se relaxant dans ses bras. Tom s'enhardit, continuant ses baisers en léchant et suçotant la peau sucrée qui se présentait à lui. Il sentit Bill frémir un peu plus violemment, mais ce dernier le laissa faire, penchant même la tête sur le côté pour lui donner un meilleur accès, et Tom n'en mordilla que plus tendrement la délicieuse nuque qui se présentait à lui, venant titiller la peau sensible derrière ses oreilles, jusqu'à ce qu'un bruit un peu plus fort provenant de la télé ne se fasse entendre, les ramenant à la réalité en un sursaut.

Tom rouvrit soudainement les yeux et recula. Rougissant en se rendant compte de ce qu'il venait de faire, et de dire, il se redressa, lâchant son frère. Il se leva promptement du lit, silencieux. Finalement, il bégaya, trouvant ses mots stupides après ce qu'il venait de faire à son frère.

- Je... je vais aller faire des pâtes.

Il devina plus qu'il ne vit Bill hocher la tête, sachant très bien que tous deux étaient aussi rouges que des coquelicots.

Tom allait franchir rapidement la porte quand il vit Bill faire un geste pour attirer son attention. Essayant de se calmer, Tom s'arrêta net et observa pendant quelques secondes le regard insistant de son frère qui cherchait à l'amadouer d'une petite moue, sa lèvre inférieure ressortant légèrement. Ses joues étaient encore rouges et il avait l'air adorable. Tom n'eut aucun mal à décrypter sa demande silencieuse. Il sourit de nouveau, amusé.

- A la sauce bolognaise bien sûr, et oui, je ramène d'autres chips, espèce de goinfre.

Sur ces mots il disparut de sa vue, et le visage de Bill s'illumina alors que le chanteur sautillait joyeusement sur le lit en pensant à toute la junk food qu'il engouffrerait bientôt.

Néanmoins, son sourire s'effaça rapidement, tandis qu'il repensa aux dernières minutes qui venaient de s'écouler.

Si indécentes mais tellement nécessaires.

***

Quelques minutes plus tard, Tom avait les yeux rivés sur la casserole pleine d'eau bouillonnante où étaient plongées les pâtes, ses poings posés sur sa taille. Pourtant, il était à mille lieux de là, perdu dans ses pensées.

Dans deux jours, Bill serait opéré.

Ils étaient là à plaisanter, à flirter, et pourtant une ombre planait, incarnée par le silence étrange qui régnait autour de Bill. C'était si inhabituel. Bien sûr, il cherchait à compenser, et il s'était plu à raconter des conneries et anecdotes à ce sujet dans diverses interviews. Néanmoins, quand il était seul avec Bill, leurs angoisses communes revenaient, seulement contrebalancées par leur étrange jeu. Tom soupira nerveusement.

Et si l'anesthésie se passait mal ? Et si l'intervention était un fiasco ? Et si la voix de Bill était altérée ? Est-ce que tout irait bien pour son petit frère ? Que feraient-ils si Bill ne pouvait plus chanter ?

Une onde de stress l'envahit et il frémit, soufflant nerveusement pour essayer de chasser ses angoisses.

Il sursauta presque quand deux bras s'immiscèrent autour de sa taille, l'enserrant.

Ayant quitté sa chambre pour le rejoindre, Bill venait de poser sa tête sur son épaule et Tom l'entendit inspirer profondément l'odeur de se cheveux, la gardant en lui plusieurs secondes avant de relâcher doucement sa respiration et de poser sa tête contre celle de Tom. Ses mains caressaient doucement le ventre du blond.

Tom rouvrit ses yeux qu'il avait inconsciemment refermés. Il s'était complètement laissé aller contre son jumeau. Il posa une main sur celles de son frère pour arrêter leurs légers mouvements circulaires. Il parla doucement.

- T'es vraiment pas sérieux. Tu devrais retourner te reposer. J'arrive dans deux minutes.

Bill haussa les épaules, s'agrippant toujours plus à lui. Tom insista, tournant la tête vers lui en soupirant.

- Bill, je t'ai dit de...

Leurs yeux se rencontrèrent et Tom se figea, se maudissant pour être tombé dans ce piège si évident qu'étaient les pupilles de son frère. Si Bill aimait la façon dont son frère le regardait, c'était réciproque. Il baissa les yeux pour rompre le charme, mais ce fut une mauvaise idée, car son regard tomba sur ses lèvres charnues.

Hypnotisées par elles, il lui sembla les voir se rapprocher, le jeune homme remarquant à peine que Bill s'était glissé avec une inhabituelle hardiesse contre lui pour être face à face, ses bras toujours autour de sa taille et ses yeux fixant ceux baissés de Tom. Ce dernier répéta tout bas, frissonnant presque. Son regard se fit fuyant, revenant sur les pâtes qui baignaient encore dans leur bain écumant d'eau salée.

- Bill...

Le brun se pencha et son nez vint frôler la joue du blond alors que ses lèvres se posaient sur les siennes en un baiser lent et doux. Tom sentit un goût salé de Paprika piquant l'effleurer et il lécha sans réfléchir du bout de langue les lèvres qui se retiraient déjà. Bill sourit à sa réaction, ses yeux mi-clos.

Tom effaça son air amusé en prenant l'initiative, l'embrassant à pleine bouche. Il engagea un baiser moins timide, l'approfondissant en penchant un peu plus la tête pour une meilleure aisance. Il glissa ses mains dans le creux de son dos et grogna presque quand Bill se redressa légèrement. Il profitait de sa taille pour essayer de reprendre la direction du baiser, mais Tom ne se laissait pas faire.

Tom se retint de gémir alors que le baiser s'enflammait, leurs lèvres se capturant avec toujours plus d'impatience et d'envie. Il ne pouvait pas gémir, car Bill ne le pouvait pas non plus, à cause de ses cordes vocales. Il savait que Bill y faisait très attention et y pensait à chaque seconde de la journée, y compris en ce moment même. Ca serait certainement pire après l'opération.

Chassant ses mornes pensées, Tom concentra son attention sur la langue percée de Bill qui jouait avec la sienne tandis que ses oreilles distinguaient les tendres bruits de leurs baisers qui se mêlaient aux glougloutements de l'eau dans la casserole à côté d'eux.

La porte claqua tout d'un coup, les faisant sursauter, et ils se séparèrent, reculant brusquement. S'évitant du regard, Tom retourna à sa casserole, enlevant les pâtes qui avaient sérieusement gonflé du feu tandis que Bill s'était appuyé dos contre l'évier juste à côté de lui. Ils essayaient de rester calmes et d'apaiser la chaleur dans leurs joues.

Quelqu'un passa la porte de la cuisine et ils levèrent des yeux hésitants vers l'autre avant de se tourner vers l'entrant. C'était leur mère, et celle-ci fronça immédiatement les sourcils en voyant Bill.

- Bill, tu ne devrais pas être au lit ?

Bill eut une petite moue à cet accueil, et Tom ricana, égouttant les pâtes avant d'y rajouter la sauce réchauffée dans une poêle.

- C'est ce que je lui ai dit mais Bill n'en fait qu'à sa tête, ou plutôt il n'en fait qu'à son estomac.

Vexé, Bill lui donna un petit coup de pied dans le mollet et Tom gloussa. Simone soupira. Elle s'approcha et embrassa sonorement ses garçons d'un baiser sur la joue chacun, puis elle sortit de la pièce, décrétant qu'elle allait se changer.

Les jumeaux la regardèrent partir puis ils soufflèrent ensemble de soulagement. Ils s'étaient tous les deux tendus à son approche, réalisant qu'ils auraient pu être pris s'ils ne l'avaient pas entendue rentrer. Tom parla nerveusement, sa voix grave.

- On a eu chaud.

Ils rougirent tous deux, et Tom hésita avant de rajouter, encore plus bas.

- Après ton opération, on sera seuls dans notre appartement. On ne risquera plus de... se faire prendre...

En effet, Gustav et Georg étant retournés temporairement dans leurs familles, les jumeaux se retrouveraient seuls dans leur appartement. Tom déglutit à ce qu'il venait d'insinuer. Il voulait recommencer. Il voulait qu'ils s'embrassent, et il était conscient que ces baisers étaient de moins en moins innocents. Et il savait que Bill voulait la même chose.

Bill et lui devenaient dangereusement proches.

Quand Tom tourna la tête vers son jumeau, celui-ci le fixait intensément, semblant lui poser une question muette tout en triturant nerveusement la fermeture de son survêtement. Il n'avait pas son cahier avec lui, mais Tom avait très bien compris.

Qu'est-ce qui nous arrive ?

Tom parcourut ses traits pendant un moment avec douceur, puis il secoua légèrement la tête.

- Je ne sais pas, Bill. Je ne sais pas.

Prenant la casserole remplie de pâtes à la bolognaise, Tom alla la poser sur la table et vint prendre dans le placard des couverts, pour Bill, lui et leur mère qui ne tarderait certainement pas à redescendre de sa chambre. Bill le regarda faire, observant pensivement et en détail son frère, et quand ce dernier alla s'asseoir, le brun se rapprocha pour venir s'installer à côté de lui.

Il inspira une bouffée d'air quand des mains vinrent l'encercler par surprise, le faisant tomber en arrière. Il s'agrippa à la première chose qui lui tomba sous la main, et ce fut le cou de Tom que son bras était venu encercler.

Bill cligna des yeux quand une main vint agripper ses cuisses tandis qu'un bras s'était insinué autour de sa taille. Tom l'avait fait tomber sur ses genoux, et le tenait tout contre lui, remuant habilement ses jambes pour l'attirer plus près.

Bill le regarda avec une surprise qui se changea en crainte à la pensée qu'on les voit ainsi enlacés. C'était absurde, car il n'y avait que leur mère dans la maison, et s'il y avait bien une personne au monde qui était habituée à les voir extrêmement proches, c'était elle. Pourtant, par réflexe, Bill jeta un coup d'½il circulaire autour d'eux, et Tom le remarqua. Il caressa sa cuisse de son pouce et murmura, riant doucement.

- Relax. On ne fait rien de mal. D'habitude c'est toi qui me mets dans l'embarras le plus total en me sautant dessus et en public, tu en es conscient au moins?

Ils se sourirent, leurs yeux se faisant miroir, et l'expression de Bill s'adoucit. Il secoua la tête pour contester, faussement innocent. Tom gloussa.

- Bâtard.

Le sourire de Bill s'accentua, et le chanteur finit par se reposer contre lui, nichant son visage contre son cou. Il ferma les yeux. Tom se mit à caresser son dos, enlaçant le corps frêle et respirant son odeur, savourant le bonheur qu'ils avaient d'être ensemble, et Bill souffla, comprenant et s'imprégnant des émotions silencieuses de son jumeau.

Oubliant qu'il allait être opéré dans deux jours, oubliant qu'il ne pourrait pas encore parler pendant au moins douze jours et oubliant qu'une longue rééducation l'attendait, Bill se laissa aller, s'abandonnant dans les bras de la seule personne qui pourrait chasser ses angoisses et le libérer de cette prison de silence où il se trouvait.

Ils ne faisaient rien de mal, pas vrai ?

À suivre...

Donnez une note à ce chapitre : * ** *** **** *****

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.105.205) if someone makes a complaint.

Comments :

  • carpe-diem--x

    06/06/2008

    merci! merci! meric!!! tu peux pas savoir comment ça me fait du bien delire un truc comme ça en ce moment!!! tu saves limite ma soirée là!! bon ben je continue hein!

  • Lillou483

    13/04/2008

    Sanggreen où l'art de répondre extra super vite, lol!
    Ran ce soir si tu peux ça serais extra méga bien, surtout si tu n'as plus accés au net d'ici pas mal de temps! >.<
    Mais j'ai encore de la marge avec les autres OS que je n'ai pas encore lu! ^^
    Mode HaPpY d'avance parce que je sais que j'ai du Sanggreen en stock, mdr!
    BiouXxx!
    ;)

  • Lillou483

    13/04/2008

    Pétard je l'ai lu sur le fo" et là je l'ai relu! Mais c'est trop bon! Il me faut la suite! lol!
    Je vois d'ici le lemon... j'espère qu'il va y en avoir un made in Sanggreen tout en douceur et tendresse ! ^^
    Ran je bave déjà! (ouais je bave moua, lol)
    Bioux!
    ;)

  • magaliii

    13/04/2008

    coucou!!!tu vas beinto metre la suite??pas ke je soi impatiente(en fait si....^^) mais je tiens plus là je veux la suite *snif*
    bisoux je repasse plus tard en espérant ke la suite soit là =P <3

  • plaisir-lire

    13/04/2008

    Oh yes !!
    Je suis sur que tu vas faire un truc géniale comme d'habitude !!
    Ce n'est pas grave, l'important c'est que ça ressemble un peu prés a ce que j'ai demander !!
    Vraiment, j'ai hate mais vraiment hate hate de le lire !
    Merci !

  • plaisir-lire

    13/04/2008

    Bon, bon, bon ... Je crois que je n'ai pas le droit de te demander ça, mais qui ne tante rien n'a rien !
    Alors, comme tu m'as rendu une yaoiste tu dois subir les conséquences ^^
    Dans ma téte se déroulent pas mal de scénarios, et je veux qu'au moins un d'eux voit le jour, et comme t'es la personne la plus qualifiée pour ça [ ;) ] Je voulais te proposer un concept sur lequel tu peux écrire un os, bien sur si tu le veux bien !
    C'est comme le truc que vous faites dans le forum de Nokia !

    Le thème :
    Les jumeaux Kaulitz ont eu plusieurs interview sur leur lien de jumeau t'as surement du lire au moins un ! Alors, la scéne se déroule dans la salle d'interview avec la journaliste, tu dois choisir un interview vrai avec les même questions et les même réponses de Bill et Tom en vrai, mais tu dois décrire les sentiments que chaque un ressent face ces déclarations rares et si douce de son frère !
    Tu remarquera surement dans l'interview que tu vas choisir, que les réponses de Tom sont un peu froides que celles de Bill, donc cela va laisser un certain sentiment de déception chez Bill, car il aurait aimé que son frére soit plus intime dans ses réponses, car il avait le besoin de sentir que son frére l'aimer, Oui Bill est bel et bien amoureaux de son frère !
    Et dans cet interview Bill va répondre a une question d'une façon étrange qui va intrigué Tom, donc forcement après l'interview Tom va avoir un peu de doutes ! Et pour tirer ça au clair il va rejoindre le soir son frère comme toujours dans sa chambre pour discuter.
    La discutions va tourné autour de l'interview de ce matin, Bill fait comprendre a Tom qu'il le trouve distant avec lui et qu'il craint qu'il ne l'aime plus, ce qui est totalement faux puisque Tom va rassurer son petit frère en lui disant les plus belles déclarations fraternels ce qui va encourager Bill a avouer ses sentiments a ce dérnier !
    Mais Tom ne partage pas ces sentiments ! Donc d'une façon douce il va proposé a son frère un peu de distance entre eux espérant que ces sentiments vont disparaitre du coeur du brin ! Mais cette distance va les faire souffrir tout les deux, mais surtout va faire comprendre a Tom que lui aussi finalement n'éprouve pas que des sentiments fraternels !

    ça te tante ? Si ce n'est pas le cas je comprendrais ^^



  • coOn-fusi0on

    12/04/2008

    Coucou ! Alors crois moi ou pas j'ai lu toutes tes OS et tes "fics". Et je les trouves vraiment géniales !
    Je les adores !( Nan tkt je ne suis pas une groupie ! lol)
    J'espère que tu mettras bientôt le deuxième chapitre parce que j'ai vraiment beaucoup aimé !
    Enfin bref jtembête pas plus longtemps !
    Continue comme ça c'est super génial.

    PS: J'ai commencé une fic normale et jme demandais, puisque t'écris super bien, si tu pouvais y jetter un oeil !
    Merci si jamais tu le fais !
    A plus tard !

  • bountyaoi

    11/04/2008

    Ahragnagnagaaaaaaaah *wwwwww* c'est trop.. trop ah, trouve pas mes mots ><". Je suis fatiguée mais je suis en vacances, je suis un peu déprimée aussi (on s'en fou XD) mais la ca va mieux ... merci merci merci.

  • lavoyageuse92

    11/04/2008

    *trépigne * nyaaaaaaaaaaaaaa j'adore et j'adoreeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee

    La relation entre les deux frères est trop chouuuuuuu *-* en plus je suis presque sûre qu'ils ont du faire des choses attends tous les deux seuls ou presque pratiquement c'est une occasion en or. En tout cas Tom est ma^tre dans les interview pour ne pas montrer ses véritables émotions

    La suiteeeeeeeeeeeeeeee *-*

    Bisous

  • magaliii

    11/04/2008

    oh en fait pas la peine de rpdr a ma question sur le nombre de chapitre ke va compter cette tite fic psk jvien ke c dit ds le titre - -'

Report abuse