Foutaises

Foutaises

Tom sortit de la salle d'interview arborant un air plutôt détendu bien qu'il fût un peu inquiet.

Il savait qu'il avait poussé le bouchon assez loin, même s'il ne s'agissait que de plaisanteries. Les autres membres du groupe, dont Bill, s'étaient contentés de sourire d'un air embarrassé à ses réponses, sans l'interrompre. Cependant, c'était la réaction hors caméra de Bill à ses taquineries qui le préoccupait.

Depuis quelques temps, Tom avait accentué ses petites plaisanteries habituelles à son encontre, sous l'½il surpris et interloqué de ses amis, et Bill s'était contenté à chaque nouvelle attaque de le fixer avec un soupçon d'incrédulité avant de rire doucement, gêné. Mais comme ses taquineries n'étaient jamais sérieuses, Bill était plus amusé qu'autre chose. Cependant aujourd'hui...

Pour être honnête, ce qui avait poussé Tom à pousser le bouchon aussi loin, c'était cette foutue journaliste italienne. Il n'avait pas supporté la manière dont elle n'avait cessé de regarder avec admiration Bill, ses yeux brillants cherchant en permanence son attention. Les yeux de Tom avaient erré pendant toute l'interview de la journaliste à Bill et inversement.

Il était habitué à ce que son frère captive toute l'attention des journalistes, surtout des jeunes femmes, mais Tom parvenait généralement à attirer les regards des jolies filles. Or, celle-ci l'avait totalement ignoré, n'ayant d'yeux que pour Bill... pourtant, celui-ci ne s'était rendu compte de rien, continuant à débiter un flot de paroles à chacune de ses questions, répétant inlassablement les même réponses que d'habitude.

Agacé par le manège de la jeune femme, Tom s'était alors évertué à répondre à côté de leurs discours bien rodé à deux ou trois questions en racontant quelques anecdotes embarrassantes au sujet de Bill, histoire de faire descendre de son piédestal son frère aux yeux de la blonde.

Cela avait été peine perdue. Celle-ci s'était contentée de regarder Tom bizarrement, comme ses amis et son frère, perplexes face à ses réponses étranges, et cela n'avait fait que s'aggraver quand Tom avait répondu à une question en particulier.

La journaliste avait alors écarquillé les yeux, et les trois autres membres du groupe étaient restés interdits et très gênés face à ses mots.

Bill avait eu ce petit rire étouffé, et même s'il n'avait pas eu l'air énervé quand Tom lui avait jeté des coups d'½il furtifs pour voir avec inquiétude sa réaction, Tom ne se sentait pas à l'abri de quelques remontrances.

Il ne fut donc pas étonné de voir Bill accélérer le pas pour le rattraper. Bill lui donna un petit coup sur le côté, il fronça les sourcils mais un sourire ornait ses lèvres.

« Qu'est-ce qui t'a pris ?
- De quoi tu parles ?
- Tu sais très bien de quoi je parle.
- C'était des questions complètement idiotes. Questions stupides, réponses stupides. »

Suivant les indications de Saki qui marchait à côté d'eux, Tom rentra dans leur loge pour récupérer leurs affaires. Ils devaient partir pour donner un show dans une autre partie de la ville. Bill le suivit, tout comme Gustav et Georg qui marchaient juste derrière eux.

Une fois qu'ils se retrouvèrent tous les quatre seuls dans la pièce, Gustav et Georg vaquant à leurs occupations, Bill agrippa l'épaule de Tom pour l'obliger à le regarder. Il pencha la tête vers lui, puis il croisa les bras en haussant les sourcils, attendant fermement une réponse. Il semblait tout d'un coup plus sérieux, pour une raison obscure. Tom se tourna vers son frère, un air moitié penaud moitié ronchon sur son visage.

« Quoi encore ?
- Tu me le demandes ? Je te cite : 'un bon moyen qu'on utilise pour faire baisser la tension avant nos concerts, c'est la masturbation'. C'est quoi cette réponse ? »

Georg ne put s'empêcher de ricaner à nouveau. Tom grogna. Il repensa à la suite de la réponse qu'il avait faite et il tenta d'esquiver le regard inquisiteur de son jumeau en le leur rappelant. Il ricana.

« N'empêche, on ne sait pas vraiment ce que Georg fait exactement dans la baignoire avant nos concerts. »

Georg rougit légèrement et Gustav eut un rire étouffé. Une moue apparut sur le visage de Georg face aux sourires moqueurs de ses amis et il donna une petite tape sur la tête de Gustav pour le faire taire. Il s'adressa ensuite à Bill, sourire en coin.

« Tom était juste en manque d'attention. La demoiselle ne voyait que toi. Non pas que les tentatives de Tom aient été fructueuses, elle est restée de marbre jusqu'au bout envers lui. »

Ce fut au tour de Tom de bouder. Il jura intérieurement. Georg était du genre perspicace quand il s'y mettait. Bill cligna des yeux, semblant surpris. Il se tourna vers Tom, sourcils levés et paraissant amusé. Il le taquina, sourire aux lèvres.

« Ce n'est pas nouveau pourtant, les filles s'adressent le plus souvent à moi. Il faut t'y faire, je suis le plus mignon. »

Tout en disant cela, il tapota plusieurs fois la joue de Tom. Ce dernier croisa lui aussi ses bras et leva des yeux boudeurs vers son frère.

De l'autre côté de la pièce, Georg explosa de rire et Tom le fusilla du regard. Gustav intervint.

« En tout cas, ce n'est pas avec ce genre de discours tu vas attirer une fille. Ca fait combien de temps qu'on ne t'a pas vu avec une ? Ce n'est pas demain la veille que tu vas avoir un peu d'action dans ton lit avec cette attitude. »

Gustav et Georg rigolèrent et Bill eut un petit rire étouffé, paraissant légèrement gêné. Tom ouvrit la bouche pour répondre mais il se ravisa immédiatement, réalisant qu'il n'avait rien à répondre sans risquer de lâcher tout le morceau.

D'ailleurs, concernant les filles, Gustav avait tapé dans le mille. En dépit de ce qu'il pouvait raconter à droite et à gauche, les autres membres du groupe savaient eux très bien que tout était faux, juste pour l'esbroufe et pour se foutre de la gueule des journalistes les plus ennuyeux, sabordant leurs pires questions. Georg gloussa.

« Tom est en manque d'affection ?
- Il semblerait, répliqua Gustav avec amusement. »

Bill rit doucement tout en secouant la tête. Il passa une main sur la nuque de Tom pour l'attirer et l'embrasser sur le front. Il recula ensuite, souriant d'un air narquois et frottant la tête de son frère.

« Pauvre Tomi ! »

Tom grogna, se dégageant de la main faussement cajoleuse de son frère, et il les fusilla tous les trois du regard. Ses yeux s'attardèrent sur Georg et Gustav.

« Comme si vous en aviez plus que moi. On ne vous a pas vus avec une fille depuis des mois et des mois, vous non plus. »

Georg et Gustav parurent troublés pendant l'instant d'une seconde, échangeant un regard rapide et discret. Quelqu'un frappa à la porte. C'était Saki, venant leur dire de se dépêcher car ils devaient bientôt partir. Georg et Gustav terminèrent de prendre leurs affaires, enfilant leurs sacs sur leurs épaules et ils sortirent de la pièce en refermant la porte derrière eux, un peu trop précipitamment peut-être, car Bill et Tom les suivirent du regard en fronçant des sourcils.

« Qu'est-ce que j'ai dit ?
- Je ne sais pas mais ils ont eu l'air bizarre. »

Tom tourna sa tête vers Bill qui se tenait toujours près de lui. Il observa ses traits pendant quelques secondes avant de murmurer d'une petite voix sérieuse.

« Dis, tu ne m'en veux pas de t'avoir charrié devant les journalistes ? »

Bill se retourna, étonné, avant de sourire.

« Bien sûr que non, je sais très bien que ce ne sont que des foutaises. »

Il se pencha néanmoins vers lui, haussant ses sourcils, un soupçon de mise en garde dans la voix.

« Mais n'en dis pas trop non plus, sinon je me vengerai. »

Il rit légèrement en reculant et Tom sourit, se sentant soulagé. Il haussa les sourcils. Une de ses jambes bougeait nerveusement sous lui.

« Ce ne sont pas que des foutaises, du moins, à quelques détails près. »

Tom s'approcha un peu plus et l'enlaça tout en le fixant avec amusement, et Bill sut immédiatement à quoi Tom faisait référence. Bill rougit légèrement.

« Tom ! Arrête ça ! »

Il se dégagea des mains audacieusement baladeuses en les chassant de quelques petites tapes et il tenta de le pincer. Tom le relâcha immédiatement, n'échappant que de justesse à son attaque en se tortillant. Il rajouta en gloussant.

« Et je suis vraiment le plus mignon de nous deux, quoi que tu puisses en penser. »

C'était quelque chose qu'il disait souvent en interview, et Tom s'était attendu à une réponse quelconque, à voir Bill à nouveau lever les yeux au ciel ou glousser d'un petit rire embarrassé comme seul Bill en avait le secret, mais celui-ci ne dit rien, redevenant calme.

Bill se contenta de l'observer avec tendresse, parcourant les traits de son jumeau avec attention, puis il se pencha à nouveau vers lui pour l'embrasser une fois de plus sur le front, mais avec plus de douceur et plus longtemps, entourant ses épaules de ses bras.

Surpris, Tom ne bougea pas, posant seulement ses mains sur la taille du chanteur. Sa surprise ne fit que grandir aux mots que Bill prononça ensuite.

« Je le pense aussi. »

Bill recula, le fixant un peu avant d'aller prendre ses affaires.

Tom le regarda faire, se sentant dans un état second, puis il se reprit, cherchant autour de lui son sac pour partir.

Un rougissement involontaire teintait ses joues.

***

Quelques jours plus tard,

Tom sortit de scène. Il pouvait encore entendre le public crier, mais le bruit s'atténuait peu à peu. C'était la fin du rappel. Il était en nage. Autour d'eux, toute leur équipe s'affairait. Quelqu'un lui prit sa guitare et fit aussi un geste pour prendre ce qu'il tenait dans son autre main, mais Tom resserra l'objet et le mit hors de portée de la main qui tentait de lui prendre.

« Je le garde. »

La personne devant lui le regarda d'un air étrange mais s'éloigna. Tom leva l'objet devant lui, le tenant dans ses deux mains. Il sentit quelqu'un poser sa tête sur son épaule, se collant contre son dos.

« Il est vraiment mignon, hein ? »

Tom ne tourna pas la tête mais s'appuya imperceptiblement contre son frère qui se tenait derrière lui. Durant leur concert, Bill avait récupéré un ours en peluche qui tenait un énorme c½ur rouge, le gardant dans ses bras pendant un petit moment, et après avoir contraint le nounours à embrasser Georg, Bill était venu déposer la petite peluche juste devant son frère, le tout en continuant à chanter comme si de rien n'était alors que le public s'était mis à hurler plus fort devant cette scène si adorable. C'est du moins comment Tom osait qualifier ce moment dans ses pensées.

Il leur arrivait toujours des trucs bizarres lors de leurs concerts, et plein de peluches avaient l'habitude de voler dans l'espace aérien de la scène (manquant souvent de très peu de les assommer ou de les faire trébucher...). Mais c'était bien la première fois que Bill en ramassait une pour venir ensuite la déposer pratiquement à ses pieds. Il avait dû lui aussi trouver cette peluche particulièrement adorable.

Car oui, Tom était un garçon, il avait dix-huit ans, mais il ne pouvait s'empêcher de penser que cette peluche était tout simplement trop mignonne. En général, les peluches que leurs fans leur donnaient, où qu'ils aillent, allaient automatiquement dans des ½uvres de charité, leurs familles et amis n'ayant, et ça depuis très longtemps, plus assez de place pour accueillir la moindre petite peluche. Cependant...

« Je vais la garder. »

Il sourit d'un air bêta à la peluche. Un éclat brillant passa dans les yeux de Bill. Le chanteur lança un doux regard à son frère, son nez frôlant sa joue lorsqu'il tourna la tête vers son visage.

Tom sentit son jumeau sourire et l'embrasser sur la joue, entourant brièvement sa taille de ses bras avant de le lâcher complètement et de s'éloigner aussi vite qu'il était venu.

Tom le regarda faire, et il se sentit rougir.

***

Quelques jours plus tard,

Il faisait sombre dans le bus, le petit salon n'étant éclairé que par de faibles petites loupiotes que Bill avait préféré allumer. Le bus ne roulait pas, s'étant arrêté quelques instants. Ils avaient décidé de ne pas aller à l'hôtel pour cette nuit. Ayant annulé les prochains concerts, ils avaient pas mal de route à faire pour atteindre la prochaine ville où ils joueraient.

Sa tête dépassant à peine l'orée de la porte, Tom observait son frère assis dans un des canapés du bus devant un chocolat chaud. Il était emmitouflé dans une chaude couverture, ses jambes ramenées sur le côté. Bill toussa malgré lui. Sa gorge lui faisait mal. Ils étaient en pleine tournée, venant d'enchaîner plusieurs concerts les derniers jours passés, et ses cordes vocales avaient pâti de ses efforts pour les faire fonctionner alors qu'il avait pris un mauvais coup de froid. Il se retrouvait avec une inflammation carabinée. Le groupe avait ainsi dû annuler deux concerts. David ne savait pas encore s'il serait possible de les reporter. La poisse quoi.

Bill soupira avant de renifler. Tom soupira également. Il savait que Bill s'en voulait. Il s'était excusé un nombre incalculable de fois d'être tombé malade. Pourtant, personne, Tom le premier, n'aurait même songé à blâmer le chanteur. Bill faisait tout pour rester en forme et pour entretenir sa voix, mais les meilleures précautions ne suffisaient pas toujours, surtout quand on accumulait autant de fatigue.

Il entra dans la pièce et s'approcha de son frère, celui-ci le remarquant enfin. Il leva des yeux fiévreux vers lui. Sa voix était rauque.

« Tu n'es pas encore couché ?
- C'est plutôt à toi que je devrais demander ça.
- Je voulais boire quelque chose de chaud avant d'aller dormir, j'ai froid. »

Comme pour accentuer ses mots, un frisson le parcourut. Tom s'approcha de lui. Il cachait quelque chose dans son dos. Bill s'en aperçut et pencha sa tête d'un air intrigué pour tenter de voir de quoi il s'agissait. Tom s'assit à côté de lui et se glissa sous la couverture pour se coller à lui. Il sortit enfin ce qu'il tenait dans ses mains. C'était la peluche que Bill avait récupérée sur scène. Ce dernier poussa un petit cri de surprise attendri à cette vue et tendit la main pour la prendre. Il la serra contre lui et il se mit à la caresser avec douceur. Un moment passa ainsi en silence.

Tom l'observait en souriant, leurs visages à quelques centimètres l'un de l'autre. Puis, pris d'une impulsion soudaine, il se pencha pour l'embrasser longuement sur la joue. Bill ferma les yeux, restant immobile. Quand Tom recula, Bill leva les yeux vers lui, le fixant intensément. Il ouvrit la bouche pour parler mais Tom l'arrêta, posant un doigt sur sa bouche.

« Chut, ne parle pas. Inutile de te fatiguer la voix. »

Bill ne protesta pas et le doigt de Tom glissa au coin de son menton pour descendre sur sa gorge tandis que ses yeux s'étaient posés malgré lui sur ces lèvres qui étaient si tentantes. Quand il releva le regard, il vit que Bill le fixait toujours avec la même intensité. Tom rougit, se demandant si son frère avait pu deviner la pensée qui venait de traverser son esprit et s'il en avait envie lui aussi. Il décida que non, même s'il savait qu'il se mentait à lui-même. Bill et lui pensaient souvent de la même façon.

Un doigt sur sa bouche interrompit ses pensées et il leva les yeux vers Bill. Les yeux de celui-ci brillèrent un instant avant qu'il ne se décide à effleurer sa lèvre inférieure du bout de son doigt. Quelques secondes passèrent ainsi et Tom se mit à caresser le cou de Bill du revers de ses doigts. Son coeur s'était agréablement accéléré et une douce chaleur apaisante l'avait envahi.

Soudainement, Bill pencha légèrement la tête et Tom dut suivre son mouvement car l'espace entre leurs bouches disparut entièrement un instant plus tard. Le doigt de Bill était descendu au coin de son menton pour laisser leurs lèvres se rencontrer. Elles s'appuyèrent tendrement, ne cherchant pas à aller plus loin, savourant juste le contact, sans bouger. Le bras de Bill qui tenait le nounours desserrait peu à peu son étreinte, menaçant de le faire tomber.

Tom frémit. Ils ne s'embrassaient pas si souvent que ça, malgré ce qu'ils pouvaient faire ensemble dans le creux de leur lits, et Tom souhaitait parfois que cela arrivât plus souvent.

Le doux silence autour d'eux était reposant et les enveloppait dans une merveilleuse bulle de tendresse. Les lèvres de Bill avait le goût du chocolat qu'il venait de boire, donnant envie à Tom de les lécher, ce qu'il fit bien vite.

Bill en eut le souffle coupé et ses lèvres s'entrouvrirent. Celles de Tom dansèrent autour et elles se frottèrent. Tom fit glisser sa main sur le cou de Bill jusqu'à sa nuque et il reconnecta leurs lèvres, glissant sa langue à l'intérieur de la bouche de Bill pour caresser lentement et langoureusement la sienne. Leur baiser se ralentit à nouveau pour apprécier pleinement leur contact, goûtant avec délice la saveur de leurs bouches.

Ce fut un bruit étrange, comme un gémissement étouffé suivi d'un petit cri, qui vint rompre le charme. La peluche tomba à terre. Ils se séparèrent brusquement et Bill se pencha pour ramasser le nounours. Tom jeta un coup d'½il circulaire à la pièce, cherchant l'origine du bruit mystérieux. Il murmura.

« C'était quoi, ça ?
- Je ne sais pas, on aurait dit que ça venait de l'autre pièce. »

Un autre gémissement parvint à leurs oreilles et le doute qui avait traversé les pensées de Tom se confirma. C'était la voix de Georg. Tom fronça les sourcils et il se tourna vers Bill, leurs yeux se rencontrant. Il lut dans son regard la même idée.

« C'est bien ce à quoi je pense ? »

Bill fronça à son tour les sourcils et secoua la tête.

« Non, pas possible. Aucun de nous n'irait se soulager dans notre dortoir commun. Surtout que Georg n'est pas seul, Gustav est là-bas lui aussi, et je ne pense pas qu'il dorme déjà. »

Tom hocha légèrement de la tête. Bill avait raison, ça ne collait pas. Georg, ainsi que Gustav, étaient bien trop pudiques pour ça. Il observa un peu plus son frère, se rappelant soudainement une de leurs interviews, il y a plusieurs jours de ça. Il eut un large sourire, un peu benêt. Il susurra à l'oreille de son frère.

« A moins qu'ils aient besoin de s'aider pour 'faire baisser la tension' ? Quand je disais que c'était un bon moyen de déstresser ! Ca marche bien pour nous deux, alors pourquoi pas pour eux ? »

Bill leva les yeux au ciel et lui donna une petite tape sur le bras, rougissant comme une tomate dans la quasi-obscurité. Il but un peu de son chocolat pour se donner une contenance. Tom émit un petit rire, notant mentalement que Bill ne l'avait pas contredit.

Le silence retomba un peu. Tom fixait toujours Bill, celui-ci évitant soigneusement son regard. Les yeux de Tom errèrent longuement sur les courbes graciles du visage de son frère, si identiques mais si différentes des siennes qui étaient légèrement plus abruptes. Repensant ce qu'il lui avait dit le jour de cette interview, il murmura tout d'un coup quelques mots qui semblèrent venir de nulle part tout en caressant la joue de Bill, ses doigts glissant le long de sa mâchoire.

« C'était des foutaises, je ne suis pas le plus mignon. »

Tu es le plus mignon.

Bill écarquilla avec surprise les yeux. Quelques secondes lui furent nécessaires pour comprendre ce que Tom avait voulu insinuer. Bill fronça les sourcils et tourna sa tête vers lui pour protester, et les lèvres de Tom se posèrent sur les siennes, recommençant à les lécher et l'empêchant de répondre. Il entoura la taille de Bill de ses bras.

Le nounours tomba à nouveau à terre.

***

Quelques jours plus tard, le soir,

Tom était assis sur le lit, grattant presque silencieusement sa guitare à la recherche de nouvelles chansons. A vrai dire, Bill et lui avaient été plutôt productifs cet été en matière de textes et mélodies, passant une bonne partie de leur temps ensemble, notamment lors de leurs vacances à New York. Il sourit en y repensant.

C'est à ce moment-là que Bill entra avec précipitation dans la chambre d'hôtel qu'il partageait avec son frère, la refermant en un claquement derrière lui et y appuyant son dos. Il porta ses mains jointes sur sa bouche. Il paraissait extrêmement choqué et ses yeux maquillés étaient exorbités.

Tom s'interrompit à son intrusion, levant des yeux inquiets à l'expression troublée de son frère. Déposant sa guitare sur le lit, il se redressa promptement pour se rapprocher de lui.

« Bill ? Qu'est-ce qui se passe ? »

Ledit Bill ne sembla pas enregistrer ses paroles avant quelques secondes, levant les yeux vers lui. Il baissa légèrement ses mains, les gardant jointes. Il resta interdit.

Encore plus inquiet, Tom posa une main sur son bras, la faisant glisser jusqu'aux mains du chanteur. Il répéta, secouant la tête.

« Qu'est-ce qu'il y a ? »

Bill hésita, restant quelques secondes complètement silencieux tout en fixant son frère, des images semblant défiler en boucle dans sa tête. Il émit soudain un court rire nerveux. Les mots qui sortirent de sa bouche le firent avec difficulté, comme si lui-même avait du mal à les croire.

« J'ai surpris Georg et Gustav en train de s'embrasser. »

Tom le fixa, ses yeux s'ouvrant en grand. Il souffla avec incrédulité :

« Quoi ? »

Bill se contenta de hocher plusieurs fois de la tête pour confirmer ses dires, ses cheveux lissés mais un peu ébouriffés tombant en avant. Il émit encore un petit rire nerveux. Il lui expliqua.

Il y a quelques minutes de ça, Bill était sorti pour aller chercher dans la chambre de Georg son deuxième lisseur à cheveux, le sien étant tombé en panne la veille. Or, arrivé devant sa chambre, il avait constaté avec étonnement que la porte était entrouverte. Il l'avait donc poussée doucement, celle-ci glissant sans bruit sur la moquette de l'hôtel, et il était entré sans frapper. Bill n'avait eu le temps de faire que quelques pas quand ses yeux étaient tombés sur une scène qu'il n'aurait jamais pensé voir, et il s'était figé en plein milieu de la pièce.

Gustav et Georg étaient enlacés sur l'un des lits simples et ils s'embrassaient avec une passion évidente, leurs mains errant activement sur le corps de l'autre, laissant découvrir quelques parcelles de peau au niveau de leurs ventres.

Bill avait écarquillé les yeux, restant interdit et parfaitement immobile un court instant qui lui avait semblé durer des heures puis il avait commencé à paniquer, rougissant comme un coquelicot, en réalisant ce à quoi il était en train d'assister. Grimaçant sous la crainte d'être vu, il s'était mis à reculer pas à pas avec la plus extrême précaution et était ainsi parvenu à sortir de la pièce et à refermer le plus silencieusement possible la porte sans se faire repérer, ses deux amis étant visiblement trop 'occupés' pour se rendre compte de quoi que ce soit.

Digérant à présent un peu plus cette nouvelle en la racontant à son frère, Bill se mit à rire un peu plus fermement face à la tête hébétée de celui-ci. Le chanteur se dirigea vers le lit et s'y assit, prenant la guitare que Tom avait délaissée pour la poser sur ses cuisses, croisant ses jambes. Bill bouda.

« Avec ça, je n'ai même pas pu prendre le lisseur... »

Il pinça quelques cordes, tentant d'en sortir une note ou deux, tandis que Tom s'approcha à nouveau de lui. Il se laissa tomber plus qu'il ne s'assit à côté de lui, le regardant toujours avec incrédulité.

Bill sourit face à la bouille de son jumeau. On aurait dit un petit garçon à qui on venait de raconter une histoire trop incroyable pour être vraie.

Tom regarda un instant en face de lui avant de reposer ses yeux sur Bill. Malgré lui, sa voix se fit aiguë.

« Depuis quand ?
- Aucune idée, mais quelque chose me dit que ce n'était pas la première fois, si tu veux mon avis. »

Quelques instants passèrent en silence, Bill reportant son attention sur la guitare. Il n'arrivait pas à en sortir grand-chose mais son frère avait les yeux rivés sur Bill, le détaillant de haut en bas alors qu'il était concentré sur l'instrument de musique.

Tom sourit et se déplaça, montant sur le lit pour venir s'asseoir derrière son frère. Il se colla derrière lui et entoura sa taille de ses bras, venant déposer sa tête sur son épaule. Une de ses jambes touchait celle de Bill, tandis que l'autre repliée sur elle-même touchait légèrement de son genou la hanche de Bill. Tom le serra dans ses bras tout en lui jetant un petit regard de côté. Se sentant observé, Bill tourna légèrement la tête vers lui. Leurs yeux se rencontrèrent.

« Quoi ?
- Rien. »

Un instant passa en silence. Tom murmura pensivement.

« Ils ont bien caché leur jeu. »

Bill acquiesça sans rien dire et retourna son attention sur la guitare.

Cela allait certainement avoir des conséquences sur leur groupe. La nouvelle était d'importance, mais ni l'un ni l'autre ne voulait y penser ce soir. Ils verraient ça plus tard, tous les quatre.

Tom l'observa encore quelques instants sans rien dire puis il l'embrassa avec douceur dans le cou et une de ses mains se mit à caresser le ventre de Bill. Ce dernier interrompit ses grattements maladroits sur les cordes et s'immobilisa, fermant les yeux. La main gauche de Tom quitta son ventre pour venir recouvrir la sienne sur le manche de la guitare pour la lui subtiliser et la poser à terre.

Visiblement, l'histoire que venait de lui raconter Bill avait donné quelques idées à Tom. Bill sourit. Tom murmura contre son oreille, avec une toute petite voix.

"Je peux?"

Bill étouffa un petit rire amusé et se tourna à peine vers lui pour déposer un bisou sur ses lèvres en guise de réponse, ses yeux pétillants de malice et d'autre chose. Quelque chose qui ressemblait étrangement à du désir qu'il n'osait pas exprimer. Tom sentit son coeur manquer un battement.

Tom se redressa légèrement pour attirer Bill sur le matelas, ses lèvres ne quittant pas le cou du chanteur, continuant à l'embrasser et à le mordre avec tendresse. Bientôt, ils se retrouvèrent allongés et collés l'un à l'autre, s'embrassant avec engouement, leurs mains errant sur leurs corps. Ils gémirent tous les deux. Alors qu'ils commençaient à se déshabiller réciproquement avec un soupçon d'impatience, glissant peu à peu dans les draps, Bill se rappela vaguement comment cela avait commencé, il y a de ça deux ans à peine.

Cela aurait pu avoir eu lieu plus tôt, ou plus tard. Le fait était que tout avait commencé lors d'une nuit où ils avaient dormi ensemble, comme ils le faisaient souvent. Bill s'était brusquement réveillé au milieu de la nuit, en nage, se tournant dans tous les sens. Quand il avait ouvert les yeux, haletant, il s'était rendu compte qu'il venait d'avoir fait un rêve érotique, son membre dressé étant là pour preuve. Il s'était senti horriblement embarrassé, parce qu'il se trouvait dans le même lit que son frère, et que celui-ci était allongé contre lui, Bill pouvant sentir le visage de Tom sur son épaule et une jambe contre la sienne, leurs peaux chaudes et nues se trouvant ainsi en contact. Néanmoins, son angoisse s'était calmée en réalisant que son frère devait certainement dormir profondément.

Quelle n'avait pas été sa surprise de sentir une main hésitante frôler sa hanche avant de se diriger vers son membre, glissant dans ses sous-vêtements, qui lui tenaient lieu de seuls habits, pour se refermer sur lui. Bill s'était légèrement cambré, souffle coupé et il s'était retourné vers son frère, une expression de choc sur son visage pourtant invisible dans le noir, mais que Tom avait sans nul doute devinée. Ce dernier avait soufflé contre sa peau quelques mots rassurants à peine audibles pour le calmer et il avait commencé à le caresser, d'abord timidement puis avec de plus en plus d'assurance en voyant que Bill le laissait faire. Car Bill ne s'était pas dérobé, il n'avait même pas songé à repousser sa main. Il l'avait laissé le toucher.

Cela ne lui avait pas semblé anormal ou sale. C'était juste Tom.

Peu à peu, Bill s'était alors détendu, le laissant faire, gémissant et tremblant sous ses caresses si chaudes et tendres, et au bout de quelques instants, il s'était hasardé à toucher Tom, constatant avec surprise mais aussi soulagement que celui-ci était aussi excité que lui. Tom avait gémi, et c'était un des plus beaux bruits que Bill ait jamais eu à entendre. Il avait alors tenté de le provoquer à nouveau, encore et encore, avec succès.

C'était la première fois qu'ils s'étaient caressés, un moment précieux qui restait gravé dans l'esprit du brun. Depuis cette première fois, cela s'était reproduit de temps à autre, quand le besoin s'en était fait mutuellement sentir.

Bill murmura en gémissant le nom de Tom et ce fut aux souvenirs de leur première expérience que Bill se libéra sous les caresses que Tom lui infligeait. Il étouffa le cri qui s'échappa de ses lèvres contre l'épaule de Tom qu'il agrippait désespérément, alors que le visage de son frère était fourré contre sa joue, respirant profondément l'odeur de sa peau tandis que leurs corps nus se frottaient et glissaient sensuellement l'un contre l'autre sous l'effet de leur transpiration.

Bill resta immobile pendant quelques instants, tremblant de tout son corps, à bout de souffle, tandis que Tom déposait une kyrielle de petits baisers sur son visage, son épaule et sur son cou. Il sentit finalement le regard de Tom fixé sur lui, le dévorant littéralement des yeux. Il lui échappa en se redressant légèrement, repoussant Tom sur le matelas pour mieux continuer à le caresser, reprenant ses doux gestes qu'il avait arrêté quelques minutes auparavant, le surplombant à présent à moitié tout en restant collé à lui.

Tom regarda son frère baisser un petit peu les yeux, rougissant. Même s'il avait pris pas mal d'assurance au fil du temps, Bill n'en restait pas moins Bill. Tom sentit un flot de tendresse l'envahir à cette pensée et il caressa la joue de Bill, l'invitant à continuer. Bill sourit légèrement et il déposa un baiser à côté de son oreille.

Tom continua à l'observer tant qu'il le put, son visage montrant un immense plaisir indéniable alors que Bill le touchait, à la fois timidement et sensuellement. Sa bouche entrouverte qui respirait difficilement était étrangement attirante pour Bill. Celui-ci se pencha jusqu'à ce que leurs lèvres se frôlent.

Tom tendit les siennes vers le haut, les mettant en contact, pour l'encourager à l'embrasser et il passa une main dans les cheveux à présent décoiffés de son frère. Leurs lèvres se touchèrent à nouveau, se goûtant et s'effleurant. Tom murmura plusieurs fois le nom de Bill contre elles, attirant des papillons dans le ventre de ce dernier. Bill se colla un peu plus à lui et le caressa plus vite.

Tom referma les yeux quand Bill accéléra ses mouvements. Il gémit plus fort et il rejeta sa tête en arrière, s'enfonçant dans le coussin. Il se libéra à son tour en un cri sous le regard de Bill qui frissonna délicieusement à cette vue alors que la main de Tom se crispait délicatement mais fermement sur sa nuque. Tom se cambra contre lui, chacun de ses muscles se tendant et Bill sentit pour la seconde fois un liquide chaud se déverser sur leurs ventres.

Le visage de Tom était extatique. Il était tout simplement magnifique. Bill était intérieurement flatté que Tom se laisse ainsi aller à ses yeux, et il était fier d'être la cause de tant de plaisir.

Bill baissa la tête, venant poser des baisers sur le torse de son jumeau tout en lui jetant des coups d'½il tandis que sa main caressait encore, avec plus de douceur cependant, le membre de Tom, s'attirant quelques frémissements et gémissements supplémentaires de celui-ci. Puis il se redressa légèrement, venant se caler contre son frère, une jambe étalée sur les siennes.

Bill posa sa tête à côté de la sienne sur le coussin tandis que sa main remonta elle aussi pour venir se poser sur la gorge de Tom, la caressant de mouvements réguliers du bout de ses doigts, sentant le pouls rapide sous la douce peau et observant Tom reprendre sa respiration.

Tom ouvrit lentement les yeux et le regarda un instant avant d'agripper la main caressant sa gorge pour en embrasser la paume. Il la reposa ensuite, gardant sa main prisonnière.

Ils restèrent ainsi un moment sans parler. Tom regardait avec tendresse les cheveux ébouriffés de Bill tandis que celui-ci caressait à présent son torse du bout de ses doigts, pensif. Puis sentant le regard insistant de Bill revenir sur le sien, Tom le fixa avec douceur, l'interrogeant silencieusement. Bill murmura, sa voix incertaine.

« Ce qu'on fait, nous deux, c'est seulement pour faire 'baisser la tension' pour toi ? »

Tom resta interdit puis une expression adoucie apparut sur son visage, calme et apaisé après ce qu'ils venaient de faire. Tom secoua négativement la tête, son regard rempli d'une tendresse énigmatique. Il se tourna vers Bill et le prit dans ses bras, ses yeux restant plongés dans les siens. Un sourire béat ne semblait plus vouloir quitter son visage. C'était tellement plus que ça.

« A ton avis ? »

Il déposa ses lèvres sur celles de Bill pendant quelques secondes, les faisant siennes, puis il recula pour le fixer à nouveau.

Bill sourit légèrement, puis il se pelotonna un peu plus contre lui. Tom logea son visage contre son cou, le serrant avec possessivité, pas embarrassé pour deux sous du contact de leurs peaux entièrement nues.

C'était peut être étrange, pervers, immoral mais si Tom prenait autant de plaisir à faire ce genre de choses avec Bill, ce n'était pas pour des raisons aussi futiles et basses que de se soulager du stress.

C'était leur petit secret, un secret qu'ils ne pouvaient partager avec personne, un secret qu'ils ne pouvaient se permettre de laisser échapper au recoin d'une porte, car personne n'aurait pu comprendre ce besoin.

Car il avait un besoin vital de Bill, de son attention, son affection, sa tendresse. De sa présence auprès de lui, tout simplement.

Et ça, ce n'était pas des foutaises.

Tom déposa de petits baisers dans le cou de Bill pendant quelques instants, le cajolant. Bill gloussa et se tortilla sous lui. Ils s'immobilisèrent un moment, chacun étant occupé à s'enivrer de l'odeur de l'autre. Puis Tom eut un petit rire, repensant à Georg et Gustav.

« Je crois qu'on va bien s'amuser demain. »

Bill sourit, comprenant immédiatement ce à quoi Tom faisait référence. Leurs amis ne savaient pas encore qu'ils étaient au courant...

Un large sourire envahissant également ses lèvres, Tom haussa les sourcils, communiquant silencieusement à son jumeau son intention de torturer un peu leurs deux aînés. Ils éclatèrent de rire, Tom resserrant son emprise sur Bill alors que tous les deux gigotaient dans leur fou rire.

Au même moment, dans une autre chambre de l'hôtel, deux personnes, dont les corps nus étaient également enlacés sous les draps, entendirent leurs oreilles siffler, portant chacun une main à leur oreille sifflante dans une parfaite synchronisation. Ils froncèrent les sourcils tout en échangeant un regard interrogateur.

Ils clignèrent des yeux avec perplexité, puis sans y penser plus, ils se pelotonnèrent pour s'envoler aux pays des rêves, loin du quotidien, loin de leurs vies de rock stars.

Loin des foutaises du monde.

Fin.

Donnez une note à cet OS : * ** *** **** *****


Vos commentaires :

zwin-liebe-fur-immer>
Merci beaucoup! Gros biz à toi!

Dre-Amy> lol ^^ Contente que le petit nounours t'ait plu! loool Merci pour ton com'!

lavoyageuse92> Moi aussi j'adore toutes ces tofs en noir et blanc!!! *________*

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.150.27) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Lou.

    28/06/2008

    Waah. Quelle écriture (:
    Magique.

  • man-kann-immer-traumen

    26/06/2008

    super beau cet OS !!!

    c'est beau l'amour *-*

    =)

    biisOuxxxxxxxxxxxxx

  • Calou-Loves-Drizzling

    15/06/2008

    De la tendresse, toujours autant... Même avec un amour plus "poussé", ça reste tendre et contrairement à tout ce que j'ai lu auparavant, j'ai l'impression que ça reste une relation de frères, de jumeaux, normale... =)

  • carpe-diem--x

    02/06/2008

    un lemon (mini mais un lemon quand même!! XD!) et le coupkle Georg/Gustav entre en action!lol!

  • bill-handicap-tom

    01/06/2008

    Encore une fois, je vais me répéter, mais j'aime j'aime j'aime <3

  • bill-handicap-tom

    01/06/2008

    Les twins sont trop choupi !!!
    et les GG' ensemble ???? *-*

  • siseulement-th

    28/05/2008

    trop bien, j'adoreee

  • 483-MeL0nS

    18/05/2008

    __ Alors comme ça les G's se donnent également du plaisir xD

  • Subtility-Lyra

    28/04/2008

    Gniaaaaa ! Moi qui me plaignait d'être frustrée car les jumeaux s'arrêtaient au stade des baisers, me voilà comblée xD ! Et non seulement j'ai été pleinement satisfaite côté twincest, mais en plus j'ai eu le droit à du G/G ! Gé-ni-al ! *crise d'euphorie*
    Bisouus.

  • chouu----16

    22/04/2008

    Je dois y aller là , je continuerai à lire ce soir :)
    C'est vraiment génial ce que t'écris !
    Je tenais à te le redire :)
    Allez bises (L)

Report abuse