Cascade en chaîne (chapitre 1/2)

Cette fic a été écrite dans le cadre d'un échange de fics. Le principe était que chacun devait écrire une fic sur la proposition de quelqu'un (sans que l'un et l'autre sache qui était qui grâce à un intermédiaire, ici Stern ^^).

La proposition de oh-its-real que j'ai reçue était la suivante : Les TH sont en excursion pour une randonnée à... Madagascar ^^ Il fait beau, le soleil brille, les papillons volent, les oiseaux chantent, enfin tous ce qui va avec. Et puis là, Gustav marche sur des orties, et Georg lui suce l'orteil ^^ (gore --') en le provocant, et ça part en vrille... Pendant ce temps les jumeaux sont en exploration d'une grotte, et quand Bill voit une cascade à l'intérieur et trouve ça hyper romantique, Tom en profite ^^ Les jumeaux sortent déjà ensemble, mais les GG's avant ça non >< Et dans le lemon des twins, Bill en seme ^^ et pour les GG's comme vous voulez!

Et voilà donc la fic. ^^

Bonne lecture!


***

Cascade en chaîne

Chapitre 1

Eté 2010, sur l'île de Madagascar...

Bill posa une main sur sa hanche, tandis que l'autre se positionna à l'horizontale sur son front, protégeant ses yeux du soleil brûlant. Il se déhancha un peu, tentant d'alléger le poids du sac de randonnée qu'il portait sur son dos. Devant lui, au-delà d'une immense porte en bois, une vaste étendue de verdure se présentait à ses yeux. Une forêt luxuriante à perte de vue se dessinait non loin de là. Il sourit et baissa sa main avant de se retourner, sautillant presque sur place.

Derrière lui, toute l'équipe de son groupe, Saki et David les premiers, était là à s'affairer, examinant si tous leurs sacs étaient prêts, pleins de nourriture et d'équipement nécessaires pour un week-end entier de randonnée. Ils portaient tous sans exception T-shirt et short d'une manière décontractée, et tous parlaient avec bonne humeur et légèreté, des rires se faisant entendre ci et là. Pas moins de 30 personnes avaient répondu présentes pour cette petite excursion qui leur avait été généreusement offerte.

En effet, quelques jours auparavant, les Tokio Hotel, dont la renommée s'était répandue à travers le monde entier, avaient donné un concert dans la capitale de l'île, et le maire de celle-ci, très enthousiasmé d'avoir pu accueillir les jeunes célébrités, leur avaient proposé une petite randonnée dans un magnifique parc naturel du coin.

Pour eux qui n'avaient pas eu de vacances depuis plusieurs mois, en tournée dans le monde entier pour promouvoir leur 3ième album, ce cadeau sous le soleil avait été accueilli avec joie, surtout par leur staff qui était également convié à participer. Bref, tout le monde était heureux de ce répit inattendu, ces deux petits jours grappillés sur un planning ô combien chargé, entre aéroports, plateaux de télévision, répétitions et concerts.

Prêt à partir depuis belle lurette, Bill se dandina sur place, regardant les autres terminer leur sac. Après avoir observé un moment Gustav et Georg qui vérifiaient ensemble leur équipement, comparant ce qu'ils avaient amené, les yeux de Bill tombèrent sur la seule personne qui puisse être bougonne en ce jour ensoleillé. Tom était accroupi sur le sol, l'air renfrogné alors qu'il fourrait T-shirts et bouteilles d'eau dans son sac.

Bill eut un petit sourire. Il s'approcha silencieusement derrière Tom en sautillant et finit par se jeter sur lui, l'écrasant presque. Tom laissa échapper un cri surpris et plaintif, ployant sous le poids. Il se débattit mais Bill l'enserrait, ses bras refermés autour de son cou et un sourire placardé sur ses lèvres alors qu'un petit rire sortait de sa gorge, satisfait de son méfait.

Autour d'eux, leurs amis les regardèrent en riant avant de retourner à leurs discussions, habitués au cirque des jumeaux en toute occasion. Abandonnant la lutte, Tom grommela, passablement énervé.

- Argh ! Bill, dégage ! Tu pèses un âne mort !

Bill se dégagea un peu, mais garda ses bras autour de ses épaules. Ils étaient assis par terre, sur l'herbe humide de rosée. Bill posa son menton sur l'épaule de Tom.

- Tu es grognon ?

Tom soupira. Il jeta un coup d'½il autour. Plus personne ne faisait attention à eux, à part Georg et Gustav qui semblaient les observer du coin de l'½il à quelques mètres de là. Tom fronça les sourcils et secoua la tête.

- Comment est-ce que je pourrais ne pas l'être ? On va marcher pendant des heures, passer une nuit sous une tente, et se retaper plusieurs heures de marche pour finir. Tout ça en compagnie des moustiques et autres charmantes bestioles associées.

Bill sourit en coin et souffla contre son cou.

- Précisément tout ce dont je rêve.

Tom tourna légèrement la tête vers lui. Bill semblait étrangement de bonne humeur, malgré la situation.

- Tu détestes le camping.

Bill se contenta d'hocher la tête en fredonnant. Tom haussa un peu plus les sourcils.

- Et tu détestes les insectes.

Bill fit une grimace mais hocha encore la tête, presque comiquement cette fois-ci. Tom laissa échapper un petit rire pour la première fois de la journée alors que Bill et lui se fixaient en souriant. Tom secoua la tête, résigné.

- Tu as beau être mon frère jumeau, des fois, je ne te comprends vraiment pas.

Bill se contenta de rire pour toute réponse. Sans un autre mot, ils se relevèrent tous les deux et terminèrent ensemble l'inspection du sac de Tom. Le guitariste regarda encore autour d'eux et murmura à son jumeau, sans le regarder.

- Tu es barge d'avoir accepté ce 'cadeau'. On pourrait être dans nos lits en ce moment même, en train de dormir.

Ce que Tom avait voulu dire était plutôt 'on aurait pu être dans notre lit, en train de se câliner', mais il ne pouvait pas dire ça à voix haute, de risque que quelqu'un n'entende. Néanmoins, il savait que Bill avait pu décoder sans peine sa phrase au petit sourire que le brun lui lança.

Il entendit Bill soupirer et le vit jeter un coup d'½il inquiet autour de lui, cherchant à savoir si David était oui ou non à proximité. Ce n'était pas le cas. Bill rebaissa les yeux vers le sac, y farfouillant.

- J'en ai marre d'être d'hôtel en hôtel sans pouvoir en sortir. On n'est pas rentrés une seule fois chez nous depuis trois mois, on n'a pas vu nos parents et nos amis. On n'a pas pris de vacances depuis... je ne me rappelle même pas depuis quand en fait. Bref, ça va nous changer les idées.

Tom plongea sa main dans le sac, et sans que personne ne puisse le voir, il agrippa la main de Bill dans la sienne. Quand Bill releva la tête, ce fut pour voir Tom se pencher vers lui, leurs visages se frôlant. Les lèvres de Tom effleuraient sa mâchoire.

- J'aurais pu te changer les idées autrement, si tu me l'avais demandé.

Les paupières de Bill se fermèrent à moitié à ces mots tendrement prononcés, comprenant le sous-entendu que lui seul pouvait deviner. Ils restèrent immobiles pendant quelques secondes, puis Bill sourit, reculant légèrement. Il murmura.

- On est surveillés de près, surtout à l'hôtel. Rappelle-moi la dernière fois où on a pu dormir ensemble sans que personne ne s'en rende compte ?

Bill leva les sourcils pour accentuer ses dires. Leurs visages étaient proches et Tom avait du mal à ne pas loucher sur ces lèvres charnues qui étaient juste sous ses yeux. A part quelques bisous volés ci et là, ils n'avaient pas pu être véritablement 'seuls' depuis des semaines entières. La frustration à l'état pur. Tom haussa les épaules, soupirant avec un léger énervement.

- Parce que là on ne va pas être surveillés peut-être ?

Ils allaient être avec toute leur équipe pendant près de 48h, sans véritable intimité, même si Tom avait bien l'intention de se rattraper sous la tente que Bill et lui partageraient. Bill retira sa main du sac et Tom l'imita avant de le refermer. Bill lui fit un clin d'½il.

- Si, bien sûr, par les moustiques.

Tom soupira, le regardant d'un air désespéré. Bill se pencha alors vers lui et passant un bras autour de son cou pour l'attirer contre lui, il murmura à son oreille, ses lèvres caressant ses méandres.

- J'ai un plan.

Tom frissonna et regarda son frère s'éloigner après lui avoir lancé un second clin d'½il. Qu'est-ce que Bill avait voulu dire par là ?

Tom tourna la tête pour voir Gustav et Georg se détourner brusquement. Ils les avaient certainement observés. Peut-être qu'ils se doutaient de quelque chose. Non. Personne ne savait. Ils étaient bien trop prudents pour que quelqu'un ait pu s'en apercevoir. Ce n'était pas quelques câlins fraternels devant des gens qu'ils connaissaient bien qu'on aurait pu se douter que Bill et lui avaient commencé une étrange relation depuis plus d'un an. Tom se perdit dans ses pensées. Un an. Plus d'un an que cette douce folie durait.

Revenant à la réalité, Tom soupira une nouvelle fois voyant que tout le monde se mettait en marche d'un pas alerte, Bill en tête, parlant de façon animée avec leur guide. Bizarrement, Bill semblait vraiment vouloir faire cette randonnée.

Tom leva les yeux au ciel, qui était d'un bleu aveuglant.

Marcher pendant des heures en compagnie des moustiques. Qui pouvait bien aimer ça ?

Tom grogna. Ce week-end s'annonçait long, très long.

***

Georg tourna la tête en arrière, intrigué par le manège de son ami.

Cela faisait plus de 5 heures qu'ils étaient partis, et un peu plus d'une heure depuis qu'ils avaient pris un déjeuner frugal, avant de reprendre leur marche à travers le chemin sinueux de la forêt.

Le petit groupe avançait à bon rythme, écoutant ce que leur guide, qui baragouinait dans un allemand approximatif, leur disait. Celui-ci leur expliquait avec entrain les espèces d'arbres et de plantes qu'ils rencontraient au fur et à mesure.

Tous tenaient le rythme de la randonnée, et Bill était étonnamment motivé, marchant au tout devant du groupe avec David, Saki et leur guide, écoutant avec attention ce que ce dernier disait et posant des questions.

Cela avait fortement étonné Georg, qui savait à quel point le jeune chanteur fuyait le moindre effort physique, préférant paresser sur tout ce qui pouvait ressembler de près ou de loin à un fauteuil ou un lit bien moelleux.

Au contraire, Tom n'avait pas arrêté de traîner, semblant presque bouder, à tel point qu'à présent, Bill s'était éclipsé de la tête du groupe, prétextant vouloir aller voir son frère en queue de peloton.

Néanmoins, Georg n'avait pu s'empêcher de regarder Bill avec suspicion quand ce dernier avait sorti pour la énième fois son plan de sa poche, l'étudiant avec grand intérêt.

A présent, il pouvait voir Bill s'agripper au bras de Tom, encerclant son poignet d'une façon étrangement affectueuse alors qu'il semblait lui expliquer quelque chose, murmurant à son oreille alors qu'ils continuaient à marcher côte à côte, restant les tout derniers du groupe, se mettant de plus en plus à l'écart. Ils semblaient débattre, ou plutôt se chamailler sur quelque chose, Bill tentant visiblement de persuader Tom de faire quelque chose.

Quand Bill montra la carte à Tom, comme si celle-ci représentait un argument de poids, Georg comprit qu'il avait raison. Le bassiste regarda sa propre carte.

Le matin même, le guide leur avait expliqué que vers la fin du parcours, exactement deux heures avant d'arriver au campement de nuit, le parcours principal se scindait en trois chemins distincts qui longeaient trois petites rivières remontant en un seul point qu'ils atteindraient en fin de la journée.

Or, Bill s'était montré particulièrement attentif à l'explication du parcours, ce qui était étrange. On aurait dit qu'il avait une idée en tête. Il avait notamment nonchalamment questionné le guide sur un des trois chemins en particulier, un qui passait à côté d'une grotte et que David et surtout les gardes du corps, Saki en tête, avaient refusé d'emprunter car un autre groupe de randonneurs avait prévu de passer par là le même jour qu'eux.

C'est pourquoi Georg ne fut pas étonné quand arrivés à l'embranchement qui indiquait le chemin à prendre pour aller vers la fameuse grotte, Bill et Tom s'éclipsèrent discrètement. Personne ne le remarqua, chacun parlant avec son voisin et ne concevant pas un seul instant que les jumeaux auraient pu leur faire un tel coup.

Cependant, Georg les avait vus, et Bill qui regardait fébrilement le groupe qui s'éloignait le vit aussi. Il se figea et porta un doigt à ses lèvres, faisant signe à Georg de ne rien dire aux autres. Georg sourit et lui fit un clin d'½il. Bill sourit également et disparut avec son frère, les deux courant à présent tant bien que mal sur le sol bosselé pour se mettre définitivement hors de vue.

Bientôt, les deux frêles silhouettes disparurent, et quand Georg détourna le regard, il secoua la tête en souriant. A vingt ans, ces jumeaux étaient encore deux petits garnements. Mais surtout, Georg ne pouvait s'empêcher de penser qu'ils leur cachaient quelque chose. Cela faisait en effet un petit moment qu'il pensait qu'il y avait anguille sous roche.

Il en avait d'ailleurs parlé à Gustav, et il s'était rendu compte que celui-ci avait aussi des doutes. Ils semblaient néanmoins être les seuls à en avoir. Personne ne semblait avoir remarqué le comportement quelque peu spécial des jumeaux depuis quelques mois. Après tout, les jumeaux n'avaient-ils pas vocation à être bizarres ?

Le groupe marcha encore pendant 5 bonnes minutes puis Georg déplia sa propre carte du parc. Bill et Tom avaient pris un des deux chemins latéraux, il en restait donc un autre à prendre, dont l'embranchement ne tarderait pas à être visible. Il leva la tête, ses yeux tombant sur Gustav qui marchait juste à côté de lui, parlant avec un membre du staff. Le batteur sentit ses yeux sur lui et le regarda d'un air interrogateur.

Georg rougit légèrement et replongea le nez dans sa carte, évitant les yeux insistants de Gustav, quand il entendit soudainement Saki qui se dirigeait vers eux, scannant avidement des yeux les alentours et le groupe.

- Où sont passés Bill et Tom ?

David était à côté de lui, fronçant les sourcils comme il en avait l'habitude quand il sentait que quelque chose n'était pas sous son contrôle. Bientôt, c'est tout le groupe qui s'arrêta, à diverses distances les uns des autres, devenant silencieux et attendant la suite. Georg s'éclaircit la voix. Il ne pouvait pas ne rien dire, il en allait peut-être de leur sécurité.

- Je crois qu'ils ont pris un autre chemin.
- Quoi ? Sans nous prévenir ? Tu les as vus faire ?

Georg hésita un peu avant d'acquiescer. Saki jura, visiblement énervé de s'être laissé avoir. Les jumeaux avaient le don de savoir le semer quand ils en avaient la ferme intention.

David avait l'air préoccupé, fronçant plus que jamais les sourcils. Mais surtout, il semblait réfléchir intensément. Sérieux, il s'adressa soudainement au guide, se tournant vers celui-ci.

- Qu'est-ce qu'ils risquent à continuer seuls ?
- Pas grand-chose, le chemin est bien balisé et d'ici moins de deux heures, ils devraient arriver au même campement que nous. De plus, il y a un autre groupe qui passe par là avec un guide. Ce n'est pas très prudent de partir seuls, mais ils sont bien équipés, ça devrait aller.

David sembla pondérer la question pendant un instant, alors que chacun commençait à s'inquiéter. Finalement il trancha, recommençant à marcher.

- Alors ils se débrouilleront.

Saki protesta immédiatement mais David l'arrêta.

- Je me doutais que Bill me ferait un coup de ce genre bientôt. Ils ont eu beaucoup de pression dernièrement, je pense qu'il vaut mieux les laisser décompresser à leur manière.

Saki se tut, ne sachant que trop bien que David avait raison. Ils se remirent tous à marcher. David marmonna.

- Ils sont assez futés pour arriver en un seul morceau sans chaperon de toute façon. Mais comptez sur moi pour étrangler Bill quand ils arriveront. J'aurais dû le voir venir...

Tout le monde s'esclaffa. Bill savait effectivement comment manipuler son monde, et il était certain, vu son enthousiasme étrange pour la randonnée, qu'il avait prévu depuis le début de se faire la belle, entraînant son jumeau dans son sillage par la même occasion.

Ce que David n'avait pas prévu non plus, c'est que resté en arrière, Georg avait pris la main d'un Gustav surpris, et à l'image de Bill qui avait entraîné Tom sur un autre chemin, Georg avait fait de même avec Gustav.

Ce n'est que dix minutes plus tard que David et Saki, se retournant pour compter leurs troupes, se rendirent comptent que Tokio Hotel s'était soudainement entièrement dissous dans la nature.

Alors que Saki était au bord de la crise nerveuse, David se contenta de soupirer, totalement résigné.

Contrairement à ce que les gens pouvaient penser, être manager n'était pas un boulot de tout repos.

***

Après avoir emprunté le chemin annexe, Bill et Tom avaient couru, c½ur battant, pendant cinq bonnes minutes sans s'arrêter, essayant de ne pas trébucher sur le sol irrégulier. Tous deux craignaient que les gardes du corps ne viennent à leur recherche. Peu importait le savon que David leur passerait, pour l'instant, ils étaient libres, libres comme l'air, et ils voulaient le rester, même si ce n'était que pour deux heures.

Continuant à courir, Bill commença à rire, bientôt imité par Tom. Peu à peu, riant de plus en plus fort, ils ralentirent, à bout de souffle, et Tom s'arrêta, se retournant vers Bill. Ils regardèrent autour d'eux. Ils étaient seuls, entièrement seuls.

Reprenant leur respiration, leurs yeux rieurs se fixèrent et Bill s'approcha de Tom. A moins d'un mètre de lui, il se débarrassa de son sac, le faisant glisser de ses épaules sans y prêter attention, ses yeux toujours plongés dans ceux de Tom, et il referma rapidement la distance entre eux, plaquant Tom contre un arbre alors que ses mains se posaient sur la taille du blond et que ses lèvres venaient emprisonner d'un baiser avide celles de Tom.

Ce dernier tenta tant bien que mal d'enlever son propre sac tout en approfondissant le baiser, la langue de Bill se faisant insistante sur ses lèvres. Il jura contre sa bouche quand ses bras s'emmêlèrent avec les lanières du sac. Bill se contenta de sourire contre ses lèvres, le laissant se débrouiller tout seul. Le brun continuait à l'enserrer et l'embrasser de plus en plus passionnément, insensible à la frustration du blond.

Finalement, le sac de Tom tomba à terre et Tom se jeta sur Bill, l'obligeant à reculer alors qu'un de ses bras encerclait avec force la taille de Bill et qu'une de ses mains s'insinuait derrière sa nuque, lui permettant de prendre la direction du baiser. Ils gémirent tous les deux. Malgré la chaleur moite qu'il faisait et leur transpiration due à leur folle course, ils étaient collés l'un à l'autre.

Ils continuèrent pendant un petit moment, puis leur baiser se ralentit, devenant plus tendre. Les mains de Bill vinrent se poser sur les mâchoires de Tom et volant encore quelques baisers, il murmura contre ses lèvres, yeux fermés.

- Tu m'as manqué.

Leur baiser s'intensifia à ces mots. Bill caressait de ses pouces le visage de Tom alors que ce dernier passait avec douceur ses mains sur le dos de Bill.

Quand ils reculèrent, se souriant, leurs yeux se mangeaient littéralement. Tom le prit dans ses bras, entourant ses épaules et sa taille.

- Tu es dingue, tu sais ?

Bill rit à son oreille et embrassa sa tempe. Il recula, regarda Tom en souriant, et déposa un court baiser sur ses lèvres avant de se baisser pour ramasser son sac.

- Je voulais voir cette grotte, avec toi.

Il se redressa tout en disant ces mots, concluant sa phrase d'un autre baiser, alors que Tom le regardait avec des yeux scintillants.

Autour d'eux, les chants d'oiseaux fusaient de toute part, tout comme les rayons de soleil à travers les branchages qui venaient brûler les fleurs, exhalant leur parfum chaud dans l'air.

Ils étaient seuls, au milieu de ce petit paradis terrestre, ensemble. Tom sourit et ramassa à son tour son sac, l'époussetant.

Tom tourna la tête vers son frère pour l'admirer. Bill ne portait aucun maquillage et ses cheveux étaient lissés. Et une fois n'est pas coutume, il portait comme lui un T-shirt blanc et un short rouge très court qui lui allait à ravir. Tom avait juste envie de le croquer. Il sourit un peu plus.

Inconscient de cet examen visuel, Bill sortit la carte et l'examina, passant sa langue sur ses dents, puis il la rangea dans la poche de son short.

- Dans une heure on devrait y être.

Ils se mirent à marcher, réajustant leurs sacs sur leurs épaules. Tom secoua la tête, souriant avec un amusement certain, pensant à la tête que David et les autres avaient dû faire en constatant leur absence.

- David va nous tuer.
- Georg nous a vus partir. Au moins, ils savent par où on est passés.
- Il nous a vus ?

Bill hocha la tête. Tom regarda le chemin devant lui. Ils ne dirent rien pendant quelques secondes, puis Bill leva les yeux vers le ciel d'un bleu à faire pâlir la mer. Il paraissait incertain et pensif.

- J'ai peur que Gustav et Georg aient des doutes.

Tom l'observa avec inquiétude avant de détourner à nouveau le regard. Il glissa sa main à tâtons dans celle de Bill et hocha la tête. Il craignait la même chose.

Bill tourna la tête vers lui en sentant sa main et la serra dans la sienne.

Ils continuèrent à marcher en silence pendant un moment, puis la tension se dissipant, leur babillage de jumeaux reprit peu à peu, se racontant mille et une choses, douces, tendres et amusantes.

***

Arrêtant leur course, Gustav et Georg lancèrent plusieurs regards en arrière. Non, personne ne les avait suivis. Il était probable que David avait eu le même raisonnement pour eux que pour les jumeaux. Georg souffla. Tant mieux.

Alors qu'ils se mettaient à marcher d'un pas de plus en plus lent, récupérant leur souffle, Georg sentit le regard insistant et interrogateur de Gustav sur lui. Il haussa les sourcils, se forçant à ne pas rougir.

- Ben quoi ?

Gustav haussa également un sourcil et ils se fixèrent pendant un instant avant de détourner le regard et d'exploser, le fou rire les prenant pendant de très longues minutes, celui-ci se ravivant dès qu'ils se regardaient. Ils ne pouvaient même plus tenir debout.

Quand ils parvinrent à se calmer, l'un et l'autre étaient assis par terre, face à face. Finalement, ils soufflèrent, se regardant avec calme. Georg ferma les yeux, secouant la tête.

- Je subis l'influence néfaste de Bill.
- De Bill, ou de Tom ?
- Des deux, je pense.

Ils sourirent légèrement puis Gustav tendit sa main à Georg. Ce dernier cligna des yeux avant de comprendre. Il prit sa main et ils se relevèrent tous deux.

Remettant bien leurs sacs sur le dos, ils se remirent à marcher, restant silencieux jusqu'à ce que Georg ne se remette à parler, éclaircissant un peu sa voix avant.

- En fait, je voulais te parler...

Sentant à nouveau les yeux de Gustav posés sur lui comme s'il cherchait à le transpercer, Georg compléta sa phrase.

- ... des jumeaux.

Gustav hocha la tête.

- Ah oui.

Il avait compris tout de suite. Georg et lui avaient en effet pris l'habitude de discuter de certaines 'choses' qu'ils voyaient depuis quelque temps à leur sujet.

Tout était parti d'un soir quelque peu arrosé, il y a environ un an. Depuis leurs premières et nombreuses cuites au début de leurs succès, il était pourtant rare que l'un d'entre eux finisse bourré. Ce soir-là cependant, avait fait exception pour les jumeaux. Rien de bien grave, ça pouvait arriver à n'importe qui occasionnellement, pas de quoi fouetter un chat. Ils étaient jeunes, majeurs et responsables.

Sauf que lorsque Georg et Gustav avaient ramené Bill et Tom à l'hôtel, les laissant par commodité dans une seule chambre, et que Georg était revenu quelques minutes plus tard pour s'assurer que tout allait bien pour eux, entrant sans frapper, il avait assisté à un spectacle qui l'avait vraiment perturbé.

Allongés sur le lit, collés côte à côte, Bill et Tom avaient été en train de s'embrasser, lentement mais sûrement, sensuellement et tendrement alors que leurs mains se baladaient sur leurs hanches et leurs tailles. Sortant de sa transe, et réalisant qu'ils ne l'avaient pas vu, il était ressorti de la pièce. Après avoir fait les cent pas dans le couloir, se prenant la tête dans les mains, il s'était dit, non, 'convaincu' que ce n'était rien, qu'ils étaient juste bourrés et qu'ils ne se rendaient pas compte de ce qu'ils faisaient.

Il était donc revenu devant leur porte et avait très bruyamment frappé dessus, les appelant même, leur demandant si tout allait bien. Tom lui avait répondu, lui disant d'entrer, ce que Georg avait fait avec précaution, comme s'il s'était attendu à les retrouver encore lèvres contre lèvres. Mais il n'en était rien. Bill s'était redressé, assis sur le lit, et Tom était dans la salle de bains, en train de se déshabiller pour prendre une douche, leur parlant à travers la porte.

Il n'y avait quasiment aucun doute pour Georg que Bill et Tom, même s'ils étaient alcoolisés, étaient bien conscients de ce qu'ils faisaient, et de ce qu'ils avaient fait. C'est du moins ce que Georg en avait déduit en voyant les yeux assurés et imperturbables de Bill. Pas de honte, d'embarras ni de gêne. Il avait l'air calme et posé, à part son léger tangage dû à l'alcool. Cela en avait été presque troublant pour Georg.

Bill était doué pour mentir et faire illusion, et même si ce soir-là il avait dû trouver le regard de Georg étrange sur lui, il était sûr que le jeune chanteur était à mille lieux d'imaginer qu'il les avait vus.

Et ça, Georg n'avait pas pu lui dire, bien évidemment. Mais rongé par ce qu'il avait vu, il avait passé les semaines suivantes à les épier du coin de l'½il, et même si c'était léger, il avait remarqué de nombreux signes qui montraient que ce qu'il avait vu n'avait peut-être pas été que l'événement d'un soir.

Lors de ses observations, il avait parfois rencontré le regard de Gustav, et peu à peu, cela lui était apparu comme une évidence. Gustav aussi avait des doutes. Alors un jour, n'y tenant plus, il en avait parlé à Gustav, dans une discussion, longue et sérieuse, et oui, Gustav avait effectivement vu nombre de détails et de choses lui aussi.

Depuis, ils avaient souvent parlé de ce qu'ils voyaient, et des conséquences que ça pourrait avoir si cela était réel et si cela se savait un jour dans les médias.

Cela lui avait aussi permis de parler avec Gustav, de plus en plus, notamment de sujets qui le touchaient. Car depuis au moins deux ans, Georg se posait de sérieuses questions sur sa sexualité.

Oh bien sûr il avait eu quelques copines avant de devenir célèbre, mais depuis, il n'avait fait strictement aucune rencontre. D'ailleurs dans le groupe, à part Tom qui avait parfois ramené, très rarement et ça commençait à dater (on pouvait même dire qu'il y avait prescription...), une fan dans son lit pour une nuit, ils étaient tous très officiellement 'célibataires'.

La vérité, c'est qu'à cause de ça, les médias commençaient de plus en plus à jaser, écrivant des torchons sur leur possible homosexualité, et cette fois-ci, Bill n'était plus la seule cible des journalistes.

Le pire, c'était qu'ils avaient tapé dans le mille, car Georg s'était interrogé pendant des heures et des heures quand il s'était rendu compte qu'il était pour de vrai attiré par un garçon. Il avait pensé que ce n'était qu'une passade, parce qu'ils étaient proches, en cercle clos, mais il avait finalement dû se rendre à l'évidence.

A force de parler avec Gustav des jumeaux et de leur éventuelle relation incestueuse, il avait réalisé que ce n'était pas seulement de Bill et de Tom dont il parlait en réalité lors de leurs longues conversations, mais de lui. Il était homosexuel. Non pas parce qu'il était attiré sexuellement par un garçon, ce qui était le cas cependant. Mais parce qu'il était amoureux de lui. Il l'aimait.

Georg revint à la réalité quand il se rendit compte qu'on agitait une main devant lui. Il cligna des yeux et tourna la tête. Gustav le regardait attentivement, son visage proche du sien. Georg recula en rougissant. Gustav se redressa.

- Ca fait un quart d'heure que je t'appelle. Je te disais qu'il faudrait peut-être leur parler.

Georg fronça les sourcils.

- Leur parler ? Pour leur dire quoi ? Qu'on les mate en permanence à la recherche du moindre indice parce qu'on pense qu'ils ont des relations incestueuses ? Très peu pour moi.
- Ca va me rendre dingue si on ne le fait pas. Ca dure depuis des mois. Il vaudrait mieux être fixés une bonne fois pour toutes. Après tout, Tom t'avait bien avoué qu'il avait déjà embrassé son frère.

En effet, il y a trois ans de ça, Georg avait harcelé Tom lors d'une beuverie entre les deux amis pour savoir s'il n'était jamais arrivé que Bill et lui s'embrassent. A vrai dire, Georg avait toujours été intrigué et étrangement attiré par cette douce tension entre eux, tendre et affectueuse, et s'était maintes fois posé la question avant d'oser lui demander.

Or, après avoir passé toute la soirée à lui assurer que non, Tom avait finalement fini par admettre, après un énième verre, que Bill et lui avaient déjà échangés quelques bisous, mais très innocents selon ses dires.

Enfin, si Tom appelait 'innocent' le genre de baiser que Georg avait vu ce fameux soir où il les avait surpris, il fallait songer à une sérieuse révision de la définition de « l'innocence » dans bon nombre de dictionnaires.

Ils n'en avaient jamais plus reparlé, ni même fait allusion, et Georg n'avait jamais trouvé bizarre leur proximité exacerbée, jusqu'à ce fameux jour, du moins.

Georg secoua la tête.

- Et si on s'imaginait des choses ?
- Et si on avait raison ? Il vaut mieux qu'ils nous le disent à nous. Après tout, on est les mieux à même de les comprendre.

Georg tourna vivement la tête vers lui. Son c½ur s'était inexplicablement accéléré. Il bégaya presque.

- Comment ça ?
- On est leurs amis. Si c'est vrai, ça doit être un secret lourd à porter. Imagine, ne pas pouvoir en parler, à personne, surtout pas à ses parents. Et la crainte que ça s'ébruite, surtout quand tu as sans cesse les médias sur le dos. Imagine si leur mère apprenait ça par la presse ?

Georg hocha la tête. Effectivement, quelle serait la réaction de leur mère ? Quelle serait la réaction de toute mère devant une situation d'inceste ?

Gustav le regarda et resta silencieux un moment, avant de fixer le sol. Ils marchaient toujours.

- Est-ce que ça te dégoûterait s'ils étaient vraiment ensemble... si c'était plus qu'un jeu ou je ne sais quoi ?

Georg détourna la tête. Il rougissait de plus en plus.

- Je ne sais pas. Non. Pas vraiment. Même si ça reste de l'inceste. Après tout, c'est Bill et Tom, ils n'ont jamais été réellement 'normaux'.

Il entendit Gustav rire doucement, puis le silence retomba un peu avant que Gustav ne redemande, se tournant vers lui. Georg ne regarda pas son visage, mais il put deviner son air inquisiteur. Gustav n'hésita pas.

- Et le fait que ça soit deux garçons ?

Georg en était sûr à présent. Il ne pouvait plus regarder Gustav en face. Georg transpirait abondamment. Il murmura plus qu'il ne parla.

- Non, bien sûr que non.

Ils continuèrent à marcher en silence. Non loin de là, un ruisseau pouvait être entendu, leur faisant momentanément oublier Bill et Tom. Ils se jetèrent un coup d'½il et tombant silencieusement d'accord, ils sortirent un peu du sentier pour s'en approcher.

L'eau était claire et peu profonde, tentante par cette chaleur suffocante. L'inconvénient, c'est qu'il y avait beaucoup de végétation qui les empêchait d'y accéder facilement.

Georg sourit. Il se baissa et restant en équilibre sur un pied tour à tour, il enleva ses chaussures puis se dirigea vers le ruisseau, passant à travers la végétation. Il posa ses chaussures sur un coin sec, entra dans l'eau jusqu'à mi-mollet, le courant venant masser ses jambes.

Il haussa un sourcil en direction de Gustav, et celui-ci esquissa un sourire. Il commença à faire de même sous le regard attentif de Georg qui le détaillait de haut en bas. Pieds nus, Gustav se dirigeait enfin vers lui quand il tomba soudainement. Il poussa un cri rauque, disparaissant dans les hautes herbes, puis un 'aïe' plus aigu se fit entendre.

Inquiet, Georg l'appela et s'avança vers lui, faisant attention de ne pas glisser sur les galets au fond du ruisseau. Il s'arrêta néanmoins en voyant Gustav réapparaître. Celui-ci grimaçait, commençant à se gratter les bras. Il avança vers lui et entra dans l'eau.

- Ca va ?
- Je crois que je suis tombé dans des sortes d'orties. Putain, ça gratte !

Il se passa de l'eau sur ses bras et sur ses jambes, continuant à gratter. Il s'assit sur un gros caillou, se frottant de plus en plus énergiquement la peau et ouvrant la bouche tel un poisson hors de l'eau sous les picotements brûlant l'intérieur de sa peau. N'en pouvant plus, Georg qui l'avait regardé faire les yeux écarquillés explosa soudainement de rire. Gustav lui lança un regard noir.

- Merci la compassion.

Georg secoua la tête et alla s'asseoir sur un caillou proche de celui de Gustav et il attrapa fermement une des chevilles de Gustav. Après tout, il avait l'habitude de le faire, sauf que d'habitude, c'était pour étirer les muscles du batteur après leurs concerts. Quelque chose qu'il adorait faire, car c'était un prétexte pour pouvoir toucher Gustav qui paraissait tout à fait légitime et sans arrière-pensées, même si Georg en avait pas mal, en réalité.

- Plus tu grattes, plus ça va piquer. Arrête.
- Facile à dire.

Georg prit de l'eau dans le creux de sa main et massa le mollet sur son genou. Il aurait juré voir les pupilles de Gustav se fixer sur lui. Il sourit et envoya de l'eau à la figure de Gustav, celui-ci détournant la tête pour l'éviter, souriant également.

- Il vaut mieux y mettre de l'eau. L'idéal, c'est la salive.

Gustav eut un air dubitatif.

- Ca marche vraiment ?

Georg haussa les épaules.

- Je ne sais pas. Remède de grand-mère.

Gustav le fixa encore et Georg le regarda, se forçant à faire de même. S'il continuait à rougir comme un collégien, il craignait de voir Gustav se douter de quelque chose. Sans rien dire de plus, Gustav cessa de se gratter l'avant-bras et curieux, l'amena à ses lèvres. Il suçota la peau où des plaques rouges se dessinaient, légèrement bombées.

Cette fois-ci, Georg ne put s'empêcher de rougir, mais heureusement Gustav ne le regardait pas, trop occupé à sa tâche. Finalement, il arrêta, au grand soulagement de Georg, celui-ci ayant été hypnotisé par ses lèvres. L'eau clapotait joyeusement autour d'eux, rafraîchissant la peau de Georg et évacuant la chaleur qui l'envahissait et menaçait de le rendre dingue.

Gustav lui sourit.

- Ca fonctionne.
- Je te l'avais dit.

Georg lui fit un clin d'½il. Il continuait à masser le mollet de Gustav, mais celui-ci, continuant à se gratter les bras parce que c'était plus simple, grimaça. Il tortillait son pied sur les genoux de Georg.

- Je crois que mon orteil me pique.
- Tu crois ?

Gustav grogna en le fusillant du regard et Georg ricana. Il mouilla le pied, le massant et s'attardant en particulier sur l'orteil incriminé qui était tout rouge. Georg lança un petit sourire à Gustav, mais celui-ci grimaçait de plus belle. Georg secoua la tête en souriant, et à ce moment-là, une idée saugrenue lui passa dans l'esprit.

Sans savoir comment il pouvait être si audacieux, il se pencha en avant et sans hésiter, il lécha hardiment d'un coup de langue l'orteil. Ne voyant aucune réaction négative de Gustav, il osa même le prendre entièrement dans sa bouche, le suçant légèrement alors que sa langue venait le caresser, d'abord timidement puis plus franchement, d'une manière carrément provocante. Finalement, il recula et leva la tête, un petit sourire plutôt coquin sur les lèvres.

Gustav était immobile, le coude levé dans la position dans laquelle quelques instants auparavant il râpait de ses ongles la peau enflammée. Ses picotements ne semblaient plus le préoccuper le moins du monde bien qu'ils soient insupportables. Tout ce qu'il pouvait faire à ce stade, c'était regarder Georg avec des yeux écarquillés.

Georg sembla réaliser tout d'un coup ce qu'il venait de faire, mais par un effort surhumain, il ne paniqua pas, et après avoir intensément fixé en silence pendant ce qui lui sembla comme une éternité Gustav, les yeux dans les yeux, il lui jeta de l'eau à la figure avant de se justifier, agissant comme s'il venait de faire une grosse farce.

- Eh ! Tu m'as dit que c'était efficace !

Il avait tenté de blaguer mais Gustav n'avait pas l'air de réagir, ne bougeant pas d'un pouce. Georg s'inquiéta. Il avait été trop loin. Gustav n'avait pas cru qu'il s'agissait d'une connerie. Il avait compris. La confirmation arriva quand Gustav enleva prestement son pied de ses genoux et qu'il se leva.

Georg voulut ouvrir la bouche mais celle-ci ne fonctionnait tout simplement pas. Il s'effondrait intérieurement, paralysé. Gustav le rejetait. Il bégaya.

- Dé... déso...

Des larmes brillaient déjà dans ses yeux. Gustav s'approcha et Georg s'attendait presque à se recevoir une bonne droite dans la gueule comme seul Gustav en avait le secret quand ce dernier s'accroupit brusquement devant lui. Il agrippa sa nuque, la serrant légèrement pour obliger Georg à le regarder, en pure perte.

- T'es con.

Avant que Georg n'ait pu réagir, les lèvres de Gustav s'étaient posées avec force sur les siennes.

Le bassiste avait les yeux grands ouverts et quand Gustav recula, ils osèrent se poser sur ceux de Gustav. Ils se fixèrent pendant quelques secondes puis Gustav reposa à nouveau ses lèvres sur les siennes, l'embrassant plus doucement. Il attendait visiblement que Georg réagisse d'une manière ou d'une autre, mais cela semblait appartenir au domaine de l'impossible pour Georg.

Gustav l'embrassait. Il ne le rejetait pas. Il lui caressait la nuque et l'embrassait.

Georg entrouvrit les lèvres et répondit en frissonnant. Il sentit le plus léger des sourires sur les lèvres de Gustav, que seul le bassiste aurait pu déceler. On aurait dit que Gustav était content qu'il réponde à son baiser mais qu'il se moquait également de la peur irrationnelle que Georg avait eue au sujet de sa réaction.

Voulant effacer cette attitude effrontément moqueuse, Georg y alla plus franchement et approfondit le baiser, manquant presque de surprendre Gustav. Celui-ci tira sur le T-shirt de Georg, l'obligeant à tomber sur ses genoux, atterrissant dans l'eau.

Georg ouvrit la bouche sous la surprise, l'eau fraîche s'insinuant dans ses shorts, le mouillant très intimement. Gustav en profita pour la goûter en profondeur. Leurs torses étaient collés, et leurs mains commençaient à glisser sous les T-shirts légèrement éclaboussés d'eau. Peu à peu, Georg commençait à prendre l'avantage, et après s'être frotté contre Gustav, il parvint à les faire basculer, les allongeant presque dans le lit de galet, le niveau de l'eau venant caresser leurs mentons.

Essoufflés, leurs lèvres se séparèrent un peu et ils se regardèrent, essayant de lire en vain dans les pupilles de l'autre. Georg pouvait sentir contre sa hanche que Gustav était aussi excité que lui. Ce dernier l'avait certainement remarqué à la manière dont il le regardait, une lueur de désir brûlant brillant dans ses yeux qui se fermaient à moitié, tout comme ceux de Georg.

Néanmoins, l'eau fraîche et peut-être une hésitation due à leurs sentiments calma leurs ardeurs, non sans avoir continué pendant un bon moment à s'embrasser et à se caresser sagement, Gustav dégageant les cheveux du visage de Georg et veillant à ce qu'ils ne soient pas mouillés par l'eau.

Quand ils furent à bout de souffle, Georg, toujours entièrement allongé sur Gustav, posa la tête au creux de son cou, écoutant le clapotis de l'eau. Gustav avait refermé un bras sur ses épaules.

Georg ferma les yeux. Ils devraient bientôt repartir pour rejoindre le campement. Il faudrait peut-être qu'ils interrogent bientôt Bill et Tom pour savoir à quoi s'en tenir concernant leur relation exacte. Les médias pourraient se rendre compte que Gustav et lui étaient gays.

Une vraie cascade aux enfers attendait peut-être le groupe. Ils devaient se préparer, se protéger.

Mais pour l'instant, seule l'eau coulait telle une cascade sur Gustav et lui.

Et c'était le paradis sur terre.

A suivre...

Donnez une note à ce chapitre : * ** *** **** *****

***

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.150.27) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Zerstorerische-Ferien

    26/01/2009

    Han normalement j'aime pas les yaoi GG's mais là je trouve ça tout simplement trop choupinou *-*
    Je vais lire la suite !!!!!!!!!

  • siseulement-th

    09/06/2008

    je lis vite la suite =)

  • carpe-diem--x

    06/06/2008

    pauvre David!!! c'est vra qua manager ces 4 gugus nça doit pas être simple tous les jours! lol!

  • chouu----16

    28/04/2008

    Aaaah j'aime pas le GG's mdrr !
    Ca me stresse U__U

  • 24H

    08/04/2008

    Juste avant que je ne poursuive ma lecture, il faut que j'te dise quelque chose, sinon, je vais oublier !

    Alors:

    "Georg secoua la tête et alla s'asseoir sur un caillou proche de celui de Georg (...)"

    IL SE DEDOUBLE? :DDDD

  • lavoyageuse92

    06/04/2008

    xDDDDD j'adore Bill et je le vois très bien comme ca toujours à agir sur un coup de tête et bien entendu son frère qui le suit. En tout cas les retrouvailles sont des plus sensuels et des plus tendres
    Et pauvre Saki et David comme quoi être garde du corps et Manager c'est pas du repos surtt quand on est des TH
    Vivement la suite que je vais lire de suite

    Bisous

Report abuse