Menteur - chapitre bonus

Menteur

Chapitre bonus


Assis dans un fauteuil au coin de la grande loge, Bill se rongeait les ongles.

C'était une mauvaise habitude qu'il croyait avoir perdue mais l'évidence était là. Cela lui reprenait de temps à autre. C'était d'autant plus vrai depuis quatre semaines.

Car cela faisait quatre semaines que cela s'était passé. Quatre semaines depuis qu'il avait couché avec son frère. Bill arrêta momentanément de se ronger les ongles, son regard se perdant dans le vide.

Malgré ses efforts, il ne pouvait s'empêcher d'y penser, quelle que soit l'heure de la journée. Il n'avait même pas besoin de fermer les yeux pour revoir son frère au-dessus de lui, bougeant fiévreusement contre lui et à l'intérieur de lui.

Il savait qu'il n'était pas le seul, car quand ses yeux rencontraient ceux de Tom et s'y fixaient, il sentait que tous deux repensaient à cette même nuit, encore et encore.

Pourtant ils n'avaient rien fait depuis. Ils n'en avaient pas l'intention. Ils ne le pouvaient pas.

Il savait très bien qu'ils avaient succombé par faiblesse et que cette nuit n'aurait jamais dû être. Ils auraient très bien pu partager baisers et caresses sans en arriver là, mais le fait était que cela s'était passé.

Le pire, c'était que Bill ne le regrettait pas. Peut-être le devrait-il ?

Lorsqu'il se mit à observer Tom à l'autre côté de la pièce, occupé à gratter sur sa guitare en face de Georg, les deux répétant une chanson, Bill se dit que lui non plus ne semblait pas regretter.

Tom leva les yeux à ce moment précis et ceux-ci s'attardèrent sur lui avant que ses lèvres n'esquissent un sourire. Bill lui sourit également avant de recommencer à se ronger les ongles.

Tom et lui n'avaient pas arrêté de se tourner autour depuis leur retour de vacances. A vrai dire, ils étaient tellement dans l'espace personnel de l'autre, à s'effleurer, à se toucher et à se regarder dans le blanc des yeux que même Georg et Gustav leur en avaient fait la remarque.

Non pas que ça les ait dissuadés d'agir autrement. Qui aurait pu soupçonner ce qui avait bien pu se passer entre eux ? Pourtant Bill était conscient qu'il ne serait pas impossible non plus que l'un d'eux découvre la vérité. Cette seule pensée lui faisait peur, parce que c'était du domaine du possible.

Georg et Gustav n'avaient pas cessé de les harceler d'innombrables questions sur leurs 'conquêtes', sentant sans mal de leur silence étrange que les jumeaux ne leur disaient pas tout. S'ils savaient que Tom et lui partageaient seuls un bon nombre de secrets qu'ils ne révèleraient à personne, ils savaient aussi qu'un tel silence n'était tout de même pas habituel de leur part.

Alors quand Tom et lui avaient été interrogés par les journalistes, leurs deux amis avaient insisté en privé pour en savoir plus. Tom avait alors brodé une histoire vague à partir de ce qu'il avait déjà répondu lors de leurs interviews, mais Georg et Gustav n'avaient pas eu l'air convaincu.

Pour une fois, même David s'était intéressé à leur affaire, et c'est là que Bill avait vraiment eu peur. David était du genre très perspicace, et dès le début, leur producteur avait senti que ce n'était pas seulement des rumeurs de paparazzi et qu'il s'était effectivement passé quelque chose lors de leurs vacances, et pas avec les deux blondes dont les tabloïds avaient étalé les photos mais quelque chose de plus sérieux.

Bill n'avait pas de doute sur le fait que David avait compris qu'il était gêné de parler de cela. Sans poser de question, le producteur avait seulement dit au jeune chanteur qu'il serait préférable 'pour leur image' qu'il ne raconte pas ce qui avait pu avoir lieu lors de leurs vacances. Il n'avait pas insisté après cela. Bill savait que David se comportait un peu en tant que père pour eux et veillait à leur bien-être avant tout. Il n'y avait donc dans ses mots rien de contraignant, juste un avis éclairé.

Ce n'était que des conseils de la part de David. Des conseils que Bill savait qu'il était sage de suivre. Si Tom pouvait se permettre de raconter certaines choses en interview, Bill avait conscience qu'il était au contraire plus raisonnable pour lui de conserver une 'certaine image', même si celle-ci était fausse.

Et elle était fausse.

Bill n'avait qu'à se rappeler de la peau de Tom contre la sienne pour s'en convaincre. Ce n'était pas quelque chose qui était moralement acceptable, il le savait. Et même si lui était parvenu à accepter cela, il ne faisait aucun doute pour lui que personne d'autre ne pourrait comprendre... Hormis bien sûr son frère.

Son frère.

Ils n'avaient plus reparlé de ce qui s'était passé durant cette nuit, même s'il ne suffisait que d'un regard, un geste ou une parole anodine parfois pour que leurs esprits vagabondent et se rappellent.

Et cela était arrivé maintes fois depuis ces quatre semaines.

A la fin d'un concert, en rentrant à l'hôtel ou en allant manger, ou dans tout autre situation de la vie quotidienne. C'étaient des murmures furtifs au creux de l'oreille pour raconter tout et n'importe quoi, des caresses courtes mais appuyées sur un bras ou une parole prononcée plus doucement et tendrement que nécessaire.

Bill se rappelait notamment ce qui était arrivé, quelques jours à peine auparavant, et qui lui avait fait penser que peut-être David avait des doutes. Ce matin-là, Bill et Tom étaient sortis ensemble et en même temps de la chambre d'hôtel de Bill et avaient rencontré David dans le couloir. Celui-ci avait paru un peu surpris mais sans plus. Il savait, pour être passé de nombreuses fois les chercher à leur chambre d'hôtel ces 3 dernières années, que Bill et Tom dormaient de temps en temps dans le même lit.

Néanmoins, Bill s'était senti un peu coupable et il avait rougi, se pinçant légèrement les lèvres à la vue de David et détournant un quart de seconde le regard, un sourire embarrassé aux lèvres. A cet instant déjà, il avait eu la sensation que les yeux de David s'étaient attardés sur lui. Mais l'idée que cela puisse être à cause de la proximité de Tom et de lui ne l'avait pas encore effleuré.

Ce n'est que plus tard, après un copieux petit déjeuner passé dans la bonne humeur avec le groupe et l'équipe qui les suivait qu'un événement mit un doute dans l'esprit de Bill. Tom et lui avaient amené leurs bagages devant la voiture où les attendaient leurs gardes du corps, et Tom s'étaient penché soudainement vers lui pour murmurer quelques mots à son oreille. Cela n'avait été que pour raconter une connerie dans le but de faire rire Bill, mais ce dernier savait aussi que ce n'était qu'un prétexte pour attirer son attention en agrippant son poignet.

Les caresses de son pouce sur son avant-bras n'avaient pas été nécessaires, tout comme le fait de toucher le lobe de son oreille de ses lèvres pour lui parler, aussi infime que fut le contact.

Or, quand Bill avait relevé la tête après avoir échangé un sourire et un regard entendus et tendres à son jumeau, ses yeux étaient tombés sur David qui était assis non loin de là, les yeux rivés sur son frère et lui. Bill avait immédiatement perdu son sourire. Quelque chose dans ce regard lui disait que David savait, peut-être. Et ça lui avait fait froid dans le dos.

Un sentiment mélangé de honte et de crainte.

S'il savait, comment pourrait-il comprendre ? Comment quiconque le pourrait ? Si Bill n'avait pas honte d'avoir fait ce qu'il avait fait avec son frère, il en avait néanmoins à la seule pensée que quelqu'un puisse savoir. Ses amis, sa famille, ses parents... sa mère.

Revenant au présent, Bill sentit soudainement une main se poser sur son épaule et il tourna vivement la tête. La main glissa le long de son bras jusqu'à se poser sur son avant-bras alors que Tom s'accroupissait à côté du fauteuil. Il paraissait inquiet.

- Ca va ?

- Oui, oui.

Les yeux de Tom se fixèrent sérieusement sur lui. Il murmura doucement.

- On ne dirait pas. Tu tires une de ces têtes depuis ce matin.

Bill eut un doux sourire. Il avait effectivement senti le regard et l'attention inquiète de Tom sur lui depuis l'aurore. C'était vraiment attendrissant. Il murmura tout bas.

- Je t'assure que ça va. C'est juste le stress.

Tom l'observa encore attentivement. Il n'était pas convaincu.

- Tu sais que tu peux tout me dire.

Bill hésita. Il leva les yeux. Il restait encore trois heures avant le concert et toute l'équipe s'affairait autour d'eux. Il sentit les yeux de David non loin de là se poser sur lui. Bill baissa la tête, évitant le regard de Tom.

- Après le concert, ok ?

Tom acquiesça. Et c'est après lui avoir lancé un autre sourire qu'il se releva, retournant vers Georg.

Quand Bill releva les yeux, David le regardait encore, et le chanteur aurait juré qu'il savait.

XoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoX

Bill poussa la porte de sa chambre avec soulagement. Il était fatigué de cette journée sans fin. Ses yeux, extrêmement maquillés de noir et cachés par ses cheveux lissés qui lui tombaient sur le visage, se fermaient littéralement de sommeil.

Posant ses affaires sur une chaise, il prit immédiatement le paquet de cigarettes qu'il avait posé sur la table avant de partir le matin même. Il en prit une et la portant à ses lèvres, il l'alluma après avoir nerveusement actionné son briquet.

Il tira une longue bouffée et il éloigna la cigarette de sa bouche de deux doigts agiles. Il regarda le briquet. Un cadeau que Tom lui avait fait il y a de ça une semaine à peine. Il eut un petit rire étouffé. Tom et lui n'avaient pas l'habitude de se faire ce genre de cadeaux, et pourtant...

Quelqu'un frappa à la porte et Bill vint ouvrir. Il sourit. C'était Tom. Il le laissa entrer et il alla s'asseoir sur le lit après avoir refermé la porte. Tom le regarda faire. Malgré sa grande taille longiligne, Bill avait l'air extrêmement fragile ce soir, ses épaules tombantes. Il lui paraissait tout petit. Tom s'approcha pour s'asseoir à côté de lui, appuyant ses mains sur le rebord du lit.

- Tu es sûr que ça va ?

Bill ne dit rien. Il inspira une autre bouffée de sa cigarette et il la tendit à Tom. Celui-ci hésita un instant puis la prit entre ses doigts, ceux-ci caressant ceux de Bill au passage. Il porta la cigarette à ses lèvres et inspira avant de la tendre à nouveau à Bill. Le chanteur la prit, tendant le bras pour se débarrasser des cendres superflues en la tapotant sur le bord du cendrier posé à côté de lui. Il croisa les jambes puis ses bras tendus sur ses genoux, pensif.

- Ca va, c'est juste que... J'aimerais qu'on parle... de certaines choses.

Quelques secondes silencieuses passèrent. Tom le fixa, tristement.

- Tu regrettes, c'est ça ?

Bill cligna des yeux puis fronça les sourcils, tournant vivement la tête vers lui, inquiet.

- Non, bien sûr que non. Pourquoi cette question ?

Il vit Tom rougir légèrement puis murmurer.

- Tu as l'air tellement ailleurs depuis quelques jours. Tu souris mais tu sembles être à des années-lumière d'ici.

Bill observa les yeux rivés au sol de Tom. Il semblait préoccupé par ses pensées. Bill soupira légèrement et il s'approcha de Tom, ses lèvres venant se poser doucement et lentement sur sa joue, sous sa mâchoire, puis dans son cou en trois baisers qui s'attardèrent sur la peau de Tom. Il sentit celui-ci frémir. Leurs yeux se fermèrent et Bill souffla contre sa peau.

- Tu sais pourquoi.

Tom rouvrit les yeux et il tourna légèrement la tête vers lui.

- Il n'y a vraiment que ça ?

Bill se redressa un peu. Il prit le cendrier à côté de lui, écrasa la cigarette et posa le tout à terre. Il se tourna ensuite vers Tom, s'asseyant en tailleur sur le lit. Tom recula un peu pour être face à lui. Bill se mit à traficoter ses mains.

- Tu n'as pas trouvé David bizarre ces derniers temps ?

Tom fronça les sourcils.

- David ? Bizarre comment ?

Les doigts de Bill se tordirent nerveusement.

- Comme s'il savait.

Le silence se fit. Tom avait compris immédiatement. Mais soudain, celui-ci se mit à rire, puis voyant que Bill continuait à le fixer, Tom fronça encore les sourcils, incrédule.

- Quoi, tu es sérieux ?

Bill acquiesça. Tom secoua la tête.

- Non, impossible.

- Tu en es certain ? Il n'arrête pas de nous fixer, ou plutôt il me regarde bizarrement.

Tom soupira. Il regarda avec douceur son jumeau.

- Il s'inquiète. Tu ne t'en rends peut-être pas compte, mais tu as l'air vraiment mélancolique dernièrement, tout le monde l'a remarqué. J'ai surpris David en train d'en parler avec Gustav ce matin même.

Bill cligna des yeux, surpris.

- C'est vrai ?

Tom hocha la tête. Il continua.

- Tu m'inquiètes aussi, tu sais ? Depuis qu'on a...

Il s'arrêta, hésitant. Il reprit, beaucoup plus bas, obligeant presque Bill à tendre l'oreille, comme si les murs pouvaient avoir des oreilles

- Depuis qu'on a fait l'amour tu as l'air triste.

Bill se figea à ses mots, pour deux raisons. La première, c'était que, malgré le fait que Tom et lui aient été beaucoup plus proches dernièrement, dormant même quasiment toutes les nuits ensemble, pelotonnés l'un contre l'autre, ils n'avaient plus jamais évoqué cette nuit depuis leur retour de vacances.

La seconde...

- Triste ? Comment ça ?

Bill semblait perdu. Tom hésita, se grattant nerveusement les bras. Il parla doucement.

- Je ne sais pas, à toi de m'expliquer. Je pensais que tu regrettais ce qu'on avait fait.

Bill cligna des yeux, surpris. Il se demanda s'il devait lui dire ce que ses pensées ne cessaient de ruminer depuis un mois. Cédant à son envie, il décida que oui. Bill se pencha à nouveau vers lui, murmurant à quelques centimètres de ses lèvres. Il rougissait légèrement.

- La seule chose que je regrette, Tom, c'est qu'on ne puisse pas recommencer.

Ledit Tom leva des yeux écarquillés. Son regard se plongea nerveusement dans celui de Bill. Il ouvrit la bouche, mais aucun son n'en sortit. Bill posa un doigt sur les lèvres de Tom, l'en empêchant.

- Je sais qu'on ne peut pas. Je ne le sais que trop bien. Mais j'en crève d'envie, Tom. J'en crève, j'en crève...

Les yeux de Tom se fermèrent à ces mots et Bill enleva son doigt, libérant la bouche de celui-ci. Quelques secondes plus tard, Tom murmura, rouvrant ses paupières.

- Est-ce qu'on ne peut vraiment pas ?

Bill le fixa, louchant presque. Sa bouche s'était entrouverte. Il ne s'était pas attendu à cette réponse. Il murmura tout bas en secouant la tête. Sa voix semblait sur le point de se briser.

- On n'est plus sur une île à l'autre bout du monde où personne ne nous connaît. On est entourés de gens en permanence. Qu'est-ce qui arriverait si quelqu'un nous voyait ? Qu'est-ce qui arriverait si les gens savaient ? Bon dieu, qu'est-ce qui arriverait si maman savait ? On est frères, bordel, Tom. On est des putains de frères jumeaux.

Il baissa la tête. Une larme s'échappa de ses yeux qui en étaient remplis, Bill tentant tant bien que mal de les retenir. Il l'essuya d'un geste rapide. Quand il releva la tête, il fut surpris de voir les yeux brillants de larmes de son frère qui fixait leurs jambes. Tom posa une main sur un genou de Bill, le caressant doucement.

- Je sais tout ça, je sais. Je sais qu'on ne peut pas continuer. Je sais qu'on s'est promis de ne pas le faire. Mais c'est dur, tu sais ? Je pensais qu'une fois qu'on aurait succombé à notre envie, elle disparaîtrait. Mais en fait, c'est tout le contraire. J'arrête pas d'y penser. J'ai besoin de toi, Bill. J'ai vraiment besoin de toi.

Sur ces mots, il éclata en sanglots et appuya son front contre le torse de Bill, nichant sa tête sous son menton. Bill posa une main sur la nuque de Tom. Il fixait le mur, droit devant lui, caressant doucement le cou de Tom. Bill pencha sa tête, pour murmurer à son oreille.

- Tu es sûr de toi ?

Tom se redressa, se calmant peu à peu. Il hocha silencieusement la tête. Ils étaient nez contre nez. Ils se fixèrent pendant un moment. Ils savaient ce à quoi l'autre pensait. Les larmes quittèrent leurs yeux. La voix de Bill n'était toujours pas plus haute que le plus faible des murmures, son ton très doux.

- Si on devait continuer, personne ne devrait nous voir.

Il s'approcha encore et déposa un court baiser sur les lèvres de Tom. Celui-ci frémit. Cela n'était arrivé que de rares fois depuis un mois. Bill ferma ses paupières d'un battement de cils. Il continua, sa bouche contre la sienne.

- Personne ne devrait savoir.

Il l'embrassa à nouveau, ses lèvres entrouvertes et sa langue venant caresser celles de Tom. Cela n'était plus arrivé depuis un mois. Bill continua, articulant à peine contre sa bouche.

- Il faudrait continuer à mentir.

Cette fois-ci, Tom prit les devants et c'est lui qui l'embrassa, goûtant immédiatement de sa langue les moindres recoins de la bouche de Bill. Il l'embrassait avec fougue, ses mains venant s'entortiller dans les cheveux du chanteur. Il les fit basculer sur le lit, se frottant par la même occasion contre Bill. Celui-ci émit un gémissement et se cambra contre lui.

Ils continuèrent à s'embrasser, se frottant langoureusement, enlacés comme deux siamois, et Bill finit par détourner la tête pour respirer. Son c½ur battait à un rythme fou dans sa poitrine, et il sentait qu'il en était de même pour Tom, allongé sur lui.

Alors que Tom embrassait de baisers gourmands son cou, il l'entendit murmurer contre sa peau.

- Je mentirai.

Il continua à murmurer les deux mêmes mots plusieurs fois, ses lèvres descendant sur le corps de Bill alors qu'il lui enlevait lentement son T-shirt. Bill sourit.

Lui aussi mentirait au monde entier s'il le fallait.

Fin.

Donnez une note à cette mini-fic : * ** *** **** *****

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.150.27) if someone makes a complaint.

Comments :

  • cam-kiss

    03/05/2011

    J'ai tout simplement adoré cette mini-fic. Je l'ai trouvé passionnante! Et puis, elle est vraiment bien écrite! Bravo, je me suis régalée!
    J'ai lu presque tous les écrits de Winry, et, en lisant cette mini-fic, je me suis fait la réflexion que cela aurait pu être la préquelle à "Un Parfum de Scandale" que j'avais adoré et qui débutait sur une relation twincest Bill/Tom déjà engagée de longue date où tout deux mentent pour garder leur secret.
    Bref, j'ai adoré cette mini-fic, elle est magnifique!

  • haute-tense-iOn

    28/02/2011

    comme toutes tes fictions et OS... juste magnifique. Je suis persuadée que ce que tu racontes ce rapproche etrangement de la realité...

  • maurena01

    15/05/2010

    C'est trop beau

    C'est super mignon coment elle se termine =D

  • tounzig

    11/01/2010

    Superbe mini fic, j'ai vraiment beaucoup aimé... pour une fois, Bill n'est pas "le pauvre petit" que Tom "prend en main". Ils sont égaux et décident ensemble.
    merci

  • 26JUIN1992

    26/05/2009

    Cet fic' est magnifique, géniale, tout ce que tu veux <3

  • LoveTomBillYaoi

    25/01/2009

    J'ai adoré.
    C'est bien écrit on se laisse emporter par l'histoire.
    Les sentiments, les doutes, les envies....tout est bien décrit. On arrive a ressentir se qu'ils éprouvent.

  • x-was-iit-a-dream-x

    16/01/2009

    J'ai adoréééééé cette fic !!

    elle est vraiment bien ! surtout la fin c trop beau =)

    BidOUX

  • th-fiction-25

    19/11/2008

    trop bo ce yaoitwin tant qu'il on l'aut sa va pour eu
    il sont trop mignion a mentire pour pouvoir rester
    ensemble trop bien biz

  • Tom-Bill-45

    09/11/2008

    wow !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! franchement je les lu du debut a la fin !!!!!!!!!et c la plus belle fic que g jamais lu !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!de ma vie !!!!!!!!!!!!!!! et c la première fois que mon coeur c mi a accelerer !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! comme si j'y été !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! franchement bravo grgrgrgrgrgrgrgrgr adorer !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! merci wanda.

  • croate-powaaa

    27/07/2008

    Hannn miam miam miam
    c'était encore un petit régale cette fic
    que dire de plus a par...j'ai édoré?
    lol
    tu vas finir par comprendre que j'aime vraiment ce que tu écrit ^^

Report abuse