Menteur - chapitre 2

Menteur

Chapitre 2


Une fois qu'il eut passé la porte, Bill souffla doucement, ses yeux errant sur les contours de la salle de bains, passant de la douche au jacuzzi. Il s'approcha du lavabo, se penchant au-dessus pour regarder les traits de son visage. Il secoua la tête en s'observant. Qu'est-ce qui lui avait pris hier ?

Pourquoi avait-il provoqué son jumeau ainsi et surtout, pourquoi est-ce que Tom avait répondu à ses attentes ?

Pourquoi l'avait-il embrassé ?

Bill commença à se débarbouiller, frottant à grand renfort d'eau froide sa figure. Cela faisait quelque temps qu'il avait des pensées inappropriées envers son frère. Il y avait réfléchi maintes fois, retournant les aberrantes pensées dans sa tête, inlassablement.

Si Tom et lui avaient toujours été proches, voire inséparables, échangeant régulièrement câlins et bisous, Bill s'était rendu compte que depuis peu, il espérait désespérément toujours plus de contact entre eux.

Il n'avait pas compris pourquoi au début. Tout cela avait commencé un soir, après un concert plutôt chaud, où ils étaient ressortis de scène, survoltés. Tom l'avait serré dans ses bras avec un air bêta sur le visage, drogué par l'adrénaline et quand il s'était reculé, le sourire de Bill s'était immédiatement évanoui à la pensée qu'il venait soudainement d'avoir en voyant le visage rayonnant de Tom. Il avait voulu embrasser ces lèvres qui lui souriaient si effrontément.

Néanmoins, Bill avait mis cela sur le compte de l'excitation du concert. Bien sûr, il y avait toujours eu une espèce d'attirance amoureuse platonique entre Tom et lui, mais cela en restait là. Il n'avait jamais vraiment eu l'intention d'embrasser son frère. Cela n'avait certainement été qu'une fausse impression.

Pourtant, après cet incident, Bill s'était interrogé silencieusement, pendant de nombreuses heures, perdu dans ses pensées et ses rêveries, sur l'amour qu'il recherchait. Bien sûr, il était encore jeune, mais le fait d'être un chanteur dont la célébrité ne cessait de grandir le faisait beaucoup réfléchir. Au fur et à mesure que le temps passait, lui qui croyait au véritable amour se rendait compte qu'il serait de plus en plus difficile d'être aimé pour ce qu'il était, dans un monde où la célébrité et l'argent comptaient par-dessus tout.

Il savait qu'une seule personne lui resterait fidèle. Tom.

Et depuis cette réalisation, au-delà de cet amour platonique qu'il vouait depuis toujours à Tom, des pensées de plus en plus osées s'étaient formées dans son esprit. Au début, elles l'avaient perturbé, mais peu à peu, il s'y était fait, même s'il mourrait intérieurement de honte, se demandant à quel point son frère pourrait être dégoûté s'il savait ce qu'il pouvait bien imaginer. Car Tom ne pouvait qu'être dégoûté, n'est-ce pas ?

Mais dans ce cas, pourquoi l'avait-il embrassé ?

Bill se mordit les lèvres, se passant une main tremblante sur son visage pour se reprendre.

Cela ne pouvait être qu'une erreur de la part de Tom...

***

Quelques dizaines de minutes plus tard, Tom et Bill se retrouvaient face à face à prendre leur petit déjeuner, et comme depuis le début de leurs vacances, Tom commença son nouveau petit rituel, poussant une flopée de pots de confitures, petits pains et autres nourritures devant Bill qui s'était mis directement à leur servir à tous deux du café. Bill leva ses yeux vers lui avec une certaine exaspération.

- Tom...

Tom haussa les épaules et ne répondit pas, concentré à tartiner ses toasts d'un air désintéressé. Bill fronça les sourcils mais prit néanmoins ce que Tom avait posé devant lui.

Ils commencèrent à manger dans un silence confortable, écoutant les cris d'enfants qui provenaient de la plage toute proche de la fenêtre ouverte. Cela les changeait tellement. Sans s'en rendre compte, leurs regards se perdirent tous les deux sur la mer qu'ils pouvaient voir dans toute son ampleur depuis le balcon de leur chambre d'où ils prenaient leur petit-déjeuner.

Quelqu'un frappa à la porte. Ils se regardèrent brièvement et Tom se leva.

- Ca doit être Saki, je vais l'ouvrir. Mange.

Bill souffla avec agacement et tira la langue à son jumeau, puis il porta une tartine à ses lèvres. Tom eut un large sourire et ébouriffa les cheveux de son frère en allant ouvrir la porte, s'attirant un bruit outré mais étouffé de la part du chanteur qui avait la bouche pleine. Bill se retourna promptement pour lui donner une petite tape en représailles mais Tom était déjà trop loin, ouvrant la porte. C'était effectivement Saki. Ils se saluèrent.

- Bonjour, alors tout va bien les jeunes ?

Tom acquiesça, puis il revint sur ses pas, allant se rasseoir. Bill salua à son tour Saki et fusilla son frère du regard, le garde du corps ne manquant pas de le remarquer. Il s'adressa au chanteur, semblant amusé.

- Qu'est-ce qui se passe ?
- Il se passe qu'il cherche à m'engraisser.

Tom secoua la tête, exaspéré.

- Ce n'est pas moi qui ai perdu autant de poids.

Bill haussa le ton.

- Tu en as perdu toi aussi ! Et je ne te harcèle pas pour te faire manger, moi.

Tom écarquilla légèrement les yeux. Il n'avait pas pensé que son frère l'avait remarqué. Il se reprit néanmoins bien vite, défiant du regard Bill qui le fixait toujours avec une certaine provocation. Saki soupira. Il avait parfois l'impression de ne pas être le garde du corps de deux jeunes hommes de 18 ans mais le baby-sitter de deux gamins de 5 ans...

- Vous avez tous les deux du sommeil et des forces à récupérer. Inutile de vous sauter à la gorge. Dites-moi plutôt ce que vous avez prévu pour la journée.

Comme d'habitude, les jumeaux devaient en effet établir un planning, histoire que Saki sache où ils étaient. L'île où ils demeuraient pour les vacances était plutôt tranquille, surtout en journée, mais un minimum de surveillance s'imposait. A nouveau calme et pensif, Bill haussa les épaules.

- J'avais pensé aller faire les boutiques cet après-midi.

Il jeta un coup d'½il vers Tom, attendant une réponse, et Tom acquiesça silencieusement, haussant également les épaules. Tous deux levèrent en même temps leur verre rempli de jus d'orange, continuant à se fixer sans ciller.

Même si les deux frères avaient l'habitude de vaquer séparément à leurs occupations de temps à autre, ils n'avaient pas été capables de se lâcher d'une semelle depuis plusieurs semaines déjà, et ces vacances-là ne faisaient pas exception...

***

Plusieurs heures plus tard, la porte de la chambre d'hôtel s'ouvrait à nouveau. Tom entra en premier, soufflant et se dirigeant directement vers le lit. Il s'y affala sur le dos, tombant comme une masse et secouant la tête contre les draps.

- Je n'en peux plus.

Bill rentra juste après lui. Il déposa de nombreux paquets et poches sur une table. Il avait l'air las mais guilleret. Faire du shopping le mettait toujours de bonne humeur. Il taquina son frère.

- Tooom ! Dégage de mon lit et lève-toi, espèce de gros fainéant. On a encore plein de trucs à faire.

Ses yeux fermés, Tom grogna et roula en boule vers le centre du lit, l'ignorant.

- Ca ne t'a pas dérangé depuis 4 jours qu'on est ici que je squatte ta chambre, et puis je ne ferai plus rien de la journée. Ca m'a éreinté de passer la journée à faire les boutiques pour toi avec une pareille chaleur.

Bill, qui avait fixé en rougissant légèrement Tom à ses premiers mots, s'indigna à ses derniers. Il posa ses mains sur ses hanches.

- Pour moi ? Ce n'est pas moi qui ai acheté 4 nouvelles casquettes et trois robes !

Tom ouvrit deux petits yeux menaçants. Il se redressa sur ses coudes. Son ton se fit offusqué.

- Ce ne sont pas des robes ! Ce sont des T-shirts !

Bill sourit narquoisement, chantant de petits "Tom est une fille, il porte des robes". Il n'en fallut pas plus que pour qu'un Tom bougonnant se lève immédiatement pour tenter d'attraper le chanteur qui s'échappa en gloussant. Courant dans la pièce, Bill continua à chanter tout en riant jusqu'à ce que Tom l'encercle et le tacle, le faisant tomber sur le lit. Tom le coinça, allongé au-dessus de lui à califourchon, et se mit à le chatouiller sans merci, faisant pousser de petits cris aigus à Bill. Un sourire en coin s'étira un peu plus sur le visage de Tom.

- Alors ? Qui est une fille ?

Tom arrêta momentanément ses chatouilles, se penchant vers Bill pour entendre sa réponse. Les rires du chanteur s'estompèrent rapidement. Leurs visages étaient dangereusement proches, lui rappelant ce qu'il s'était passé la veille. Les yeux intenses qui se posèrent sur les siens semblaient eux aussi s'en souvenir, mais Bill pouvait se tromper. Il n'arrivait pas à déterminer ce à quoi son frère pouvait bien penser. Après un moment qui lui parut interminable, Bill rompit le silence, alors que les lèvres de Tom semblaient s'être encore rapprochées. Le chanteur eut un large sourire.

- Tu es une fille, Tomi.

Tom lui pinça le ventre et pesta, arborant néanmoins un sourire aux lèvres. Bill rigola et se contorsionna sous lui pour tenter d'échapper en vain à sa torture jusqu'à ce que Tom se lève soudainement. Il agrippa la main de Bill et le tira vers lui, l'extirpant du lit. Bill cligna des yeux, surpris.

- Tom ?

Ledit Tom se retourna vers lui, l'attirant vers la porte qu'il ouvrit. Il lui sourit.

- Tu veux voir une fille ? On va en trouver.

Avant que Bill ait pu répondre, Tom l'avait entraîné hors de la chambre.

Une longue soirée s'annonçait.

***

Bill porta son verre à ses lèvres. Il venait de commencer à boire, mais à la différence de la veille, il n'avait pas l'intention de se soûler, car son intention était plutôt de contrôler ce qui pourrait se passer ce soir.

Devant Tom et lui, deux jolies jeunes filles, des américaines aux cheveux d'un blond platine, étaient assises à leur table depuis quelques minutes. Elles ne parlaient ni allemand ni ne les connaissaient, et Tom et lui cherchaient à échanger quelques mots avec elles, avec un étonnant succès malgré leur fort accent allemand. Les cours particuliers d'anglais de David commençaient décidément à porter leurs fruits.

Alors qu'ils échangeaient les premières formalités d'usage, Bill sentit le petit regard de côté de Tom. Apparemment, celui-ci ne semblait pas s'être départi de l'idée de mettre une fille dans le lit du chanteur, et du sien. A cette pensée, Bill eut une petite pointe au c½ur, et il se maudit pour ça. Il aurait voulu que Tom l'entraîne hors de ce bar, qu'ils restent seuls tous les deux.

Néanmoins, Bill devait reconnaître que ces filles étaient belles, et plutôt à son goût. A vrai dire, en matière de filles, Tom et lui avaient les mêmes préférences. Reposant son verre, Bill haussa légèrement les sourcils, sortant de sa rêverie, sentant les yeux de son frère et des deux filles sur lui. Elles venaient de lui poser une question, en anglais. Il leur fit répéter, attentif et accroché à leur lèvres pour bien comprendre.

- Quoi ?

Les deux américaines gloussèrent légèrement. Pour l'instant, la conversation s'était limitée à échanger noms et âges. Elles venaient juste de leur expliquer qu'elles étaient s½urs, ayant respectivement 19 et 21 ans. La plus jeune reposa sa question, articulant lentement.

- Qu'est-ce que vous faites dans la vie ? Vous êtes lycéens ?

Tom rigola dans son verre et lança un regard amusé à Bill qui ne put s'empêcher de sourire. Il secoua la tête, évitant les yeux de Tom pour ne pas exploser de rire. Le chanteur répondit.

- Pas exactement. Nous sommes musiciens.

La plus âgée haussa un sourcil, montrant sans ambiguïté qu'elle était dubitative.

- Vraiment ? Quel genre de musiciens ?

Tom répondit sérieusement, se retenant de rigoler en évitant à son tour le regard rieur de Bill.

- Rock stars.

Les deux s½urs se regardèrent, haussant simultanément les sourcils avant de se mettre à rire aux éclats. Bill gloussa également, s'adressant à Tom en allemand avec un énorme sourire moqueur en coin.

- Pour une fois que tu ne mens pas, on ne te croit même pas. C'est ballot, tu ne trouves pas ?

Tom lui donna un léger coup, pied contre pied sous la table mais sourit de même. Sans comprendre, les deux américaines les observèrent avec surprise puis elles échangèrent un regard amusé face au comportement des jumeaux. L'une d'elles insista.

- Alors ? Lycéens ?

Bill et Tom se regardèrent encore, s'accordant silencieusement, sourire en coin. Tom répondit, s'éclaircissant la voix.

- Oui, en dernière année.

Les deux jeunes filles échangèrent un regard, apparemment satisfaites d'avoir enfin une vraie réponse. La soirée se poursuivit ainsi pendant environ une heure. Ils avaient tous les quatre bu quelques verres mais sans plus quand soudainement, Tom lança anodinement au détour de la conversation la question que Bill avait craint depuis le début.

- Est-ce que ça vous dirait de sortir avec nous ?

Tom avait hésité dans sa phrase, et l'anglais ne semblait pas en être la seule cause. Une des raisons à ça était certainement que malgré les apparences, Tom était plus timide qu'on ne pouvait le penser. Peut-être y avait-il également une autre raison à son hésitation, mais le chanteur n'arrivait pas à déterminer laquelle.

Bill lui lança un petit coup d'½il alarmé, mais Tom semblait éviter son regard. Les yeux de Bill retombèrent donc sur les deux filles, son c½ur s'accélérant légèrement sous le stress. Il se sentit rougir.

Les deux américaines quant à elles s'étaient mises à chuchoter avec enthousiasme à l'oreille l'une de l'autre à propos de quelque chose, gloussant. C'était louche. Bill fronça les sourcils, se crispant d'anticipation.

Finalement, elles se tournèrent vers eux et la plus âgée parla.

- Ok, on accepte, mais à une condition.

Tom et Bill échangèrent à nouveau un regard et Tom demanda, haussant les épaules.

- Laquelle ?

Elles sourirent, et la plus jeune continua.

- Que vous vous embrassiez tous les deux.

Bill et Tom écarquillèrent les yeux. Le verre manqua de s'échapper des mains de Bill et Tom bougea nerveusement sur son siège. Bill bafouilla.

- Qu... quoi ?

Tom déglutit, évitant de regarder Bill. La chaleur envahissait ses joues.

- Pourquoi ?

- Vous êtes trop 'hot' ensemble.


Elles se remirent à glousser, fières et contentes de voir les deux frères rougir. Tom tenta rapidement d'argumenter, leur rappelant que Bill et lui étaient jumeaux, en vain. Il tenta alors de négocier avec un humour gêné un baiser entre les deux filles en contrepartie, ce à quoi elles répondirent en se lançant réciproquement une grimace et en éclatant de rire. Elles restèrent sur leur position, attendant la décision des jumeaux, posant leurs têtes sur leurs mains et les regardant tour à tour.

- C'est pour le fun ! Allez ! Juste un petit bisou.
- Oui, sinon bye bye, 'rock stars'.

Elles gloussèrent une fois de plus, les défiant du regard. Tom soupira et leur sourit nerveusement. Il tourna la tête, osant pour la première fois depuis de longues secondes regarder son frère. Celui-ci semblait être dans un état second, fixant les deux jeunes filles sans les voir. Il paraissait être ailleurs.

- Bill ?

Celui-ci leva finalement les yeux pour rencontrer ceux inquiets et nerveux de Tom. Bill regarda les filles qui l'observaient avec attention, puis autour d'eux dans le bar. Personne ne semblait faire attention à eux et Saki n'était pas là ce soir. Bill se mordit la lèvre inférieure. Il détourna à nouveau son regard pour parler avec hésitation, ses yeux étranges posés sur Tom.

- Tu veux vraiment ?

Tom se contenta d'hausser les épaules, son regard vacillant. Le bruit ambiant autour d'eux sembla s'estomper à ses oreilles. Il avait l'impression d'être seul avec son jumeau. Les filles ayant disparu du décor alors que Bill avait commencé à se pencher vers lui. Il n'entendit pas les deux américaines retenir leur souffle alors que tout son être était concentré sur ces lèvres qui s'approchaient peu à peu, n'étant plus qu'à quelques centimètres des siennes.

- Je ne peux pas, désolé.

La voix avait été douce et sincère, ramenant Tom à la réalité. A la surprise des trois autres, Bill s'était brusquement reculé et levé, bousculant sa chaise. En moins de deux secondes, il était sorti du bar, tête baissée.

Les deux filles restèrent hébétées. Sans leur accorder un regard, après quelques secondes passées dans le coton, Tom s'était levé pour partir à la poursuite de son frère.

Une fois sorti du bar, il le vit, marchant à vive allure plusieurs dizaines de mètres déjà devant lui. Tom se mit à courir au pas de course pour le rattraper, criant son nom. Mais Bill l'ignora, se mettant lui-même à courir. Tom jura.

Il vit Bill rentrer dans l'hôtel, traverser le hall et entrer dans l'ascenseur, tapant sur un numéro d'étage avant de croiser les bras. Passant la porte d'entrée, Tom accéléra sa foulée sur le sol lustré glissant. Bill écarquilla les yeux en le voyant se précipiter vers lui. Il paniqua un peu. Les portes se refermaient.

- Tom ! Fais attention !

Ledit Tom n'en fit qu'à sa tête et Bill poussa un cri lorsque Tom se faufila entre les portes de l'ascenseur et que celles-ci se refermèrent entièrement, coinçant le T-shirt de celui-ci. Attrapé, le dos de Tom vint cogner en arrière contre elles alors que l'ascenseur démarrait déjà. Il poussa un petit 'ouch' en tombant en avant, rattrapé de justesse par les bras de Bill. Celui-ci était complètement affolé.

- Tom ! Ca va ?
- Oui, attends.

Tom se redressa légèrement, s'agrippant à Bill, et il tourna la tête vers les portes où son T-shirt était toujours coincé. Il tira dessus. La première fois, ce fut sans résultat. La seconde fois, il parvint à se dégager mais l'ascenseur après avoir fortement tremblé s'arrêta brusquement, les faisant tomber tous deux à terre dans un cri de surprise, toujours dans les bras l'un de l'autre.

L'ascenseur immobilisé, les deux frères relevèrent doucement la tête, observant les quatre murs autour d'eux, puis leurs yeux se fixèrent sur ceux de l'autre. Ils restèrent un moment sans rien dire, puis Bill murmura avec colère.

- J'ai un idiot de frère.

Avant que Tom n'ait pu répondre, Bill lui secoua les épaules, haussant la voix alors que ses yeux mouillés le fixaient.

- Tu aurais pu te faire très mal ! Qu'est-ce qui t'a pris ?

Tom soupira. Bill avait le don de tout exagérer. Il allait le rassurer quand soudainement, sans autre raison apparente, le chanteur se mit à pleurer, craquant nerveusement. Tom entoura immédiatement ses épaules de ses bras, sans rien dire, Bill s'agrippant à lui, et les sanglots de celui-ci s'estompèrent au bout de quelques secondes. Ils restèrent néanmoins accroché l'un à l'autre sans rien dire pendant un instant, Tom caressant d'une main les cheveux de Bill.

- J'y peux rien, ma 'robe' s'est accrochée.

Bill eut un timide éclat de rire et Tom recula légèrement, déposant un bisou juste sous l'½il du chanteur, où celui-ci avait versé une larme. Tom commença à se relever, tirant d'une main Bill vers le haut, l'invitant à faire de même.

Tom chercha des yeux l'interphone et appuya dessus, signalant au garde de nuit de l'hôtel qu'ils étaient enfermés dans l'ascenseur. Aux dires du garde, ce dernier s'était sans nul doute arrêté par sécurité. Tom se tourna ensuite vers Bill. Le chanteur était à présent appuyé sur une des parois de l'ascenseur, face à lui. Tom soupira.

- Tu m'en veux pour ce qui s'est passé au bar?

Bill croisa les bras, détournant la tête. Il hésita.

- Non, pas vraiment.
- Alors pourquoi tu es parti comme ça ?

Bill hésita encore. Il était à présent redevenu calme. Il esquissa un sourire.

- J'imagine que je ne voulais pas sortir avec l'une d'elles.

Tom émit un petit rire gêné et baissa la tête. Il porta avec nervosité une main à sa nuque, la grattant machinalement. Le guitariste bégaya presque.

- Dis plutôt que tu ne voulais pas m'embrasser.
- Je ne le voulais pas, non.

Tom leva rapidement les yeux vers Bill. Sa gorge s'était inexplicablement serrée à ces mots.

Les yeux de Bill se fixèrent sur lui, semblant étudier sa réaction, et quelques secondes interminables passèrent. Soudainement Bill s'avança vers lui et le plaqua sur le dos contre une des parois de l'ascenseur.

Avant que Tom ait pu réaliser quoi que ce soit, de douces lèvres au goût de sel s'étaient abattues sur les siennes. Un baiser intense, brusque et maladroit sous la précipitation s'engagea, jusqu'à ce que Tom repousse fermement Bill d'une main sur le torse de celui-ci. Le chanteur porta une main à sa bouche, tremblant. Il semblait à peine réaliser ce qu'il venait de faire. Bill lança un regard embarrassé à son frère et il parla en bégayant.

- Je... suis désolé.
- Ne le sois pas.

Tom avait murmuré ses mots. Il se rapprocha en un pas, et une de ses mains glissa sur la nuque de Bill, l'attirant doucement contre lui alors que l'autre baissait la main que Bill tenait toujours devant sa bouche. Tom parla encore plus bas.

- Juste... plus doucement.

Leurs yeux se rencontrèrent un court instant, Tom confirmant de son regard qu'il était sérieux à son jumeau incertain, avant de se refermer. Leurs lèvres se frôlèrent à nouveau et le baiser reprit, plus tendre. Ce fut au tour de Tom de faire reculer Bill, l'acculant dans un coin. Il sentit Bill se crisper légèrement avant de se détendre alors que leurs corps se collaient de plus en plus.

Après s'être goûtées un bon moment, leurs lèvres se séparèrent, les laissant haletants. Toujours enlacés, leurs regards s'ouvrirent l'un sur l'autre et ils posèrent en même temps leur front sur celui de l'autre, restant immobiles pendant un moment. Puis Bill recula de quelques centimètres. Ils étaient seuls, mais le chanteur murmura, secouant nerveusement la tête.

- On ne devrait pas. On n'aurait jamais dû.

Tom l'ignora, se rapprochant à peine de manière à poser sa joue contre la sienne.

- Depuis quand ?

Bill haussa les épaules. Il eut un petit rire amer.

- Je ne sais pas. On a toujours été trop proches, pas vrai ?

Tom recula pour être face à face avec lui, attendant avec inquiétude qu'il continue. La voix de Bill recommençait à se teinter de larmes, murmurant avec une angoisse croissante.

- Deux frères ne devraient pas se comporter ainsi. Je ne devrais pas avoir les pensées que j'ai. Je ne devrais pas en vouloir plus. Parce que c'est ça le pire, Tom. J'en veux plus.

Bill posa ses mains sur son visage cachant ses yeux desquels coulaient des larmes silencieuses. Il ne pouvait mentir à Tom. Ces mots le rongeaient depuis longtemps, et malgré le fait qu'il sache très bien que son secret était de l'ordre de l'indicible, il avait toujours su qu'il le dirait tôt ou tard à son jumeau. Bill se mit à trembler violemment, et il glissa à terre, ses coudes reposant sur ses genoux et ses mains cachant ses yeux. Il n'osait plus regarder son frère. Sa voix était vibrante de désespoir et suppliante, éclatant pour de bon en sanglots déchirants.

- Tom, ne me hais pas, s'il te plaît.

Tom s'assit doucement à côté. Il avait regardé avec des yeux écarquillés la confession de son frère. Il l'observa tout en caressant tendrement d'une main un de ses avant-bras. Il se pencha vers Bill jusqu'à frotter son nez et sa joue sur celle de Bill, frôlant les doigts qui cachaient son visage. Il s'y cala et murmura contre sa peau, avec douceur.

- Te haïr ?

Tom sentit Bill se contracter. Il caressa encore plus tendrement son avant-bras ainsi que sa joue avant de continuer, encore plus bas.

- Comment je le pourrais alors que j'ai les mêmes pensées ?

Un instant de silence passa. Bill sembla surpris, des larmes coulaient encore à travers ses doigts.

- Tu mens.

A ces mots, Tom fronça les sourcils et écarta doucement mais impatiemment les mains de Bill qui cachaient le visage de celui-ci. Il encadra de ses propres mains la mâchoire de Bill et ils les mirent nez à nez. Leurs yeux se rencontrèrent et les deux jeunes hommes furent frappés de ce qu'ils y lurent. Tom resta sans voix pendant un moment, ses doigts caressant les joues Bill, puis il se lança.

- Je ne comprends pas bien moi-même pourquoi, mais j'ai envie de toi, parfois. J'ai envie de t'embrasser, de te toucher, et ça me fait peur, parce que je sais que tu es mon frère.

Sa voix baissa.

- Mais je sais aussi que tu es plus que ça pour moi. Tu es mon tout, Bill. Tu es mon âme s½ur.

Le silence retomba alors qu'ils continuaient à se fixer. Puis lentement, Bill commença à pencher sa tête, et Tom fit de même, jusqu'à ce que leurs lèvres soient à nouveau en contact. Tom laissa sa langue effleurer celles de Bill. Elles avaient un goût de sel, bien que cette fois-ci, ce n'était pas à cause de l'air marin mais de ses larmes.

Néanmoins, l'angoisse précédente avait fait place à autre chose, de rassurant et serein, et même si une certaine gêne était encore là, c'est avec infiniment plus d'assurance que leur baiser s'engagea, leurs dents capturant doucement leurs lèvres et leurs langues s'insinuant langoureusement dans la bouche de l'autre, leur baiser ne s'interrompant que de temps en temps pour venir embrasser de petits bisous le visage de l'autre.

Leurs mains avaient elles aussi commencé à explorer de douces caresses ce corps que chacun d'eux connaissaient si bien pour l'avoir si souvent innocemment touché et étreint. Ils étaient à présent enlacés et Bill avait glissé une main sur la nuque de Tom, approfondissant le baiser et déséquilibrant presque Tom qui s'affala à moitié sur lui.

Les deux frères perdirent ainsi la notion du temps, se laissant guider par le rythme de leurs souffles et de leurs c½urs.

Finalement, l'ascenseur se remit en route, se mettant à monter. Ils sursautèrent tous deux et se séparant, ils se levèrent, regardant autour d'eux. L'ascenseur s'arrêta de nouveau, amenant une autre espèce de papillons que ceux qui étaient précédemment dans leurs ventres et Bill agrippa l'avant-bras de Tom. La porte s'ouvrit, le garde de nuit de l'hôtel, Saki et ce qui semblait être un technicien apparaissant face à eux. Bill lâcha discrètement Tom, rougissant. Le veilleur de nuit parla.

- Ah ! Vous allez bien ? Je vous prie d'accepter toutes nos excuses. J'ai immédiatement prévenu votre garde du corps que vous étiez coincés dans l'ascenseur. Nous sommes vraiment confus, ça a dû être long !

Bill et Tom échangèrent un regard, restant silencieux. Ils étaient tous les deux embarrassés, mais Bill en particulier était rouge comme une tomate. Saki s'étonna.

- Ca ne va pas ?

Bill sortit en bredouillant de l'ascenseur, remerciant rapidement le garde de nuit et le technicien avant de rajouter en guise d'explication.

- Je suis un peu claustrophobe.

Sans rien dire de plus, il se dirigea vers sa chambre. Tom remercia de même et le suivit, cachant un sourire amusé alors qu'il tournait le dos aux trois autres personnes. Saki cligna des yeux, surpris. Lorsqu'il vit Tom entrer dans la chambre de son frère, comme les soirs précédents, il se murmura à lui-même.

- Claustro ? Depuis quand ?

A suivre...

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.196.135.90) if someone makes a complaint.

Comments :

  • carpe-diem--x

    02/06/2008

    c'est qu'il est loin d'être bête ce saki! XD! encore une super suite!! et j'aime les révélations comme ça!!!

  • bill-handicap-tom

    01/06/2008

    Oh lalala que dire ???
    C'est simplement splendide, magnifique, génialisime tout ce que tu veux !!!!! *-*

    jlis la suite s'en plus attendre

  • Subtility-Lyra

    29/04/2008

    Kyaaa c'est trop trop bien ! Désolée pour les com's vraiment pas constructifs, mais je suis trop impatiente de lire la suite pour m'étaler dans mes commentaires ^^' !

  • chouu----16

    23/04/2008

    Ah j'vais pas vu y a encore un chapitre !
    Yeahhh j'vais lire !

  • chouu----16

    23/04/2008

    Cette fiction là est une de mes préférées :) <3

  • Lillou483

    14/04/2008

    Ran mais c'est vraiment trop bon cette mini fic!
    J'adore!^^
    Je continue ma lecture!
    Sache que je suis toujours là! On sais jamais si t'es pas sûre ptdr!
    héhé!
    ;)

  • Lillou483

    14/04/2008

    Je suis lààààààààààààà
    Je suis lààààààààààààààààà
    Iciiiiiiiiiiii
    Youhouuuuuuuuu
    Tu me vois
    Ui je veux être ton cobaye pas de souci lol
    ;)

  • billxtom-Stille

    25/02/2008

    haan *-*
    jadooore les assensseur *-*
    xDDD
    cest vraiment bien ^^
    je vais lire la suite !
    bisx

  • Manue

    18/02/2008

    Ow Ow Ow, mes coms sont vraiment nazes j'sais pas quoi dire, ils sont pas intérressant j'te les détail pas ni rien, mais y'a rien n'a reprocher à ce que tu fais alors j'peux pas faire de com constructif, en plus a chaque fois que je fini de lire un chapitre ou un Os j'suis gaga et mon cerveau fonctionne plus bien lol, alors tu devras te contenter de mes petits coms niaiseux ou j'dis juste que j'adore ce que tu fais ^^

  • bountyaoi

    31/01/2008

    J'adore... j'ai lu quelques un de tes OS je les ai tous trouver super... mais cette fiction c'est mon coup de coeur **
    <3

Report abuse